LE TRANSFORMISME, PAR E. PERRIER 1888

348 3 0
  • Loading ...
1/348 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:49

LE Transformisme P A R EDMOND P R O F E S S E U R Avec AU M U S E U M 88'figures P E R R I E R D ' H I S T O I R E intercalées N A T U R E L L E dans le DE P A R I S texte TARIS LIBRAIRIE RUE J.-B BAILLIÈRE HAUTE FEUILLE, I 9, PRES I Tous DU BOULEVARD E T FILS SAINT-GERMAIN 8*8 droits réservés Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC P R É F A C E J'ai toujours considéré c o m m e un des devoirs que- m ' i m p o s a i t la chaire q u e j ' o c c u p e au M u s é u m , et qui a été illustrée par le g r a n d n o m de L a m a r c k , de suivre avec sollicitude les efforts de la doctrine transformistepour arriver u n e explication du m o n d e v i v a n t A diverses é p o q u e s , j ' a i publié sur ce sujet des é t u d e s , dont l ' e n s e m b l e constituait u n r é s u m é succinct des p r i n cipaux résultats o b t e n u s dans cette v o i e Q u e l q u e s a m i s , ont bien v o u l u penser, q u ' e n publiant en u n v o l u m e ces études remaniées et c o m p l é t é e s , j e ferais un travail utile C'est l'origine de ce petit livre, dont tout le méritesera la sincérité avec laquelle j e m e suis efforcé traiter une question qui a s o u l e v é tant de passions EDMOND 13 avril P E R R I E R 1888 Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC d'y TABLE DES MATIERES INTRODUCTION CHAPITRE PREMIER Les philosophes — — grecs ORIGINES DU TRANSFORMISME t r a n s f o r m i s t e s , — L u c r è c e et la l u t t e p o u r la v i e , La c r o y a n c e la g é n é r a t i o n s p o n t a n é e , 1 p o t h è s e de la f i x i t é d e s e s p è c e s , les p h i l o s o p h e s d u x v i pertuis, Diderot, CHAPITRE II — u 17 — 13 — au x v m ° s i è c l e , 14 — B a c o n , P a s c a l , ^ B o n n e t , M a u - L a Philosophie LAMARCK, — C o m m e n t s'est établie l ' h y - L a v a r i a b i l i t é d e s f o r m e s v i v a n t e s et ETIENNE de la nature, GEOFFROY 19 — É D a r w i n , SAINT-HILAIRE DISCIPLES Lamarck 19 ET LEURS 21 La g é n é r a t i o n s p o n t a n é e ; c a r a c t è r e artificiel de la n o t i o n d ' e s p è c e et d e s c l a s s i f i c a t i o n s , — L ' o r g a s m e et l ' i r r i t a b i l i t é , — Influence d e s b e s o i n s e t des h a b i t u d e s s u r les m o d i f i c a t i o n s d e s f o r m e s v i v a n t e s , — tions corrélatives des o r g a n e s , 25 — des cataclysmes g é n é r a u x et d e s Hérédité, — N é g a t i o n créations l ' H o m m e et d e s a n i m a u x , — d i r e c t e des m i l i e u x , — S y n c h r o n i s m e des êtres v i v a n t s , 33 — successives, 27 ETIENNE L'hypothèse t r a n s f o r m i s m e et l ' e m b r y o g é n i e , — Modifica- d e la t h é o r i e — Rapport GEOFFROY SAINT-HILAIRE de L'action de l ' é v o l u t i o n d u m o n d e et d e celle des variations brusques, Comparaison 36 — d e s i d é e s de Le Lamarck et de G e o f f r o y , — I s i d o r e G e o f f r o y S a i n t - H i l a i r e et la v a r i a b i l i t é l i m i t é e , — P i e r r e L e r o u x et l ' h y p o t h è s e d u p r o g r é s c o n t i n u , — P r o g r è s p a r m i les n a t u r a l i s t e s de l ' h y p o t h è s e de la v a r i a b i l i t é d e s e s p è c e s , CHAPITRE III — CHARLES P o r t é e de l ' œ u v r e de DARWIN Darwin, * 44, — V o y a g e poriques, 45 — T r a v a u x spéciaux, 49 — des espèces, 32 — naturelle, — THÉORIE a b o r d d u Beagic Préparation d u livre V a r i a t i o n s des a n i m a u x d o m e s t i q u e s , 57 — et l e u r s effets, — R E C H E R C H E S de : {'Origine L'hérédité aux les plantes g r i m p a n t e s , , l'Homme Caractères m o r a u x e t intellectuels, 90 101 44 SUR LES RESSEMBLANCES DES PLANTES ET DES insectivores, physiques de la p a n g e n è s e L e s c r o i s e m e n t s DE L ' H O M M E : l ' H o m m e d e s c e n d de q u e l q u e f o r m e i n f é r i e u r e , — entre (es c a r a c t è r e s D E L'ESPÈCE ; la lutte p o u r la v i e et la s é l e c t i o n â g e s c o r r e s p o n d a n t s de la v i e , — T h é o r i e A N I M A U X : les p l a n t e s ; les ỵles m a d r é - et ceux des — L'ORIGINE Gradations animaux, 86 •— — L e s causes de l ' é v o l u t i o n h u m a i n e , — Développement des facultés intellectuelles et m o r a l e s , — Essai d ' u n e g é n é a l o g i e de l ' H o m m e , 1 — F O R M A T I O N D E S R A C E S H U M A I N E S , la séleclection s e x u e l l e , CHAPITRE IV — 117 H^CKEL 123 P r o g r a m m e de l ' œ u v r e de Haeckei; le m o n i s m e ; les M o n é r e s ; le r é g n e tistes, 123 — logie — du La f o r m e animale p r i m i t i v e , — Règne animal, des Pro- L e s p r i n c i p e s d e la g é n é a - — I m p o r t a n c e c a p i t a l e de l ' e m b r y o g é n i e , G é n é a l o g i e h œ c k é l i e n n e du R è g n e a n i m a l , 132 — L e s v i n g t - d e u x d e g r é s de la g é n é a l o g i e h u m a i n e — T h é o r i e d e l ' i n d i v i d u a l i t é a n i m a l e , 146 Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC vin T A B L E •CHAPITRE V La méthode — THÉORIE DES M A T I E R E S DE LA FORMATION des naturalistes et celle d e s DES ORGANISMES physiciens, E d w a r d s : la d i v i s i o n d u t r a v a i l p h y s i o l o g i q u e , 149 — , 149 Henri Milne — D u g è s : l e s l o i s de l a constitution des organismes Défauts de la doctrine de D u g é s , — L e s cinq séries i n d é p e n d a n t e s d u R è g n e a n i m a l , bourgeonnement, 157 — 154 — Importance L e s phénomènes d'association fondamentale d a n s le R è g n e du ani- mal, 163 — L e s E p o n g e s , 164 — L e s P o l y p e s , 6 — L e s E c h i n o d e r m e s , 182 — Constitution des A r t h r o p o d e s et des V e r s annelés, 184 — Similitude du développement des A r t h r o p o d e s et des V e r s annelés, 190 •CHAPITRE VI — L'ACCÉLÉRATION D i f f é r e n c e s a p p a r e n t e s d a n s le Modification dans EMBRYOGÉNIQJJE des animaux, 201 — la r a p i d i t é a v e c l a q u e l l e le d é v e l o p p e m e n t s ' a c c o m p l i t , 2 Phénomènes de coalescence, — lusques, 212 — 201 mode de développement Réactions Explication de l ' o r g a n i s a t i o n d e s M o l - r é c i p r o q u e s de l ' ê t r e v i v a n t e t d u m i l i e u , — R é s u m é de la t h é o r i e d e la f o r m a t i o n d e s o r g a n i s m e , 2 C H A P I T R E RÈGNE VII — T R A I T S GÉNÉRAUX DE L'ÉVOLUTION PALÉÔNTOLOGIQUE ANIMAL DU 253 Accord d e l morphologie et de la p a l é o n t o l o g i e , 233 — Absence d'espèces c h e z les P r o t o z o a i r e s , — M o d e de f o r m a t i o n d e s , t y p e s o r g a n i q u e s D é veloppement simultané des Eponges, des Polypes, des t h r o p o d e s et d e s V e r s , — Echinodermes, des A r - L e s séries indépendantes d'Epongés, 239 — Ancienneté des Polypes fossiles, — S é r i e des Echinodermes, — S é r i e des A r t h r o p o d e s , 253 — Série des V e r s , 259 — E v o l u t i o n des M o l l u s q u e s , 262 CHAPITRE Les VIII — premiers ÉVOLUTION Poissons Poissons, 270 — PARTICULIÈRE cuirassés et sans DES VERTÈBRES, colonne vertébrale; Les Amphibies permo-carbonifères, 273 — 270 évolution des Les premiers Vertébrés respiration exclusivement ắrienne; rơle multiple des Reptiles des temps secondaires, 276 CHAPITRE IX — ÉVOLUTION DES MAMMIFÈRES 290 L e s a n c i e n s " M a r s u p i a u x e t l e u r s d e s c e n d a n t s i m m é d i a t s ; affinités a v e c l e s Insect i v o r e s , les Carnassiers e t les Rongeurs, Carnassiers actuels, importance 290 — généalogique du Formation type graduelle des Civette, 293 — Les H e r b i v o r e s p r i m i t i f s p l a n t i g r a d e s et c i n q d o i g t s ; a p p a r i t i o n d e s d e u x de m e m b r e s d e s H e r b i v o r e s , — formes Apparition des d e u x formes de dentition q u i caractérisent les Porcins e t les R u m i n a n t s , 297, — L e s ancêtres successifs des Rhinocéros, des T a p i r s et des C h e v a u x , 299; des Hippopotames, des Sangliers et des R u m i n a n t s , — L e s M a m m i f è r e s m a r i n s , 3 CHAPITRE X — L E S LÉMURIENS E T LES SINGES; L'HOMME L i e n s m u l t i p l e s e t v a r i é t é actuelle des L é m u r i e n s , 313 — 315 Les Singes anthro- p o i d e s , — L a s t r u c t u r e i n t e r n e d e s g r a n d s S i n g e s et celle de l ' H o m m e , L'intelligence des Anthropoïdes, 326 — Conclusion, 3 Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC LE TRANSFORMISME I N T R O D U C T I O N DIVISION D U SUJET O n a tant écrit sur le t r a n s f o r m i s m e qu'il peut au premier abord partre inutile d'ajouter u n livre n o u veau la liste si l o n g u e de c e u x q u e la célèbre d o c trine a suscités C e p e n d a n t depuis q u e les luttes a r d e n tes qu'elle a p r o v o q u é e s se sont apaisées, q u ' o n s'est habitué envisager plus froidement les c o n s é q u e n c e s de la c o n q u ê t e d ' u n e explication naturelle d u m o n d e v i v a n t , de belles d é c o u v e r t e s , s i l e n c i e u s e m e n t élaborées, ont donné u n e base solide un édifice q u i p o u v a i t un certain m o m e n t partre construit sur les plus fragiles a s s i s e s Les inductions a v e n t u r e u s e s , les déductions hasardées, les arbres g é n é a l o g i q u e s imaginaires, les affirmations prématurées, o n t s u c c o m b é sous les c o u p répétés d ' u n e critique minutieuse et patiente; mais en m ê m e t e m p s bien des objections q u i paraissaient i n s u r m o n t a b l e s o n t E PF.RRIER, Le T r a n s f o r m i s m e Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC DIVISION DU SUJET été définitivement é c a r t é e s ; q u e l q u e s - u n e s des m a x i m e s de l'ancienne s c i e n c e , p a r m i les plus d o g m a t i q u e s les plus contraires la théorie d ' u n e évolution et conti- nue d u m o n d e v i v a n t , o n t été reléguées au r a n g des v a i n e s h y p o t h è s e s ; les faits se s o n t déclarés partisans de c e u x q u ' o n appelait n a g u è r e encore les c h a m p i o n s du l'École en des idées possession d ' u n e et Les naturalistes sont méthode rationnelle : sachant entrevoyant le but d'investigation nettement d e m a n d e n t a u x êtres d o n t désormais ils étudient précis, l'idéal scientifique quels secrets les ils rapports, pratique, si j ' o s e m ' e x p r i m e r ainsi, q u e d o i v e n t réaliser l ' a n a t o m i e c o m parée et les classifications, j a d i s basées sur des principes m é t a p h y s i q u e s , ils a b a n d o n n e n t des f a ỗ o n s de raisonner a u x q u e l l e s on s ' é t o n n e q u ' i l s se soient si longtemps attardés, pour d e m a n d e r s i m p l e m e n t u n e intelligente coordination des faits les lois q u ' o n cherchait j a d i s établir c o u p s de g é n i e La position scientifique du t r a n s f o r m i s m e s'est donc c o m p l è t e m e n t modifiée d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s O n a m i e u x précisé les p r o b l è m e s vu comment il fallait les r é s o u d r e , on a m i e u x a b o r d e r ; on m a s q u e r les difficultés, se p a y e r on ne croit plus avoir de a renoncé mots sonores, t o u t d e v i n é ; mais t o u s ses efforts pour c o m p r e n d r e , et, se on a fait servant des faits c o n n u s , on a, plein de confiance dans le s u c c è s , d o n n é l ' i n c o n n u un a s s a u t m é t h o d i q u e Bien des c o n q u ê t e s précieuses o n t été ainsi réalisées; le p r o g r è s est tel aujourd'hui q u e l ' œ u v r e de D a r w i n n'appart déjà Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC DIVISION DU SUJET plus q u e c o m m e u n e d e s étapes glorieuses q u ' a u r a parc o u r u e s la g r a n d e doctrine a v a n t d'arriver au b u t S u r la route, elle aura s u c c e s s i v e m e n t revêtu bien des aspects N o u s d e v r o n s , tout court v o l u m e , ses d'abord, faire conntre, dans principales transformations; ce nous montrerons ce qu'elle fut d ' a b o r d ; ce qu'elle est d e v e nue entre les m a i n s d e s naturalistes de l ' é p o q u e actuelle, et c o m m e n t elle est arrivée g r o u p e r en u n m ê m e faisceau les d o n n é e s si l o n g t e m p s éparses de la p a l é o n t o logie, de l'anatomie c o m p a r é e , des sciences descriptives et de l ' e m b r y o g é n i e N o u s n o u s efforcerons enfin, laissant de côté les h y p o t h è s e s , de r é s u m e r ce q u e l'on a réussi savoir de plus précis sur l'origine d e s formes actuelles du règne animal et sur celle de l ' h o m m e L'idée de la possibilité d ' u n e transformation des formes animales n'est pas n e u v e ; celles m ê m e de la lutte pour la vie et de la sélection naturelle, sa c o n s é q u e n c e f o r c é e , avant de faire la gloire de D a r w i n se sont présentées p l u sieurs fois l'esprit des penseurs Il faut r e m o n t e r j u s q u ' la philosophie g r e c q u e , j u s q u ' A n a x i m a n d r e , p o u r en trouver les premières traces N o u s recherchons en c o n s é q u e n c e dans un premier chapitre les origines formisme qui c o m p t e parmi ses parrains des du trans- hommes tels q u e Franỗois Bacon, M a u p e r t u i s , Diderot, K a n t et peut-être Pascal l u i - m ê m e C'est en q u e l q u e sorte sa période à'hypothèse philosophique- laquelle se ratta- chent aussi les doctrines de S c h e l l i n g , d ' O k e n et de ses disciples Avec L a m a r c k et Geoffroy Saint-Hilaire, q u i ont e u , bien des égards, Buffon pour précurseur, Érasme Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC DIVISION DU SUJET D a r w i n et G œ t h e pour é m u l e s , le transformisme devient u n e hypothèse scientifique; n o u s recherchons elle a été d é v e l o p p ộ e par les naturalistes cette comment franỗais De h y p o t h è s e , qui g a r d e au d é b u t u n certain côté m é t a p h y s i q u e , Charles D a r w i n fait u n e h y p o t h è s e p u r e m e n t p h y s i q u e , en ce s e n s q u e le nature v i v a n t e u n e fois créée, l'illustre p e n s e u r n o u s la m o n t r e livrée a u x incessants conflits des forces e x t é r i e u r e s ; n o u s e x a m i n o n s en détail l ' œ u v r e de D a r w i n P o u r la première fois Hseckel développe d a n s toute leur étendue les c o n s é q u e n c e s m o r p h o l o g i q u e s de la d o n n é e de D a r w i n ; il tente de dresser un arbre g é n é a l o g i q u e des êtres v i v a n t s et en particulier d'établir la g é n é a l o g i e de l ' H o m m e N o u s d o n n o n s un aperỗu de sa doctrine Quelque prématurée qu'elle fût, la tentative de Hœckel présentait un h a u t intérêt; s o n retentissement fut i m m e n s e , et si l'auteur s'est élancé dans la voie q u i s'ouvrait devant lui avec u n e n t h o u s i a s m e q u i ne lui a pas toujours laissé le t e m p s de choisir le vrai chemin s o u v e n t hérissé d'obstacles, s'il a sauté pieds par-dessus beaucoup d'entraves, retombant joints un peu n ' i m p o r t e o ù , une fois le saut a c c o m p l i , il n'en a pas m o i n s rendu u n i m m e n s e service et c o o r d o n n é p o u r la première fois, d'après u n e m é t h o d e n o u v e l l e , la masse é n o r m e des faits De cette œ u v r e hardie, il reste encore d e b o u t bien des parties ; on p e u t s u r t o u t r e p r o c h e r au professeur d'Iéna de n'avoir pas s u f f i s a m m e n t établi ses prémisses, d'avoir trop d o n n é l'action des forces p h y siques, de n'avoir pas assez cherché s'il n'existait Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC pas DIVISION DU SUJET dans les êtres v i v a n t s inférieurs q u e l q u e faculté, dont l'exercice, répété dans des conditions variables, devait nécessairement c o m p l i q u e r les formes s i m p l e s , les transformer suivant des lois d é t e r m i n é e s et en tirer des formes élevées par un m é c a n i s m e a n a l o g u e celui q u i détermine les transformations des êtres i n a n i m é s Je m e suis efforcé dans m o n o u v r a g e : les Colonies males et Information des organismes, ani- de m e p l a c e r s u r ce ter- rain, r i g o u r e u s e m e n t scientifique ; j'ai' cherché m o n t r e r c o m m e n t la complication o r g a n i q u e p o u v a i t être o b t e n u e par l'exercice de la faculté q u ' o n t les f o r m e s a n i m a l e s inférieures de b o u r g e o n n e r , c'est-à-dire de se d é v e l o p p e r en produisant c o m m e les v é g é t a u x des parties s e m b l a bles entre elles q u i ne sont q u e la répétition d ' u n e partie première, directement issue de l'œuf J'ai p u ainsi d o n n e r u n sens concret ces g r a n d e s l o i s , d e m e u r é e s abstraites, d e l a répétition du polymorphisme, des parties, de la division de un peu \'association, du travail physiologi- que; j ' a i été conduit préciser c o m m e n t on pouvait e n tendre le parallélisme entre l ' é v o l u t i o n embryogénique de l'individu et le d é v e l o p p e m e n t graduel de l'espèce laquelle il appartient : cela m'a permis de mettre en relief un phénomène constant a u q u e l on n'avait attribué j u s - qu'ici q u ' u n rôle accidentel, le p h é n o m è n e de Y accélération embryogénique, g r â c e auquel u n lien étroit s'établit entre les p h é n o m è n e s si é t r a n g e s au premier abord d e s générations dites alternantes et le m o d e de d é v e l o p p e ments des a n i m a u x s u p é r i e u r s U n e théorie nouvelle bien des égards de l'individualité a n i m a l e , une division Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC DIVISION DU SUJET du r è g n e animal en séries indépendantes d o n t le d é v e l o p p e m e n t a pu être s i m u l t a n é , l'explication du grand n o m b r e des f o r m e s q u i o n t p u se m o n t r e r sur la terre dès le d é b u t de l ' é v o l u t i o n o r g a n i q u e , la m i s e en é v i d e n c e d'un parallélisme plus étroit entre les lois qui régissent l'évolution des o r g a n i s m e s et celles qui régissent l ' é v o lution de n o s sociétés, telles o n t été les c o n s é q u e n c e s de ce n o u v e a u travail de coordination d o n t j ' e x p o s e les traits principaux dans le c i n q u i è m e chapitre de ce v o l u m e 11 en ressortira l ' i m p r e s s i o n q u e les p l u s g r a n d e s difficultés rencontrées j u s q u ' i c i par les naturalistes t i e n n e n t surtout ce qu'ils n ' o n t pu se défaire e n t i è r e m e n t d ' u n e m é t h o d e de c o m p a r a i s o n qui consiste t o u t r a m e n e r a u x formes les plus c o m p l i q u é e s du r è g n e animal ou du r è g n e v é g é t a l , au lieu de chercher dans l ' e x e r c i c e des propriétés toujours s i m p l e s des f o r m e s inférieures l ' e x plication des f o r m e s c o m p l i q u é e s Ce g e n r e de recher- ches est notre seul m o y e n de rétablir, s'il est possible, la g é n é a l o g i e des f o r m e s inférieures d u r è g n e animal et de déterminer l'origine des formes é l e v é e s Q u a n t ces dernières elles o n t , en g é n é r a l , laissé dans notre sol de n o m b r e u x d é b r i s q u i p e r m e t t e n t d a n s u n e certaine m e sure de reconstituer leur histoire A p r è s a v o i r e s s a y é de m o n t r e r c o m m e n t on peut c o m p r e n d r e l ' é v o l u t i o n des f o r m e s animales inférieures, n o u s c o n s a c r o n s u n chapitre spécial l'évolution des V e r t é b r é s ; n o u s c h e r c h o n s e n suite s u i v r e pas pas l ' é v o l u t i o n des M a m m i f è r e s et n o u s r é s u m o n s enfin d a n s u n dernier c h a p i t r e le peu q u e l'on croit savoir sur les d é b u t s de l'espèce humaine Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 330 L E S L É M U R I E N S E T L E S S I N G E S ; L ' H O M M E v i d u s modifiés en des sens différents p o u r la procréation •d'un individu n o u v e a u Les f o r m e s v i v a n t e s se multiplient ainsi, v a r i a n t c h a c u n e en s e n s d i v e r s , c o m m e l'a si bien m o n t r é M Filhol en-ce q u i c o n c e r n e , par e x e m p l e , les Cynodictis et les Cainotherium L o r s q u e les formes parentes se sont s u f f i s a m m e n t a c c u m u l é e s en un m ê m e lieu, la lutte p o u r la vie d e v e n a n t sans cesse plus ardente, un c h o i x naturel se fait : les individus les m o i n s bien doués disparaissent r a p i d e m e n t et laissent a u x mieux adaptés a u x conditions a m b i a n t e s le soin de perpétuer la vie sur le g l o b e N o u s a v o n s déjà fait ressortir, en étudiant les c o l o nies a n i m a l e s , le rôle q u ' o n t j o u é dans la conservation et dans l'évolution des o r g a n e s les m o y e n s m ê m e s q u e nous m e t t o n s en œ u v r e p o u r assurer notre propre existence; nous a v o n s m o n t r é quel solide appui l'histoire de l ' é v o l u t i o n des o r g a n i s m e s fournissait a u x principes, si souvent contestés et p o u r t a n t nécessaires, c o m m e le résultat de la force des choses, sur lesquels s o n t f o n dées celles de n o s sociétés qui ont le m i e u x p r o s p é r é L'histoire des V e r t é b r é s met en relief un autre fait de haute importance : c'est le peu d'utilité de la force b r u tale p o u r ' assurer la conservation g i g a n t e s q u e Pterygoius des i n d i v i d u s Les o n t disparu, tandis q u e les Insec- tes p u l l u l e n t ; les é n o r m e s Orthocères, les puissants Ancy- loceras s o n t anéantis, tandis q u e les P o u l p e s s u b s i s t e n t ; les Atlantosaurus, les Iguanodon, a u x proportions c o l o s - sales, o n t laissé la place a u x O i s e a u x et a u x Mammifères de bien plus m o d e s t e s d i m e n s i o n s , et, p a r m i ces derniers, Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC C O N C L U S I O N 33I o n voit t o u t d'abord s'éteindre les g é a n t s , les d ' u n e part, et, d'autre part, les Pbenacodon, pbodon, les Dinoceras, les Brontotberium, Dinornis, les les Corygrands Edentés de l ' A m é r i q u e du S u d A u contraire, la d o m i nation appartient a u x êtres d o n t le s y s t è m e nerveux se perfectionne le plus r a p i d e m e n t La m a s s e n e r v e u s e des V e r t é b r é s les plus inférieurs est é n o r m e par rapport celle des Invertébrés les m i e u x p o u r v u s ; les Reptiles s o n t s o u s ce rapport bien m i e u x d o u é s q u e les Poissons, les O i s e a u x et les M a m m i f è r e s q u e les Reptiles T o u t e s les formes colossales de M a m m i f è r e s q u i o n t s u c c o m b é avaient un cerveau é t o n n a m m e n t petit, dépassant peine celui des Reptiles, et s o u v e n t b e a u c o u p m o i n d r e q u e les renflements n e r v e u x de l e u r m o e l l e c h a r g é s de diriger les m o u v e m e n t s de leurs r o b u s t e s m e m b r e s La m o y e n n e des d i m e n s i o n s du cerveau des M a m m i f è r e s tertiaires était de b e a u c o u p plus faible q u e celle des d i m e n s i o n s du cerveau des M a m m i f è r e s actuels, et de t o u s les ê t r e s , celui q u i a pris possession de la nature, c'est non le plus fort, mais le m i e u x d o u é s o u s le r a p p o r t cérébral La p r é d o m i n a n c e de l ' H o m m e d a n s le m o n d e est la c o n s é q u e n c e finale du perfectionnement incessant, travers t o u t e s les périodes g é o l o g i q u e s , de l ' i n s t r u m e n t l'aide d u q u e l s'exerce l'intelligence C'est ce p e r f e c t i o n n e m e n t q u i a placé les V e r t é b r é s au p r e m i e r r a n g parmi les A n i m a u x , les M a m m i f è r e s au premier r a n g parmi les V e r t é brés, qui a élevé l ' H o m m e si h a u t au-dessus des M a m m i fères, et qui a permis la raison h u m a i n e de d o m i n e r les forces a v e u g l e s du m o n d e p h y s i q u e Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 332 C O N C L U S I O N Conclusion — A u t e r m e de ce rapide e x p o s é , il est permis d ' e s s a y e r de dresser en q u e l q u e sorte le bilan de nos connaissances relatives l'origine et a u x m a t i o n s du m o n d e transfor- organique A u x premières q u e s t i o n s qui se p o s e n t : Qu'est-ce q u e la v i e ? C o m m e n t la vie a-t-elle pris naissance sur la t e r r e ? n o u s n ' a v o n s a u c u n e r é p o n s e M a i s en cela le biologiste ne diffère en rien du chimiste ou du p h y s i cien Si l'on d e m a n d e au premier : Q u ' e s t - c e q u e la matière ? C o m m e n t la matière a-t-elle commencé? il doit, lui aussi, confesser son i g n o r a n c e Si l'on d e m a n d e au second : Q u ' e s t - c e que la chaleur, la l u m i è r e , l'électricité ? il répondra : C e s o n t des m o u v e m e n t s Il n o u s montrera ces m o u v e m e n t s se transformant les u n s dans les a u t r e s ; mais si on l'interroge sur leur o r i g i n e , il sera forcé de dire : Je ne sais La matière appart au chimiste s o u s des aspects divers qu'il cherche définir ; il la croit éternelle et indestructible ; le physicien étudie c o m m e n t le m o u v e m e n t se t r a n s m e t d ' u n e m a s s e matérielle u n e a u t r e ; il recherche quelles transformations des masses matérielles accompagnent cette et du mouvement lui-même transmission; le m o u v e m e n t lui appart, tout c o m m e la matière, éternel, et en quantité c o n s t a n t e dans l ' U n i v e r s Le b i o l o g i s t e constate égalem e n t la transmission indéfinie et c o n t i n u e de la v i e ; il constate q u ' e n d e h o r s de la v i e rien n ' e n g e n d r e la vie Mais il sait qu'elle a eu u n c o m m e n c e m e n t sur la t e r r e ; il est porté croire qu'elle d i s p a r a ỵ t r a ; il n'a j u s q u ' présent t r o u v é a u c u n m o y e n de m e s u r e r la quantité de Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC CONCLUSION 333 vie, et q u a n d la vie part s'éteindre il se d e m a n d e , sans pouvoir encore r é p o n d r e , si cette apparente destruction n'est pas u n e simple transformation a u t r e m e n t c o m b i n é s que c e u x dont de mouvements le p h y s i c i e n fait l'étude C'est u n e infériorité r e l a t i v e m e n t au p h y s i cien et au c h i m i s t e Rien n'indique cependant que la m é t h o d e qui a conduit la c h i m i e et la p h y s i q u e u n si h a u t d e g r é de perfection ne soit pas applicable la biologie ; elle l'est, sans a u c u n d o u t e , la p h y s i o l o g i e , f est-elle aussi la m o r p h o l o g i e ? En c h i m i e , èn p h y s i q u e , les p h é n o m ố n e s s'enchaợnent de telle faỗon qu'il est possible de s'élever d ' u n e m a n i è r e i n i n t e r r o m p u e des plus simples a u x plus c o m p l i q u é s ; cette s y n t h è s e graduelle est, p r o p r e m e n t parler, la science e l l e - m ê m e Les formes v i v a n t e s s'en- chaợnent-elles aussi de telle faỗon q u e les plus simples n o u s fournissent l'explication des plus é l e v é e s ? C'est là, en s o m m e , l ' h y p o t h è s e fondamentale du t r a n s f o r m i s m e scientifique M a l h e u r e u s e m e n t le biologiste n'a pas entre les m a i n s les m o y e n s d'en fournir u n e démonstration décisive S'il lui a été d o n n é de d é c o m p o s e r les êtres vivants en é l é m e n t s d o n t il pu dans certains cas déterminer les propriétés, si l'histoire m ê m e d u d é v e l o p p e m e n t de c h a q u e individu lui m o n t r e d a n s ces éléments u n e p u i s s a n c e é t o n n a n t e de variation, il lui est i m p o s sible de les g r o u p e r e x p é r i m e n t a l e m e n t sa g u i s e , et il ne peut influer q u e dans u n e très faible m e s u r e sur le m o d e d ' e n c h a ỵ n e m e n t de leurs f o r m e s successives dans u n m ê m e i n d i v i d u Pas plus q u e l ' a s t r o n o m e , il Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 334 C O N C L U S I O N n'a l'expérience son service, et j u s q u ' présent il n'a m ê m e réussi q u e dans u n fort petit n o m b r e de cas d é t e r m i n e r u n rapport r i g o u r e u x entre les variations des conditions extérieures et les manifestations des p r o p r i é tés des éléments v i v a n t s Le point de départ de ses d é ductions ne se présente donc pas avec un caractère de précision suffisant pour q u e ces d é d u c t i o n s soient s u s ceptibles d'une rigoureuse vérification a posteriori Dans ces conditions il devient e x t r ê m e m e n t difficile l ' h o m m e de science de savoir s'il fait fausse route dans ses r a i s o n nements, et l'on comprend l'extrême défiance avec laquelle tous les essais d'explication des formes v i v a n t e s ont été accueillis par des esprits qui c o m p t e n t parmi les meilleurs Cette défiance était du reste légitimée par l'insuccès de t o u t e s les théories i m a g i n é e s j u s q u ' la fin de la première moitié de ce siècle, p e n d a n t u n e période o ù les m o r p h o l o g i s t e s , procédant au rebours de tous les autres savants, se bornaient étendre inconsciemment au R è g n e animal et au R è g n e végétal des c o n c e p t i o n s p u i sées dans l'étude exclusive des plantes et des a n i m a u x les p l u s é l e v é s En c h e r c h a n t un p h é n o m è n e simple, d o n t la répétition dans des conditions variables permỵt d'ordonner les formes v i v a n t e s d a n s un ordre de complication croissant j u s q u ' u n certain m a x i m u m , susceptible d'ailleurs de décrtre ensuite, nous nous s o m m e s rapproché autant q u e possible de la m é t h o d e des sciences p h y s i q u e s ; n o u s avons p u , en un certain s e n s , e x p l i q u e r u n très g r a n d Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC C O N C L U S I O N 335 n o m b r e de formes et d o n n e r u n e signification des lois d o n t la raison d'être échappait concrète Avons-nous pour cela d é m o n t r é q u e ces formes p r o c é d a i e n t réelle- m e n t les u n e s des autres ? E v i d e m m e n t n o n , car si g r a duel q u e paraisse le p a s s a g e d'une forme une autre, ce passage n'a j a m a i s été o b t e n u par l ' e x p é r i e n c e , o b s e r v é dans la nature On p e u t d o n c penser opérant cette coordination de f o r m e s v i v a n t e s raines, ni qu'en contempo- n o u s n ' a v o n s fait q u e dresser une sorte d'échelle des êtres, a n a l o g u e celle de B o n n e t , m a i s adaptée l'état actuel de nos connaissances m o r p h o l o g i q u e s et c o n f o r m e la m é t h o d e des sciences p h y s i q u e s Effectiv e m e n t u n e telle coordination est i n d é p e n d a n t e du transf o r m i s m e ; elle p e u t être considérée c o m m e le résultat d ' u n e faỗon nouvelle de concevoir cette mộthode natu- relle q u i a si fort p r é o c c u p é les naturalistes du c o m m e n c e m e n t de ce siècle S e u l e m e n t elle est effectuée de telle sorte q u e le j o u r où il serait établi q u e les o r g a n i s m e s v i v a n t s p r o c è d e n t les u n s des autres, elle les présente d a n s l'ordre m ê m e où tout ce q u e n o u s s a v o n s d ' e u x autorise penser qu'ils se s o n t succédé ; elle prépare par c o n s é q u e n t , autant qu'il est possible, l ' a v è n e m e n t des e x p l i c a t i o n s définitives La question de la possibilité d ' u n e modification g r a duelle des êtres v i v a n t s m e s u r e q u ' i l s se succèdent est d o n c u n e question de fait, a b s o l u m e n t i n d é p e n d a n t e de cette q u e s t i o n de m é t h o d e A v o n s - n o u s entre les m a i n s des é l é m e n t s pour la r é s o u d r e ? Si l'on s'en t i e n t aux documents qui nous ont été conservés depuis Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC que 336 C O N C L U S I O N l ' H o m m e écrit, on p e u t i n c o n t e s t a b l e m e n t tirer de ces d o c u m e n t s , c o m m e l'avait fait C u v i e r , des a r g u m e n t s q u i paraissent irrésistibles en faveur d e l ' i m m u a b i l i t é d e s formes v i v a n t e s Mais le seul fait q u e l ' H o m m e n'a pas toujours écrit est u n e b o n n e p r e u v e q u ' s u p p o s e r qu'il n'ait pas a c q u i s avec le t e m p s de facultés n o u v e l l e s , il a t o u t au m o i n s appris se servir de facultés q u i étaient latentes en l u i ; c'est déjà u n e modification N o u s s a v o n s , d'autre part, qu'il a s i n g u l i è r e m e n t modifié les a n i m a u x qu'il s'est a s s e r v i s , et q u e l l e q u e soit la cause de ces modifications et de leur c o n s e r v a t i o n , elles t é m o i g n e n t au m o i n s q u e les a n i m a u x et les p l a n t e s p e u v e n t se modifier avec le t e m p s J u s q u ' o ù p e u v e n t aller ces m o d i fications? Pas b i e n loin, si m ê m e elles ne t o u r n e n t pas t o u j o u r s dans u n cercle r i g o u r e u s e m e n t fermé, s e m b l e dire l'observation du m o n d e actuel Mais ici le m o n d e p a l é o n t o l o g i q u e se l è v e Il n o u s m o n t r e la période primaire sans V é g é t a u x fleurs, sans M a d r é p o r e s vrais, sans O u r s i n s b i s y m é t r i q u e s , sans Papillons, sans G a s téropodes coquille échancrée, sans Poissons osseux, sans O i s e a u x , sans M a m m i f è r e s ; la période secondaire avec un l u x e inouï de Reptiles qui m a n q u a i e n t la période précédente ; avec des O i s e a u x p o u r v u s de dents et rien q u e des M a m m i f è r e s m a r s u p i a u x ; enfin la période tertiaire appart c o m m e u n e période de gigantesques t â t o n n e m e n t s Où s'essayent une foule de formes d ' O i s e a u x et de M a m m i f è r e s a v a n t la réalisation des formes actuelles C o m m e n t e x p l i q u e r t o u t cela si l'espèce est i m m u a b l e ? L'observation de tout ce qui n o u s entoure Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC CONCLUSION 337 n o u s crie : « La vie seule e n g e n d r e la v i e ; t o u t être vivant descend de parents dont il diffère p r e s q u e t o u j o u r s par q u e l q u e s détails » A v o n s - n o u s le droit de prétendre q u e ces p r o p o s i t i o n s ne s'appliquent qu'à la période actuelle et q u e toutes ces formes n o u v e l l e s q u e nous voyons appartre dans la série des t e m p s s o n t nées sans p a r e n t s ? N o u s p o u v o n s ranger un certain n o m b r e d'êtres de ce v i e u x m o n d e de telle faỗon q u e les organismes actuels soient reliés par une série presque ininterrompue de formes passant u n e s a u x autres, des insensiblement des o r g a n i s m e s anciens t o t a l e m e n t différents Ici ce n'est plus dans l'espace q u e s'établit la c o n t i n u i t é c o m m e lorsque n o u s c h e r c h o n s ranger m é t h o d i q u e m e n t des formes c o n t e m p o r a i n e s , c'est dans le t e m p s N ' a v o n s - n o u s pas lieu de penser q u e ces f o r m e s qui se s u c c è d e n t s o n t g é n é a l o g i q u e m e n t issues les u n e s des autres ? Sans d o u t e , n o u s ne saurions faire ces q u e s t i o n s u n e réponse a b s o l u m e n t p é r e m p t o i r e , mais o n ne p e u t m é c o n n a î t r e q u e les faits se laissent g r o u p e r d ' u n e m a nière satisfaisante a u t o u r de l'idée d ' u n e évolution c o n t i n u e des f o r m e s v i v a n t e s M a l h e u r e u s e m e n t , q û a n d o n entre d a n s l e d é t a i l , s e m a nifestent de telles lacunes p a l é o n t o l o g i q u e s q u e t o u t e s les objections sont possibles La chne q u e la m o r p h o logie n o u s a permis d e c o n s t r u i r e r o m p u e q u a n d on est incessamment essaye de r e m o n t e r dans le p a s s é N o u s a v o n s divisé le R è g n e animal en cinq séries indép e n d a n t e s a u x r a m e a u x touffus ; n o u s ne s a v o n s de quell e E PERRIER, L e T r a n s f o r m i s m e 22 Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 338 C O N C L U S I O N faỗon c o m m e n c e a u c u n e d'elles et si m ê m e cette division est suffisante D a n s le m o n d e m a r i n n o u s ne s a v o n s pas c o m m e n t les C o r a u x de l ' é p o q u e secondaire o n t pu dériver de c e u x de l ' é p o q u e primaire; nous ignorons c o m m e n t les sept classes d ' É c h i n o d e r m e s p e u v e n t être reliées entre e l l e s ; les f o r m e s intermédiaires entre les M o l l u s q u e s et les V e r s n o u s s o n t i n c o n n u e s ; les L a m e l libranches coquille b i v a l v e paraissent avoir eu t o u t au m o i n s un p r o g é n i t e u r c o m m u n , avec les G a s t é r o p o d e s coquille u n i v a l v e , s p i r a l e : n o u s n ' a v o n s a u c u n e idée de ce qu'il p o u v a i t être C o m m e le pensait B r o n n , il s e m b l e bien q u e la mer ait fourni les p r e m i è r e s colonies q u i sont v e n u e s peupler les e a u x d o u c e s et la terre f e r m e , non toutefois sans q u e l q u e esprit de retour ; mais si n o u s e n t r e v o y o n s c o m m e n t les A r a c h n i d e s o n t pu provenir des C r u s t a c é s , n o u s n ' a v o n s pas encore rộussi avoir une idộe nette de la faỗon dont se sont constitués les M y r i a p o d e s et les Insectes N o u s v o y o n s bien le t y p e Batracien se d é g a g e r peu peu des Poissons g a n o ï d e s , et d o n n e r ensuite naissance s i m u l t a n é m e n t diverses formes de Reptiles, tandis q u e ces m ê m e s G a n o ï d e s form a i e n t s i m u l t a n é m e n t aussi diverses familles de Poiss o n s o s s e u x Mais m a l g r é les belles d é c o u v e r t e s de ces dernières années la distance est encore g r a n d e entre les Dinosauriens et les O i s e a u x , plus g r a n d e encore entre les M a m m i f è r e s et les f o r m e s a m p h i b i e n n e s a u x q u e l l e s o n a essayé de les rattacher C ' e s t s e u l e m e n t dans q u e l ques g r o u p e s restreints q u e les séries présentent u n e continuité satisfaisante : les A m m o n i t e s , parmi les M o l - Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC CONCLUSION 339 l u s q u e s , les O n g u l é s p a r m i les M a m m i f è r e s , sont les plus particulièrement r e m a r q u a b l e s cet é g a r d profusion des formes parentes est-elle si Encore la considérable q u e n o m b r e de voies, entre lesquelles il est s o u v e n t impossible de choisir a v e c certitude, conduisent des f o r m e s a n c i e n n e s a u x formes actuelles d o n t n o u s recherc h o n s la g é n é a l o g i e L'indétermination du p r o b l è m e , qui n'est s o u v e n t d'ailleurs q u e m o m e n t a n é e , a été q u e l q u e fois présentée c o m m e u n a r g u m e n t contre l'opportunité du p r o b l è m e l u i - m ê m e T o u t e s ces incertitudes s'accroissent encore q u a n d , au lieu de chercher e x p l i q u e r la succession des formes v i v a n t e s , n o u s c h e r c h o n s expliquer l ' a v è n e m e n t de la raison h u m a i n e A s s u r é m e n t la vieille doctrine qui réserve l'intelligence l ' H o m m e et ne laisse a u x b ê t e s q u e l'instinct est b i e n ' m o r t e a u j o u r d ' h u i ; les actes instinctifs des a n i m a u x n o u s apparaissent plus clairement chaque jour comme les opérations inconscientes d'une faculté qui ne diffère pas dans son essence de l'intellig e n c e ; m a i s c o m m e n t a été franchi le pas q u i s é p a r e l'intelligence stationnaire, dit-on, des a n i m a u x , de l ' i n telligence si é m i n e m m e n t perfectible de l ' H o m m e ? C o m m e n t notre intelligence a-t-elle été pénétrée par ce souci perpétuel des c a u s e s qui caractérise la raison et dont certaines manifestations constituent ce q u e M de Q u a trefages appelle la religiosité? Sera-t-il j a m a i s possible, c o m m e les u n s l'affirment é n e r g i q u e m e n t , tandis q u e d'autres le nient avec u n e égale ardeur, de relier les p h é n o m è n e s p s y c h i q u e s des a n i m a u x a u x p h é n o m è n e s p h y - Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 340 C O N C L U S I O N siques, alors q u e l'essence de ces derniers n o u s d e m e u r e si profondément cachée ? S a n s abandonner des espérances q u e justifient les résultats a c q u i s , s a c h o n s reconntre q u e n o u s s o m m e s bien loin d'avoir t r o u v é le m o t de t o u t e s c e s é n i g m e s L'art de distinguer les réalités d e s f a n t ô m e s de l ' i m a gination est ce q u i a fait la science actuelle si g r a n d e , ce qui l'a rendue si puissante Elle est assez forte p o u r s ' h o norer par l'aveu m ê m e de ses i g n o r a n c e s , et c'est parce q u ' o n la voit s'efforcer d'être toujours vraie q u ' o n s'habitue p e u p e u ne plus la croire d a n g e r e u s e FIN TABLE A L P H A B É T I Q.U B Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC TABLE A L P H A B É T I Q U E A ccé'lération emliryogénique• Sa définition Sa généralité 205 AEpyornis AMPÈRE • 286 Brontosaurus 19 Bunodontes Bryozoaires Amphibies permo-carbonifères 273 Amphioxus 216 Allopora 17 170 157 ANAXIMANDRE Anchilherimn domestiques tions) BUCH (Léopold DE) 57 i Cateuula Céphalopodes — Leurs Anoplotherium 309 ! 319 \ Antilopes 311 Cerfs 208 Cestoïdes 284 Cétacés Araignées (Développement) ARISTOTE ! Artiodactyles 297 | Artiozoaires 186 \ Cirripèdes ! Be'el^ebuth Balancement des organes Balanoglossus Barbe des Singes Beagle ( V o y a g e d u ) Beaumontia carac 267 — 313 244 295 306 américains Chiens; leur origine 307 293 49 Cladonema 170 165 Coalescence (Phénomènes d e ) 210 Codonocladium 164, 165 Codosiga 164 18 Ccelentérisme 181 38 Colonies animales — Leur dé- 194 finition | 45 147 Leur signification : dividualité 245 Comatules BLAINVIIAE (DE) 182 Concurrence vitale Blastoïdes 249 Coryphodon Bonellie 139, t o , 211 BONNET 16 159 Développement de leur indi- 88 18 CLARKE (James) 245 BALFOUR 1S1 , 15 BAËR (VON) 165 168 267 BACON (Franỗois) 293 294 79 Aviculidés Civette Association dans le R é g n e a n i Astro'ides calycularis 260 253 18 311 i C h e v a u x européens Ateles tères ; leur évolution 184 Leur évolution j Chats ; leur g é n é a l o g i e Leur consti- tution 187 Cbœtetes 10 Arthropodes- — mal CARUS ( V i c t o r ) Anthropọdes Archœopỵeryx 281 \ BUFFON | (Varia- 297 260 i Cainotherium , S j Carnassiers; leur généalogie 303 i CARTER ANAXAGORE Animaux Bovidés , Bougainvillea | Bourgeonnement : 202 160 252 55 296 Crâne ( T h é o r i e vertébrale d u ) Créations successives Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 192 27 342 T A B L E Crevettes ( D é v e l o p p e m e n t ) A L P H A B E T I Q U E Crinoïdes 206 Leurs séries indépendantes 249 Leur évolution Croisements Cryplohelia 65 • • '7? Cténophore ' 75 Cunitia 175 CUVIER 15, 21 Cydippes 175 Cynodidis 294 Cynodraco 278, 286 Cystidés 155, 248 DARWIN (Charles) }, 4, 10, DARWIN (Érasme) 12, 44 4, 19 178 Espèces — Leur fixité 14 Leur < DIDEROT , 17 Dinoceras 298 Dinoniis 2S6 DIOGÈNE, d'Apollonie Division du travail physiologique 131 Drosera 69 DUGÈS 152, Eunice 198 Eurypterus 254 FlLHOL 293 (Formes des) Leur 67 évolu- tion 263 Gastraea-théorie • Gelocus Génération alternante Génération spontanée GEOFFROY 159, 12 (Etienne) 4, 21, 30 GEOFFROY SAINT-HILAIRE (Isid.) Géphyriens GŒTHE 182 Son hypothèse du monisme Leur évolution paléontolog 45 Sa généalogie du R è g n e ani- Sa généalogie de l'Homme ! Emhryogénie — Importance que lui attribue Correspondance avec le d é v e 132 Premiers stades du dévelopD é v e l o p p e m e n t des animaux 146 296 62 Hesperomis 285 Hipparion 306 Hippopotames 194 Holothuries 205 Homme — 208 nature ] 75 182 264 des Crustacés supérieurs de 143 de -l'individualité H e r b i v o r e s ; leur g é n é a l o g i e des Araignées mode 135 190 123 Héiicinidés — Leur 19 Sa théorie des Echinodermes — Éponges — Hérédité ; ses lois '33 des V e r t é b r é s animale 37 — mal Sa théorie Geoffroy loppement paléontologique 243 H TECKEL — Son rôle 36 210- Gràptolithes Leur mode 177 SAINT HILAIRE l82 de constitution 131 311 192 DuVERNOY Echinodermes — 241 249 Gastéropodes — 42 Étoiles de mer 160 DESHAYES 23 234 Chez les Éponges Dénies absence chez les P r o - zoaires Fleurs 2:4 prétendue Leur caractère artificiel 265 Dentale 239 241 Errata Dauphinule DEMOCRITF paléontolog 310 251 Sa place dans la 73 Développement de sa structure 101 Développement de ses facultés 164 intellectuelles et morales Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 108 T A B L E A LP H 343 A B É T I Q U E : MILNE EDWARDS (Alphonse) 115 | Mollusques Formation des races humaines 117 j Ancêtre de l'Homme 328 j Hydractinies 167 I Monères 129 Hydrocoralliaires 178 ; Monisme 124 Sa généalogie d'après Dar- win H y è n e s ; leur origine 295 Ichtbyornis • 2S5 Iguanodon leur organisation la paléontologie 24 MCLLER ( F r i t z ) Isopodes 254 Myriapodes 3, KAYSERLING KENT (Saville) 165 KOWALEVSKY ( W o l d e m a r ) LACAZE-DUTHIERS (DE) LAMARCK Lamellibranches 297 181 4, , 22, 39 — Leur ori- gine, leur évolution, 266 Lauugo 77 Lémuriens ! Nauplius ' 233 • 63 209 129 (Développ.) 34 , 142, 5 191 261 Némertes 245 , Neoceratodus 272 ; Néphridies 195 ; Nepbthys 190 ; OKEN ' Oiseaux — Leur origine Olynthus primordialis 18, 192 283 155, 164 Organes rudimentaires 38 Orgasme 181 I Nématodes 40 LEUCKART ! NAPOLÉON 315 LEROUX (Pierre) LINNÉ 18 42 181 Morphologie ; son accord avec Irritabilité KAHT 212 262 163, 165 Monda Monobia 91 Leur évolution 90 Intelligence des animaux 286 Explication de ! Monoxenia Darwini 283 Instincts — Oscabrions 14 24 265 Lipkea 175 Ostracodes 256 Lopbiodon 302 O u r s ; leur origine 295 Lucernaires 175 Oursins 250 LUCRÈCE io Lutte pour la vie Madréporiques 10, 57 (lies) ' MAILLET (DE) Mammifères — Leur o r i g i n e Leur évolution Marsupiaux MAUPERTUIS 3, Méduses Membrane nïctitante \ OWEN (Richard) | Palœotberium 46 Pangenèse 17 PARMÉNIDE 18S PASCAL 290 PASTEUR 291 Penœus 17 Pèrissodactyles Phenacodon 79 157 MÉTRODORE Microcéphales 84 Microstomes 187 301 64 3, , 34 13 191 ỵ Pentacrines 172, 177 Mérides 42 183 297, 301 296 Philosophes grecs Philosophie de la Nature Phoques Phosphorites 19 313 j 293, 309 M i l i e u ( L e ) e t le Règne animal , Phrynes MILNE EDWARDS (Henri) — Phyllodoce 190 Phylogénie 133 Phytocrinus 183 La division du travail physiologique 131 Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 258 T A B L E A L PH ABÉTIQ.UE J44 Phytozoaires 184 Plantes carnivores 68 Plantes grimpantes 7° Plastides Plésiosaures Pleurotomaires • Sténostomes 263 Système 241 310 Protistes ( R è g n e d e s ) 170 musculaire lies) 81 40 258 Trachyméduses Trématodes Pterygotus Pyrosomes, QuATKEFAGES ( D E ) , 14 U.NGER 279 VARENNE ( D E ) 303 17 Ruminants — Leur origine Leur évolution 297 ScHAAFFHAUSF.N l8 Schizopode 256 SCHLEIDEN l8 Scorpions 257 Scutibranches Sélection naturelle Sélection sexuelle 75, 117 Scyphistom.es 2 , 264 Sélénodontes SEMPER Sirénides SPENCER ( H e r b e r t ) Stégocéphales 59 192 (Familles) Singes Spinipora 175 297, 30S Sexdigitaires 253 , 190 79 260 154 236 18 Variabilité des espèces 162 15 Variabilité limitée 40 Variations brusques des espèces 37 Vers annelés 184 Leur évolution, leur constitution morphologique Vertébrés — Rapports les Tuniciers , 259 avec 141, 216 Segmentation de leur corps 192 Leur rein primitif 194 Leur parenté avec les V e r s 215 Leur évolution 270 paléontolog VIGUIER 184 VOGT (Cari) 84 318 WALLACE (Russell) 41 313 XÉNOPHANE 83 43 dépendantes 277 167 Leur évolution simultanée Rhamphorhynque ROBINET T r o u supracondyloïde Reptiles — Leur apparition Rhinocéros 260 | Turbellariés, 254 Types organiques — Leur ré203 partion en cinq séries i n - l / , 199, 210 RAY 18 Trochosphère Ptérodactyles TREMBLEY 273 129 j TREVIRANUS Prolriton 175 Trilobites Thélyphones 235 302 189 Protozoaires — Leur évolution Psychodiaires (Anoma- THALÈS de Milet 66 Progrès continu ( H y p o t h d u ) 275 178 Tète Leur ancienneté Syncoryne 270 Porcins 278 Tapirs sent entre eux 175 17S ' Leur évolution Strobiles 170 Liens qui les unis- Stylaster Pliobotkrus Polypes — 147 Podocoryue Poissons — 187 Stereorachis Y e u x latéraux 178 ZENON 274 Zoïdes 193 L Y O N — I M P R I M E R I E P I T R A T A I N E , R U E G E N T I L , ^'/U, Document numérisé par la Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie - UPMC 160 ... u x sont sensibles et ont u n e â m e c o m m e l ' H o m m e Les feuilles d e s plantes sont leurs poils, leurs p l u m e s , leurs écailles C'est la chaleur qui fait crtre les v é g é t a... u e n o u s leur a c c o r d o n s La race cruelle des Lions et les autres espèces de b ê t e s féroces sont p r o t é g é e s par leur force, le R e n a r d par sa ruse, le Cerf par la rapidité... c'est-à-dire les ont portés de n o u velles actions q u i sont d e v e n u e s habituelles, il en sera résulté l'emploi de telle partie par préférence celui de telle autre, et, dans certains c a s , le
- Xem thêm -

Xem thêm: LE TRANSFORMISME, PAR E. PERRIER 1888, LE TRANSFORMISME, PAR E. PERRIER 1888

Mục lục

Xem thêm

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay