L''EVOLUTION DES FORMES ANIMALES Avant l''apparition de l''homme, PAR F. PRIEM 1891

381 3 0
  • Loading ...
1/381 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:34

L'ÉVOLUTION DES Formes Avant Animales de l'apparition l'homme PAR FERNAND ANCIEN AGRÉGÉ DES SCIENCES Avec P R I E M ÉLÈVE DE L ' É C O L E N O R M A L E NATURELLES, 175 figures SUPÉRIEURE PROFESSEUR intercalées AU dans LYCEE HENRI le texte TARIS L I B R A I R I E J - B B A I L L I È R E E T FILS RUE HAUTEFEUILLEj I9, PRES I DU BOULEVARD 89 Tous droitj I réservés SAINT-GERMAIN IV P R É F A C E N o u s n o u s p r o p o s o n s ici de passer en revue toutes les formes animales découvertes dans les couches g é o l o g i q u e s Les d o c u m e n t s paléontologiques sont aujourd'hui assez n o m b r e u x pour q u ' o n puisse entreprendre de les classer et d'en tirer des conclusions générales Dans un premier chapitre n o u s e x p o s o n s les principes qui n o u s autorisent affirmer q u e le m o n d e animal a subi une évolution p r o g r e s s i v e Cette évolution a c o m m e n c é avec les premiers âges g é o l o g i q u e s et se continue de nos j o u r s N o u s m o n t r o n s , dans la suite des chapitres, qu'il est g é n é r a l e m e n t possible de mettre en évidence les différents termes de l'évolution d'un genre, d'un ordre, d'une classe Mais un fait important se d é g a g e de l'ensemble des d o c u m e n t s paléontologiques C'est que les divers e m b r a n c h e m e n t s entre lesquels se répartissent toutes les formes actuelles existaient dès le début des périodes g é o l o g i q u e s Dans les terrains primaires déjà il y avait des Protozoaires, des Spongiaires, des C œ l e n térés, des Echinodermes, des V e r s , des A r t h r o p o d e s , des M o l l u s q u e s , des V e r t é b r é s T o u t e s les formes fossiles se laissent ranger dans ces e m b r a n c h e m e n t s , et m ê m e il n'est pas nécessaire de créer p o u r elles de classes nouv e l l e s Il suffit d'intercaler q u e l q u e s ordres n o u v e a u x dans le tableau des ordres existants Cela m e t encore m i e u x en évidence ce grand fait de l'évolution Il n'y a pas eu de c h a n g e m e n t s brusques dans le m o n d e anj mal mais seulement des modifications lentes Q u a n t l'origine des e m b r a n c h e m e n t s elle n o u s est a b s o l u m e n t i n c o n n u e O n peut s u p p o s e r qu'ils p r o v i e n nent d ' u n e ou plusieurs formes simples qui o n t divergé dès l'origine des t e m p s g é o l o g i q u e s Les recherches futures la base du cambrien et dans les c o u c h e s qui le s u p p o r t e n t et qui j u s q u ' présent se sont montrées a z o ï q u e s , nous réservent sans doute bien des d é c o u v e r t e s L ' e m b r y o g é n i e n o u s éclairera sans doute aussi sur la formation des e m b r a n c h e m e n t s U n e autre q u e s t i o n r é s o u d r e est celle des procédés de l'évolution L'observation et l'expérience d e v r o n t pour cela déterminer la part des différents facteurs : lumière, température, alimentation, et celle des b e s o i n s et des habitudes des a n i m a u x Mais la G é o l o g i e devra aussi, pour permettre de résoudre pleinement la q u e s tion, nous révéler les conditions d'existence, de climat a u x différentes é p o q u e s , ce qui est d'ailleurs son but suprême N o u s n o u s s o m m m e s surtout attachés d é m o n t r e r l'existence d ' u n e é v o l u t i o n progressive pour les formes les plus inférieures du m o n d e a n i m a l , car j u s q u ' ces derniers t e m p s elles se prêtaient m o i n s bien cette démonstration que les formes s u p é r i e u r e s Les n o m b r e u s e s figures qui a c c o m p a g n e n t le texte seront d'un puissant secours pour convaincre le lecteur Elles représentent les principaux types et les principales formes de transition N o u s a v o n s fait t o u s nos efforts p o u r rendre la lecture de cet o u v r a g e facile tous c e u x q u e préoccupent les questions importantes q u e n o u s a v o n s abordées F 25 a v r i l 1891 PRIEM T A B L E / La Paléontologie DES et la théorie M A T I È R E S de l'Eoolution Succession des formes Développement progressif Théorie de l'Evolution Formes persistantes Formes de passage Formes associées Méthode de recherche Imperfection des archives paléontologiques, // Les Protozoaires I et tes Spongiaires 21 Protozoaires Foraminifères, 21 ; Organismes problématiques Eozon canadense, ; Radiolaires, —- II Spongiaires, ; Eponges siliceuses, : Eponges calcaires, , /// Les Cœlentérés 47 I Coralliaires, Polypes Coralliaires actuels, ; Coralliaires paléozoïques, T a b u l é s , ; Rugueux — II Hydro^oaires, 7! ; Graptolithes, 71 ; Dictyonema, 73 ; Stromatoporidés, IV Les Echinodermes 76 Organisation générale I Cystides, 7 — II Biasto'ides Formes faisant passage aux Cystides, S o — III Crinoïdcs, ; Affinités des Crinoïdes et des Cystides, — IV, Astéroïdes, ; Stéllérides, 95 ; Ophiurides, 96 — V Echinides, 9S ; Paléchinides, 100* Evolution des Oursins, 1 — V I Holothuries, 1 V Les Vers 121 Organismes problématiques, 121 ; Conodontes, VI Les Bryozoaires et les Brachiopodes 123 125 I Les Bryozoaires, 125 ; Bryozoairespaléozoïques, 127 ; Bryozoaires secondaires et tertiaires, 129 — II Les Brachiopodes, 131 ; Organisation générale, 131 ; Evolution des Brachiopodes, 156 : Affinités des Brachiopodes et des Bryozoaires, 56 VU Les Mollusques : Gastéropodes et Ptéropodes 157 I Gastéropodes Organisation générale, ; Gastéropodes paléozoïques, 160 ; Leur descendance, ; Gastéropodes de l'époque secondaire, ; Gastéropodes tertiaires et actuels 167 — II- Ptéropodes, 176 Relation des formes fossiles et des formes actuelles Conulaires, 177 VtU Pélécypodes et Sciphopodes 178 I Pélécypodes, ; Origine des Pélécypodes, 181 ; Pélécypodes Paléoconques, ; Pélécypodes Desmodontes, 183 : Pélécypodes T a x o dontes, 18b ; Pélécypodes Schizodontes, ; Pélécypodes Dysodontes, 9 ; Pélécypodes Hétérodontes, ; Chamacés, 9 ; Caprinidés, —• II Scaphopodcs, 208 TABLE DES MATIERES IX Céphalopodes 209 Organisation générale, ; Nautile, ; Spirule, 2 — I Tétrabranchiaux, 212 — II Ammonées, 218 : Ammonées paléozoïques 223 ; Ammonites permo-triasiques, 224 ; Ammonites jurassiques, 227 ; Ammonites crétacées, 230 — III Dibranchiaux, 234 ; Bélemnitidés, ; Evolution des Céphalopodes, 241 X les Arthropodes 242 Crustacés Trilobites, ; Principaux types de Trilobites, ; Gigantostracés, 246 ,• Crustacés secondaires et tertiaires, 248 ; Arachnides, ; Insectes, 252 ; Premières traces d'Insectes dans le Silurien, 252 ; Insectes carbonifères, ; Insectes de l'époque secondaire, 253 ; Insectes tertiaires, ; Myriapodes, 257 XI Les Vertébrés : Poissons 259 Poissons paléozoïques, 259 ; Origine et affinités des Poissons paléozoïques, 267 ; Evolution des Sélaciens, 268 ; Evolution des Ganoïdes, ; Poissons osseux, XII Batraciens 722 Stégocéphales,272 ; Urodèles, 281 ; Anoures, ; Evolution des Batraciens XIII Reptiles -284 Reptiles permiens et triasiques, 284 ; Reptiles nageurs de l'époque secondaire, 287 ; Reptiles secondaires serpentiformes, 297 ; Reptiles volants des temps secondaires, 9 ; Dinosauriens, XIV Oiseaux 311 Origine des Oiseaux, 1 ; Formes reptiliennes A r c h a c o p t e r y x , ; Oiseaux dentés crétacés, ; Oiseaux tertiaires et quaternaires, XV Mammifères 319 Origine des M a m m i f è r e s , ; Mammifères secondaires, 321 ; Monotrèmes, ; Marsupiaux, 327 ; Insectivores, 329; Chauves-Souris, 3 ; Rongeurs, 3 ; Carnassiers, 3 ; Pinnipèdes, 339 XVI Mammifères Ongulés 340 Division des Ongulés actuels, 340 ; Formes primitives des O n g u l é s , 341 ; Formes disparues, 343 Les Proboscidiens, ; Evolution desPérissodactyles Formes primitives, 353 ; Phylogénie des Equidés, 354 ; Evolution des Artiodactyles, 363 ; Les Porcins, 363 ; Les Hippopotames, ; Ruminants, 367 XVII Mammifères (Fin) Mammifères marins, 1" C é t a c é s , ; ° Siréniens, 375 ; Edentés Leur évolution, 377 ; Lémuriens, 380 jSinges — Anthropomorphes tertiaires, FIN D E L A T A B L E DES M A T I È R E S L'ÉVOLUTION DES FORMES Avant ANIMALES Vapparition CHAPITRE LA de V PREMIER PALÉONTOLOGIE DE Homme ET LA THÉORIE L'ÉVOLUTION Succession des formes Développement progressif Théorie de l'Evolution Formes persistantes Formes de passage Formes associées Méthode de recherche Imperfection des archives paléontologiques Succession des formes — L o r s q u ' o n explore les diver- ses c o u c h e s g é o l o g i q u e s , o n t r o u v e u n très g r a n d nom- bre de débris ayant appartenu des o r g a n i s m e s ; ce sont g é n é r a l e m e n t des o s s e m e n t s et des coquilles, ou encore des e m p r e i n t e s plus ou m o i n s parfaites L'étude de ces débris constitue la Paléontologie Cette science s ' o c c u p e donc de rechercher tous les restes d ' o r g a n i s m e s o u fossiles des c o u c h e s nature, de quels sont géologiques et de reconntre leur m o n t r e r , l'aide de l ' A n a t o m i e les liens qui les rattachent comparée, la nature vivante La Paléontologie n'est définitivement devenue une science, ou plutôt u n e b r a n c h e de la Biologie, q u e lorsq u ' o n fut enfin d'accord, la fin d u siècle dernier, sur la PRIEM, Formes animales nature des fossiles Jusque-là, m a l g r é Bernard Palissy et S t é n o n , on les regardait nature, c o m m e des jeux de la et n o n c o m m e des restes d ' o r g a n i s m e s encore ayant autrefois v é c u S o u s l'impulsion de C u v i e r , la P a l é o n t o logie entra dans u n e voie scientifique; elle s ' a p p u y a sur les d o n n é e s de la Zoologie et de l ' A n a t o m i e c o m p a r é e ; elle ne fut plus simplement u n e nomenclature fasti- dieuse de formes d é p o u r v u e s de signification C o m m e résultat immédiat des études paléontologi- q u e s , il fut établi q u e la distribution des fossiles pas fortuite, qu'elle était s o u m i s e n'était des lois T o u j o u r s on t r o u v e au m ê m e niveau des c o u c h e s g é o l o g i q u e s les m ê m e s t y p e s de fossiles, sinon les l'on considère t o u t e m ê m e s espèces Si la série des terrains, sion des forces animales se p r é s e n t e d ' u n e la succes- manière très nette A i n s i , partout où se m o n t r e n t les Crustacés a p pelés Trilobites, on a affaire des terrains primaires; toutes les c o u c h e s où l'on t r o u v e des A m m o n i t e s appartiennent a u x terrains secondaires (sauf q u e l q u e s e x c e p tions constatées r é c e m m e n t ) ; enfin les M a m m i f è r e s sont en plein d é v e l o p p e m e n t l ' é p o q u e tertiaire Développement progressif — De p l u s , cette succession de formes présente un caractère é v i d e n t de complication croissante Le développement de c h a c u n des grands t y p e s du r è g n e animal est progressif, les formes les plus simples apparaissent d'abord A i n s i , les premiers V e r t é brés qui apparaissent s o n t les Poissons ; les Batraciens et les Reptiles ne se m o n t r e n t que plus tard, puis les O i s e a u x , enfin les M a m m i f è r e s Le m ê m e fait se présente pour les Invertébrés Si l'on considère, par e x e m p l e , les A r t h r o p o d e s , ils sont d'abord représentés par des formes relativement inférieures c o m m e les Crustacés ; plus tard THÉORIE DE L'ÉVOLUTION JLI s e u l e m e n t apparaissent les Insectes, et parmi c e u s - ỗ ù f e s g r o u p e s m é t a m o r p h o s e s i n c o m p l è t e s précèdent ceux m é t a m o r p h o s e s c o m p l è t e s Dans u n m ê m e e n s e m b l e de f o r m e s , on constate encore cette progression dans le d é v e l o p p e m e n t Les A m m o n i t i d é s du carbonifère, c o m m e les Goniatites, ont u n e ligne suturale s i m p l e , elle se c o m p l i q u e chez les g e n r e s du trias, c o m m e les Cérati- t e s , enfin la complication d e v i e n t e x t r ê m e et la richesse des formes distinctes extraordinaire j u s q u ' l'extinction c o m p l è t e du g r o u p e Théorie de l'Évolution — C e s faits de d é v e l o p p e m e n t progressif ont été l o n g t e m p s regardés c o m m e d é p o u r - v u s de signification 11 en a été ainsi tant q u ' o n a considéré les faunes qui se sont succédé sur notre planète, c o m m e indépendantes les unes des autres, c o m m e résulant de créations distinctes et répétées L a m a r c k et Geoffroy-Saint-Hilaire s o u p ỗ o n n ố r e n t les premiers les a n i m a u x fossiles sont les ancêtres de n o s actuels, q u e ceux-ci en sont sortis par des que animaux modifications successives des e s p è c e s Il a fallu la puissante impulsion d o n n é e par D a r w i n a u x idées de transformisme p o u r faire entrer définitivement ce principe dans la science paléont o l o g i q u e N o u s n ' a v o n s pas rechercher ici le sort qui attend le d a r w i n i s m e , c'est-à-dire l ' e n s e m b l e des théories propres D a r w i n ; n o u s n ' a v o n s pas m o n t r e r q u e , si la sélection naturelle p e u t e x p l i q u e r c o m m e n t les modifi- cations utiles se c o n s e r v e n t , les causes de ces modifications restent- encore o b s c u r e s Les idées transformistes s u b i r o n t des c h a n g e m e n t s ; les naturalistes chercheront de plus en plus d é m o n t r e r l'influence des m i l i e u x et ils étudieront m é t h o d i q u e m e n t et scientifiquement cette influence Les principes de L a m a r c k et de D a r w i n s'uni- ront en une s y n t h è s e féconde, c o m m e le m o n t r e n t déjà les importants t r a v a u x de M C o p e en A m é r i q u e Mais ces q u e s t i o n s sont en dehors de notre sujet N o u s rete- n o n s s e u l e m e n t ici l'idée d'évolution pour l'appliquer l'étude des formes fossiles Ces formes doivent considérées c o m m e unies a u x formes être actuelles par u n lien g é n é t i q u e 11 y a u n e t e n d a n c e manifeste p o u r c h a q u e t y p e se modifier de plus en plus, et les formes les plus c o m p l i q u é e s dérivent des f o r m e s les plus simples Cela n'est vrai cependant q u e d ' u n e sous l'influence de conditions manière générale, particulières, et il p e u t y avoir arrêt de d é v e l o p p e m e n t et r é g r e s s i o n Formes persistantes — Q u a n d on considère l ' e n s e m - ble des fossiles et q u ' o n les c o m p a r e les u n s a u x autres ou a u x espèces actuelles, alors se d é g a g e n t d e t o u t e s ces o b s e r v a t i o n s un certain n o m b r e de faits g é n é r a u x q u i d é m o n t r e n t l'existence d'une é v o l u t i o n L'un des plus r e m a r q u a b l e s est la persistance d'un certain n o m b r e de formes traversles divers â g e s g é o l o g i q u e s Les L i n g u l e , les Discines se s o n t p e r p é t u é e s depuis les t e m p s primaires j u s q u ' l'époque actuelle sans modification s e n sible, bien qu'elles aient émis en q u e l q u e r a m e a u x d'où sont sorties des formes sorte des nouvelles Les Nautiles ont persisté de la m ê m e manière Dans nos m e r s actuelles, on t r o u v e des T é r é b r a t u l e s peine différentes de celles de la craie b l a n c h e D a n s les grandes profondeurs océaniques, on a constaté l'existence de Crustacés rappelant s i n g u l i è r e m e n t les É r y o n s j u r a s s i q u e s et aussi des O u r s i n s plaquettes mobiles c o m m e cer- taines espèces de la craie, et les Oursins p a l é o z o ï q u e s I Voir Cope : Origin of tbe Filtert, N e w - Y o r k , 1S87 FORMES Cela DE P A S S A G E n o u s m o n t r e qu'il n'y a pas eu 13 transformation b r u s q u e , qu'il y a eu v é r i t a b l e m e n t évolution lente dans le c h a n g e m e n t des corroborée par ce faunes, notion importante encore fait q u e toutes les formes fossiles p e u v e n t entrer facilement dans les cadres de nos classifications z o o l o g i q u e s D e p u i s les périodes les plus a n c i e n n e s , pas u n de ces t y p e s reconnus géologiques fondamentaux par C u v i e r et q u i ont servi établir les e m - branchements et les s o u s - e m b r a n c h e m e n t s du règne animal, n'est v e n u s'adjoindre a u x t y p e s actuels Formes de passage — U n autre fait qui vient l'appui de la théorie de l ' é v o l u t i o n , c'est l'existence dans c o u c h e s g é o l o g i q u e s de formes de passage faisant les tran- sition d'un g r o u p e u n autre Elles attestent la parenté d e s d e u x g r o u p e s Par e x e m p l e , il existe toute u n e série de g e n r e s qui relient les g r o u p e s a u j o u r d ' h u i séparés des Tapirs et des C h e v a u x Q u a n d on considère les m e m b r e s o n a toutes les gradations d e p u i s les pattes trois doigts du Palaeotherium (fig i ) , j u s q u ' celle u n d o i g t u n i q u e du Cheval (fig et ) ; le doigt médian prend u n d é v e l o p p e m e n t de plus en plus g r a n d , tandis q u e les d o i g t s latéraux s'atrophient Ils ne t o u c h e n t plus le sol YHipparion chez (fig et 3) et ne sont plus représentés chez le Cheval q u e p a r d e u x stylets grêles cachés sous la p e a u Nous trouvons de l'usage et du ici l'action des conditions d'existence, n o n - u s a g e des parties de l ' o r g a n i s m e C'est qu'il faut chercher l'explication des o r g a n e s r u dimentaires, et en particulier celle des modifications des m e m b r e s et des dents c h e z les O n g u l é s , c o m m e le fait C o p e , en suivant les traces de L a m a r c k Les Reptiles nous fournissent, c o m m e on le verra plus tard, de n o m b r e u s e s formes de transition qui les u n i s - transition entre les Cervidés et les C a v i c o r n e s En effet, les c o r n e s , d'abord simples, sont ensuite m u n i e s leur base d'un c o u r t andouiller De p l u s , l'étui corné t o m b e et est remplacé par un nouvel étui Ce g e n r e tire direct e m e n t son origine du g e n r e Cosoryx d ' A m é r i q u e ) étroitement allié au Les p r e m i e r s Cavicornes Antilopes (miocène supérieur Palœomeryx q u i apparaissent sont des Elles sont très n o m b r e u s e s , c o m m e l'a m o n t r é M G a u d r y , dans le miocène supérieur de Pikermi et du m o n t L é b e r o n O n y t r o u v e des Gazelles (Ga^ella cornis) Le Palceoreas cornes spiralées rappelle breviYOreas actuel d ' A f r i q u e C'est du g r o u p e des Antilopes q u e s o n t sortis les M o u t o n s (Ovines) et les Bœufs (^Bovines) a des g e n r e s de t r a n s i t i o n Le Tragoceros Pikermi a les m e m b r e s élancés des cornes courtes des C h è v r e s Les Palœoryx II y amaltbeus de A n t i l o p e s et les sont de g r a n d e s Antilopes f o r m e s l o u r d e s , et d o n t les dents p r i s m a tiques ressemblent Portax ou Nilgau, celles des Bœufs L'Antilope qui habite les Indes, se t r o u v e dans les c o u c h e s des m o n t s S i w a l i k C'est elle q u ' o n peut regarder c o m m e la forme s o u c h e d e s B œ u f s , car c'est l'Antilope qui s'en rapproche le plus par la f o r m e du crâne En effet, chez les B œ u f s les pariétaux sont rejetés sur la face postérieure du crâne, tandis que les frontaux recouvrent tout le s o m m e t C h e z le V e a u , les pariétaux se voient encore sur la face supérieure, et par ce caractère il rappelle les A n t i l o p e s L'Antilope Portax se dis- t i n g u e de toutes les autres par ses frontaux très d é v e loppés Les trois g e n r e s de Bovines, Cubains (Buffle), 'Bison et 'Bas (Bœuf), sortent p r o b a b l e m e n t de trois t y p e s différents d ' A n t i l o p e s qui leur ressemblent par la position des c o r n e s Les trois genres apparaissent au pliocène et ils sont t o u s trois représentés dans les c o u c h e s des m o n t s S i w a l i k Le Bubalus sivalensis est la s o u c h e des Buffles de l'Inde et d'Europe Le g e n r e Tlos se rattache a u x A n t i l o p e s par plusieurs espèces d o n t on a fait des g e n r e s distincts Les Leptobos des S i w a l i k et du pliocène d'Italie dérivent d i r e c t e m e n t de l ' A n t i l o p e Portax par ses frontaux relativement pe- tits Les Bibos du pliocène supérieur d'Italie (B elatus) dérivent des p r é c é d e n t s ; leurs frontaux s o n t plus l a r g e s Le Bibos palœogaurus du diluvium des Indes se per- pétue par le B œ u f g a u r qui vit l'état s a u v a g e dans la m ê m e r é g i o n Le g e n r e Bos proprement dit, frontaux très l o n g s et très larges des Indes par le B est représenté d a n s le pliocène planifrons Dans le quaternaire d'Europe se t r o u v e le Bos primigenius n o m d'Unis ou d'Aurochs c o n n u s o u s le Il ne s'est éteint q u e dans les t e m p s historiques Dès le quaternaire il a fourni p l u sieurs races (B brachyceros, B frontosus) C'est de lui q u e s o n t sorties t o u t e s nos races actuelles de B œ u f s Le Bison front large mais court et un peu b o m b é se trouve représenté dans les m o n t s S i w a l i k par B lensis C'est le seul g e n r e de Bovine qui se t r o u v e en A m é r i q u e l'état fossile et pas avant le pliocène ferox) siva- Le Bison prisais du b e a u c o u p plus grand q u e ses descendants actuels europœus), (Bisou quaternaire d'Europe est (Bison limités maintenant a u C a u c a s e et la forêt de Bialowicza, en Lithuanie CHAPITRE LES XVII VERTÉBRÉS — Fin — MAMMIFÈRES Mammifères marins d'Amérique Leur i° Cétacés évolution Singes, Anthropomorphes Mammifères 2° Siréniens Lémuriens tertiaires marins — Edentés Leurs Leur affinités origine avec les Edentés Ongulés Conclusion Certains Mammifères sont c o m p l è t e m e n t adaptés la vie a q u a t i q u e Les m e m b r e s antérieurs sont transformés en n a g e o i r e s ; les doigts s o n t réunis et l'ensemble constitue u n e r a m e Les m e m b r e s postérieurs n'existent pas ou sont réduits q u e l q u e s os cachés dans les chairs La q u e u e est horizontale Le cou est très c o u r t Mais dans ce g r o u p e des Mammifères marins, il y a en réalité distinguer d e u x f o r m e s différentes, les Siréniens et les Cétacés, qui n'ont de c o m m u n q u e la forme extérieure i° Cétacés — Chez les Cétacés, les m e m b r e s posté- rieurs ne sont représentés q u e par d e u x os parallèles l'axe du corps et qui n'ont aucune attache avec les vert è b r e s Dans le m e m b r e antérieur il n'y a d'autre articulation q u e celle de l ' é p a u l e ; t o u t le m e m b r e est rigide et se m e u t d ' u n e seule pièce Le n o m b r e des p h a l a n g e s est s o u v e n t très supérieur trois, ce qui les rapproche des Ichthyosaures et Plésiosaures La tète est toute spéciale ; les intermaxillaires sont très a l l o n g é s , les fosses nasales sont verticales et les os nasaux se sont redressés pour former la voûte postérieure de ces fosses La mâchoire inférieure branche est d é p o u r v u e de branche a s c e n d a n t e ; la horizontale se termine d i r e c t e m e n t en arrière C É T A C É S 373 par le c o n d y l e Les Cétacés se divisent en d e u x g r a n d s g r o u p e s : les Deniicètes dépourvus m u n i s de dents et les de d e n t s C h e z ces derniers, la v o û t e du palais porte des lamelles cornées ou Les Cétacés apparaissent fanons dès le c o m m e n c e m e n t des t e m p s tertiaires Dans l'éocène, on t r o u v e les qui ont des caractères Myslicètes Zeuglodons m i x t e s Ils se rapprochent des Pinnipèdes par leur crâne ; les os n a s a u x sont placés n o r m a l e m e n t , les d e n t s s o n t d e u x racines et rappellent celles des P h o q u e s et des Carnassiers ; les vertèbres du c o u , l'inverse de celles des Cétacés, sont l o n g u e s l i b r e s ; les doigts aussi sont q u e l q u e g e n r e Squalodon, et peu m o b i l e s Le c o m m u n dans le miocène et le pliocène, se t r o u v e déjà dans l'éocène de l ' A m é r i q u e du Nord 11 se rapproche davantage des Cétacés actuels C'est dans le m i o c è n e et dans le pliocène q u ' o n trouve surtout le plus de Cétacés Les sables pliocènes d ' A n v e r s en ont fourni b e a u c o u p Les Dauphins mencent au m i o c è n e com- Les Mysticètes (Baleines) sont plus récentes et indiquent un t y p e très m o d i f i é ; c'est ce que m o n t r e en particulier la présence, chez le fœtus des Baleines, de g e r m e s dentaires qui ne se développent p a s Dans le miocène se t r o u v e le g e n r e Cetotherium, sorte de petite Baleine dont les vertèbres cervicales s o n t libres et relativement l o n g u e s Dans le pliocène d ' A n v e r s et d ' A n g l e t e r r e se t r o u v e n t les g e n r e s tuellement vivants (Balœnoptera, de Baleines ac- Megaptera, Balœna) L'origine des Cétacés est encore d o u t e u s e A cause des Zeuglodon et Squalodon, il s e m b l e d'abord naturel de les faire dériver d ' u n t y p e terrestre, des Créodontes, par l'intermédiaire que des Pinnipèdes Mais il faut les Cétacés rappellent par un g r a n d remarquer n o m b r e de points d'organisation les Reptiles Ainsi le tissu o s s e u x est s p o n g i e u x ; il n'y a pas de cavité médullaire dans l e s os longs ; les vertèbres s o n t imparfaitement s o u d é e s leurs a p o p h y s e s ; la dentition est h o m o d o n t e et les dents sont placées s o u v e n t dans une rigole générale sans alvéoles distinctes ; il n'y a pas de lèvres c h a r n u e s et m o b i l e s ; le cerveau est très peu d é v e l o p p é ; enfin les m e m b r e s antérieurs ressemblent surtout par leur n o m b r e u s e s phalanges c e u x des Enaliosauriens (Ichthyo- saures et Plésiosaures) A cause de toutes ces r e s s e m blances, plusieurs naturalistes c o m m e Cari V o g t et le docteur Durand de G r o s regardent les Cétacés comme dérivés directement des Reptiles n a g e u r s 2° Siréniens — Les Siréniens diffèrent beaucoup m o i n s d e s Mammifères terrestres q u e les C é t a c é s Les v e r t è b r e s du cou sont m o b i l e s , tandis qu'elles sont a n kylosées sont chez les C é t a c é s ; les m e m b r e s antérieurs ne pas aussi rigides, l'avant-bras est mobile sur le bras Il n'y a j a m a i s plus de trois p h a l a n g e s a u x d o i g t s ; le bassin est m o i n s réduit q u e chez les Cétacés Le crâne ne présente rien d'anormal, les os n a s a u x sont petits, la mâchoire inférieure présente une branche m o n t a n t e bien nette La dentition est h é t é r o d o n t e ; il y a des incisives au moins dans les p r e m i e r s t e m p s de la v i e , pas de c a n i n e s , des molaires large c o u r o n n e En s o m m e , les Siréniens se rattachent a u x O n g u l é s par leurs lèvres c h a r n u e s m u n i e s de vibrisses, leur d e n t i t i o n , leur cou distinct, leur crâne Il faut les regarder avec V o g t c o m m e une branche des O n g u l é s qui s'est adaptée la vie aquatique La forme l'éocène de la plus primitive la J a m a ï q u e , est le Prorasiomus de d o n t la dentition est encore E D E N T E S 375 c o m p l è t e 11 a fourni le genre Manatus ou Lamantin actuel qui a de n o m b r e u s e s molaires ressemblant celles du T a p i r V Halitberium c o m m u n dans le miocène, par e x e m p l e d a n s les Faluns de l ' A n j o u , a un bassin bien d é v e l o p p é , et m ê m e un f é m u r rudimentaire Cet os se trouve chez les espèces les plus a n c i e n n e s , c o m m e celles des sables de Fontainebleau et dispart dans les espèces plus récentes Les os nasaux s o n t petits ; les incisives s u p é rieures assez fortes, d e v i e n n e n t même des défenses c o m m e celles des D u g o n g s m â l e s a c t u e l s 11 faut regarder Y Halitberium comme un t y p e intermédiaire entre les D u g o n g s et les L a m a n t i n s Dans I e s c o u c h e s marines m i o c è n e s de l'âge des Faluns on a t r o u v é dans le T a r n un Sirénien D u g o n g (Halicore) très voisin du 11 a été étudié par M Flot qui appelé pour cette raison Prohalicore l'a L'extrémité anté- rieure est e x a c t e m e n t celle des D u g o n g s ; les molaires sont biradiculées tandis q u e chez le D u g o n g la racine de la molaire est s e u l e m e n t parcourue par un sillon Q u a n t au g e n r e Felsinotberium du pliocène d'Italie, il peut être peine distingué du D u g o n g actuel A u siècle dernier vivait encore dans la m e r u n Sirénien appelé la R h y t i n e Il a été Behring complètement anéanti depui La R h y t i n e adulte était d é p o u r v u e de d e n t s ; toutefois dans les prémaxillaires on trouve d e u x alvéoles qui s e m b l e n t indiquer la présence dans le j e u n e âge de d e n t s rudimentaires ; d e u x plaques cornées sillonnées, l'une au palais, l'autre la m a n d i b u l e , r e m plaỗaient les d e n t s La R h y t i n e dérive p r o b a b l e m e n t du Crassitberium Edentés — robustum Leur de l'oligocène de Belgique origine — Les Edentés sont des Mammifères toujours d é p o u r v u s d'incisives, et q u e l q u e fois m ê m e a b s o l u m e n t privés de dents (Fourmilier, P a n golin) Les d e n t s , q u a n d elles existent, o n t toute même forme; la dentition est d o n c h o m o d o n t e la Ces dents sont croissance continue ; elles ne s o n t formées que d'ivoire recouvert de c é m e n t ; il n'y a pas d'émailO n connt peu de chose sur l'origine des Edentés Ils ont des rapports avec les O n g u l é s ; n o u s a v o n s v u plus haut q u e le Macrotberium et \' Ancylotberium q u e leurs e x t r é - mités avaient fait considérer d'abord c o m m e des Edentés s o n t en réalité des O n g u l é s D'autre part, on a t r o u v é dans l'éocène du N o u v e a u - M e x i q u e et du W y o m i n g certaines f o r m e s , les Calamodontidès, c o n n u e s s e u l e m e n t par leur mâchoire inférieure, m a i s qui o n t des analogies avec les Edentés En effet, les dents n'ont pas d'émail ou en o n t fort p e u O n connt le g e n r e Psittacoiberium et le Calamodon de P u e r c o des c o u c h e s de W a s a t c h dans le W y o - m i n g Il faut peut-être chercher dans ces.Calamodontidès alliés e u x - m ê m e s a u x Tillotberium Edentés d'Amérique — Leur la s o u c h e des Edentés évolution —- Il y a u n a r g u m e n t faire valoir en faveur de cette h y p o t h è s e , c'est ce fait q u e la g r a n d e majorité des Edentés habite l'Amérique Dans l'ancien c o n t i n e n t v i v e n t s e u l e m e n t les Pangolins et les O r y c t é r o p e s q u ' o n t r o u v e l'état fossile dans le pliocène de S a m o s et d a n s les c o u c h e s des m o n t s S i w a l i k A u contraire, les P a r e s s e u x , les T a t o u s , les Fourmiliers sont propres l ' A m é r i q u e d u S u d , et c'est aussi dans le pliocène et le quaternaire de cette région q u ' o n a d é c o u v e r t la presque totalité des Edentés fossiles Le g e n r e Megatberium (fig ) a été t r o u v é d'abord dans la formation des P a m p a s Une des espèces (M Cu- vieri) a été dédiée C u v i e r Cet animal avait une Ion- EDENTÉS PRIEM, F o r m e s animales g u e u r d'environ mètres et une hauteur de mètres et m ê m e ' " , 50 La tête est petite et présente l ' a p o p h y s e z y g o m a t i q u e descendante caractéristique des Paresseux, mais elle s'unit au temporal ce qui n'a pas lieu chez c e s derniers Les dents sont é g a l e m e n t plus serrées et f o r m e n t u n e série continue sans b a r r e Le bassin est très puissant et la q u e u e très forte 11 y a quatre doigts en avant et trois en arrière Trois des d o i g t s d e d e v a n t étaient m u n i s d ' é n o r m e s griffes et a u x m e m b r e s de derrière le doigt du milieu portait aussi u n e forte griffe servant probablem e n t fouir la terre Le Megatberium marchait d'ailleurs c o m m e le Fourmilier sur le côté du pied C e s pattes diffèrent b e a u c o u p de celles des Paresseux qui sont a r m é e s de griffes r e c o u r b é e s , mais sont grêles et allongées Le Mylodon se place côté du Megatberium et se trouve c o m m e lui dans les d e u x A m é r i q u e s 11 avait cinq doigts en a v a n t et quatre en arrière, les d e u x extérieurs d é p o u r v u s de griffes C h e z le Megalonyx, térieures s'allongent les dents a n - et prennent la forme des canines; elle sont séparées des autres par une barre Le squelette est m o i n s massif que c h e z les p r é c é d e n t s Ce genre se t r o u v e dans le pliocène de l ' A m é r i q u e Brésil Le g e n r e Lestodon du N o r d et au est voisin du Megalonyx Le crâne ressemble b e a u c o u p celui des Paresseux actuels (Bradypus ou A ï , Cbolœpus ou U n a u ) Le Megalonyx et le Lestodon constituent un g r o u p e plus ancien et m o i n s différencié que le Megatberium Mylodon et le 11 est probable q u e les Paresseux descendent d u premier g r o u p e , tandis q u e le second a terminé son évolution sans laisser de descendance Le Scelidotberittm des c o u c h e s récentes de la Patagonie et du Brésil a un crâne l o n g et étroit ; il rappelle ainsi le L É M U R I E N S genre Myrmecopbaga 379 (Fourmilier); il en est v r a i s e m - blablement la s o u c h e Dans les c o u c h e s supérieures d e s P a m p a s et aussi d ' u n e manière clairsemée dans le pliocène de l ' A m é r i q u e du N o r d se t r o u v e le g e n r e Glyptodon Le crâne pré- sente une arcade z y g o m a t i q u e complète avec une b r a n che descendante é n o r m e Les v e r t è b r e s cervicales, s a u f l'atlas sont s o u d é e s , il en est de m ê m e des vertèbres dorsales L'animal est p o u r v u d ' u n e carapace rappelant celle des T a t o u s , mais qui est f o r m é e de pièces s o u d é e s , tandis q u e chez les T a t o u s il y a des bandes dorsales m o b i l e s La tête et la q u e u e étaient é g a l e m e n t cuiras- sées Les dents présentent une surface triturante pliquée Le Glyptodon clavipes com- m e s u r a i t j u s q u ' l'extré- mité de la q u e u e environ mètres de l o n g ; la carapace d ' u n e seule pièce a i , m O n ne peut pas regarder les G l y p t o d o n t e s c o m m e les ancêtres des couches de T a t o u s , car on t r o u v e dans les vrais T a t o u s , carapace mobile ; tels sont le Cblamydotberium grosseur d'un T a p i r , et YEutatus plus ou mêmes moins qui atteignait la t o u t fait semblable par sa carapace b a n d e s mobiles et le n o m b r e des dents au g e n r e actuel Lémuriens Dasypus — Leurs affinités avec les Ongulés — Les L é m u r i e n s ou P r o s i m i e n s ont le pouce opposable a u x d e u x paires de m e m b r e s c o m m e les Singes Ils sont p r e s q u e t o u s cantonnés Madagascar (Makis, Indris) Leurs affinités sont c o m p l e x e s La dentition des L é m u riens ressemble b e a u c o u p celle des Insectivores ; les molaires présentent des pointes c o n i q u e s e t aiguës D'autre part ils ont avec les O n g u l é s des rapports incontestables L'Adapis parisiensis t r o u v é par C u v i e r dans le g y p s e a 38O M A M M I F È R E S été rangé par lui parmi les P a c h y d e r m e s cause de ses molaires inférieures ressemblant cellesdes L o p h i o d o n s , mais il a une astragale m u n i e d ' u n e g o r g e , analogue celle des Makis II faut conclure de ces faits q u e les L é m u r i e n s descendent de formes très anciennes alliées a u x Insectivores primitifs et a u x Condylartbra Dès l'éocène on t r o u v e des t y p e s l é m u r o ï d e s regarde c o m m e tels le Pelycodus Cope et \'Hyopsodus qui ont encore le n o m b r e primitif de dents (quarante-quatre) Le Piesiadapis de l'éocène inférieur de R e i m s rappelle les Tarsiers actuels A côté de ces derniers on p e u t ranger aussi un L é m u rien de l'éocène d ' A m é r i q u e d o n t Cope a t r o u v é un crâne presque c o m p l e t Il l'a appelé Anaptomorpbusbomuncuhis D'après C o p e c'est le L é m u r i e n qui se rapproche le plus des S i n g e s a n t h r o p o m o r p h e s et il doit en être l'une des s o u c h e s Il a la taille d'un O u i s t i t i ; il y a d e u x laires s e u l e m e n t la mâchoire supérieure, prémobilobées c o m m e c h e z les S i n g e s ; la canine est petite et dépasse peine les prémolaires, les vraies molaires d i m i n u e n t de taille en arrière; les incisives sont droites a u lieu d'être proclives comme chez les L é m u r i e n s La cavité crâ- nienne est g r a n d e ; les hémisphères c é r é b r a u x devaient être v o l u m i n e u x ; le palais est large, ce qui rappelle encore les A n t h r o p o m o r p h e s Singes — Anthropomorphes tertiaires — O n connt encore peu de chose sur les S i n g e s fossiles ; mais il est bien établi que la séparation du t y p e américain (Platyrrhi- niens) et du t y p e de l'ancien continent (Catarrhiniens) a existé de tout t e m p s Les restes de Singes t r o u v é s dans les couches tertiaire et quaternaire d ' A m é r i q u e s o n t peu n o m b r e u x et appartiennent tous des Platyrrhiniens S I N G E S Dans l'ancien continent, comme 381 dans le nouveau, c'est partir du miocène q u e les Singes apparaissent Le g e n r e Semnopitbecus se t r o u v e dans le miocène s u p é - rieur de l'Inde Il a été d é c o u v e r t aussi dans le pliocène m o y e n de Montpellier (Semnopitbecus monspessulanus) Les S i n g e s qui n'existent plus aujourd'hui en Europe (sauf quelques M a g o t s Gibraltar) y étaient a b o n d a m ment représentés a u x é p o q u e s miocène et pliocène Dans le miocène m o y e n de Sansan, Lartet découvrit en 1837, un petit Singe, le Pliopithecus antiquus qui se rap- prochedes Gibbons,c'est donc unsingeanthropomorphe A P i k e r m i , M G a u d r y a trouvé de n o m b r e u x restes de S i n g e s , au m o i n s vingt-cinq individus Les m e m b r e s sont é g a u x et ressemblent c e u x des M a c a q u e s ; la tête est celle des S e m n o p i t h è q u e s , l'angle facial est de 57 degrés Pour exprimer q u e ce Singe est un t y p e de transition entre d e u x genres actuellement M G a u d r y l'a appelé Mesopitbecus Tout récemment distincts, Pentelici (fig i 176) M Donnezan a découvert près de P e r p i g n a n , une localité très riche en Vertébrés fossiles C'est le Serrât d'en Vaquer Il appartient au pliocène M Depéret, a étudié les o s s e m e n t s d é c o u v e r t s Parmi les pièces les plus importantes se t r o u v e n t une T o r t u e g i g a n t e s q u e (Testudo Perpiniana) u n e tête de Palaioryx boodon, et aussi d'importants débris de S i n g e s Le Singe du Dolicbopithecus allongée pliocène ruscinensis de Perpignan a été appelé Il est caractérisé par la forme de son museau ; les canines inférieures sont fortes, les molaires sont celles des S e m n o p i t h è q u e s Au contraire les m e m b r e s sont m o i n s élancés et plus r o bustes q u e chez ces derniers et se rapprochent de c e u x des Macaques Le Dolicbopithecus transition voisin du Mesopitbecus, l'allongement de la face est donc un t y p e de mais qui en diffère par et de la m a n d i b u l e M G a u d r y , le Dolicbopithecus « s e r a i t un D'après Mesopitbecus qui a subi du m i o c è n e supérieur au pliocène m o y e n le même a l l o n g e m e n t que les Singes actuels ont subi depuis l'enfance j u s q u ' la vieillesse » ' Gaiulrv, thèque Les Ancêtres scientifique de nos animaux dans les temps géologiques contemporaine) (Biblio- Le S i n g e fossile qui j u s q u ' présent se rapproche le plus des A n t h r o p o m o r p h e s actuels est le Fontani Dryopithecus découvert en , dans le miocène m o y e n de Saint-Gaudens Tout récemment M Gaudry, une mâchoire inférieure de ce S i n g e , a étudié qui vient d'être d é c o u v e r t e S a i n t - G a u d e n s , et le résultat de ses observations est des plus i m p o r t a n t s La mâchoire inférieure est très l o n g u e ; la face du D r y o p i t h è q u e devait donc être très p r o é m i n e n t e En o u t r e le m e n t o n s'épaissit b e a u - c o u p et se porte très en arrière entre les d e u x branches de la mâchoire, par suite la langue avait fort peu de p l a c e ; elle devait être très étroite, et très différente de celle de l ' h o m m e La faculté du l a n g a g e articulé ne p o u vait donc exister a u c u n d e g r é Par ce m e n t o n épais, le Dryopithèque est très inférieur a u x Anthropomorphes actuels Celui dont il se rapproche le plus est le Gorille Les canines sont très fortes et dépassent b e a u c o u p le niveau des autres dents Les des Singes prémolaires ressemblent celles et non celles de l ' h o m m e ; les arrière- molaires au lieu d'être arrondies c o m m e chez l ' h o m m e sont allongées d'avant en arrière, les denticules sont m o i n s élevés, plus ridés, enfin ces dents présentent léger r u d i m e n t de bourrelet qui n'existe un pas dans les dents h u m a i n e s En s o m m e le D r y o p i t h è q u e est le m o i n s élevé des S i n g e s a n t h r o p o m o r p h e s ; il est impossible d'y voir, comme plusieurs naturalistes d'abord, le précurseur de l ' h o m m e l'ont pensé La différence énorme entre le plus inférieur des h o m m e s riques et le D r y o p i t h è q u e F1 N tout est préhisto- E R R A T A Page — — — —— — — — 12, note du bas de la page, au lieu de Fittert, lisez : Fittest 15, ligne 7, au lieu de transaction, lisez : transition 17, — 7, — couches subpléoccnes de Slavanê, lisez : couches sub~ pliocèties de Slavoriie 24, — 12, — Endorytra, lisez : Endoihyra Asthœospongia^ lisez ; Astraeospongta 42, — 9, —• 42, —• 29, — carticularia, lisez: Craticularia 70, — 14, — Astrœcides, lisez : Astraeidés 8;, — 21, et page 94, ligne i r , au Heu de Unitacrinus^ lisez : Uintacrinus 113, — 16, au lieu de entr'ouvânt, lisez : entourant 128, — 6, — périnien, lisez: permien IMPRIMERIE IMTRAT AINE, 4, RUK GENTIL ... Echinodermes 76 Organisation générale I Cystides, 7 — II Biasto'ides Formes faisant passage aux Cystides, S o — III Crinoïdcs, ; Affinités des Crino des et des Cystides, — IV, Astéro des, ;... Brachiopodes, 156 : Affinités des Brachiopodes et des Bryozoaires, 56 VU Les Mollusques : Gastéropodes et Ptéropodes 157 I Gastéropodes Organisation générale, ; Gastéropodes paléozoïques, 160 ; Leur descendance,... 178 I Pélécypodes, ; Origine des Pélécypodes, 181 ; Pélécypodes Paléoconques, ; Pélécypodes Desmodontes, 183 : Pélécypodes T a x o dontes, 18b ; Pélécypodes Schizodontes, ; Pélécypodes Dysodontes,
- Xem thêm -

Xem thêm: L''EVOLUTION DES FORMES ANIMALES Avant l''apparition de l''homme, PAR F. PRIEM 1891, L''EVOLUTION DES FORMES ANIMALES Avant l''apparition de l''homme, PAR F. PRIEM 1891

Mục lục

Xem thêm

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay