Serpents de Guyane, Chippeaux & al 1988

60 3 0
  • Loading ...
1/60 trang

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:30

• Serpents de Guyane de Jean Philippe CHIPPAUX'" Léon SANITE" ,', Daniel HEUCLIN NATURE GUYANAISE Photo couverture: couple de Bothrops bilineatlls A DEVEZ ORSTOM SEPANGUY ~ ~" AVERTISSEMENT L'identification des serpents se fait partir de 'caractères anatomiques parfois complexes Dans un souci de simplification nous n'avons utilisé que des critères accessibles tous au risque d'introduire des éléments de confusion La plus grande prudence lors des déterminations effectuées d'après ce travail est de rigueur Notre souhait était surtout d'initier le public l'herpétologie Comme partout ailleurs dans le monde, les serpents subissent en Guyane les effets de leur funeste réputation Pourchassés, ils sont méconnus du public qui sait rarement distinguer les serpents utiles des venimeux En fait utiles ils le sont tous, par leur rôle constant dans J'équilibre écologique Seulement, DOUZE espèces sont dangereuses sur Jes quatre-vingtonze dénombrés en Guyane Les serpents sont des vertébrés aériens, c'est-à-dire pourvus de poumons dont les membres ont disparu D'autres animaux possèdent des caractéristiques analogues; on les considère souvent, tort, comme des serpents Ces derniers ont le corps recouvert d'écailles triangulaires sc chevauchant partiellement comme les tuiles d'un toit Ils n'ont ni paupières leurs yeux étant protégés par une écaille cide, ni tympan ou orifice correspondant l'oreille externe translu~ Evolution - anatomie Apparus récemment sur la terre, les ophidiens ou serpents semblent poursuivre leur évolution Les premiers représentants de ce sous~ordrc, peine plus anciens que J'homme, ne possédaient pas d'appareils venimeux Ce n'est qu'à une époque proche de la nôtre que cc dispositif a acquis la diversité et la complexité que J'on connt Dérivés d'une souche commune avec les lézards, les serpents ont perdu progressivement leurs membres Les ceintures scapulaires ct pectorales (omoplate, clavicule ct sternum) se sont réduites pour dispartre Certaines familles très anciennes portent encore des vestiges de ceinture pelvienne (bassin) mais qui ne servent plus la locomotion Enfin, leur morphologie allongée a induit une disposition correspondante des viscères ~ Physiologie Les reptiles sont des animaux sang froid (hétérothermcs) Trois éléments de leur physiologie ont une importance considérable sur leur comportement ct leur écologie Capables d'avoir de grandes réserves énergétiques, et surtout une dépense très réduite, les serpents peuvent ne s'alimenter qu'à intervalles de temps espacés En c,tptivité, l'on connt de grands Boas qui ont supporté un jeûne de plus de vingt mois avec, dans de rares cas il est vrai, une reprise normale de l'alimentation Dans la nature, les serpents semblent ne se nourrir qu'une fois par semaine, ou par mois, selon ieur taille, leur capacité de réserve énergétique ct le volume de leur dernière proie Celle-ci est avalée, morte le plus souvent, entière, sans fragmentation apparente, ni même, comme certains le croient souvent, fractures osseuses La digestion dure plusieurs jours ou semaines Pour emmagasiner leur énergie, les reptiles doivent s'exposer au soleil On conỗoit qu'en Guyane ces besoins soient faibles en raison du climat tropical L'absence d'hibernation limite leur cycle annuel par rapport ù ceux des régions tempérées, Un rythme saisonnier existe toutefois, dicté par celui des pluies Troisième caractère important, les serpents se reproduisent en règle générale une fois par an L'accouplement aurait lieu pour la majorité des espèces de mai août, la ponte d'octobre janvier, et les naissances de novembre avril Ainsi, la majorité des jeunes ntraient en début de saison des pluies, alors que le nombre potentiel de proies est maximum En fait, quelques rares espèces cependant sc reproduisent plusieurs fois dans l'année S'il est difficile de conntre la densité de serpents, il est possible d'estimer les variations saisonnières du nombre d'individus dans une région Ainsi, l'on rencontrera les adultes des deux sexes (7 màles pour femelle) en période d'aeouplement, une majorité de femelles (2 pour mâle) au moment de la ponte et quelques mois plus tard on trouvera les nouveaux nés, Cela explique, dans une certaine mesure, le risque saisonnier des morsures de serpents % Fréquence de capture des jeunes (79/465) 30 20 10 F J M M A J J A o N o o N o Evolution saisonnière des captures de serpents (= 465 individus) Effectifs 50 10 J F M A M J J A • Proportions de serpents venimeux rencontrés Milieu naturel: sur 508 individus Milieu urbain: Cayenne sur 35 individus ~ ~ Micrurus ~ Bothrops I!I Crotalus o Non venimeux Appareil venimeux L' histoire des serpents peut e n grande partie être lue grâce l'évolution d u max ill aire qui est le suppo rt esse ntie l de l'app areil ve nim eux Celui-ci est composé d'une gla nde sali vaire diffé re nciée, sécrétant une substa nce complexe : le ve nin , re liée une de nt cre use: le crochet Se uls les serpents évolués possède nt ce di spositif T yphlopidés, Le ptotyphlopidés, Aniilidés e t Boidés e n so nt to tale me nt dé pourvus La plupart des couleuvres ne ·possèdent a ucune de nt susce ptible d' inoculer la sécrétio n to xique qu'elles sont néanmoin s cap ables d 'éla bo rer Tous ces serpents non ve nimeux sont appelés\ Aglyphes D'au tres coul e uvres, appe lées Opistoghyphes, possèdent une ou de ux de nts « ca nali culées H, c'est-à-d ire creusées d' un sillo n, pl acées e n arriè re du max illaire Si ce type de croc he.ts pe rm e t d ' in oculer un e qu antité d e ve nin suffisante pour tue r la pro ie, il ne constitue pas e n principe un danger réel lors d'u ne morsure accide nt e lle Une grande prude nce est toutefois nécessaire, surtout au co urs de manipula tions, car certaines espèces possède nt un venỴn haute me nt toxi que Les serpents cora ils ont un crochet fixe , de petite taille , en avant du maxillaire , ils sont dits Protéroglyphes L'injection du venin , neurotoxique , se fait sous pression et entra ỵne une envenimation grave pouvant conduire la mort Les Crotalidés, qui forment le groupe des Solénoglyphes, (grages et serpents sonnette) o nt un maxillaire très court portant une dent fin e et longue, ca pable de« pro tractio n }) E n effe t , le crochet , hori zo nta·l au re pos, se drêsse lors de la morsure e t pé nè tre profondéme nt da ns les muscles Le ve nin , com~ plexe, pe ut e ntrne r des nécroses (destructio n des tissus), des hémo rragies e t parfois la mort Arraché, le croche t est imm édiateme nt re mplacé pa r un nouvea u aussitôt effi cace Dentures des serpents Aglyphe boa et couleuvre ~ ~~Oh~ Proteroglyphe : elapidae (serpent corail) A _ _ V -_ Solenoglyphe : (grage, serpent Viperidae sonne~~ ~ ""M ~ Opistoglyphe : couleuvres crochet venimeux X.nodon •• ,.nl • Cil/ubrid (crochet en 8ffiere) T" d bofhrop (crochet dans sa gaine) 30 Tantilla melanocephala Cobra da terra (Br.) Rencontré dans toute la Guyane, ce petit serpent (40 cm) de litière est mal connu Nocturn e, il se nourrit de petit s art hropodes Ovipare , les petit s mesurent environ lO cm la naissance Très doux, bien qti 'opistoglyphe, il ne présente aucun dange r pour ,'homme Thamnodynas.tes pallidus 31 Thamnodynastes pallidus Cobra mata (Br.) Récemment découvert en Gu yane , dans la région littoral e, ce se rpent mesure en moyenne 50 cm N octure, terrestre, il se nourrit de batraciens et de larves d'insectes Sans aucune agressivité il n'est pas venimeux ct ne cherche jamais mordre Xenodon mBn'tImli 32 Xenodon merremii Répartition : régio n litto rale Taille: atteignant exceptionnelle ment 1,3 m Taille moye nne: 80 cm enviro n Nourriture.' essentielle ment batraciens Reproduction: la feme ll e pond une demi-douzaine d'œufs Comportement ' il est voisin de celui de Xenodon severus Remarques: Xenodon· rhabdocephalus présente des dessins simi laires ceux de X merremi mais le fond général de la coloration est nettement plus fon cé La taille et l'éco logie sont éga leme nt très proches Xenodon werneri, plus grand que les deux autres , est encore très mal connu quoique relativement fréq uent en Guyane 44 33 Xenodon severlls Cururubo ia (8L) Répartition: toute la G uya ne Taille: de 25 cm plus de m La taille moye nne é tant de 1,5 m ~ n v iron Nourriture.- bat raciens et ronge urs po ur l'adu lte, le jeune pouvant l!ga lemcllt mange r des arthropod es Reproduction: la femelle pond enviro n œufs en novembre Comportemem : terrestre, diurne, ce serpe nt est relativement agressi f Sans vraime nt chercher mordre, il a une posture d'int imidati on rappelant celle du Naja (ou Cobra) o u du CycJagras Ce serpe nt , qui vit près des maré· cages, cherche la pré sence de l'homme et nous l'avons rencontré Cayenne Remarques: outrc la colorat ion ju vé nil e ca ract ộri stiqu e et distinct e ỗ1e cell e de l'ad ulte, ce de rnie r peut présenter des livrées très va ri ables U ni , plus ou moins sombre du marron ou noir, il peut aussi avoir des barres transversa- les claires rappe lant les motifs de colo ration du jeune No us avo ns égale me nt rencontré des spéci mens verts avec un dessin noir sur le cou Xenodon ,hllbdocephlJ/u _.- _~ ~ ' 45 VI - LES ÉLAPIDÉS o lu bridés PROTEROGLYPHES nt la tê te est éga le me nt co uve rte de gra ndes écailles, ils forment actue lle me nt un e fami lle indépendante C'est le gro upe des -se rpents co rails caracté risé par le ur li vrée composée d'an neau x complets de couleur rou ge vif, blanc o u jaune et no ir Se rpents minces et pas agressifs , ils possèdent un ve nin nc uro toxiq uc très da ngereux pour l' ho mm e en cas de morsure M/c,uru hemprlchll et o.yrhopus Micrurus hemprichii Cob ra-coral (B r ) Répartition - rég ion litt orale Taille: de 20 80 cm ou el forêt seconda risée m Nourriture " se rpe nts, probable me nt lézards R eproductio l1 - ovipa re Comportern ent - semi-fo uisse ur , nocturn e Rema rques.' la colora ti o n orangée de ce se rpc m co il ressemble s'y mép rend re ce rt aine li vrée d 'Oxyrhopus petol • Se ul un exa me n déta illé de la tête pe rm e t de l'e n distinguer Mlcrurus lemniscatus Micrurus lemniscalus Vrai cora il Cobra-co ral (Br ) Répartitioll : partout en Guyane Taille: de 15 cm m maximum ; la moye nn e des ad ult es se situe a ux a le n tours de 75 cm Nourriture ' se rpe nts, lézards et plus rare men t des pe tits poisso ns Reproduction ' la ponte, d'e nviro n œ ufs, sur une pé ri ode pro bable me nt assez allongée ~ lieu e n fin de saiso n sèche Comportem ent ' semi fo uisse ur e t nocturn e , ce se rpe nt n'es t pas agress if Le crochet , ve nime ux , est petit mais ca pab le d ' inocul e r dans n' impo rt e que lle partie du corps (e t pas se ulement entre les d oigts) un ve nin neurotoxique d 'un e grand e toxicité Il n'est pas douteux qu ' un spécime n adulte puisse inflige r un e e nve nima ti o n grave, sino n mo rt e lle , sa victime 46 Mlcrurus psyches Micrurus psyches Cobra-co ral (8r.) Répartitioll : toute la Guyane, en forêt Taille : dc 12 cm cnviro n la naissance jusqu'à 80 cm maximum ; la taille moyenne est de 40 50 cm NOl/rriture.' pe tits serpent s, et (arves d'arth ropodes ReproduClioll : la feme lle dépose œ ufs de cm de lo ng et les naissances ont li eu entre décembre et avril Comportemeiu.' sem i foui'sseur, nocturne et crépusculaire, ce serpent est égaIement peu agressif Son ve nin est très proche de cel ui de Micrurus lernniscatus Remarques.' la col o ration de cette espèce n'évoque pas a priori celle d 'un il s'agit bien d'un se rpent don t la mors ure est suscepti ble d 'e ntr ne r la mo rt de la victime Comme tous les Micrurus, celui-ci vit très mal en captivité ct ne supporte pas la « corail » C'est (lexcept io n qui co nfirme la règle, mais contention nécessaire pour prélever son venin Ceci a considérablement retardé les recherches conce rnant la toxicité réelle et le mode d'action de cette substance, Mlcrurus surlnBmens;s Micrurus surinamensis Vra i corail Cobra-coral (8 r ) Répartition : ré gion débo isée et habitée littorale Taille : de 25 c m plus de 1.2 m ; la taille moye nne dépasse 80 cm Nourriru'l'e ' principa lement de poissons, mais il est possib le que se rpent s et lézards puissent entrer dans son ré gime alimentaire Reproduction: ovipare , les naissances ont lieu en tre décembre et mars Comporren1ent: c'est un' serpent commun ct opportuniste ces t-à-dire s'approchant facilement des endroits habités Plutôt nocture, o n peut le rencontrer de jour Relative ment plus agressif que les autres Mierurus e t surto ut plus imposant , c'est sa ns doute le plus dange re ux pour l'ho mme 47 VII - LES CROTALlDÉS Fa mille de serpe nts SOLENOGLYPHES , c'est-à-dire possédant des crochets) tra versés par un canal pour l'écou le ment du ve nin , repli és vers J'a rrière ct sc red ressa nt pour être utilisés D'aspect rugue ux, mesurant de m plus de m de long pour le plus grand , le G ragc grands carreaux Caracté risés pa r la présence d'une fosse tte se nsorielle e ntre la na rine et l'œil Ce sont des se rpe nts ve nimeux réelle ment da ngereux pour l' ho mme qu' il convient de savoir identifier BothrolJs atrox Bothrops atrox Grage, Grage commun , Fer de lance Owroekoekoe of loba ria (S.), Jara raca ( Br.) Réparti/ion : toute la Gu ya ne Taille: de 25 cm jusuqu 'à près de m , taille , e n fa it , to ut à,fait e xceptionnelle E n moyenne , l'adulte mesure entre 80 cm (mâle) et 1,3 m (femelle) Nourriture: ma mmifères, batraciens, re pti les (y compris serpents) , plus re me nt oiseau x et insectes (pour les jeunes) Reprodu ction : ovovi vipare, la fem elle met bas mois après l'accouplement , entre novembre et janvier De la 70 vipé raux , selon la taille et l'âge de la mère , naissent chaque année Comportement : Bothrops atrox est le type du serpent opportuniste capa· ble même de deveni r commensal Très a ttiré par les plantations et les habita· ti ans humaines où il trouve facilement sa nourriture, ce serpent dangereux constitue un risque perm anent Son activité, principalement nocturne , évolue en fait aussi bien le jour Sans être vraiment agressif, ce rta in de son pouvoir , il est responsable d' un grand no mbre d 'accident 48 fJothrops bilineatus Bothrops bilineatus Vrai jaq uot , Vipère arboricole Popokaisneki (S.) , Jararaca-ve rde (B r ) Répartition: toute la Guyane Taille: de 20 90 cm ; la taille moyenne étant de 60 cm NUl/rrÙllre : ro ngeurs bat rat:icns ct léza rd s Il est possible de le voir manger des oisea ux en cap ti vité Reproduction: ovovivi pare, les naissa nces ont li eu en début de saiso n des pluies Co mportem ent : arbori co le et nocturn e, on le ren co ntre souvent au sol lorsqu 'il chasse Très mimétique de son environnement , les accidents sont re lati ve men t fréquen ts La morsure peut avoir une évolution très grave C'est toute fois un serpe nt peu ag ressif qui n'attaque que s' il se sent menacé Bothrops brazili 49 Bothrops brasilii Grage petits carreaux Jararaca ve rmelha (8L) Répartition ' toute la forêt Guya naise Taille.' de 25 cm 1,5 m ; la taille moyenne est d' m Nourriture.' ronge urs, marsupiaux , serpents, crapa uds, léza rds Reproduction.' ovovivipare, les naissances ont lieu en décembre et janvier Comportement ' terrestre et nocturn e; ce serpent a tendance fuir la présence.de l'homme JI se rencontre en pleine forê t, aussi fréqu e mme nt que le Bothrops atrox, mais dans les end ro its plus secs (sommets de colline) Sa morsure est grave Relativement agressif, ce serpent, plus encore que B atrox, fait vibrer sa queue rapidement , he urta nt le sol vigoureu seme nt, ce qui produit un son évoquant la crécelle du Crotale bien qu'il en soit dépou rvu CrotaJus durissus Se rpent 'à sonnette, Cascavel, Crotale (se ns strict), Serpent chac Sakasneki (S.) , Cascavel (8r.) Répartition ' savanes litt orales Taille ' de 25 30 cm la naissance jusqu'à 1,3 m max imum ; la taille moyenne est de près de m Nourritu re: essentiellement ron geurs Reproduction.' ovovivipa re, les jeunes (de 15 30 par portées) Iiaissent e n septe mbre-octobre Les feme lles auraie nt un cycle sexuel évoluant sur deux années Comportemen t ' probablement diurne, stri ctement terrestre, il s'agit très certainement du plus dangereux serpe nt de Guyane Agressif, bien que signalant sa présence l'aide de sa sonnette , son ve nin est de loin le plus toxique et son appareil inoculate ur le plus perfectionné Ce serpe nt semble fort heureusement fuir l'homme , sauf peut-ê tre , les plantations extensives où il trouve aisément de quoi se nourrir so C,"./u dMl'leau (serpent sonnettes) ' Lachesis muta Grage grands carreaux, Surucucu Makasneki (S.) , Surucucu (Br.) Réparti/ion,' toute la Guyane Taille,' de 30 cm près de 3,5 m ; la taille moyenne est de m il 2,3 m Nourriture: essentiellement composée· de rongeurs R ep roduction,' la femelle pond une douzaine d'œufs mesurant cm pendant la saison sèche Les naissances ont lieu' entre novembre et mars La taille adulte est atteinte en ans Comportement: terrestre , parfois aquatique , nocturne , ce serpent , sans être agressif, défend activement son territoire La taille imposante de ses crochets (jusqu'à cm) permet une inoculation « en profondeur " d' une quantité de venin heureusement faiblement toxique comparé 11 celui des autres Crotalidés do.,Gu ya ne 51 BIBLIOGRAPHIE AMARAL A de 1976 - Serpentes Brasil : iconografia colm'ida Comp Mclhoramcnto\/ Edusp Rio de J CHIPPAUX J.P 1982 - Conduite tenir en présence d'une morsure de serpent en Guyane franỗaise ORSTOM ộd Cayenne CUNHA O.R da et NASCIMENTO F.P 1978 - Ofidios da Amazônia X - As cobras da regiao leste Para Public avu! Mus Gocldi Belel11 Brasi! DEMAN R et LEFEBVRE G L'archéologie dans !'lIe de Cayenne - Connaissance de la Guyane N" 1974 - COOl' Cayenne EMS LEY M 1977 - Snakes, and Trinidad and Tobago Bull Maryland Herpetol Soc • 13 (-1) 2111·JO-l GASC J.P 1981 - Les serpents venimeux et quelques autres en Guyane ORSTOM éd., Cayenne GASC J.P et RODRIGUES M.T 1980 - Liste préliminaire des serpents de la Guyane franỗaise Bull Mus Nata His Nat., Paris 4' sér A (2) 559·59B GRENAND P 1975 - Introduction l'Etude de l'univers Wayapi - Diplôme de l'Ecole des Hautes Etudes cn Sciences Sociales France LEFEBVRE G Gravures rupestres de la Montagne Favard., Kaw Connaissance dc la Guyane N° 1974 - COOl' Cayenne MOON EN J., ERIKS W et VAN DEURSEN K 1979 - Surinaamse slangcn in klcuL C Kerstcll & Co éd" Paramaribo ROZE J.A 1966 - La taxonomia y zoogeografia de los efidios de Venezuela Univ, Central de Venezuela, Caracas, 52 SOMMAIRE Page 1- LES AMPHISBENIENS Amphisbaena alba 19 Il - LES TYPHLOPIDES Leptotyphlops - Typhlops 20 111- LES ANILIIDES Anilius scy tale 21 IV - LES BOl DES Boa constrictor Coral/us canin us Corallus enhydris Epicrates cenchria Eunectes murinus, Eunectes deschauensis 21 25 V - LES COLUBRIDES Atractus subbicinctus Chironius carina tus Chironius Fuscus Chironius scurrulus Clélia clélia Dipsas indica Drymarchon corais Drymoluber dichrous Erythrolamprus aesculapii 10 Helicops angulatus 11 Hydrodynastes bicinctus 12 Hydrodynastes gigas 13 Imantodes cenchoa 14 Leimadophis reginae 26à 45 53 SOMMAIRE 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 Isuitel Leptodeira annu/ata Leptophis ahaetulla Liophis cobella Lygophis /ineatus Mastigodryas boddaerti Oxybe/is aeneus Oxybe/is fu/gidus Oxyrhopus peto/a phi/odryas viridissimus Phimophis guianensis Pseudoboa neuwiedii Pseudoeryx p/icatï/is Pseutes su/phureus Siph/ophis cervin us Spi/otes pullatus Tantilla me/anocepha/a Thamnodynastes pallidus Xenodon merremi Xenodon severus VI - LES ÉLAPI DÉS Micrurus hemprichii Micrurus /emniscatus Micrurus psyches Micrurus surinamensis 46à47 VII- LES CROTALlDÉS 48à 51 54 Bothrops atrox Bothrops bi/ineatus Bothrops brasi/ii Crota/us durissus Lachesis muta PHOTOGRAPHIES: Nous remercions très vivement nos amis photographes qui ont rendu possible les illustrations de cet ouvrage Celles-ci sont désignées par un ou deux chiffres (exemple V, = Chironius scurrulus : IV, = Boa constrictor - Jean Philippe CHIPPEAUX : V - - 13 - 33 - Jean Paul GASC : VII : Tête de Xenodon - Bernard GEOFFROY: V, - 12 - Daniel HEUCLlN : II: Ill: IV, 4-5: V, 4-7-10 (2) -14-16-19 (2)-20(2) -21-22-25 VI, : VII, - - Pierre JAMET : V, 18 - Paul P ASTU KA : II : IV, - -S : V, 1-2 (multiventris) - - 8-11-14-15 - 23 -26- 27 -29 31 : VII, Paul PLANQUETTE: 1: V 12 (juvénile) - 16 - 17 (2) - 32 - Jany SAUV ANET: IV (juvénile): VI 55 Ache\'é d'imprimer sur les presses (k l'Imprimerie DESORMEAUX l'>' Trimestre s~ ISB" ~-l)(I(,1 :'i~-(l.; X SEPANGUY -·Ill' 411 - CAYENNE 97329 Cedex ... médical 16 Tête de Boidés Co uverte de pe tites écailles, les éca illes labiales en fo rm e de cupul es jo ue nt le rô le de fossettes se nsiti ves Coral/us caninu$ Tête de Crotalidés Couve rte de. .. il s'agit de l'orga ne senso ri e l qui permet a ux crotalidés de dé tecte r la chaleur de l e UfS pro ies ou de le urs e nn e mi s Bothrops atrox Tête de Colubridés Couve rt e de grandes plaq... réduite, les serpents peuvent ne s'alimenter qu'à intervalles de temps espacés En c,tptivité, l'on connt de grands Boas qui ont supporté un jeûne de plus de vingt mois avec, dans de rares cas
- Xem thêm -

Xem thêm: Serpents de Guyane, Chippeaux & al 1988, Serpents de Guyane, Chippeaux & al 1988

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay