II - SUR LES ENVIRONS DE LA SPEZIA, PAR H. T. DELABECHE

15 9 0
  • Loading ...
1/15 trang

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:27

N° SUR LES II ENVIRONS DE P A R H T D E L A LA SPEZIA, BÈCHE Ayant vu qu'on avait fixé l'attention de la Société sur le mélange des Orthocères, avec des Ammonites des terrains secondaires, et en particulier avec l ' A m monites Turneri et Conybeari, dans le calcaire salifère du S a l z b o u r g , je crois utile d'envoyer la notice suivante sur une association semblable d'orthocères et de b é l e m n i t e s , dans un calcaire de la Spezia Plus des faits de ce genre se multip l i e r o n t , mieux l'on p o u r r a évaluer l'importance attribuée m a i n t e n a n t la présence ou l'absence de certains genres de fossiles dans certains dépôts Dans nos efforts p o u r classer les formations au moyen des restes organiques, nous devrions faire plus d'attention aux conditions variées sous lesquelles les dépôts ont p u se former La surface du sol découvert, et celle d u fond de l'Océan , ont présenté dans tous les temps des inégalités q u i , considérées sur u n e grande échelle , o n t dû fortement influencer la distribution des êtres marins sur un espace considérable, et p e n d a n t la m ê m e période En c h e r c h a n t des analogies dans ce qui existe, nous n e devrions pas nous a t t e n d r e , priori, trouver les restes des mêmes animaux marins ensevelis dans toutes les parties d'un dépôt contemporain , parce q u e la profondeur des eaux, e t , par c o n s é q u e n t , la différente pression , et la plus ou moins grande q u a n t i t é de l u m i è r e , ainsi que les variations de température, a u r o n t d û toujours p r o d u i r e , cet égard, comme p r é s e n t , des différences notables Outre ces circonstances , et la chaleur plus ou moins considérable, la distribution de la vie animale marine est encore soumise l'influence de la plus ou moins grande vélocité des marées et des c o u r a n s , et celle de la n a t u r e du fond, quelques animaux préférant u n genre d'habitation , tandis que d'autres en recherchent u n autre Ainsi, nous devons trouver dans chaque dépôt c o n t e m p o r a i n , n o n seulement des variations relativem e n t aux caractères minéralogiques, mais encore relativement la n a t u r e des fossiles La partie du dépôt qui aura été formée sous u n e eau peu profonde offrira certaines pétrifications, tandis q u ' u n e autre portion en renfermera d'autres très différentes sous ce rapport Après ces considérations générales, j ' a b o r d e la description des environs de la Spezia, car q u o i q u e beaucoup des détails suivans n'aient pas un r a p p o r t direct avec la question que je viens d'agiter, néanmoins souvent des faits isolés jettent moins de lumières sur un point douteux q u ' u n e description générale Soc GÉOL — T O M I° — Mém n° On connt les beautés du golfe si célèbre de la Spezia; la carte ci-jointe ( p l I I I ) peut servir d o n n e r une idée de sa configuration et de ses environs; et p o u r ceux qui désireront plus de détails, ils consulteront avec avantage le m é moire de M G u i d o n i , inséré dans le Giornale ligustico, pour 8 , et intitulé: Observations géognostiques et minéralogiques sur les montagnes entourant le golfe de la Spezia Je ferai seulement observer que les montagnes de Massa Carrara, l'est de ce golfe , et nommées les Alpes A p u e n n e s , ne sont pas u n e branche de la chne principale des Apennins, comme on pourrait le croire d'après les cartes, mais qu'elles forment un g r o u p e séparé par ses rapports physiques et géologiques Les plaines de la Magra séparent ces hauteurs des montagnes du golfe de la Spezia (1) Dans la description suivante, les dépôts stratifiés sont décrits dans leur ordre de superposition , en c o m m e n ỗ a n t par les plus récens et en terminant par les roches non stratifiées, § I Blocs et graviers Près de Massa , les galets abondent et forment la partie supérieure descendant vers la m e r Il y en a de b e n n e s coupes près du pont blanc sur le Frigido, et en remontant cette rivière, qui se fraie travers ce dépôt qu'il r o n g e , en laissant le long de sou cours des pendiculaires et élevées près de la ville de Massa Il ne faut pas confondre ce de la plaine de m a r b r e u n passage berges per- gravier avec les autres agglomérais, peut-être tertiaires, qui sont dans ces environs en couches régulières ou m ê m e redressées , et qui sont de plus recouvertes par ce même gravier A Carrare, le gravier entoure la ville eu reposant sur le g r è s : il y r e n f e r m e , dit-on , des ossemens Ce dépôt s'élève fort au-dessus du niveau de la Méditerranée, qui sans cesse augmente les alluvions de la côte de tout ce que la Magra lui apporte ; mais ces dernières masses se t r o u v e n t un niveau bien, inférieur celui des alluvions de Massa ou de Carrare Le gravier n'est pas fréquent dans le voisinage immédiat du golfe de la Spezia; mais en traversant le col appelé le F o c e , sur la route cle la Spezia Borghetto, les galets deviennent plus abondans La gorge où passe la route et le tor(I) Les h a u t e u r s des p r i n c i p a u x points des Alpes A p u e n n e s s o n t , d'après M P I n g h i r a m i , les suivantes : Pizanino Pizzo d'Uccello Lascime de P a n z a I O I , toises 900,19 954 69 Monte Altissimo Monte Forato , toises 601,49 Les m o n t a g n e s sur le côté oriental d u golfe de la Spezia sont b e a u c o u p p l u s basses q u e celles sur le côté o p p o s é L e m o n t Castellana s'élève , toises sur la m e r , d'après M le b a r o n de Zach D e p u i s c e t t e m o n t a g n e , la côte s'élève nu N.-O Sa h a u t e u r est plus g r a n d e d e r r i è r e V e r n a z z a , mais elle s'abaisse au cap Mesco et au M o n t e Rosso rent, près de P o n z o , est remarquable en ce que ce dernier part s'être fra un chemin travers une montagne composée de graviers et de blocs dans lesquels ceux-ci ont quelquefois la pesanteur d'une tonne ou p l u s , et sont formés par un macigno grossier et siliceux U n espace considérable est couvert de ces b l o c s , parmi lesquels il n'y a pas d'euphotide ou de serpentine, q u o i q u e des blocs de ce genre couvrent les environs L a cohésion de cette masse arénacée est si faible, qu'une partie de la route est continuellement couverte de ses débris En descendant la vallée qui s'ouvre sur le Vara, on quitte bientôt le district des blocs; le torrent ne les charie qu'à une petite distance de la place où ils se trouvent , et où ils n'ont été déposés par aucune des rivières actuelles du pays L o r s qu'il est gonflé, ce torrent est considérable, de manière que le transport de ces blocs mérite de fixer l'attention A la jonction de cette vallée et de celle du Vara, et dans c e l l e - c i , il y a des graviers d'une grosseur ordinaire formés et déposés apparemment par les rivières , et plus tard coupés par ces dernières § II Lignite , argile, grès et agglomérat de Caniparola Caniparola est située un peu l'est de Sarzana On y reconnt les couches suivantes dans des masses presque verticales, et se dirigeant peu près du N au S L a coupe commence l'E I° Calcaire gris argileux ; 2° marne schisteuse grise ; 3° calcaire marneux gris; 4° schiste marneux gris Fucoïdes intricatus (Ad Bgt.); 5° grès micacé verdâtre ; 6° schiste marneux gris ; grès micacé verdâtre ; 8° schiste marneux gris; 9° grès argileux gris; 1o° grès clair ; 11° argile grise; 12° calcaire argileux gris; 15° grès verdâtre; 14° schiste marneux g r i s ; 15° schiste marneux gris veinules ochreuses; 16° argile grise; lignite; 18° argile grise ; 19° lignite, séparé par deux strates d'argile; 20 argile g r i s e ; 21° lignite; 22° argile grise; 20° lits calcaires; ° m a r n e grise; s5°schiste marneux g r i s ; 26 argile grise; 27° agglomérat composé de calcaire compacte gris, de macigno et de j a s p e , avec un ciment d'argile g r i s e ; 28° grès friable v e r d â t r e ; agglomérat comme le n° 27; 3o° grès verdâtre 0 0 Cette suite de couches se voit sur le bord d'un petit ruisseau près duquel sont les mines de lignite Ce combustible présente souvent la texture fibreuse du bois, et ses lits ont de deux trois pieds d'épaisseur L e s cailloux des agglomérats , n° 27 et n° , montrent que ce dépôt est plus récent que celui du macigno et du calcaire compacte de cette partie de l'Italie Je le regarde c o m m e tertiaire, q u o i q u e les caractères zoologiques manquent, et que les végétaux n'aient pas été bien examinés Les couches précédentes ont été probablement redressées par la même force qui a soulevé les Alpes Apuennes Soc GOÉL — ER TOM I — M é m n° k § III Brèche ciment de calcaire poreux La couleur de cette roche est généralement grise; elle est composée de f'ragm e n s de calcaire compacte gris, de schiste et de grès, roches des environs Dans quelques e n d r o i t s , il est difficile de remonter l'origine de ce dộpụt, dont le ciment existe ỗ et l , seul, sous la forme de couches particulières Je n'ai pu voir ses rapports avec le dépôt de lignite de Caniparola, et je soupỗonne que ce dernier est plus récent Cette b r è c h e constitue des caps dans le golfe de la Spezia, la batterie de Saint-Bartholomée et celle de Sainte-Thérèse A San-Terenzio elle forme la cime des falaises et le bas pays Elle se trouve p r o b a b l e m e n t sur les falaises entre le Cap Corvo et L e r i c i , car des blocs de cette roche t o m b e n t de ces hauteurs dans la mer Cette roche semble liée la suivante § I V Grès siliceux Ce grès est généralement compacte, en couches compactes ou schisteuses, jaune b r u n ou b l a n c h â t r e , et inférieurement rougeâtre ou verdâtre , et sans fossiles Il repose en stratification discordante sur le macigno, ou plutôt sur la surface corrodée de cette roche entre la Spezia et S a r z a n e , comme on le voit sur la grande route Quelques unes de ses couches supérieures deviennent marneuses et rouges Ce grès a été fort t o u r m e n t é , juger d'après ses différentes inclinaisons ; n é a n moins il offre une inclinaison générale p a r t a n t du macigno sur lequel il repose Près de Musano il p l o n g e a i ! n o r d sous 40°, la pointe de Ciapa; p r è s de SanTerenzio les couches sont contournées La partie supérieure de la r o c h e , cour o n n é e par le fortin de San-Terenzio , est composée de la b r è c h e p r é c é d e m m e n t d é c r i t e , tandis que sa portion inférieure est formée de ce grès offrant quelquefois les caractères de la b r è c h e , les couches étant contournées § V Macigno Ce nom est d o n n é deux espèces de grès assez semblables par leurs caractères minéralogiques, mais différens par leur gisement Je restreins cette dénomination au grès supérieur et dominant On le t r o u v e en abondance en Toscane, dans le pays de L u c q u e s , de Massa et de C a r r a r e , et près de la Spezia (I) (1) L a coupe suivante entre Lucques et les bains de Lucques est intéressante pour la connaissance du macigno L e pays autour des bains est montueux, et composé de grès brun et g r i s , dộsagrộgộ ou compacte, ỗ et l rougeõtre sur la surface, et en lits plus ou moins épais : les eaux thermales en sourdent Ces roches inclinent au N , sous 25°, Belvedere Cette inclinaison Le macigno est u n grès siliceux et calcaire, souvent taches noires provenant en apparence de petits morceaux de schiste ; il est généralement micacé et mêlé quelquefois d'argile schisteuse et de schiste Ses couches sont compactes, schisteuses ou friables, et offrent les caractères p r o p r e s aux variétés intermédiaires entre ces trois espèces Les couleurs grises et b r u n e s dominent Près de Massa et de Carrare, le macigno n o n couvert d'autres roches repose sur du calcaire compacte gris Au sommet de la route du c o l , entre ces deux villes, la route permet de voir le point de contact de ces deux roches (voy pl IV, fig ) dans l'ordre ascendant suivant : 1° du calcaire gris imparfaitement stratifié ; 2° des lits de jaspe et de m a r n e schisteuse ; 3° des schistes argileux et du grès micacé b r u n (n° et , en lits presque verticaux) ; 4° du grès micacé b r u n en couches d'abord perpendiculaires , puis inclinant l'O.-S.-O., sous 45° U n e série de couches de jaspe et de schiste argileux rougeâtre et gris verdâtre se voit près de Carrare s Un petit monticule composé de macigno s'élève au S de Massa ; c'est u n prolongement du grès formant les montagnes au N.-O La jonction est cachée par les graviers travers lesquels le Frigido a creusé son lit assez profondément p o u r laisser voir le macigno Cette roche abonde au N de la Spezia, s'étendant des bords du Vara vers B o r g h e t t o , et en-deỗ de cette ville, ainsi q u e par Vezzano et le b o r d droit de la Magra, vers le passage Sarzane Ce district contient toutes les variétés ordinaires de ce dépơt § V I Calcaire compacte gris, ou marbre de Porto-Venere Cette roche se trouve p r è s de la Spezia, et p e u t être divisée en six parties I° Les couches supérieures compactes grises ou de diverses teintes, avec u n n o m b r e plus ou moins grand de petits filons de spath calcaire, ỗ et alternant avec des lits schisteux et du schiste argileux, généralement épaisses Le marbre noir et jaune de P o r t o - V e n e r e fait partie de cette assise ; 2° U n e dolomie plus ou moins p u r e , blanche q u a n d elle est p u r e , et indistinctement stratifiée; est l'opposé de celle observée plus bas dans la vallée principale vers Lucques, où les grès inclinent au S L a direction générale de l'E l'O est donc celle des macigno et des calcaires qui les supportent En entrant dans la vallée principale depuis la côte de Lucques , l'on observe un grès calcarộo-siliceux, micacộ, grossier, brun ou gris, ỗ et l taches noires, et inclinant au sud Cette roche continue pendant quelque temps, puis on la voit reposer sur du calcaire compacte gris, feuilleté et incliné au sud Plus loin, part au-dessous du calcaire compacte de teinte claire ou verdâtre; du calcaire gris avec beaucoup de matière siliceuse, des marnes de teintes claires, des lits de jaspe inclinant au sud, des calcaires gris contournés veinules et noyaux siliceux ; enfin , viennent les grès des bains de Lucques, inclinant au nord , et reposant sur les calcaires 3° Un calcaire compacte gris foncé en lits minces ; 4° Le m ê m e calcaire alternant avec du schiste b r u n clair avec Orthocères , Bél e m n i t e s , Ammonites, et beaucoup de p y r i t e s , 5° Du schiste b r u n clair alternant avec du calcaire compacte de teintes claires et en lits minces, semblable certaines variétés du calcaire jurassique ; 6° Le même schiste alternant avec des lits minces de calcaire gris foncé Telle est la coupe des calcaires et des dolomies q u i , en commenỗant aux ợles de Tino et de Palmaria, s'élèvent dans les hauteurs de la Castellana, et s'étendent de Pignone en formant les montagnes de Goregna, de Santa-Croce, de Par o d i , de Bergamo, etc (Voyez pl III et pl IV, fig I et 2) Il faut r e m a r q u e r que la dolomie forme la partie centrale de la chne en constituant les points les plus élevés des montagnes calcaires, et qu'elle peut, être considérée aussi bien comme un grand filon redressant les couches, que comme u n e grande couche ou un assemblage de couches renfermé au milieu, d'autres masses A la demande de M C o r d i e r , M Laugier a analysé la dolomie cristalline de la Castellana, et y a trouvé : Carbonate de chaux de magnésie Peroxide de fer et alumine Silex Perte 55,36 41,30 2, , o 0,84 100 (1) Les fossiles abondent la cime de Coregna, où ils furent découverts par M Guidoni Les couches étant presque verticales, le schiste coquillier se décompose l'air, et permet l'extraction des pétrifications D'après M S o w e r b y , sur quinze espèces d'Ammonites, u n e part être l ' A m m o n i t e s erugatus (Phillips), du lias de l'Yorkshire, tandis q u e deux d'entre elles ressemblent l ' A L i s t e r i et l'A biformis , fossiles des houillères de l'Angleterre septentrionale A u n e exception p r è s , les autres Ammonites lui semblent de nouvelles espèces, et je les décrites et figurées dans mon Manuel, sous l'article du groupe Oolithique Ces fos(1) E n 1825 M L a u g i e r a p u b l i é d e u x analyses semblables ( B u l l e t , de la Suc C a r b o n a t e de c h a u x d e magnésie S i l e x , a l u m i n e et fer Dolomie d'Ollioules 51,55 41,31 2,5o Dolomie de Cette, 37,44 39,24 3, 95,36 99,68 philom.) D'après K l a p r o t h , la dolomie de S a i n t - G o t h a r d c o n t i e n t : C a r b o n a t e de c h a u x , 52 ; c a r b o n a t e de m a g n é s i e , 46,5, et oxide de fer, siles reỗurent les noms d ' A Guidoni, cylindricus, Stella, Phllipsii, Coregnensis, articulants, discretus, ventricosus, complus, catenatus et trapezoidalis Une de ces Ammonites complétant les quinze espèces, part être u n jeune individu de 1'A Bucklandi Les restes de Bélemnites consistent seulement en alvéoles, et sont c o m m u n s ; les Orthocères ressemblent l'O.Steinhauri des houillères de l'Angleterre septentrionale ; mais elles ressemblent aussi â des pétrifications du lias du Dorsetshire ayant reỗu le nom d'O elongatus (Géol t r a n s , sér., vol 1.) e E n o u t r e , M Guidoni a encore trouvé des milliers d'échantillons de mollusques et m ê m e des restes d'animaux vertébrés Il énumère p a r m i les Ammonites les A discus, planicosta, Bucklandi, splendens, dentatus, concavus, Greenoghii, Walcotii, plicatilis, stellaris, communis, Brookii et Nutfieldensis Il faudrait savoir si toutes ces déterminations sont exactes ; si elles le s o n t , ces roches offriraient des fossiles autres q u e ceux du lias en France, en Angleterre et en Allem a g n e ; car VA splendens est u n fossile de la craie ou du Gault de Sussex, q u o i q u e M Conybeare l'ait aussi découvert dans le Coralrag; et l'A Nutfieldiensis a été trouvé dans la craie par M Lonsdale , q u o i q u e M Conybeare l'ait vu aussi dans la roche de Portland M Guidoni dit aussi avoir observé la G r y phée arquée dans le m a r b r e de Porto-Venere (1) Toutes les vallées transversales de cette c h a ỵ n e , comme la c ô t e , et surtout la vallée du Biassa, offrent de b o n n e s coupes Les masses y sont toutes considérablement t o u r m e n t é e s , les couches supérieures étant généralement le plus c o n t o u r nées (voy pl I V , fig et 4), et les inférieures, q u o i q u e ondulées en p e t i t , étant perpendiculaires , vues en grand Les calcaires, sur la côte orientale du golfe, ont la m ê m e structure m i n é r a iogique q u e ceux indiqués p r é c é d e m m e n t , et en paraissent être la c o n t i n u a t i o n , leur jonction étant cachée par les eaux du golfe On voit des coupes de la dolomie sur la route de Lerici et de Sarzane, près de Barcola, et n o n loin d'Ameglia, où elle contient de la matière siliceuse Ce calcaire offre de n o m b r e u x lits de jaspe vert et r o u g e , comme on l'observe dans les falaises pittoresques de la côte au S - E de Lerici, où des marnes rouges et des schistes s'associent avec cette roche C'est comme ce q u e j'ai indiqué dans la coupe près de Lucques (1) D'après un passage du Mémoire de M Guidoni, dans le Journal de géologie, vol II, p 74 , ce savant aurait l'air de croire que j'ai manqué de loyauté son égard ; mais je lui laisse juger si je pouvais faire plus que de citer son nom dans une très courte notice sur certains calcaires du golfe de la Spezia M Guidoni m'a accompagné dans plusieurs courses, et sa connaissance des localités m'a été très utile; mais il aurait eu se plaindre de moi si j'avais cité ses anciennes opinions rectifiées par un examen plus attentif A ce propos, je me permettrai d'observer M Guidoni que sa coupe n'est qu'une vue de la côte, et que cette dernière étant angle droit de la direction des couches, ne montre pas plus la position véritable des couches que si l'on voulait voir le Mont-Blanc reposant sur le Jura, parce qu'on verrait ce colosse en-deỗ du Jura depuis Dole Dans u n pays où le caractère minéralogique du calcaire est de si peu de valeur, il est dangereux de déduire de cette circonstance seule, sans les fossiles, si cette roche est l'équivalent de tel ou tel calcaire d'une apparence minéralogique semblable Je ne puis donc pas dire q u e mes observations p r o u v e n t q u e la zone de calcaire gris , qui passe par Massa et Carrare, et entoure depuis les m o n tagnes vers le S.-E., soit de la m ê m e époque que le calcaire de la Spezia § V I I Schistes bruns et couches bigarrées Ces roches forment u n e portion considérable de la chne s'étendant de P o r t o Venere vers Pignone, et p e u v e n t bien être étudiées dans plusieurs vallées transversales et sur la côte (Voy pl I V , fig 2.) Elles sont placées entre les grès b r u n s dont je vais parler, et les calcaires m e n t i o n n é s ci-dessus Les couches sont p e r p e n d i c u laires sur u n e grande échelle, et ondulées en petit Les couches bigarrées sont u n assemblage de matière calcaire, siliceuse et argileuse Les couleurs sont le b l e u â t r e , le verdâtre et le rouge ; le schiste b r u n ne fait pas effervescence avec les acides § V I I I Grès brun et schistes gris Le grès b r u n , qui a quelquefois été appelé m a c i g n o , est s u r t o u t siliceux, quoique ỗ et parties calcaires Il est quelquefois micacé, et forme des couches compactes ou feuilletées Cette roche constitue la haute chne qui s'étend des environs de la Castlana jusqu'au-delà de Vernazza Au Cap-Mesco il couvre u n schiste gris et plonge vers la mer Des failles traversent les deux roches (Voy pl I V , fig 9.) Le schiste gris est u n mélange de matière argileuse , siliceuse e t calcaire, dans lequel prédomine quelquefois l'une ou l'autre de ces parties Il est plus ou moins micacé, traversé c o m m u n é m e n t de veinules de spathealeaire, ou rarement de quarz Cà et la matière calcaire domine t e l l e m e n t , qu'il se p r o d u i t des couches calcaires De grands fucoïdes existent dans cette r o c h e Le schiste forme la côte depuis les environs de Riomaggiore j u s q u ' a u MonteRosso Les couches sont ou fortement inclinées, ou contournées Au M o n t e R o s s o , elles ont été percées par l'euphotide et la serpentine § I X Calcaire g r e n u , etc , de Cap-Corvo Plusieurs roches sent découvertes par la coupe naturelle d u Cap-Corvo, et je ne connais pas de mode plus bref p o u r détailler leurs r a p p o r t s , q u e d'énumérer leur o r d r e de succession dans ce point (Voy pl I V , fig ) Le calcaire compacte gris forme la côte de Lerici au Cap-Corvo, où l'on voit les roches suivantes de h a u t en b a s , et inclinant plus ou moins l'O : I° Du calcaire compacte g r i s , mêlé de schiste traversé de petits filons de spath calcaire ; 2° du calcaire gris feuilleté alternant avec du schiste ; 3° du calcaire compacte gris feuilleté ; 4° des couches feuilletées, micacées, et de teintes diverses ; 5° de l'agglomérat d u r en couches épaisses, composé s u r t o u t de morceaux de quarz variant de la grosseur d'un pois celle d'une n o i x , et m ê m e p l u s , avec u n ciment quarzeux et u n ou deux lits s u b o r d o n n é s de grès grossier; 6° le m ê m e schiste mêlé de chlorite, souvent dans le même lit des veinules de fer micacé dans les lits q u a r z e u x ; 7° des couches feuilletées, micacées et b r u n e s , contenant très peu de calcaire ; 8° u n mélange de calcaire grenu b r u n et blanc ; 9° du calcaire grenu blanc rendu feuilleté p a r le mica ; 10° u n e couche épaisse de roche compacte c h l o r i t i q u e ; 11° d u calcaire grenu b l a n c ; 12° des couches m i cacées b r u n e s ; 13° du calcaire grenu b l a n c r e n d u feuilleté par le mica; 14° d u calcaire demi cristallin b r u n mêlé de schiste; 15° du schiste micacé t o u r n a n t vers l'E Cette coupe peut faire supposer q u e quelques unes de ces roches sont des altérations d'autres roches Elles n e correspondent pas minéralogiquement avec celles de la côte entre Porto-Venere et Monte-Rosso Les calcaires n 1, , et paraissent les équivalens d u calcaire de la Spezia Les conglomérats n et peuvent représenter le grès b r u n ; mais ils ressemblent tellement par leurs caractère et leur gisement, ceux q u i existent entre les Alpes calcaires et la chne alpine c e n t r a l e , q u e je ne puis omettre cette analogie os os L'état couvert du p a y s , derrière l'embouchure de la Magra, empêche u n examen suffisant d'une roche ressemblant b e a u c o u p au poudingue de Valors i n e , et formant de basses falaises; c'est peut-être le p r o l o n g e m e n t des roches n et de la coupe d u Cap-Corvo Il est composé de morceaux de roches chloriteuses, de talc-schiste et de beaucoup de quarz cimenté par du talc ou du mica Il est en couches épaisses, et incliné au N - E Depuis le débouché de la Magra jusqu'à Ameglia, j ' a i trouvé la succession suivante de couches : I ° du schiste micacé ; des couches épaisses d'agglomérat ressemblant celui de Valorsine ; 3° une grande épaisseur de schiste talqueux et micacé; 4° du schiste chloritique; 5° l'agglomérat quarzeux grains fins ressemblant certaines variétés d u n° de la coupe d u Cap C o r v o ; 6° la m ê m e r o c h e , grains plus fins, feuilletée et micacée; 7° d u schiste argileux micacé , inclinant au N.-E sous 35° ; 8° u n e roche composée de feldspath, de quarz et de m i c a ; 9° la m ê m e roche feuilletée, avec le quarz en grains séparés, comme dans la vallée d u F r i g i d o , près de Massa, le quarz étant coloré en r o s e ; 10° du schiste argileux micacé; 11° la m ê m e roche plus c o m p a c t e , lits et grains de quarz isolés; les dernières couches sont couvertes p a r le calcaire compacte près d'Ameglia os § X Marbre de Carrare Cette roche , t r o p bien connue p o u r avoir besoin d'être décrite , est distinct e m e n t stratifiée, et incline dans les carrières principales au S.-O., sous divers angles Son âge exact n'a pas encore été déterminé Le calcaire compacte g r i s , près de C a r r a r e , part reposer sur les masses g r e n u e s , de la m ê m e manière que la première roche sur le schiste micacé près de Massa, et le m a r b r e semblerait faire partie du m ê m e système que le gneis et les schistes micacés des Alpes Apuennes Il est r e m a r q u a b l e que les couches de m a r b r e n'existent pas dans la partie inférieure de la vallée du F r i g i d o , q u o i q u e , d'après leur d i r e c t i o n , elles devraient s'y prolonger En supposant q u e ce m a r b r e est p r i m a i r e , ce fait perd de sa singularité, puisque ce genre de dépôt existe en grands amas au milieu d'autres roches Sa nature grenue n'est d'aucune valeur p o u r indiquer l'âge de cette roche , puisqu'il y en a de semblables dans toutes les formations (1) § X I Schiste micacé de la vallée du Frigido On peut bien l'observer en m o n t a n t la vallée depuis Massa : d'abord le schiste micacé et argileux, et surtout ce d e r n i e r , d o m i n e , etincline l'O.-S.-O En r e m o n t a n t plus h a u t la vallée, le schiste micacé a b o n d e , ses couches deviennent verticales, et elles courent du N - O - N , au S.-E.-S La roche y contient beaucoup de q u a r z , souvent en grains isolés, formant u n composé qui ressemble quelques couches entre le Capo-Corvo et Ameglia L'autre aspect cle la roche représente encore plus celui des roches dont elle est p r o b a b l e m e n t le prolongement Elle devient u n e espèce de gneis ressemblant celui qui abonde dans la gorge de Roffla dans les G r i s o n s , et au Splugen Son caractère principal est de contenir des grains isolés de q u a r z , et de former des couches fort épaisses § X I I Euphotide et serpentine Quoiqu'on ait prétendu qu'en Ligurie ces roches sont quelquefois stratifiées, celles q u e j'ai examinées , soit dans ce pays , soit en Toscane , ne m'ont pas paru offrir ce caractère Leur nature minéralogique est bien c o n n u e ; M Brongniart a décrit leur position sur le Macigno , et a m o n t r é qu'elles ne sont pas toujours associées avec des roches primaires ou intermédiaires La vallée de Cravignola, entre Borghetto et Rochetta, offre une excellente coupe du gisement de ces roches (Voy pl I V , fig 6.) (I) Les géologues italiens devraient étudier les relations géologiques des Alpes Apuennes avec la chne principale des Apennins, et nous donner la coupe de cette dernière entre Massa et Modène La vallée coupe les couches presque sous u n angle droit de leur direction A son e n t r é e , il y a des couches de grès b r u n micacé fort inclinées, et courant du N.-N.-O au S - S - E A ces roches succèdent d'autres roches semblables, alternant avec des schistes argileux; ces dernières passent u n e roche plus schisteuse bancs calcaires d'une teinte foncée, et inclinant sous u n angle de o ° Au-dessous de ce schiste ressort la serpentine, q u i , continuant pendant quelque t e m p s , est ensuite i n t e r r o m p u e par des couches contournées de calcaire compacte gris et de schiste Plus loin vient de l'euphotide, qui passe la s e r p e n t i n e , et cette dernière roche passe de nouveau la première roche qui repose sur le jaspe Des nids de manganèse sont exploités dans la partie inférieure du jaspe Cette coupe se voit le mieux sur le b o r d droit de la rivière ; car la partie contournée de calcaire et de schiste est fort peu étendue sur la rive opposée La fig de la pl IV présente u n e coupe de la partie décrite par M B r o n g n i a r t , et le jaspe y recouvre du calcaire et du schiste contourné L'euphotide et la serpentine paraissent passer l'une l ' a u t r e , et la première roche n'est qu'accidentellement dans la partie inférieure de cette masse Q u a n t au j a s p e , se trouvant au milieu de roches sans s e r p e n t i n e , je n e le regarde pas comme u n p r o d u i t altéré par le contact des schistes et de l'euphotide, quoiq u e ailleurs de pareilles causes aient pu p r o d u i r e de semblables effets Les premières euphotides et serpentines visibles sur la côte vers la Spezia se trouvent au Monte Rosso (Voy pl I V , fig 9.) Ce m o n t , près de la ville, est composé de schiste calcaréo-argileux et micacé gris, petits filons spafhiques, et renfermant du calcaire Les couches sont verticales et c o n t o u r n é e s ; le t o u t offrant des apparences de dérangement, comme on en voit sur la c ô t e , de ce point Vernazza En traversant le t o r r e n t , dans la vallée voisine, nous trouvons d'abord l'eup h o t i d e , puis la s e r p e n t i n e , et plus loin les deux roches passent l'une l'autre dans toutes les directions, en ne semblant q u e des modifications de la même matière La masse de ces roches est c o u v e r t e , dans la direction du Cap Mesco, de grès et de schiste c o n t o u r n é , puis de couches épaisses de grès ciment calcaire, incliné au S.-O sous 45° Deux ou trois failles traversent le grès et le schiste La serpentine se prolonge vers le N.-N.-O dans l'intérieur du p a y s , et part liée avec celle qui abonde L e v a n o , où elle est couverte par le prolongement des roches du Cap Mesco A Levano l ' e u p h o u d e et la serpentine passent l'une l'autre et sont très variées Les serpentines d o n t nous venons de parler sont contemporaines de celles de la Ligurie Elles traversent les calcaires, les grès et les schistes dans toutes er Soc GÉOL — T O M I , — Mém n° les directions, comme on p e u t le voir sur la g r a n d e route e n t r e Borghetto et Chiavari L'euphotide occupe plus de place q u e la serpentine Dans la gorge près de Ponzo , coupée au milieu des graviers, on observe sur la côte de Pignone u n e b u t t e dans le vallon qui conduit ce dernier l i e u ; elle est composée de serpentine diallagique petits filons de stéatite, et fait évidemment partie d'une grande masse de serpentine cachée par les alluvions La roche s'étend delà l'Ouest, sous la forme d'un filon d'un demi-mille de largeur; elle est mêlée de beaucoup d'euphotide Entre l'église de Covarra et P i g n o n e , elle repose sur le grès et le schiste argileux Ce filon se lie peut-être aux masses serpentineuses entre Bracco et Levano Je me permets d'ajouter quelques mots sur le Monte Ferrato en Toscane Cette b u t t e a trois s o m m e t s , et est composée de serpentine et d'euphotide ; sa cime la plus méridionale est deux milles au nord de Prato Sur son côté s u d , vers la plaine, on trouve de la serpentine diallagique En allant de sur la pente occidentale de la m o n t a g n e , on observe du jaspe rouge schisteux ou compacte ; il est placé entre la plaine et la serpentine Les strates courent du S.-E.-E au N O.-O en plongeant sous la m o n t a g n e La serpentine cache le jaspe sur u n e certaine étendue A u n e colline au N.-O de la montagne (voy pl IV, fig ) , le jaspe est placé entre la serpentine et le calcaire compacte gris ; on y observe aussi quelques marnes schisteuses, associées en apparence avec le jaspe C'est q u e M Brongniart a pris sa section; le calcaire et le jaspe sont coupés par une ramification de la masse principale de la serpentine et de l'euphotide, et cette b r a n c h e est composée principalement d'euphotide Ces apparences rappellent celles des trapps U n e coupe de cette m o n t a g n e , travers le sommet méridional du Monte F e r r a t o , aux carrières calcaires de Monticelli, m o n t r e que les roches stratifiées inclinent des deux côtés sous les masses n o n stratifiées , et je crois q u e ces dernières sont sorties d'une fente , et o n t coulé a u t o u r de cette espèce d'orifice Le jaspe peut être s u b o r d o n n é au calcaire; le schiste b r u n et le jaspe de Paciana sont les mêmes q u e les roches semblables entre Lucques et les bains de ce nom Le calcaire de Monticelli ressemble celui de la m o n t a g n e située au N.-O, et cette roche clans les deux endroits correspond celles de la c o u p e de Lucques D'après ce q u e je viens de d i r e , on voit q u e l'âge relatif des calcaires de la Spezia ne p e u t pas encore être déterminé d'après ses fossiles Il faut attendre des détails circonstanciés que M Pareto et d'autres géologues nous p r o m e t t e n t sur la T o s c a n e , le M o d é n o i s , et les pays voisins Nous n'avons pas encore de preuves évidentes pour préciser l'époque du dépôt des graviers et des blocs , ni l'âge des lignites de Caniparola , quoique je sois disposé les placer dans le sol tertiaire Je n'ai découvert de pétrifications ni dans la b r è c h e poreuse n i dans le grès silicieux Q u a n t aux deux grès entre lesquels sont situés les calcaires de la Spezia, on n'y a vu q u e des fucoïdes; les deux grès les contiennent, car les masses supérieures d u macigno en présentent en Toscane On n'a pas encore établi les équivalens des schistes gris et du calcaire sur lesquels reposent le grès inférieur L'observation d u calcaire g r e n u , et des autres roches du Cap Corvo et des Alpes apuennes n'avancent pas non plus nos recherches, car toute roche plus récente peut, reposer sur u n e plus a n c i e n n e , sans déterminer p o u r cela l'époque de son dépôt Il ne nous reste donc q u e les fossiles des calcaires de la Spezia Admettant qu'ils ont été bien d é t e r m i n é s , nous avons u n mélange de restes organiques qui éloignent le dépôt aussi bien des groupes carbonifères, et de grauwacke, que de l'époque o o l i t h i q u e , quoique la masse des preuves soit plutôt p o u r le placer dans cette dernière Nous sommes accoutumés admettre en Angleterre et en France que les Bélemnites ne descendent pas au-dessous de la formation jurassique, et ne remontent pas au-dessus de la craie; d'après cette idée p r é c o n ỗ u e , notre dộpụt ne pourrait être q u e jurassique ou crétacé ; mais si nous considérons les O r t h o c è r e s , nous serions disposés placer le calcaire de la Spezia dans le groupe carbonifère ou la grauwacke Les Ammonites n e n o u s a p p r e n n e n t rien de p l u s , car, d'après Sowerby , deux espèces se r e t r o u v e n t dans les houillères de l'Angleterre et de l'Allemagne Ainsi, dans ce cas, vu nos connaissances limitées, les déterminations l'aide des fossiles sont impossibles Les idées d'après lesquelles on voudrait se diriger reposent u n i q u e m e n t s u r l'examen d'une partie de l'Europe assez éloignée du pays décrit Cette distance, et p r o b a b l e m e n t les conditions différentes des dépôts , ont pu produire des anomalies Admettant les roches de la Spezia comme équivalentes toute la masse o o l i t h i q u e , ou u n e partie de ce dépôt dans l'Eur o p e occidentale, doit-on regarder comme probable q u e les mêmes circonstances physiques étaient communes toute cette partie du g l o b e , ou doit-on penser que ces circonstances étant différentes, des variations essentielles minéralogiques et géologiques en ont été le résultat ? En t e r m i n a n t , je ne veux plus que fixer l'attention sur le mélange de fossiles particuliers dans trois points éloignés les u n s des a u t r e s , savoir : les Alpes du Salzbourg , celles du Dauphiné et de la Savoie, et les environs de la Spezia Dans le premier lieu, des Orthocères sont associées des Ammonites et des Goniatites; dans le s e c o n d , des Bélemnites sont avec des plantes des houillères, et dans le dernier, des orthocères sont réunies avec des Bélemnites et des Ammonites soit du lias, soit du terrain carbonifère Ces mélanges peuvent maintenant passer pour accidentels; mais lorsque les fossiles des dépôts de l'Europe orientale seront mieux c o n n u s , il est probable que cette prétendue anomalie se trouvera en harmonie parfaite avec les lois générales de la nature sur la distribution des restes organiques Mémoires de la Société Géologique de France ESQUISSE D'UNE CARTE GÉOLOGIQUE des ENVIRONS DE LA S P E Z I A Mémoire N° II P l A er T I Pl.III Mémoires de la Société Géologique de France M é m o i r e N° I I P l B er T I Pl IV Fig Fig Fig Fig.4 Fig.5 ColentreMassaetCarrara Vue des Falaises calcaires méridionales de l'Ile Palmeria F i g Fig - 7- Rochette F i g Fig.9 ... sur le b o r d droit de la rivière ; car la partie contournée de calcaire et de schiste est fort peu étendue sur la rive opposée La fig de la pl IV présente u n e coupe de la partie décrite par. .. vers la plaine, on trouve de la serpentine diallagique En allant de sur la pente occidentale de la m o n t a g n e , on observe du jaspe rouge schisteux ou compacte ; il est placé entre la plaine... l'attention sur le mélange de fossiles particuliers dans trois points éloignés les u n s des a u t r e s , savoir : les Alpes du Salzbourg , celles du Dauphiné et de la Savoie, et les environs de la Spezia
- Xem thêm -

Xem thêm: II - SUR LES ENVIRONS DE LA SPEZIA, PAR H. T. DELABECHE, II - SUR LES ENVIRONS DE LA SPEZIA, PAR H. T. DELABECHE

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay