Geology (Travels, explorations) 27

42 3 0
  • Loading ...
1/42 trang

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:34

ESSAI DE CLIMATOLOGIE ALGERIENNE P A R A THEVENET D O C T E U R D I R E C T E U R D E L'ÉCOLE D I R E C T E U R ÈS-SCIENCF.S SUPÉRIEURE D US E R V I C E DES SCIENCES M É T É O R O L O G I Q U E D'ALGER A L G É R I E N ALGER-MUSTAPHA TYPOGRAPHIE ET L I T H O G R A P H IE R u e des Colons, 17 A O U T 1896 G IRA L T ESSAI DE CLIMATOLOGIE ALGÉRIENNE INTRODUCTION Description physique U n e des questions les plus intéressantes, les plus importantes et e n m ê m e t e m p s les plus ardues q u e T o n puisse se proposer d a n s l'étude d e la Physique d u globe, est, sans contredit, la suivante : Etant d o n n é la situation géographique d'une contrée, sa configuration, la nature d e son sol, l'étendue d e ses forêts, le n o m b r e d e ses cours d'eau, déterm i n e r priori et avant toute observation, au m o i n s dans leurs valeurs m o y e n n e s , les éléments météorologiques relatifs chaque point d e cette contrée et c h a c u n e des saisons d e l'année L a solution d'une pareille question, exigeant la fois le concours des principes les plus simples et les plus élevés d e la Physique et de l'Astronomie, offre, dans son e n s e m b l e , d e s difficultés considérables Quelques grandes q u e soient ces difficultés, l'étude d e cette importante question doit sans cesse être poursuivie et l'on n e doit pas désespérer de les voir u n jour surmontées, d u m o i n s en partie Ce n'est q u e par u n e x a m e n minutieux des p h é n o m è n e s météorologiques observés pendant d e longues périodes, qu'il sera possible d e remonter leur cause réelle : il importe de se garder d e théories prộconỗues et d e se borner la recherche plus m o d e s t e d'explications plausibles des p h é n o m è n e s bien constatés Ces tentatives d'explication des faits observés, fussent-elles e n partie infructueuses, n e seront jamais inutiles ; elles susciteront d e la part des lecteurs attentifs soit des objections, soit des considérations nouvelles, dont la science n e pourra q u e profiter E n outre, l'explication, m ê m e défectueuse, d'un résultat quelconque d'observation, constitue le meilleur m o y e n m n é m o n i q u e d e retenir ce résultat, par les efforts et les discussions auxquels il a d o n n é lieu, et les tableaux d e chiffres ainsi q u e les cartes d e m o y e n n e s devenant u n objet d'étude et de raisonnement, perdront, en grande partie, leur aridité et présenteront m ê m e u n attrait incontestable Ces tentatives de climatologie rationnelle, quels qu'en soient les résultats, sont légitimées par des considérations d'une importance encore plus grande Les stations d'un réseau sont nécessairement plus o u m o i n s disséminées sur sa surface Si l'on veut se rendre c o m p t e d e la valeur probable des éléments météorologiques relatifs u n point o ù il n'a jamais été recueilli d'observations, il n e suffira pas d'interpoler entre les valeurs correspondantes constatées d a n s les stations les plus rapprochées La configuration d u sol, son altitude, son m o d e d'exposition et d'autres données encore, pourront influer d'une manière sensible sur ces éléments et en éloigner la valeur de celles des m o y e n n e s générales indiquées c o m m e première approximation par les cartes et les tableaux présentés d a n s la suite L'étude des éléments météorologiques et de leur distribution dans l'ensemble d u réseau algérien doit d o n c être précédée d'une description physique succincte d e cette contrée O n divise ordinairement l'Algérie en quatre régions, celles d u Littoral, d u Tell, des Hauts-Plateaux et d u Sahara D e l'Ouest l'Est, c'est-à-dire d u M a r o c la frontière tunisienne, la côte très sinueuse présente u n d é v e l o p p e m e n t de 1.300 kilomètres avec u n e orientation Sud-Ouest Nord-Est, de N e m o u r s T é n è s et p e u près Est-Ouest, de Ténès jusqu'à L a Calle L e long d e cette côte s'étend u n e zone très étroite qui constitue ce q u e l'on appelle le Littoral ; m a i s clans les tableaux qui suivront, la dénomination d e station d u Littoral sera exclusivement réservée celles qui sont tout fait situées a u bord d e la m e r A cette première zone succède la région d u Tell qui s'élève graduellement d u N o r d a u S u d jusqu'à des altitudes variables dont quelques-unes dépassent 2.000 mètres Cette région, la plus fertile d e l'Algérie, c o m p r e n d u n certain n o m b r e d e plaines orientées généralement dans u n sens parallèle a u Littoral, et d e grands massifs m o n t a g n e u x séparés par d e profondes vallées livrant passage des cours d'eau d'un débit très irrégulier et qui n e sont pour la plupart q u e des torrents alimentés accidentellement par d e fortes pluies L e s stations comprises d a n s cette zone offrent les situations les plus variées tant au point d e vue d e l'altitude qu'à celui d e l'exposition A la région d u Tell fait suite sans délimitation bien précise celle des HautsPlateaux, comprise entre d e u x bourrelets m o n t a g n e u x qui, très écartés l'un d e l'autre d u côté d u M a r o c , vont en se rapprochant peu p e u jusqu'à se réunir c o m p l è t e m e n t près d e la frontière tunisienne ; cette région constitue u n e dépression relative dont le fond est u n e altitude m o y e n n e d e 0 mètres au-dessus d u niveau d e la m e r C'est a u fond d e cette sorte d e cuvette q u e se réunissent les eaux pluviales qui, e u raison d e la nature d u terrain, produisent u n certain n o m b r e d e lacs salés appelés Cliotts D'ailleurs, par suite d e la faible a b o n d a n c e des pluies et d e l'intensité de l'évaporation, ces Ghottssont en général desséchés pendant u n e grande partie d e l'été La plupart des cours d'eau se perdent d a n s les bas-fonds ; seul, le Chéliff, prenant sa source dans le bourrelet S u d des Hauts-Plateaux qu'il traverse d u S u d au Nord, franchit le bourrelet Nord pour couler d e l'Est l'Ouest et se jeter dans la m e r non loin d e M o s t a g a n e m Cette région se distingue assez nettement d e celle d u Tell a u point d e v u e climatologique et particulièrement celui de l'humidité atmosphérique I m m é d i a t e m e n t après le bourrelet S u d des Hauts-Plateaux c o m m e n c e la région saharienne, dont l'altitude décroit d e l'Ouest l'Est, c'est-à-dire depuis le S u d oranais jusqu'aux pieds de l'Aurès et a u S u d d e la Tunisie, d e sorte qu'entre cette région et celle des Hauts-Plateaux, il n'existe qu'une faible différence d e niveau dans l'Ouest, tandis qu'une pente très rapide conduit d e la région d e Constantine Biskra, qui n'a q u e 120 mètres d'altitude, et m ê m e d'autres dépressions sur lesquelles existent des Chotts dont le niveau est inférieur celui d e la m e r D a n s son e n s e m b l e et a u point d e vue physique, l'Algérie est d o n c constituée par u n vaste plateau situé entre d e u x versants, celui d u Nord o u versant méditerranéen, et celui d u S u d o u versant saharien C'est d e cette configuration relativement simple q u e doit résulter, e n grande partie d u m o i n s , la distribution d a n s cette contrée des différents éléments météorologiques À ce r é s u m é d e géographie physique d e l'Algérie, il convient d e joindre u n e nomenclature complète des stations ayant fourni des d o c u m e n t s utilisables Cette nomenclature divisée, surtout pour la facilité d u langage, e n quatre parties correspondant a u x quatre zones adoptées, fait conntre la situation géographiq u e exacte d e c h a q u e centre d'observation Situation géographique des Stations et origines des observations Littoral Nemours — Longitude 4° 11' Ouest, latitude 35°6', altitude Génie militaire, d e 1875 1879 Hôpital militaire, d e 1880 1894 m Gap Falcon — Longitude 3°8' Ouest, latitude 35°46', altitude 78'" 2, Mtre d e Phare, d e 1875 1894 Oran — Longitude 3°0'Ouest, latitude 35°42', altitude 60'" Hôpital mili- taire 1875-1894 Arzew — Longitude 2°37' Ouest, latitude 35°51', altitude 20"' Hôpital militaire 1885-1890 Mostaganem — Longitude 2° 14' Ouest, latitude 35°55', altitude Hôpital m militaire, 1885-1890 Ténès Longitude i°l' Ouest, latitude 36°31', altitude Hôpital militaire m 1885-1894 CherchelL— Longitude 0°8' Ouest, latitude 36°48', altitude 38'" Hôpital militaire, 1885-1894 Cap-Caxine — Longitude 0°38' Est, latitude 36°49', altitude Mtre d e m Phare, 1816-1885 Alger — Longitude 0°43' Est, latitude 36°48', altitude 2 Hôpital d u D e y , m d e 1875 8 et 38™ Hôtel d e Ville, d e 8 1894 Dellys — Longitude 1°55' Est, latitude 36°55', altitude 59™ Hôpital militaire, d e 8 1890 Arts et Métiers, 1891-1892 Bougie — Longitude 2°44' Est, latitude 3b°47', altitude 6 Génie militaire, m d e 1879 8 et 73™ Hôpital militaire, d e 1885 et 1890 Djidjelli — Longitude 3°25' Est, latitude 36°50', altitude Hôpital militaire, d e 1879 1893 m Philippeville, — Longitude 4°34' Est, latitude 36°50', altitude Hôpital m militaire, 1876-1882 et 1885-1890 Bône — Longitude 5°25' Est, latitude 36° 53', altitude Hôpital militaire, d e 8 1890 m La Galle — Longitude 6°6' Est, latitude 36°54', altitude 3 Hôpital militaire, d e 1875 1077 Génie militaire, d e 1878 1884, altitude et Instituteur, d e 8 1893, altitude m in m Tell Sidi-bel-Abbès — Longitude 2°58' Ouest, latitude 35°2', altitude Génie, d e 1875 1878, et 5 Collège, d e 1885 1890 m m Tlemcen — Longitude 3°38' Ouest, latitude 34°53', altitude Génie, d e m 1884 et 824™ Collège, d e 8 1894 Orléansville — Longitude 0°59' Ouest, latitude 36°40', altitude 118™ Génie, d e 1875 1884 et 1 Ecole c o m m u n a l e , d e 1885 1894 m Saint-Cyprien-les-Attafs — Longitude 0°35' Ouest, latitude 36° 13°, altitude Missionnaires, d e 1876 1884 m Téniet-el-Haâd.— Longitude H Ouest, latitude 35°52', altitude 1 Génie militaire, d e 1875 8 et 1 Ecole c o m m u n a l e , d e 8 1894 m m Médéa — Longitude 0°26' Est, latitude 36° 16', altitude Génie militaire, d e 1875 8 et 915'" Collège, d e 8 1890 m m Boufarik — Longitude 0°36' Est, latitude 36°34', altitude Ecole c o m m u ­ nale, d e 1880 1894 m Staouéli — d e 1879 1894 Longitude 0°35' Est, latitude 36°44', altitude Trappistes, Tiaret — Longitude 1°1' Ouest, latitude 35°23', altitude 1086'" Hôpital mili­ taire, d e 1881 1894 For t-ГEmpereur — Longitude 0°43' Est, latitude 36°48', altitude 223"' Génie militaire, d e 1878 1888 Boudzaréa — Longitude 0°42' Est, latitude 36°48', altitude 354"' Observa­ toire astronomique, d e 1890 1894 Lalla-Maghrnia.— Longitude4°3'Ouest, latitude 34°52', altitude 365'° Hôpital militaire, d e 1885 1890 m ' Saint-Denis-du-Sig — Longitude ° З Г Ouest, latitude ° \ altitude 5 Hôpital militaire, d e 1885 1890 Relizane — Longitude 1°47' Ouest, latitude 35°45', altitude 70'" Hôpital mili­ taire, d e 1885 1890 Mascara — Longitude 2°11' Ouest, latitude 35°26', altitude 628"' Hôpital militaire, d e 1885 1890 Aïn-Temouchent — Longitude 3°29' Ouest, latitude 35°18°, altitude 260"' Hôpital militaire, d e 18ь5 1890 Blida — Longitude 0°30' Est, latitude 36°20', altitude Hôpital militaire, d e 1885 1890 Boghar — m Longitude 0°24' Est, latitude 35" 54', altitude Hôpital mili­ taire, d e 1885 1890 Miliaria — Longitude 0°6' Ouest, latitude 36°19', attitude 970'" Hôpital mili­ taire, d e 1885 1890 Ecole normale 1893­94 JDra-el-Mizan — Longitude 1°31' Est, latitude 36°32', altitude 447'" Hôpital militaire, d e 1885 1890 Jemmapes — m Longitude 4°48' Est, latitude 36"43', altitude Hôpital mili­ taire, d e 1885 1890 m Coléa — Longitude 0°28' Est, Latitude 36°38', altitude Hôpital militaire, d e 1885 1890 Moùdjbeur — m Longitude 0°31 Est, latitude 35°57', altitude Bergerie nationale, d e 1881 1892 Baya — Longitude 2°56' Ouest, latitude ° Г , altitude 1275 Hôpital mili­ taire, d e 1885 1890 El-Alia — altitude 30" Ponts et Chaussées, près Alger, Sebdou — altitude 958'" Hôpital militaire, d e 8 1890, Jardin du Hamma — Altitude 10"' Observations d'années diverses, près Alger Sainte-Hélène — Altitude 660'" Constantiue Petit Séminaire A n n é e s diverses Saouria — Altitude 40"' Ecole c o m m u n a l e Tamzourah — Altitude 189"' Ecole c o m m u n a l e Hennaya — Altitude 189"' Ecole c o m m u n a l e Arcole — Altitude 149"' Ecole c o m m u n a l e VHillil — Altitude 132"' Ecole c o m m u n a l e Gastonville — Altitude 62"' Ecole c o m m u n a l e Années diverses Ameur-el-Aïn — Altitude 105"' Ponts et Chaussées Stations pluviomctriques Montebello — Altitude 67"' (Lac Halloula) Ponts et Chaussées Taher — Altitude 60'" Ecole c o m m u n a l e Rouïba — Longitude 0'58' Est, latitude 36°45', altitude 28"' Ecole d'agriculture, d e 8 1894 Tizi-Ouzou — Longitude 1°33' Est, latitude 3Ç>°43, altitude 257"' Hơpital militaire, d e 1879 1894 Fort-National — Longitude 1°52' Est, latitude 36°38', altitude 916 " Hôpital militaire, d e 1894 Aumale — Longitude l ° f Est, latitude ° , altitude 905">3 Génie militaire, d e 1875 1884 et 887'" Bordj d e l'Administration, d e 1885 1894 Sétif — Longitude 3°6' Est, latitude 36° 11', altitude 1086"' Génie militaire, d e 1875 1884 et Collège, d e 1885 1894 Constantin^ — Longitude 3°48' Est, latitude 37°24', altitude 660"' Hôpital militaire, d e 8 et Ecole normale, d e 1894 Guelma — Longitude 5°7' Est, latitude 36°28', altitude277"'9 Génie, d e 1875 1884 ; 275'"4 Observatoire d e M Renier, de 8 1891 et 280'" Ecole c o m m u nale, d e 1891 1893 Hauts-Pla teauœ Méchéria — Longitude 2°37' Ouest, latitude 33°40', altitude 1140"' Génie, d e 8 1884 et 1176"' Hôpital militaire, d e 8 1894 Aïn-Sefra — Longitude 2°54' Ouest, latitude 32°50', altitude 1085"' Hôpital militaire, d e 1889 1894 El-Aricha — Longitude 3°41' Ouest, latitude 34° 1G', altitude 1330'" Hôpital militaire, de 1877 1879, de 1882 1884 et de 1888 1894 Saïda — Longitude 2° 10' Ouest, latitude 34° 51', altitude 86S Génie, tie 1875 1834 et 880'» Hôpital militaire, de 1885 1894 ,n Géryville — Longitude 1°10' Ouest, latitude 33°45', altitude 1305'" Génie militaire, de 1876 1884 Hôpital militaire d e 1885 1894 A-flou — Longitude 0°16' Ouest, latitude 34°8', altitude 1430™ Hôpital militaire, de 1876 1894 Djelfa — Longitude 0°48' Est, latitude 34°40', altitude 1160'" Génie militaire, de 1875 1884 et 1167'" Hôpital militaire, d e 1888 1894 Batna — L o n g i t u d e 3°50' Est, latitude 35°32', altitude 1045'"7 Génie militaire, de 1875 1884 et 1058'" Ecole c o m m u n a l e , d e 1885 1893 Borclj-bou-Arrériclj — Longitude 2°28' Est, latitude 35°24', altitude 925'" Hôpital militaire, de 1888 1893 Sahara Laghouat — Longitude 0°31' Est, latitude 38°48', altitude 748'" Génie militaire, de 1875 1884 et 752"' Ecole c o m m u n a l e , de 1885 1894 Ghardaïa — Longitude 1°40' Est, latitude 32°35' altitude 539"' Hơpital mili- taire, de 1885 1894 Bou-Sâda — Longitude 1°55' Est, latitude 35°10', altitude 652'"2 Génie militaire, de 1879 1883 et 669" Hôpital militaire, de 1888 1894 Biskra — Longitude 3°20' Est, latitude 34°51', altitude Génie militaire, d e 1875 1884 Ecole c o m m u n a l e , de 1885 1893 m Tuggurth — Longitude 4°22' Est, latitude 33°23', altitude 69'" Hôpital mili- taire et Borclj d u C o m m a n d a n t supérieur, années diverses Ouargla — Longitude 2°57' Est, latitude 31°58', altitude 69'" Hôpital mili- taire, années diverses El-Goléa — Longitude 0°47' Est, latitude 30°33', altitude 383'" Hôpital mili- taire, de 1892 1894 Hassi-Inifel — Longitude 1°16' Est, latitude 29°44', altitude 305™ Hôpital militaire D a n s Fénumération des éléments météorologiques dont l'étude va suivre, la température de l'air a été placée en première ligne L a cause d e la plupart des p h é n o m è n e s atmosphériques est sans contredit la Chaleur; c'est cet agent qui, par sa distribution tant la surface d u sol qu'à différentes hauteurs, est la cause principale des m o u v e m e n t s de l'atmosphère et des p h é n o m è n e s météorologiques qui en sont les conséquences E n outre, cette d o n n é e est u n e des plus importantes conntre, tant au point de v u e d e l'hygiène qu'à celui d e l'agriculture CHAPITRE PREMIER T E M P É R A T U R E D E L'AIR L a température e n u n lieu d é p e n d la fois d e sa situation géographique et d e son élévation au-dessus d u niveau d e la m e r Elle est soumise en outre d'autres influences, telles q u e celles d e la configuration d u sol, d e sa nature et de son m o d e d'exposition O n n e saurait attribuer d e faibles différences d e latitude u n e bien grande action sur la distribution d e la chaleur e n Algérie Quatre o u cinq degrés d e plus dans la hauteur d u soleil midi, quelques minutes d e plus o u d e m o i n s dans la durée des jours o u des nuits produisent sans doute sur cet élément u n effet qu'on n e saurait négliger, m a i s les conditions toutes particulières dans lesquelles se trouve placé u n pays situé entre u n e m e r et u n désert doivent attirer l'attention sur des causes plus importantes D e s cartes d'isothermes ainsi q u e des tableaux où les stations d e chaque zone sont rangées par ordre d'altitude croissante feront ressortir le m o d e d'action sur la température d e la situation géographique et d e la hauteur au-dessus d u niveau d e la m e r Influence de la proximité de la m e r Les radiations solaires qui t o m b e n t sur les m e r s , o u e n général sur les grandes étendues d'eau dont la surface est d o u é e d'un certain pouvoir réflecteur sont, dans u n e notable proportion, réfléchies dans l'athmosphère E n outre, u n e part de ces radiations pénètre par r a y o n n e m e n t jusqu'à u n e certaine profondeur et échauffe l'eau d a n s toute l'épaisseur qu'elle traverse E n vertu d e sa grande capacité calorifique l'élévation d e température qui e n résulte est très faible L'eau des couches inférieures s'élève par convection jusqu'à la surface pour remplacer celle q u e l'évaporation a refroidie; cette dernière, d e v e n u e plus lourde, tend descendre pour laisser la place des m a s s e s plus chaudes Il se produit ainsi u n m o u v e m e n t continuel la suite duquel l'eau doit s'échauffer d a n s u n e grande partie d e sa profondeur et par suite n e subir pendant le jour qu'une faible élévation d e température P e n d a n t la nuit la surface d e l'eau subit par le r a y o n n e m e n t u n certain abaiss e m e n t d e température, la suite duquel l'eau superficielle tend descendre température n'y descend au-dessous d e 0° q u e très exceptionnellement C e fait présente u n e importance capitale tant a u point d e v u e d e l'hygiène qifà celui d e l'agriculture E n dehors d u Littoral, a u contraire, les m i n i m a s absolus sont généralement inférieurs 0°, et sur les Hauts-Plateaux ils descendent jusqu'à — 6'' et m ê m e dépassent — 8° Sur le versant saharien ces m i n i m a s absolus ont encore u n e m o y e n n e inférieure 0°, excepté Biskra o ù elle est d e 1°,1, la température m i n i m a n'y est d o n c q u e très rarement inférieure 0° D a n s les stations plus élevées d u Sahara cette température d e 0° est plus f r é q u e m m e n t atteinte Minimas exceptionnels P o u r achever d e faire conntre les températures des différentes régions d e l'Algérie pendant le cours d e l'hiver, il convient encore de signaler les m i n i m a s les plus remarquables qui ont été relevés par les observateurs Ces m i n i m a s sont relatés clans le tableau précédent et se rapportent pour la plupart a u x m ê m e s années, celles des grands hivers d'Europe et d'Algérie Températures minimas d'été Pendant le cours d e l'été les températures m i n i m a s qui se rapportent la nuit, o u tout au m o i n s sa dernière partie, offrent u n e grande importance C'est eu effet d e la frcheur plus o u m o i n s grande des nuits q u e dépend le repos nécessité par les fatigues des journées chaudes Sur le Littoral ces m i n i m a s ont u n e valeur m o y e n n e d'environ 20° Pour les stations d u Tell, directement exposées l'influence marine, ces m i n i m a s diminuent sensiblement avec l'altitude; il suit d e q u e pendant l'été les nuits sont moinsfatigantes clans les localités quelque p e u élevées A m e s u r e q u e l'on s'éloigne d u bord d e la m e r l'influence d e l'altitude se fait plus nettement sentir Ces m i n i m a s descendent graduellement jusqu'à 17°, l M é d é a , 16°,2 Sétif, 14° Batna et Djelfa Sur le versant saharien o n rencontre des m i n i m a s d'été d e plus e n plus élevés ; ils atteignent 19°,9 Bou-Saàda 23°,S Biskra et 25°,o El-Goléa et conservent dans le Sahara m ê m e , des valeurs p e u différentes jusqu'à l'extrémité S u d d u réseau E n général, les m i n i m a s d'été sont d'autant plus bas q u e l'altitude est plus grande L a transparence de l'air, jointe son faible degré hygrométrique, p e r m e t des r a y o n n e m e n t s nocturnes intenses et par suite abaisse sensiblement les températures m i n i m a s T E M P É R A T U R E S M O Y E N N E S M E N S U E L L E S Pour obtenir avec exactitude la température m o y e n n e d'une journée, il faudrait théoriquement e n partager la durée en u n très grand n o m b r e d'intervalles égaux, faire la s o m m e des températures observées d a n s c h a c u n d'eux et diviser cette s o m m e par le n o m b r e d e ces intervalles O n peut se d e m a n d e r si les cinq températures recueillies c h a q u e jour a u x heures réglementaires ont des significations également précises Les trois lectures d u t h e r m o m è t r e ordinaire fourniraient des n o m b r e s dont le sens serait parfaitem e n t net si elles étaient faites rigoureusement a u x heures voulues; m a i s l'observateur le plus soigneux, se trouvant e m p ê c h é , peut retarder ou avancer l'instant d e son observation qui d o n n e alors des résultats trop faibles o u trop élevés c o m p a r a t i v e m e n t c e u x q u e l'on constate clans les autres stations d u réseau Il n'en est pas d e m ê m e des températures m a x i m a s et m i n i m a s relevées tous les matins ; qu'elles le soient u n p e u plus tôt o u u n peu plus tard, elles n'en h ont pas m o i n s u n e signification très précise; elles représentent les limites entre lesquelles a varié la température pendant les vingt-quatre heures qui précèdent l'observation L e u r d e m i - s o m m e indique, pour ainsi dire, le centre de cette oscillation, et leur différence e n m e s u r e l'amplitude D'ailleurs, cette d e m i - s o m m e arithmétique, corrigée d'après certaines règles indiquées plus loin, donnera la température m o y e n n e d e la journée C'est d o n c exclusivement des températures m a x i m a s et m i n i m a s qu'il sera fait usage, dans cette étude O n connt, d u reste, l'importance des limites entre lesquelles varie cet élément Les appareils enregistreurs sont seuls susceptibles d e fournir les d o n n é e s nécessaires l'évaluation rigoureuse d e la température m o y e n n e d'un lieu O n partagerait la base d u d i a g r a m m e correspondant la journée considérée et sur laquelle se m e s u r e le t e m p s écoulé, e n u n très grand n o m b r e d e parties égales ; o n ferait la s o m m e des ordonnées o u températures correspondantes et T o n diviserait cette s o m m e par le n o m b r e des intervalles O n voit q u e cette opération revient évaluer l'aire m o y e n n e d e la courbe fournie p a r l'enregistreur, c'est-à-dire la hauteur d u rectangle qui aurait m ê m e base et m ê m e surface qu'elle Si la température avait, abstraction faite des perturbations accidentelles qu'elle peut éprouver, u n e allure m o y e n n e oscillatoire et régulière qu'on pourrait appeler sinusoïdale, il suffirait d e prendre la m o y e n n e d e s m a x i m a s et d e s m i n i m a s d'un grand n o m b r e clJ jours d e c h a q u e m o i s pour obtenir la température m o y e n n e relative ce m o i s ; m a i s il n'en est rien : le d i a g r a m m e d u jour est loin d'être l'opposé, ou, pour ainsi dire, le renversement d u d i a g r a m m e d e la nuit La courbe q u e trace l'enregistreur pendant le jour se rapproche d'une d e m i sinusoïde dont les ordonnées vont e n a u g m e n t a n t m e s u r e q u e le soleil s'élève au-dessus de l'horizon et m ê m e u n p e u après, pour décrtre m e s u r e qu'il s'abaisse jusqu'à son coucher ; il n'en est pas d e m ê m e de la partie d u diag r a m m e qui correspond la nuit A partir d u coucher d u soleil, la température obéit des lois bien différentes Ces lois, bien connues, sont celles d u refroidissement Elles se traduisent par des graphiques dont les ordonnées vont constamm e n t en décroissant et diminuent de m o i n s en m o i n s vite pour n e r e c o m m e n c e r crtre qu'un p e u avant le lever d u soleil E n raison de cette différence essentielle entre les formes q u e présentent les d e u x parties d u d i a g r a m m e d'une journée complète, o n n e saurait, pour u n ensemble quelconque de journées, confondre la température m o y e n n e vraie avec la m o y e n n e arithmétique des t e m p é ratures m a x i m a s et m i n i m a s Il faut donc faire subir cette dernière u n e certaine correction O n considère généralement cette correction c o m m e proportionnelle la différence qui existe entre les températures m a x i m a s et m i n i m a s ou, ce qui revient a u m ê m e , c o m m e le produit de cette différence par u n certain coefficient Ce produit, est retranché ensuite de la m o y e n n e arithmétique des d e u x températures L a correction est toujours soustractive dans les régions dont les latitudes n e dépassent pas u n e certaine limite A d m e t t o n s u n instant q u e le d i a g r a m m e de la température pendant u n jour complet ait la forme d'un rectangle surmonté d'un triangle dont la base horizontale joindrait le m i n i m u m d u matin a u m i n i m u m d u lendemain, et dont le s o m m e t répondrait a u m a x i m u m d u jour; dans ce cas, la correction serait nulle E n effet, le d i a g r a m m e considéré aurait la m ê m e surface q u e celle d'un rectangle ayant pour base celle d u d i a g r a m m e et pour hauteur celle d u rectangle augm e n t é e exactement de la moitié de celle d u triangle Il suit de q u e toutes les causes qui influeront sur la forme de la courbe pour l'éloigner de la forme triangulaire, modifieront la valeur d u coefficient correctif clans u n sens ou clans l'autre L a valeur d e ce coefficient variera é v i d e m m e n t avec les durées relatives d u jour et de la nuit qui augmentent l'une des d e u x parties au dépens de l'autre ; elle variera d o n c avec les saisons et m ê m e avec chacun des mois de l'année La latitude aura aussi u n e influence m a r q u é e sur ce coefficient ; on sait, en effet, q u e la durée d u crépuscule est en relation directe avec cet élément E n conséquence, l'élévation o u l'abaissement de la température se produira avec u n e rapidité plus ou m o i n s grande ; dès lors, le d i a g r a m m e présentera de part et d'autre d u m a x i m u m des concavités ou des convexités plus ou m o i n s prononcées P o u r les régions de faible latitude où le crépuscule est de courte durée la courbe des températures présentera des pentes beaucoup plus accentuées de part et d'autre d u m a x i m u m et s'éloignera dès lors davantage d e la forme triangulaire Il faut d o n c s'attendre trouver, dans les pays méridionaux, u n coefficient correctif plus élevé q u e clans le Nord C e coefficient est, d e plus, dans u n e d é p e n d a n c e directe avec la transparence calorifique m o y e n n e d e l'air Plus cette transparence est grande, plus la t e m p é rature varie b r u s q u e m e n t , soit le matin, soit le soir P o u r toutes ces raisons évidentes et pour d'autres qui peuvent échapper, il a paru indispensable d'évaluer le coefficient d e correction particulièrement pour l'Algérie C e travail n'a p u être effectué q u e pour la station d'Alger qui, seule, possède des appareils enregistreurs contrôlés par comparaison avec des t h e r m o mètres d e précision Il résulte d e l'étude d e n o m b r e u x d i a g r a m m e s relatifs tous les m o i s d e l'année q u e les valeurs d u coefficient d e correction, tout e n ayant clans leur e n s e m b l e la m ê m e allure q u e c e u x qu'on emploie Paris, leur sont sensiblement supérieurs Cette différence provient d'une plus faible latitude et d'une plus grande transparence d e l'air pour Alger q u e pour Paris Les valeurs comparatives d e ces coefficients sont d o n n é e s d a n s le tableau suivant : J a n v i e r Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept O c t o b r e Nov Dec Paris 0,047 0,068 0,064 0,061 0,039 0,043 0,043 0,053 0,068 0,068 0,056 0,039 Alger 0,070 0,116 0,085 0,114 0,122 0,097 0,093 0,100 0,140 0,164 0,145 0,115 Si l'on applique a u x m o y e n n e s arithmétiques des m a x i m a s et des m i n i m a s les corrections relatives c h a q u e m o i s d e l'année, o n obtient le tableau des t e m p é ratures m o y e n n e s mensuelles vraies d e toutes les stations d u réseau algérien Températures m o y e n n e s mensuelles corrigées Stations Janv Fév Mars Avril M a i Juin Juillet Août Sept Octob Nov Dec Littoral Nemours U°0 Gap Falcon 11,9 12,4 13,7 15,0 17,5 20,6 23,4 24,2 22,2 18,3 15,1 12,3 10°7 12,1 11,3 16°2 19°7 23°0 23°2 20°6 16°6 13,°7 11°3 Oran 10,5 11,0 13,0 15,1 17,8 20,8 23,4 24,1 21,7 17,6 14,0 10,9 Arzew 10,9 11,7 15,0 15,4 18,7 21.7 23,6 24,1 22,3 18,7 14,8 12,4 Mostaganem 10.4 10,6 12,8 15,0 17,8 20,4 23,5 23,9 21,2 17,3 12,9 10,0 Tenes 11,3 10,3 12,8 13,9 16,7 20,6 23,4 23,7 21,2 17,4 14,0 11,0 Gherchell 10,3 10,4 12,6 14,3 17,0 20.3 23,3 23,5 21,7 17,4 14,3 11,2 Gap Caxine 12.5 13,1 13,9 15,3 17,5 20,2 23,0 24,9 22,4 19,0 16,2 13,3 Alger 12.2 12,2 13,6 15,3 18,1 21,1-24,1 Dellys 11,0 11,1 13,8 15,6 18,3 21,4 24,4 25,4 23,0 18,8 15,1 11,9 Bougie 11,0 11,2 12,9 14,6 18,0 20,7 24,2 24,7 22,4 18,0 14,7 11,2 Djidjelli 11,5 11,9 13,9 15,1 18,2 22,0 25,2 25,6 23,5 19,0 15.5 12,4 Philippeville 10.3 10,5 12,2 14,6 17,1 20,8 24,2 24,8 22,5 17,7 13,6 11,3 24,5 22,7 18,8 15,8 12,2 Janv Octob Nov D e c Bòne 10,4 11,2 13,°3 14°7 18°3 20,°T 24°1 24,°7 22°9 18°1 14°6 ll°9 L a Calle 10,9 11,8 13,5 15,4 18,4 21,4 23,9 24,6 22,6 18,2 14,4 11,8 Stations Fév Mars Avril M a i Juin Juillet Août Sept Littoral (suite) Tell Koba 8,9 9,3 11,5 13,0 15,5 19,7 22,8 23,1 21,1 17,6 13,0 10,1 El-Alla 8,9 9,8 11,2 14,8 16,4 21,0 24,4 24,7 21,8 16,8 12,8 9,5 Boufarick 9.2 9,9 12,5 24,4 24,4 21,7 16,5 12,9 9,6 Orléansville 7,7 8,7 11,7 13,2 17,5 22,0 26,7 26,5 22,4 16,1 11,8 8,2 Staouéli - 9.0 9.6 11,8 13,0 16,1 16,4 12,9 11,3 Coléa 9.6 10,1 14,5 17,5 21,8 24,2 24,3 21,8 16,5 12,7 10,6 8.3 10,5 12,3 14,0 16,6 18,6 28,5 28,4 23,0 16,3 12,0 , St-Cyprien-les-Attaf s Fort-l'Empereur 12,9 13,5 10,3 10,9 13,0 14,7 Tizi-Ouzou 8.1 9,1 17,3 21,1 20,8 23,1 23,9 21,0 17,2 20,0 23,8 24,7 22,0 8,7 17.7 14,3 11,6 11,8 13,4 16,9 21,7 25,7 25,8 20.8 15,9 11,8 8,2 Blida 9.4 10,2 12,2 14,4 -18,0 21,5 24.5 24,6 21,8 16,8 12,1 10.5 Guelma 8.7 9,4 Boudzaréa 9.2 10,3 Lalla-Marnia 8,0 8,4 11,9 19.7 14,1 10,1 8,4 Sidi-bel-Abbès 7.3 8,1 10,8 11,9 14,7 19,5 23,3 23,4 19,0 13,8 9,6 6,6 Dra-el-Mizan 7,9 7,9 11,8 13,4 18,1 22.2 27.3 27,5 24,1 17,1 11,4 8,0 Mascara 9.2 9,4 11,0 15,1 16,6 13,3 9,4 Constantine— 6.0 6,9 25,0 24,5 21,0 14,8 10,0 6,6 Tlemcen 8.3 9,3 A u maie 5,2 8.1 8,6 40,9 Mcdéa 5.8 5,9 8,2 9,5 11.5 13,8 17.2 21,2 25,2 25,3 22,0 16,6 12,3 12,2 13,8 16,6 20,3 24,1 23,6 22,1 9,6 13.8 16,4 20,4 22,8 23,6 11,1 17,4 22,0 26,8 26,3 22,7 15,4 20,1 11,0 12,9 16,2 19,7 23,5 23,7 20,3 14,6 20,2 23,8 24,5 14,3 19,0 9,3 14,8 11,1 15,5 11,8 8,5 19,9 13,6 9,3 5,8 18,3 23,7 23,4 17,9 12,3 11,4 5,5 Fort-National 5.1 5,7 8,2 10,1 13,3 19.2 23,7 24,1 19,6 13,4 9,4 5,7 Boghar 3.5 5.3 8,4 10.3 15,9 22,5 26,0 25.6 20,5 12,9 8,8 5,0 Miliana 6.2 6,6 9,6 11,2 15.8 20,4 25,1 25,3 20,6 14,5 10,3 7,2 Sétif 3.9 4,6 7,8 9,9 13,7 19,3 23,8 23,0 7,3 4,2 Téniet-el-Haâd 3,8 4,7 7,6 9,4 13,4 12,4 7,5 4,5 25,8 19,0 14,1 9,4 6,4 10,3 11,7 15,1 20,1 24,4 24,2 20,6 14,2 9,9 6,9 14,6 9,5 6,6 18,6 12,0 19 23,4 23,2 18,6 Hauts-Plateaux Moudjbeur 8,7 7,9 9,9 13,5 16,0 21,5 26,1 Saïda 6.6 7,3 Tébessa 6,0 6,4 9,3 Sebdou .• 3.7 3,9 8,8 Batna 3,6 4,6 7,3 Aợn-Sel'ra 5,0 5,8 9,9 12,2 16,8 21,7 26,5 24,6 20,2 13,8 8,6 5,2 Tiaret 3,5 4,7 6,9 10,1 12,8 18,2 23.7 23,6 8,3 5,0 7,1 4,1 9,2 5,2 11,5 15,4 21,1 24,1 9,9 14,8 23,2 23,2 18,5 12,6 9.6 13,9 18,8 23,0 21,8 18,0 Djelfa 3,2 5,0 7,5 9,8 Méchéria 5,2 7,1 9,0 11,3 13,8 19,1 23,7 19,6 11,9 13,8 12,4 19,8 23,3 22,2 17,2 11,2 15,8 21,5 26,2 25,8 21,3 13,9 7,1 3,1 7,1 3,9 Stations Janv Fév Mars Avril M a i Juin Juillet Août S e p t Octol) N o v D e c Hauts-Plateaux (suite) Daya Géryville El-Aricha Aflou o o o o o o o o o o o o 2,9 5.7 8,1 8,8 12,5 17,1 25,7 26,4 19,6 12,5 7,5 4.9 3,3 4,G 7,2 10,0 13,6 19,3 24,0 23,6 18,1 11,4 6,6 3,6 3.5 4,7 7,4 9,8 13,6 19,4 23,7 23,1 19,4 12,0 7,6 4,4 3.6 4,3 6,7 9,4 14,5 19,9 24,2 23,6 17,6 12.2 6,9 3,6 30,0 33,4 29,5 28.7 20,2 14,7 9,4 Sahara Tuggurth Biskra Ouargla 8.5 10,3 8.2 9,9 12,7 17,8 23,8 11,8 14,6 17,3 22,1 27,0 30,6 29,9 26,0 19,8 11,0 19,1 23,1 28,0 32.6 30,0 25,6 17,5 II ,6 15,5 14,0 10,7 7,2 Hassi-Inifel 8.3 11,0 15,6 18,8 23,4 27,8 30,1 29,2 27.1 22,4 14,4 6,7 El-Goléa 6.8 11,1 16,7 18,3 24,7 29,8 33,0 31,2 27,9 22,2 12 8,1 Ghardaïa 8,0 9,8 14,7 17,7 22,1 30.8 25,6 18.6 17,4 8,8 Bou-Saâda 6.9 7,7 10,6 13,8 18,4 23,9 28,4 28,2 22,8 27.9 32,3 15,7 10,0 6,7 Laghouat 6.6 8,1 11,0 13,6 18,3 23,7 26,6 15,2 9,6 6,5 26 21,6 L a température m o y e n n e mensuelle d'un lieu est l'expression d e la résultante des actions périodiques d u soleil et des r a y o n n e m e n t s nocturnes q u e sa surface éprouve P o u r démêler c o m m o d é m e n t les actions simultanées d e l'altitude et d e la latitude sur u n élément météorologique quelconque o n peut porter sur u n rectangle clans le sens horizontal les distances la m e r et clans le sens vertical les altitudes d e c h a q u e station ; o n obtient ainsi u n e carte o ù c h a q u e station est représentée par u n point Si sur ce point o n inscrit la valeur d e l'élément considéré, d e la température m o y e n n e par e x e m p l e , o n aura constitué u n e sorte d e plan coté qui m e t la fois e n évidence les effets d e la latitude et d e l'altitude 11 n e restera plus qu'à reudre c o m p t e des anomalies d e la surface ainsi présentée, en faisant appel d'autres considérations, telles q u e l'action des vents d o m i nants, des reliefs du sol ou d'autres d o n n é e s particulières E n appliquant cette m é t h o d e a u x températures m o y e n n e s mensuelles relatives la saison d'été o n est frappé de leur grand uniformité Elles n e s'éloignent guère d e 25°, quelles q u e soient l'altitude et la latitude II faut aller jusqu'à Bou-Saâda et Biskra pour constater 30° et jusqu'à El-Goléa pour trouver 33° Les stations d'Orléansville, d e St-Cyprien-les-Attafs, d e Tizi-Ouzou, d e G u e l m a et d e Sidi-bel-Abbès, font seules exception et dépassent d e quelques degrés la m o y e n n e d e 25° D a n s le cours d e la saison froide, a u contraire, la température m o y e n n e qui est d e 11° environ sur le Littoral d i m i n u e assez régulièrement m e s u r e qu'on s'élève d a n s le Tell pour atteindre les Hauts-Plateaux D a n s cette dernière région o n constate des m o y e n n e s d e o u 4° E n redescendant sur le versant saharien cette T E M P É R A T U R E S M O Y E N N E S CORRIGÉES M u s t a p h a — Iinp CIRAI.T, rue d e s Colons I" Cl V TEMPÉRATURES M O Y E N N E S CORRIGÉES M u s t a p h a - I m p GIRALT, rue d e s Colons 17 Pl VI température a u g m e n t e et, chose assez remarquable, elle atteint 11° Biskra, c'est-à-dire u n niveau peu supérieur celui d u Littoral Il y a plus : les t e m p é ratures m o y e n n e s d'hiver Tuggurt, Ouargla, El-Goléa et Ghardaïa sont peu près rangées, entre 8° et 10°, dans le m ê m e ordre q u e les altitudes respectives d e ces stations E n u n m o t , tandis qu'en été l'altitude n'a qu'une influence très faible o u presque nulle sur la température m o y e n n e , dans la saison d'hiver cette influence se trouve très nettement accusée P e n d a n t l'hiver la nébulosité est grande, les vents sont forts, les b r u m e s sont fréquentes ; les masses d'air entrnées sur les hauteurs avec u n e certaine vitesse n'ont pas le t e m p s de récupérer la chaleur capable de neutraliser le refroidissement résultant de leur décompression Il en résulte un abaissement d e température variable avec l'altitude L ' e x a m e n d u tableau m o n t r e en effet u n e influence m a r q u é e de l'altitude : tandis q u e le Littoral présente u n e m o v e n n e de i l environ, les Hauts-Plateaux offrent peine 3° ou 4° pour la m ê m e saison P e n d a n t l'été, au contraire, la nébulosité est faible et pour ainsi dire nulle; l'air est transparent, les vents n'ont q u e peu d'intensité L e sol est d o n c partout soumis directement l'action des radiations solaires et au r a y o n n e m e n t nocturne L'air en s'élevant lentement sur les hauteurs retrouve a m p l e m e n t , par son contact avec le sol, échauffé pendant le jour, la chaleur qui peut maintenir sa température malgré l'effet de la dilatation D'autre part, pendant la nuit l'air se refroidissant par son contact avec le sol, u n e sorte de compensation s'établit entre la surélévation des m a x i m a s et l'abaiss e m e n t des m i n i m a s C'est ainsi q u e dans le plus grand n o m b r e des stations d u Littoral, du Tell et des Hauts-Plateaux la température m o y e n n e ne s'éloigne guère de 25° Sur le versant saharien et dans le Sahara m ê m e , d'autres influences, celle de la latitude entre autres, élèvent la température m o y e n n e jusqu'à 30° et audessus U n certain n o m b r e de stations d u Tell se distinguent par leurs températures m o y e n n e s dépassant de quelques degrés, soit en été soit en hiver, celles des autres stations O n peut faire intervenir l'influence des reliefs d u sol qui s'oppose a u x vents d e telle ou telle direction, a u g m e n t e ou diminue dans d'inégales proportions les m a x i m a s d'une part et les m i n i m a s de l'autre, et modifie les m o y e n n e s Ces exceptions, déjà signalées pour Orléansville, St-Cyprien-lesxVttafs, Tizi-Ouzou, G u e l m a , Sidi-bel-Abbès, s'expliquent par la présence de massifs m o n t a g n e u x , formant c o m m e u n e barrière entre elles et la m e r , et s'opposant l'arrivée des vents du Nord qui d o m i n e n t dans cette saison Si l'on joint cela la présence d u rideau de vapeur q u e ces vents entretiennent u n e certaine hauteur au-dessus d'elles, o n peut se rendre c o m p t e , en partie d u m o i n s , des hautes températures m o y e n n e s qui y sont constatées VARIATION DIURNE D E L A TEMPÉRATURE E n calculant la différence qui existe entre les m a x i m a s et les m i n i m a s d'un grand n o m b r e d e jours d u m ê m e m o i s pour u n e m ê m e station, o n obtient ce q u e l'on peut appeler la variation diurne d e sa température Ces résultats sont consignés d a n s le tableau ci-joint : Stations Janv Fév Mars Avril M a i Juin Juillet Août Sept O c t N o v Dec Littoral Nemours C a p Falcon Oran Àrzew 10°7 11°3 10°3 7,0 7,4 10°3 10°2 9°5 9°6 9°9 10°0 7,5 7,5 8,1 8,4 8,5 8,5 7,9 7,7 7,2 6,9 7,1 10,2 14,9 13,3 10,4 13,7 8,4 8,3 7.6 13,8 12,5 11,5 7,2 7,4 7,8 8,1 8,0 11,3 11,8 11,3 9,6 10,7 8,4 9,9 9,0 8,6 9,6 9.4 10,7 10,0 10.9 10,9 13,3 13,8 8,3 10°8 7,7 10°9 10°1 7,3 7,0 7,4 7,6 10,5 10,1 Mostaganem 6,5 Ténès 8,8 Cherchell 7.4 8,1 8,0 8,0 9,4 8,7 8,0 7,3 7,2 7,8 6,8 6,7 Cap Caxine 5,2 5.3 5.5 5,5 5,6 5,7 6,3 6,5 6,8 6,3 58 6,1 8,3 7,8 10,1 10,1 Alger 6.2 7,2 7,5 8,1 8,2 9,2 8,6 8,6 8,4 7,8 7,4 7,0 Dellys 7.5 7,8 8,8 9,6 9,8 9,9 9,7 9,2 8,3 8,8 7,6 6,9 9,9 Bougie 8.3 9,1 9,8 10,6 11,0 11,4 11,1 11,3 9,4 9,9 10,1 10,8 11,3 12,1 11,9 10,0 11,6 Djidjelli 9,0 Philippeville 9.8 10,9 11,6 11,0 Bône 8.9 9,3 9,4 9,7 9,3 » 8,6 L a Calle 7,9 7,5 9,4 8,9 8,9 9,6 8,8 8,0 11,2 10,4 9,6 8,5 11,4 13,0 10,7 11,1 10,5 9,5 9,4 9,4 8,8 9,2 7,9 7,9 10,7 10,3 9,9 10,0 8,6 9,1 8,0 14,1 14,6 13,5 12,8 9,6 9,9 8,6 8,9 8,8 Tell Rouïba 11,0 12,0 12,3 12,2 El-Alia 7,9 6,9 9,0 9,3 12,9 13,7 9,6 11,8 10,4 8,4 7,0 Boufarik 10,9 12,7 12,1 13,7 14,2 14,4 15,4 15,7 14,1 12,8 Orléans ville 12,2 13,2 14,3 15,6 17,2 18,5 19,5 20,2 18,2 Staouëli 10,2 10,9 10,fr 11,5 16,1 12,1 11,3 11,1 10,4 9,3 Coléa 9,2 10,4 10,0 12,5 10,2 13,4 9,2 10,1 12,3 11,8 11,7 18,9 St-Cyprien-les-Attafs 11.6 13,0 14,5 15,0 16,0 19,1 9,4 7,2 7,6 7,4 8,5 8,7 11,0 11,9 12,8 53,0 14,6 17,1 Fort-l'Empereur Tizi-Ouzou Blida Guelma Boudzaréa Lalla-Maghrnia 13,2 11,9 18,9 10,3 10,4 17,9 11,1 11,1 18,1 13,4 8,9 7,9 18,2 16,7 14,8 12,2 10,9 10,2 8,6 12,9 10,2 7,4 6,3 13,1 10,9 7,0 8,8 9,5 10,6 13,4 13,8 13,4 13,1 11,9 9,7 8,1 8,3 10,4 11,9 13,1 14,1 15,3 16,1 18,0 17,7 16,7 13,5 11,8 9,9 5,5 6,2 6,6 6,2 5,7 5,6 4,0 4,8 17,5 18,5 20,8 20,9 18,6 16,8 4,8 5.4 4,5 5,0 15.7 15,4 13,4 16,0 16,1 15,4 Stations lanv Fév Mars Avril Mai Juin Juillet A o û t Sept Oct N o v Dec Tell (suite) Sidi-bel-Abbès 13°1 13°6 14°1 Dra-el-Mizan 7,4 8.0 9,5 Mascara 8,1 9,0 7,5 14°2 16°,2 18,3 19°5 20,2 17,9 15°9 10,0 10,0 13,6 12,8 12,3 3,3 Constantine 8.8 9,7 Tlemcen 8,4 9,8 9,8 Aumale 6,8 10,5 Medea 9.4 9,2 9,8 Fort-National 5.9 69 7,7 Boghar 5.5 7,6 8,6 Miliana 6,4 6,5 Sétif 8,3 S,0 11,0 12,1 Téniet-el-Haâd— 7,9 8,5 11,1 8,9 6,4 7,5 11,2 11,8 13,2 13,0 15,3 8.5 10,3 10,8 11,5 10,1 10,2 12,0 8,4 12,9 10.6 8,9 7,7 7,4 7,3 5,9 4,3 15,2 13,4 12,1 10,0 7,8 11.5 10,3 8.8 7,7 12,9 15,1 11,4 9,6 8,4 15,8 14,6 11,1 9,1 7,6 9,4 7.9 6,6 5.6 13,3 13,8 11,3 8,4 7,0 5,9 8,3 7.3 6,6 16,7 16,9 15,6 12,4 11,1 8,9 14,9 17,1 10,6 10,5 10,5 16,6 12.5 12,4 14.6 15,1 14,2 14,0 iÙ 12,3 8,0 14,9 15,2 15,7 17,1 11,6 12,9 8,6 14,1 13°, 11,2 14,0 15,2 15,7 15,5 11,5 13,2 11,9 9,3 8,5 Hauts-Plateaux Moudjbeur 13,6 15,4 13,6 15,9 20,0 Saïda 11,6 12,5 Tébessa 10.5 13,6 14,1 19,7 21,5 22,6 20,8 15,3 16,8 18,6 17,5 11.2 13,7 14,2 15,6 17,3 18,7 19,1 15,8 14,3 12,1 17,6 13.8 12,6 10.8 16.2 13.4 12,2 10,5 Sebdou 13,0 13,5 13,3 10,4 16.3 17,7 20,2 21,1 16,9 16.8 13.8 14,2 Batna 11.6 12,8 17,5 14,9 13,3 10,0 Aïn-Sefra 13,9 15,0 15.4 14,3 16.7 18,1 20,0 21,5 20,2 17,9 15,1 11,4 Tiaret Djelfa Méchéria D a ya 6,9 7,6 9,7 11,3 10,4 13,6 9,2 13,9 7,8 14,5 16,6 18,6 20,3 8,2 9,7 19,5 10,6 11,7 10,6 10,2 12,9 14,7 16,7 18,3 20,2 20,3 13,3 13,9 15,5 17,1 10,3 10,8 Géryville 12.7 14,6 14,1 El-Aricha 12,4 13,8 15,3 Aflou 11,7 12,1 8,2 18,3 15,3 13,0 18,7 17,5 15,9 16,8 16,4 13,6 11,5 13,7 18,1 19,8 17,6 15,4 17,6 17,9 19,7 17,9 17,2 15,3 15,5 16.9 20,1 22,0 21,1 12,0 13.1 16,5 17.5 7,4 0,2 9,9 9,7 12,3 12,7 11,5 14,1 12,6 22,5 10,8 14,1 12.2 18,2 19,0 16,5 13,8 11,8 11,4 Sahara Tuggurth 14.3 14,7 12,9 15,8 17,5 17,2 17,9 20,3 19,7 18,7 12,8 13,9 Biskra 10,6 11,5 13,5 13.2 14,1 14,9 14,9 13,5 11,9 11,1 19,1 17,0 10,1 16,3 15,0 15,4 13.1 16,2 14,8 15,2 14,1 18,0 17,6 16,0 18,5 20,3 16,0 Ouargla 12.4 16,3 Hassi-Inifel 17,6 18,7 19,2 19,0 El-Goléa 16.2 16,5 Ghardaïa 11,8 13,2 13,9 14,9 16,4 17,6 18,6 18.5 17,0 Bou-Saâda 11,6 13,4 13,4 14,2 15,3 Laghouat 13.3 14,9 15,4 16,2 16,2 17,6 19,4 18,2 16,8 15,0 17,7 19,5 18,6 20,3 20,2 13,8 13,2 19,3 13,3 16,1 15,0 16,7 17,5 20,8 17,8 15,2 16,9 10,1 13,4 12,0 13 11,4 15,4 14,5 13.3 L ' e x a m e n d u tableau m o n t r e très nettement l'influence d e l'altitude, soit e n hiver, soit en été Plus u n e station est élevée, plus la couche d'air qui la s u r m o n t e est transparente, toutes choses égales d'ailleurs Par suite, son r a y o n n e m e n t nocturne étant plus considérable, il devait en être de m ê m e de sa variation totale Pendant la saison d'hiver la variation diurne est de 8° environ sur l'ensemble d u Littoral et de 12° sur les Hauts-Plateaux Cette différence d e 4° résulte d e l'action d e la couche d'air comprise entre les niveaux d e ces d e u x régions D'après ce qui précède, p e n d a n t u n e m ê m e nuit d'hiver, le refroidissement nocturne est plus intense dans les Hauts-Plateaux q u e sur le Littoral, et les 4° de différence m e s u r e n t e n quelque sorte l'action protectrice d e cette couche d'air D'un autre côté, o n peut c o m p a r e r la variation totale diurne de 12° constatée d a n s les Hauts-Plateaux celle qu'on observe d a n s le Sahara et en particulier Biskra dont l'altitude est p e u éloignée de celle du Littoral Cette variation n'y atteint q u e 10°; la différence entre cette dernière et celle des Hauts-Plateaux n'est donc plus q u e d e 2° O n peut d o n c dire q u e l'action protectrice d e la couche d'air saharienne contre le refroidissement nocturne est m o i n s prononcée q u e celle d u versant m é d i terranéen, qui a cependant la m ê m e épaisseur, 100 mètres près E n r é s u m é , l'une de ces couches d'air est plus cliathermane q u e l'autre; il est permis de penser q u e cette différence d e diathermanéité peut être attribuée la présence de la vapeur d'eau; on constate, en effet, q u e sur le Littoral la tension absolue atteint en hiver la valeur m o y e n n e de ou ranéen et n e dépasse pas o u m m m m sur le versant méditer- sur le versant saharien P e n d a n t le cours de la saison d'été o n constate les m ê m e s p h é n o m è n e s , m a i s b e a u c o u p plus accentués; la variation totale m o y e n n e , qui n'est q u e de 9° environ sur le Littoral, atteint jusqu'à 20° clans les Hauts-Plateaux L'écart de 11° sert pour ainsi dire d e m e s u r e l'action prolectrice d e la couche d'air qui recouvre le versant N o r d d u réseau D a n s le Sahara, et en particulier Biskra, la variation diurne est de 46°, inférieure de 4° celle observée clans les Hauts-Plateaux O n voit par qu'à épaisseur égale l'air qui recouvre le versant saharien est, en été c o m m e en hiver, plus cliathermane q u e sur le versant Nord D'un autre côté, la tension absolue d e la vapeur est d e 7"" environ sur le pre11 mier tandis qu'elle s'élève , n m sur le second ; cette différence de tensions peut expliquer les différences d'action des d e u x couches d'air sur l'intensité d u yon n e m en t noc tu m e O n n e trouve pas, d a n s les stations d u Littoral, la m ê m e variation diurne; celles qui sont avancées sur la m e r en offrent de plus faibles q u e les autres La plus forte proportion d e vapeur d'eau qu'elles doivent leur situation suffit expliq u e r ce fait Q u a n t a u x stations de l'extrême S u d , les influences simultanées d e l'altitude VARIATIONS DIURNES D E LA T E M P É R A T U R E - M A X I M A S ET MÍNIMAS TELL O R L É A N V I L L E (Altitude 147.mètres) FORT-NATIONAL (Altitude m LITTORAL O R A N (Altitude 60 mètres) mètres) A L G E R (Altitude 38'».5) H Vif VARIATIONS DIURNES D E LA T E M P É R A T U R E — M Á X I M A S ET MÍNIMAS HAUTS-PLATEAUX B A T N A (Altitude 1045 mètresi D J E L F A (Altitude 1467 mètres) SAHARA L A G H O U A T (Altitude 752 mètres) BISKRA (Altitude 124 mètres) Pl VIH et d e la latitude sont mises e n évidence dans le tableau des variations qui d o n n e 18°,5 pour Ghardaïa, la plus élevée, et 20°,3 pour El-Goléa qui se trouve plus avancée dans le Sud O n peut d o n c dire d'une manière générale qu'à altitude égale la variation diurne a u g m e n t e avec la sécheresse d e l'atmosphère et qu'à humidité égale, elle a u g m e n t e avec l'altitude Les considérations qui précèdent peuvent être mises e n lumière l'aide d e graphiques indiquant, pour c h a q u e m o i s d e l'année et dans u n certain n o m b r e d e stations remarquables, la variation m o y e n n e diurne de la température Ces courbes font ressortir la fois l'influence d e l'altitude et d e la proximité soit d e la m e r , soit d u Sahara (Planches VII et VIII) O n voit, e n effet, q u e pour les stations situées sur le Littoral, les courbes des m a x i m a s et des m i n i m a s conservent leur parallélisme pendant tout le cours d e l'année, tandis q u e pour celles des Hauts-Plateaux l'écart entre les d e u x courbes va en croissant d e l'hiver l'été Réduction des températures au niveau de la m e r O n a d m e t généralement q u e la température décrt m e s u r e qu'on s'élève sur la verticale d'un lieu, et q u e cette décroissance est proportionnelle la hauteur, tant q u e cette dernière n'est pas trop considérable O n peut, d'après cela, se proposer d e chercher la distribution d e Ja température sur u n plan horizontal quelconque situé au-dessus d e tout u n réseau météorologique Cette distribution présente le plus grand intérêt, car elle p e r m e t d e se rendre c o m p t e des m o u v e m e n t s atmosphériques qui se produisent dans les couches supérieures en raison d e s différences d'échauffement et par suite d e densité de l'air qui les c o m p o s e D a n s les limites où la loi énoncée ci-dessus est applicable, il suffirait é v i d e m m e n t d e retrancher d e c h a q u e température observée près d u sol u n e quantité proportionnelle la distance verticale d e la station au plan supérieur de comparaison; o n aurait alors u n e carte d'isothermes réduites a u niveau d'un plan horizontal qui serait, par e x e m p l e , celui d e la plus haute station d u réseau Si l'on ajoute maintenant toutes les températures qui figurent sur celte première carte u n e quantité constante pour tous ses points et correspondante la hauteur d u plan supérieur au-dessus d e la m e r , o n aura u n e seconde carte, identique la précé_ dente, c o m m e tracé, mais dont toutes les cotes n e différeront d e celles d e la première q u e d'une quantité constante pour tous les points d u réseau Il e s clair q u e ces d e u x réductions successives reviennent u n e seule qui consisterait a u g m e n t e r c h a q u e température réellement observée d'une quantité proportionnelle l'altitude p r o p r e m e n t dite d e la station O n dit alors qu'on a.réduit les températures au niveau d e la m e r ... 22,8 25,6 28,1 28,4 25.4 27, 8 32.6 32,1 23.1 26,2 29,1 28,9 23.5 28,6 22.8 25.5 20.9 23,7 23.2 26,1 24.3 27, 4 24.8 27, 5 24.9 28,8 24,3 27, 4 24,1 25,9 23,8 27, 8 27 0 23°8 27, 6 23,5 O O 20.8 17,5... 15,5 10,9 27, 2 19,6 15,1 10,1 30,4 25,6 18,7 13,7 9,1 33,9 27, 7 18,5 13,3 8,6 33,8 34,3 27, 7 33,8 21,9 27, 8 34,8 29,6 21,1 16°,5 11°3 33,1 28,0 20,1 28,1 15,0 11,2 20,6 14,6 9,7 32,9 33,4 27, 4 20,3... 12,3 14,6 27, 4 31,2 31,5 27, 6 22,3 17,9 23,7 29,3 11.2 11,5 13,8 16,6 22,4 27, 3 Médéa Fort-National 8,8 9,8 12,6 15,3 Boghar Miliana 6.6 9,9 13,4 16,5 23,4 9.7 10,5 14,6 16,3 23,6 27, 8 Sétif
- Xem thêm -

Xem thêm: Geology (Travels, explorations) 27, Geology (Travels, explorations) 27

Mục lục

Xem thêm

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay