VII - MEMOIRE SUR LA FORMATION CRETACEE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE, PAR M. LE VICOMTE D''ARCHIAC

40 4 0
  • Loading ...
1/40 trang

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:11

N° VII MÉMOIRE SUR LA FORMATION CRÉTACÉE DU SUD-OUEST DE LA F R A N C E , PAR M LE VICOMTE D'ARCHIAC Les calcaires secondaires qui recouvrent en grande partie les départemens de la C h a r e n t e , de la Charente-Inférieure et de la D o r d o g n e , et ceux qui s'appuient contre le versant nord des Pyrénées-Occidentales, avaient été indiqués depuis long-temps par M Brongniart (1) comme devant être rapportés l'étage moyen de la formation crétacée; mais M de Charpentier (2), soit qu'il n'ait pas c o n n u cette opinion de M B r o n g n i a r t , soit q u e , p e u versé alors dans !a connaissance des fossiles, il n'ait pas été frappé d'un r a p p r o c h e m e n t qui n'avait cependant pas échappé M Ramond (3), r a p p o r t a la p l u p a r t des calcaires secondaires des Pyrénées l'étage du calcaire a l p i n , et quelques couches seulement la formation jurassique, se fondant sur les caractères minéralogiques des roches et leur superposition au grès rouge Plus t a r d , M Boué ( ) est venu confirmer le r a p p r o c h e m e n t déjà signalé par M B r o n g n i a r t ; e t , enfin, dans ces dernières années, M Dufrénoy(5), après une étude scrupuleuse des faits,après les avoir comparés et en avoir déduit leurs rapports naturels, a levé tous les doutes qui pouvaient encore rester sur l'âge de ces c o u c h e s , et si j ' y reviens m o i - m ê m e a u j o u r d ' h u i , ce n'est que pour appuyer cette opinion de quelques faits puisés dans des considérations d'un autre ordre Les couches les plus inférieures du système o n t bien été assimilées l'étage d u grès vert; m a i s , en g é n é r a l , on a regardé toutes les autres comme représentant celui de la craie tuffau, craie grise ou craie moyenne (6) C e p e n d a n t , si l'on se ( ) Annales des mines, (1) Essais sur la constitution géognostique des Pyrénées, 1823 (3) Voyage au Mont-Perdu ( ) Mémoire géologique sur le S - O de la F r a n c e , Annales des sciences naturelles, 1824, tom II et III (5) Mémoire pour servir une description géologique de la France, tom I I , I I (6) Je dois en excepter M B o u é , q u i , dans le mémoire c i t é , d i t : « La formation crétacée » ne présente dans les Landes que le grès vert et la craie chloritée o u grossière, tandis que la » Saintonge et le Périgord offrent la série de ces dépôts plus complète m ê m e q u e dans le Nord » de la France et en Angleterre » Soc GÉOL — T O M a — Mém n° 21 dirige vers le S., en suivant la côte depuis les terrains anciens de la V e n d é e , on voit les divers étages de la formation oolitique se recouvrir successivement jusqu'à Châtellaillon, entre La Rochelle et Rochefort; p u i s , les couches s u p é rieures de ce groupe recouvertes elles-mêmes, u n p e u plus l o i n , p a r les p r e miers dépôts de la formation crétacée Cette disposition résulte d'une faible inclinaison qui règne dans toute cette é t e n d u e , et met successivement jour tous ces strates, sans changer sensiblement l'élévation générale du sol au-dessus du niveau de la mer Depuis la pointe du R o c h e r jusqu'au-delà de R o c h e f o r t , on peut r e m a r q u e r que les couches de la formation crayeuse participent l'inclinaison des couches oolitiques, ou plutôt la c o n t i n u e n t ; mais qu'après SaintF r o u l t , et jusqu'à l'embouchure de la G i r o n d e , la disposition du s o l , l'absence de ces longues falaises si favorables l'observation dans le nord du d é p a r t e m e n t , ne p e r m e t t e n t plus de voir le recouvrement successif des strates C e p e n d a n t tout porte croire qu'il existe, mais avec u n e inclinaison d'autant moindre qu'on se r a p p r o c h e davantage du centre du bassin A défaut de coupes naturelles le long de la mer, l'étude de l'intérieur du pays p e u t offrir dans la texture et la composition des couches comme dans la distribution des genres et des espèces fossiles, les moyens d'établir plusieurs subdivisions dans le g r o u p e crétacé de la Saintonge et du Périgord Je rechercherai ensuite la relation de ces subdivisions avec les couches qui s'appuient contre le versant nord des PyrénéesOccidentales ; p u i s , considérant enfin les unes et les autres dans l'ensemble de leurs caractères minéralogiques et p a l œ o n t h o l o g i q u e s , j'essaierai de les c o m p a r e r la formation crétacée du n o r d de la F r a n c e J e passerai r a p i d e m e n t sur les localités plus spécialement décrites par M Dufrénoy, dont les obligeantes communications m ' o n t été si utiles dans ce travail, et je m'arrêterai au contraire sur les points qu'il a dû négliger comme n'étant q u e d'une importance secondaire p o u r la mission scientifique dont il était chargé Les renseignemens que je dois M Marrot, ingénieur des mines Périgueux, ont aussi b e a u c o u p contribué r e n d r e moins i n c o m p l e t le résultat de mes p r o p r e s observations Les détails dans lesquels je vais entrer peuvent se r a p p o r t e r u n e coupe pl X I , fig , qui s'étendrait depuis les terrains anciens de la Vendée jusqu'à SaintJean-Pied-de-Port, dans le département des Basses-Pyrénées J'ai prolongé ainsi cette coupe, afin de mieux établir la relation du groupe crétacé avec les formations plus anciennes sur lesquelles on le voit reposer aux deux extrémités du bassin (1) La distance entre les points extrêmes des couches de la craie, depuis re (1) Je me sers ici de l'expression de bassin d'une manière tout-à-fait abstractive, puisqu'on réalité la formation crétacée se retrouve à, l'est c o m m e l'ouest du massif de la France cent r a l e , et qu'elle s'appuie, d'une p a r t , contre le versant nord des Pyrénées jusque sur les côtes de la Méditerranée, et de l'autre pénètre en Espagne par Fontarabie et Saint-Sébastien pour former des couches immenses sur le versaut méridional de la chne la pointe du Rocher au N de Rochefort jusqu'à Saint-Jean-Pied-de-Port, dont la citadelle est assise sur ce t e r r a i n , est d'environ soixante et douze l i e u e s , et tous les points de la coupe se trouvent ainsi très peu près sous le m ê m e méridien L'inclinaison des couches de la formation oolitique aux environs de L a Rochelle est de 2° / , et se continue depuis la pointe du Rocher jusqu'au-delà de Soubise, p o u r celle de sa formation crétacée Afin de simplifier, j'ai supposé q u e cette m ê m e inclinaison se prolongeait vers le centre du b a s s i n , bien qu'en réalité elle diminue sensiblement, puisque, Royan, les couches sont presque horizontales (1) P o u r r e n d r e aussi plus facilement appréciable la disposition des divers é t a g e s , et diminuer en même temps la longueur de la figure, j'ai a u g m e n t é la pente des strates, de sorte q u e , en S a i n t o n g e , ils plongent au sud sous u n angle de 13° / , c'est-à-dire cinq fois plus grand que dans la n a t u r e Au pied des P y r é n é e s , les couches plongent au n o r d , mais les dérangemens qu'elles o n t éprouvés diverses reprises ne m'ont permis d'indiquer leur inclinaison q u e d'une manière g é n é r a l e ; du r e s t e , le r a p p o r t des distances h o r i z o n tales n'a point été altéré — C'est la pointe du R o c h e r , entre Chàtellaillon et Fouras, q u e commence se montrer, au-dessus du dernier étage de l'oolite, u n grès calcaire, schisteux, micacé, grisâtre, r a p p o r t é par M Dufrénoy la formation crétacée Il représente l'étage inférieur du grès vert On y trouve des e m preintes de fucus canaliculatus, signalées aussi par ce savant dans les calcaires de Bidache (Landes) Ces couches du groupe crétacé, suivant l'inclinaison des strates oolitiques, disparaissent successivement sous celles qui leur sont superposées Ainsi, une demi-lieue au S., la pointe de F o u r a s , pl X I , fig , le grès micacé fucus ne se voit plus marée basse Le pied des escarpemens est formé par des argiles schisteuses, noirâtres, que l'on ne retrouve pas non plus au sud du village ; elles s'enfoncent p o u r constituer le fond de l'anse qui sépare la pointe nord de celle sur laquelle est bâti le fort Ces argiles renferment u n e très grande q u a n t i t é de fer sulfuré en rognons tuberculeux, tantôt a r r o n d i s , tantụt allongộs, bacillaires ou semblables des tronỗons de branches d'arbre L e u r grosseur varie depuis celle du poing jusqu'à celle d'une noix La cassure en travers est rayonnée et la surface extérieure est passée l'état d'hydrate Ces rognons détachés et lavés par la mer forment de n o m b r e u x galets qui recouvrent la plage en avant de la pointe la plus rappochée du fort, mais ne s'observent plus dans les argiles schisteuses efflorescentes, qui se trouvent au-dessus de la h a u t e m e r ; ils y sont seulement représentés par des veinules de fer sulfuré Ces argiles, qui se délitent en feuillets très m i n c e s , renferment encore de petits cristaux de (1) En supposant l'inclinaison de / constante et régulière sur une étendue de trente-six lieues, demi-distance de Luỗon Saint-Jeau-Pied-de-Port, on aurait environ 3,75o toises pour la profondeur maximum de la mer, lors du premier dépôt c r a y e u x , c'est-à-dire une profondeur égale au relief actuel des plus hautes montagnes du g l o b e , ce qui n'est pas probable, surtout pour un bassin aussi resserré g y p s e , résultant probablement de la décomposition des pyrites dans des circonstances analogues celles qui d é t e r m i n e n t la formation de cette substance dans les dépôts de lignites, soit secondaires, soit tertiaires Vers leur partie s u p é r i e u r e , ces argiles de trois mètres de p u i s s a n c e , se mélangent insensiblement de grains de quarz et de points verts qui finissent p a r dominer tout--fait Agglutinộs ỗ et l par u n ciment calcaire, ils d o n n e n t lieu un grès verdàtre très solide Souvent des exogyra columba v minor, toujours l'état d'orbicules siliceux, sont empâtées dans le grès vert ou dans le s a b l e , dont l'épaisseur varie de mètres ,5o (1) Vers le h a u t , les grains verts diminuent, la roche devient friable et sa texture t e r r e u s e , par le mélange d'une grande quantité d'oolites calcaires Cette couche termine ici l'étage du grès vert, q u e nous voyons composé de bas en h a u t d'un grès micacé f u c u s , passant des argiles avec fer sulfuré en r o g n o n s , que l'on pourrait regarder comme r e présentant les sables d'Hastings, ou le dépôt ferrifère de la P o l o g n e , q u e M P u s c h décrit avec des caractères assez analogues ceux-ci, et placé de même la jonction des formations jurassiques et crétacées Les dépôts de lignites de l'ỵle d'Aix, en face de F o u r a s , et dans lesquels se trouvent les fucoïdes et les zostérites décrits par M Ad B r o n g n i a r t , appartiennent ces couches inférieures (2) Elles sont recouvertes par u n grès dur et u n sable v e r d â t r e , d e venant oolitique et tout-à-fait calcaire vers le haut — Cet étage s'observe ensuite près d'Écoyeux, département de la Charente-Inférieure Les amas de gypse décrits par M Dufrénoy aux environs de Rochefort et de Cognac en font partie Près d'Angoulême et de Mareuil, on retrouve les amas de fer hydraté avec des sables ferrugineux rouges et jaunes M Boué les signale dans les arrondissemens ie m (1) Pour ne point embarrasser la description, j'ai rapporté dans un tableau placé la fin de ce mémoire toutes les indications, descriptions, et observations relatives aux fossiles, me b o r nant, quant présent, l'énumération des principales espèces J'ajouterai cependant ici quelques considérations qu'il ne faut pas perdre de v u e lorsqu'on veut déterminer si une coquille fossile est une variété, un accident ou bien un individu jeune de l'espèce t y p e Les circonstances du gisement sont alors très importantes Lorsque de grandes et de petites coquilles d'une m ê m e espèce sont disséminées dans la m ê m e c o u c h e , les secondes peuvent être des individus jeunes des premières, moins que ce ne soit des coquilles adhérentes et très abondantes, car alors la forme et la taille peuvent varier pour chaque individu, en raison de la place qu'il occupe; mais si les coquilles sont séparées dans deux couches distinctes, superposées immédiatement ou n o n , on est conduit penser que les unes sont des variétés des autres, e t q u e leurs différences résultent de modifications dans les circonstances extérieures Dans ce cas, on trouve encore des individus jeunes plus petits Outre la taille, les variétés présentent quelques autres différences plus o u moins prononcées C'est ainsi que la griphœa secunda, Lamark ( E x o g y r e ) , n'est que la G columba, variété minor, dont le crochet est un peu détaché du sommet de la valve Indépendamment de ces considérations, plusieurs variétés d'une espèce peuvent encore se rencontrer dans la même c o u c h e , c o m m e on le verra plus loin ( ) Ce dépôt a été rapporté l'argile w e a l d i e n n e , par M Al Brongniart ( Tableau Terrains ) des de Sarlat et de Bergerac, où des bois silicifiés sont percés de tarets et de fistulanes ; le fer hydraté y est disséminé en rognons dans les sables et les grès A Gensac, au S.-O.de L i b o u r n e , cet étage renferme des lignites, des bois dicotylédones, des plantes marines et des calcédoines Au-dessus du grès vert et formant la partie supérieure des falaises de F o u r a s , est u n calcaire j a u n â t r e , caverneux et assez dur Sa cassure est sublamellaire par place, cause de l'abondance des polypiers passés l'état spathique C'est dans cette couche que s'observent presque exclusivement les Ichthyosarcolites ; la roche en est comme pétrie Ces coquilles atteignent jusqu'à quinze pouces de diamètre, et il n'est guère possible, sans les avoir vues en place, de se faire u n e idée exacte de leur forme et de leurs caractères, toujours plus ou moins altérés dans les fragmens de nos collections Les autres fossiles de cette couche qui se présente l'ỵle d'Aix avec les mêmes caractères, sont le spherulites foliacea, nautilus triangularis; trois espèces de petits polypiers rapportés au genre orbitolites : ce sont l'O plana, O conica et O mamillatus, décrits plus bas Pecten striatocostatus v m a x i m a , des moules de trigonia scabra, d'une grande espèce de cardium, puis des fragmens ftostrea vesicularis,de cljpeastres, et des pointes d'échinides On y cite enoutrelatellinastriatulaet le cidarites variolaris Cette couche est recouverte au sud de Rochefort, au port des Barques, Soubise et Sain t-Froult, par u n calcaire blanc ou légèrement j a u n â t r e , décrit par M Dufrénoy sous le n o m de craie d u r e , et q u i , avec le précédent, constitue le second étage de la formation crétacée I n d é p e n d a m m e n t de sa texture serrée et compacte, q u e l q u e fois subcristalline, cet étage est encore caractérisé par l'exogyra columba qui s'y trouve très répandue et y acquiert t o u t son développement, L'alveolina cretacea y est constante, et les ostrea carinata, colubrina et serrata assez fréquens Il r e n ferme en outre quelques rares a m m o n i t e s ; ce sont les ammonites varians et lewesiensis En s'avanỗant dans les terres, on retrouve ces couches avec les mêmes caractères toutes les fois que les escarpemens ou la dénudation du sol le p e r m e t tent A une demi-lieue de Saintes, sur la rive droite de la Charente, près de C o gnac, recouvrant le gypse, la base de la montagne d'Angoulême, avec ichthyosarcolites, entre Riberac et Mucidan, et au fond des vallées qui e n t o u r e n t Périgueux ié Le troisième étage de la formation présente des caractères b e a u c o u p plus variables que les deux précédens, dont il se distingue par sa texture comme par ses fossiles Les escarpemens qui b o r d e n t la Charente au sud de la ville de Saintes en font partie Vers le h a u t est u n calcaire blanc, fissile, mal agrégé et u n p e u sablonneux; au-dessous viennent des couches plus solides, composées de grains fins de calcaire s p a t h i q u e , agglutinés par u n ciment de calcaire marneux blanc La roche est poreuse, très petits p o r e s , et prộsente ỗ et l des points d'un vert clair Les silex pyromaques y sont assez f r é q u e n s , soit en plaques minces posées dans le sens de la stratification, soit en rognons tuberculeux, irréguliers, noyés dans la pâte calcaire sans affecter aucune disposition régulière On a poussé dans cet é t a g e , d'ailleurs bien stratifié, des galeries assez étendues p o u r l'exploitation de la pierre bâtir, particulièrement sur la rive gauche de la Charente, au-delà du faubourg des Rochers La présence du silex rend la pierre d'une médiocre qualité Les fossiles sont rares dans les couches exploitées, l'exception de l'ostrea proboscidea; mais plus bas on trouve des polypiers n o m b r e u x , entre a u t r e s , deux ceriopora et u n retepora, puis des osselets d'asterias punctata, terebratula alata, T alata v A plus étroite, et v obliqua, T octoplicata, exogyra auricularia, ostrea carinata O harpa, vulsella falcata v pecten quinquecostatus, P striate-costatus, P intextus, Lima turgida, des moules d'une autre espèce très grande q u e je r a p p o r t e ce g e n r e , puis d'hemicardium tuberculatum de solarium, de trochus et d'autres bivalves et univalves, difficilement déterminables L'ensemble de ce système atteint de 90 100 mètres de puissance té té té La couche si riche en fossiles q u e je viéns de signaler le long de la rivière, o u du moins u n e s e m b l a b l e , se retrouve dans le chemin qui conduit du boulevard aux A r è n e s , mais un niveau bien différent, puisqu'elle se trouverait dans cette dernière localité au-dessus du calcaire exploité La disposition du sol, les p l a n tations et les maisons du faubourg Saint-Eutrope permettraient difficilement de conntre la relation de deux couches si parfaitement identiques dans tous leurs c a r a c t è r e s , et cependant plus de c i n q u a n t e mètres l'une au-dessus de l'autre Le c o t e a u , situé u n e demi-lieue au N de la ville sur la rive droite de la Charente, présente u n calcaire blanc, fissile, b r é c h o ï d e , quelquefois compacte, et qui m'a p a r u devoir être r a p p o r t é au second é t a g e , c o m m e je l'ai déjà dit Il renferme quelques térébratules mal conservées, entre a u t r e s , la t biplicata, des fragmens de spondyle, de pecten et de polypiers différens de ceux de la rive g a u c h e , l'ammonites varians, et deux cidarites dont le seul reconnaissable est le C variolaris Entre Saintes et P o n s , les ondulations du sol et les pentes de la vallée de la Seugne m e t t e n t souvent nu les diverses couches de ce système La petite ville de P o n s est située l'extrémité d'une espèce de p r o m o n t o i r e , q u e b o r d e l'E et au S la vallée de la S e u g n e , et l'O u n e autre petite vallée qui s'étend jusqu'à Villars dans la direction du N.-O Toutes les couches que nous avons signalées depuis la pointe du Rocher étaient horizontales, ou plongeaient seulement de quelques degrés au Sud; aussi cette vallée au N.-O de P o n s estelle assez r e m a r q u a b l e par la disposition des strates q u i , se relevant au S.-O., plongent ainsi au N.-E sous u n angle assez variable, mais généralement de 1o° A gauche, la tête des couches affleure p a r t o u t et forme de nombreuses sinuosités, de petits promontoires qui s'avancent b r u s q u e m e n t jusqu'au b o r d du ruisseau, pl X I , fig L'inégale résistance des bancs l'action de l'air y a tracé de n o m b r e u x sillons que l'on prendrait au premier aspect p o u r l'effet d'un grand cours d'eau Le talus de droite est b e a u c o u p plus adouci, et l'effet de la dislocation est moins sensible ; on p e u t cependant s'assurer que les couches ont u n e inclinaison correspondante celle de gauche L'origine de cette vallée me part devoir être rapportée au soulèvement qui a disjoint les couches dont les débris, e n trnés par les eaux, a u r o n t laissé vide l'espace qu'elle occupe aujourd'hui Je n'ai d'ailleurs trouvé dans les environs a u c u n e trace de roche p y r o g è n e , l'apparition de laquelle ce dérangement p û t être attribué Ces couches sont formées d'un calcaire blanc j a u n â t r e , tantôt compacte, tantôt friable et arénacé On trouve par place u n e grande quantité de moules et d'empreintes de coquilles et de polypiers, mais tout-à-fait indéterminables En r e m o n t a n t la vallée près le h a m e a u de S o u t e , on a découvert il y a quelques années, dans les carrières de P i p l a r t , de n o m b r e u x ossemens de carnassiers, de pachydermes, de r u m i n a n s , de rongeurs et d'oiseaux Ils étaient enfouis sous u n e couche d'alluvion d'environ , o d'épaisseur, et divisée en plusieurs lits Ces ossemens, recueillis avec s o i n , o n t été p o u r la p l u p a r t déterminés par M d'Orbigny p è r e , de La Rochelle Au S et l'O de P o n s , de nombreuses et profondes carrières, particulièrem e n t sur le territoire d'Avy, m o n t r e n t toutes les couches bien stratifiées et sensiblement horizontales La pierre est t e n d r e , d'un grain assez fin, et ne p r é sente q u e r a r e m e n t des silex, tandis qu'ils sont assez n o m b r e u x au N et a u N.-O de la ville Les bancs ont de o , o o , d'épaisseur Vers le h a u t , on voit u n lit assez constant d'un calcaire gris-bleuâtre, grain fin, texture c o m p a c t e , cassure c o n c h o ï d e , en t o u t fort analogue certains calcaires du lias Il est exploité dans plusieurs localités des environs de Saintes et de P o n s p o u r ferrer les routes, et même est employé comme pavé Dans les couches inférieures, les fossiles sont rares et peu reconnaissables Des traces blanches indiquent des coquilles bivalves têt mince et transverse, se r a p p r o c h a n t des tellines, puis on y trouve le spatangus cor testudinarium et des empreintes assez semblables des pattes de crustacés Sur le coteau méridional qui fait face la tour du c h â t e a u , trois cents toises environ du f a u b o u r g , on trouve sur le bord du chemin la carrière dite de Brau, ouverte dans u n calcaire entièrement pétri de sphérulites, dans u n très b o n état de conservation L'espèce la plus a b o n d a n t e est celle q u e j'ai décrite sous le nom de spherulites ponsiana Sa forme et ses dimensions sont ext r ê m e m e n t variables; il est rare d'en trouver deux individus semblables, e t , si l'on n'en avait q u ' u n petit n o m b r e , on serait tenté d'en faire plusieurs espèces J'ai représenté, pl X I , fig 6, les limites extrêmes de ses modifications, lesquelles paraissent résulter de la prodigieuse quantité d'individus qui ont vécu en cet e n d r o i t , entassés les uns sur les autres et s'enchevêtrant de mille manières La forme du birostre diffère d'autant plus de la cavité intérieure des valves q u e les individus sont plus allongés; dans ceux, au c o n t r a i r e , qui se sont élargis dès le m m m j e u n e âge et ont pris ensuite u n certain développement, la forme, la position et la proportion relative des deux cônes du birostre sont assez en r a p p o r t avec cette cavité Dans les grandes espèces du genre, la constance de ce r a p p o r t avait paru telle M Desmoulins qu'il en avait fait u n caractère spécifique, de m ê m e que de la préence du birostre u n caractère générique, circonstances qui me font penser q u e ce savant observateur ne connaissait pas l'espèce qui nous occupe, puisqu'on trouve des individus dans lesquels le birostre n'a jamais existé.Les fausses cloisons ou les pièces calcaires intercloisonnaires ne se m o n t r e n t ordinairement que dans les individus très allongés, et qui, par leur forme subcylindrique, se r a p p r o c h e n t le plus des hyppurites Les pièces, placées quelquefois très obliquement par r a p p o r t l'axe de la coquille, présentent, en se d é t a c h a n t , la disposition q u e l'on avait d'abord cru particulière aux coquilles appelées Ichthyosarcolites, et q u e l'on observe encore sur certain birostre, tel q u e celui représenté pl XI, fig 6, g Avec la sphérulite de Pons on trouve dans cette localité les Sph crateriformis et cuneif o r m i s , des caprines pourvues de leur têt et l'isocardia dicerata La couche supérieure où se rencontre la sphérulites p o n s i a n a , est u n calcaire j a u n e très friable ; les autres fossiles a p p a r t i e n n e n t aux bancs inférieurs plus solides et plus blancs Ce dépôt part p e u étendu et ne se trouve j o u r q u e dans cet endroit Ce troisième étage de Saintonge se retrouve a u Guâ près Marennes avec les mêmes caractères qu'à Pons ; Jonzac avec hyppurites organisans et des s p h é r u l i t e s ; Montendre avec de n o m b r e u x polypiers, terebratula octoplicata, T alata, exogyra flabellula, inoceramus Cripsii et la modiola Dufrenoyi, figurée pl X I I , fig Le calcaire grisâtre et poreux de Saintes se représente Cognac au-dessus des couches exogyra c o l u m b a ; puis vers la partie moyenne et supérieure de la montagne d'Angoulême, avec spherulites ponsiana Les collines qui e n t o u r e n t Périgueux en font encore partie Au-dessus de la craie inférieure est u n calcaire gris, souvent micacé avec quelques lits argileux et des silex p e u a b o n d a n s Vers le h a u t , les bancs calcaires très solides, moins micacés, q u e l quefois subcristallins, rappellent ceux de Saujon, du plateau supérieur d'Angoulême, de Mirambeau et de la vallée de la Couse Les fossiles sont les mêmes que ceux de Saintes Les calcaires blancs des Piles et de Brantôme avec hyppurites cornu pastoris, diceras et quelques sphérulites, ne sont q u ' u n e modification de ce système, qui s'étend ensuite jusqu'à G o u r d o n et F u m e l sur les limites des départemens du Lot et du Lot-et-Garonne S i , de Saintes ou de P o n s , on se dirige vers l'embouchure de la G i r o n d e , on parcourt un pays plat dont le sol est n u dans b e a u c o u p d ' e n d r o i t s , mais ne présente point d'escarpemens où l'on puisse étudier la disposition des couches Les carrières sont rares et peu profondes, et ce n'est qu'en s'approchant de Talmont et de Royan que les falaises qui b o r d e n t la rive droite de la Gironde permet:ent des observations plus étendues A l'O de la ville et au S., a u delà de la baie de Royan, on voit de nombreuses assises de calcaire tantôt dur, tantôt friable, arénacé, et contenant une grande quantité de fossiles En général, sur u n e h a u t e u r de 14 15 m è t r e s , les falaises présentent, pl X I , fig 4, audessous de la terre végétale, u n calcaire j a u n â t r e , peu c o h é r e n t , quelquefois fragmentaire; puis u n b a n c de , 5o m è t r e s , entièrement composé d'htres empâtées dans un sable argilo-calcaire plus ou moins endurci Ces htres constituent u n e variété particulière de l'ostrea vesicularis L e u r extrême a b o n d a n c e ayant empêché leur développement en l a r g e u r , les valves sont profondes et étroites; les bords en sont très relevés, et la surface d'adhérence du crochet de la grande valve est souvent aussi large que la valve elle-même Cette modification est p u r e m e n t accidentelle, car on rencontre des individus q u i , s'étant trouvés dans des circonstances plus favorables leur développement, présentent la forme ordinaire de cette espèce Ce banc d'htres repose sur u n calcaire friable, agglutiné p a r place et très riche en fossiles, particulièrement du genre sphérulite Ces coquilles se m o n t r e n t r a r e m e n t au-dessus et jamais au-dessous Cette couche se subdivise en u n certain n o m b r e d'assises Celles du milieu sont p é tries de débris de polypiers, d'Echinides et de Stellérides; les inférieures renferment particulièrement des Cidarites et des Clypéastres Vers le bas de l'escarp e m e n t , ces fossiles devténnent plus r a r e s , et les htres constituent un second b a n c au niveau de la basse mer, aussi puissant que le premier, mais b e a u c o u p plus dur A l'O de R o y a n , les falaises ne s'étendent qu'à u n e petite distance Au S.-E de l'autre côté de la b a i e , le système s'abaisse aussi vers Saint-Georges p o u r se relever ensuite entre Merchère et Talmont m Les fossiles de ces couches sont principalement : le Tragos pisiformis, Ceriopora milleporacea, C verticilliata, cellepora bipunctata, Orbitolites media, Asterias stratifera, Cidarites variolaris, C Scutiger, C milliaris, Clypeaster Leskii, Spatangus prunella, Terebratula Menardi, T santonensis, Spherulites crateriformis, S Hœninghausi, S turbina ta, S dilatata, Ostrea vesicularis, Exogyra auricularia, Lima semisuleata, Crania spinulosa, Orbicula lamellosa, des fragmens de Catillus Cuvtéri, Pecten striato-costatus, Lima maxima, Petunculus lens, Venus lineolata, Turbo Turrilitellatus, et le Nautilus simplex M Desmoulins y cite en outre les sphérulites Ingens, S Bournonii et u n e Pentacrine En résumant les faits q u e nous venons d'énumérer, et p r e n a n t en considération l'inclinaison des étages inférieurs de la formation crétacée au N de Rochefort, inclinaison q u i , bien qu'en s'atténuant, se continue probablement jusqu'à l'embouchure de la G i r o n d e , nous verrons que les caractères minéralogiques des roches les plus inférieures sont ceux q u i appartiennent au grès vert Les fossiles y sont r a r e s , l'exception de l'Exogyra columba v minor, qui peut servir caractériser ce premier é t a g e , que l'on observe l'ỵle d'Aix, F o u r a s , C o g n a c , Angoulême, et dans presque toute la partie méridionale du département de la Dordogne Le second étage est composé de calcaires en général b l a n c s , c o m p a c t e s , grain fin, très d u r s , quelquefois subcristallins et caractérisés la partie infété S o c GÉOL — T O M — Mém n° 22 rieure par l'Ichthyosarcolites triangularis, la Spherulites foliacea et des Caprines; u n p e u plus h a u t , par l'Exogyra columba, l'Alveolina cretacea, des htres plissées et quelques rares a m m o n i t e s , qui cessent tout-à-fait de se m o n t r e r dans les étages suivans Ces couches se voient principalement au S de Rochefort, puis Cognac, la base de la m o n t a g n e d'Angoulême, et des escarpemens qui e n tourent Périgueux Les calcaires du troisième étage sont p e u c o h é r e n s , blanc-grisâtres ou jaunâtres, quelquefois m i c a c é s , souvent poreux et présentant des points verts, Les silex y sont plus ou moins abondans A Saintes et P é r i g u e u x , ils sont caractérisés par les Terebratula octoplicata, T alata, T alata V obliqua, Exogyra auricularia, et des htres plissées comme dans l'étage précédent ; puis Saujon P o n s , J o n z a c , C o g n a c , M o n t i g n a c , les P y l e s , M u c i d a n , par YHyppurites organisans, H Cornu pastoris, H radiosa, et u n e autre grande espèce non décritepuis les Sphérulites ponsiana, crateriformis, cuneiform is, cylindracea, et p a r des caprines té Enfin, le quatrième et dernier étage c o m p r e n d u n e b a n d e étroite de terrain crayeux, dont souvent même on n e retrouve que des l a m b e a u x , depuis l'emb o u c h u r e de la G i r o n d e , R o y a n , T a l m o n t , M i r a m b e a u , L a n q u a i s et quelques points de la vallée de la Couse dans le département de la Dordogne Ces couches, recouvertes souvent par les dépôts tertiaires, sont généralement jaunâtres, p e u agrégées, terreuses et friables On n'y voit plus d'ammonites, plus d'htres plissées; les térébratules y sont rares; m a i s , sur quelques p o i n t s , l'Ostrea vesicularis s'y est prodigieusement multiplié Les bancs puissans qu'il constitue a n n o n c e n t u n rivage ou une mer très p e u profonde C'était, en effet, les derniers bords du bassin dans lequel la craie s'est d é p o s é e , et qui ensuite a été comblé par des couches tertiaires Des dénudations postérieures sont venues tracer les falaises de Blaye B o r d e a u x , en même temps q u e celles de Talmont et deRoyan C'est dans cette dernière époque de la formation crayeuse, q u e le genre sphérulite a acquis son plus grand développement Il y est représenté par huit espèces qui souvent atteignent des dimensions énormes Ainsi, les sphérulites et les hyppurites ne se m o n t r e n t q u e p o u r assister aux derniers phénomènes de la période secondaire Ils signalent leur présence par d'innombrables p r o d u i t s , et semblent ne succéder u n m o m e n t la grande famille des Céphalopodes cloisons persillées, q u e p o u r dispartre peu après dans le cataclysme qui a précédé et déterminé la période tertiaire Ces q u a t r e divisions ne se présentent point géographiquement suivant des lignes d r o i t e s , mais au contraire affectent des sinuosités nombreuses dans le Périgord et la Saintonge Les couches des derniers étages recouvrent les premiers sur des étendues plus ou moins considérables Quelquefois les plus récentes ont été déchirées et emportées, et les plus a n c i e n n e s , ainsi dénudées, restent seules; mais je suis conduit penser que la position relative q u e j'ai GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS dans le S.-OUEST S - OUEST D M Jouannet Cylindracca Des M pl 1, f 1, 2, Turbinata Lam Radiolite turbinèe Dict des Sc natur., 35 cahier, f Jouannet a, b, Picot-Lapeyr., t X I I f Acardo Brug pl 172, f Nob Hœninghausi e Des M t VII, pl , Desmarest; Oslracite de Barbezieux, Birostrite inœquloba , Lam.; Jodamia bilinguis, Def Dict, des Sciences natur., 35 cahier, f Des M e ÉTAGES AUTEURS qui les ont LOCALITÉS du citées Vallée de la Couze, Périgueux Dordogne, Pons, 3, Royan, R Royan, Talmont, cc Barbezieux Charente-Infér Lanquais Dordogne Ingens Bournonii Des Moul Idem Des Moul Idem Jouannet Talmont, Royan Talmont Royan, Ravin de la VachePendue Vallée de la Couze Dilalala Des Moul pl Calccoloïdes Des Moul pl Ponsiana Nob pl X I , f , a, b, c, d, e, f, g Valves très inégales ;| la supérieure conoïde, déprimée, operculaire, présentant des stries concentriques, d'accroissement irrégulières , ondulées, quelquefois subiamelleuses ; valve inférieure de forme et de dimension très variable; mais toujours beaucoup plus grande que la supérieure ; généralement en cône allongé ; pourvue l'extérieur de Iame3 plus ou moins épaisses, très sinueuses, relevée de distance en dislance, et donnant lieu des sinus profonds se correspondant du haut en bas de la coquille; lames tantôt dilatées en expansion foliacées , tantôt resserrées et comprimées Partie inférieure tronquée et ouverte par suite de l'adhérence et de l'extrême minceur du têt en cet endroit Les plus grands individus ont : hauteur, millim ; diamètre, la partie supérieure, millim Ces caractères s'atténuent insensiblement dans le plus grand nombre des individus qui, ayant été comprimés, n'ont pu atteindre un développement complet La valve inférieure est beaucoup plus petite ; les replis profonds ne sont plus que de légères ondulations et des stries longitudinales, représentent le sinus anguleux Tous sont plus ou moins recourbés la partie inférieure Birostre , de forme très variable, et différant d'autant plus de la cavité intérieure des valves, que la sphérulile est plus allongée; tantôt il est droit et pointu, tantôt tronqué de diverses manières Dans les uns, les deux cônes sont sur une même ligne; dans d'antres, ils forment entre eux un angle plus ou moins obtus L'appareil accessoire suit les modifications du birostre dont la presence n'est pas constante, certains individus n'en ayant jamais eu Lus fausses cloisons ou les pièces intercloisonnaires qui leur ont succédé sont aussi très variables, tantôt lenticulaires ou en triangle allongé, tantôt subspirées; en généraitonne les observe quo dans les individus allongés et peu dilatés dès le jeune âge Celte espèce, très abondante dans le calcaire cité précédemment aux environs de Pons, parail être la même que celle du Guâ, entre Saujon et Marennes, et que l'on trouve vers la partie supérieure de la montagne d'Angoulême Les individus allongés ont été pris dans ces dernières localités pour de petites hyppurites, dont ils n'ont d'ailleurs aucun des caractères génériques Un très grand nombre d'individus de la même couche Des M Idem Royan, c Talmont, c Ravin de la VachePendue Vallée de la Couze Dordogne LOCALITÉS du Nord DE LA FRANCE É T A G E S et de L'EUROPE Pyrennées Orientales GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS E T OBSERVATIONS LOCALITÉS du dans le S.-OUEST DE LA Bouch du Rhơne S.-OUEST ayant été comparés, nous avons pu reconntre l'identité d'espèce pour ces corps dont les formes extérieures sont si différentes, et nous avons regardé ces modifications purement individuelles comme résultant des circonstances environnantes Une sphérulite de Martigues (Bouches-du-Rhône), et une autre d'Alet, dans les Corbières, paraissent en être des variétés Les figures de Picot-Lapeyrouse nous font douter qu'elles puissent se rapporter l'un de ses ostracites No Pons, Le Guà, cc LOCALITÉS ÉTAGES AUTEURS qui les ont citées du Nord FRANCE et d e ÉTAGES L'EUROPE Les Martigues Alet Charente- Infér Aude Angoulême Charente ICHTHYOSARCOLITES CAPRINA Triangularis CAPRINA v A D'Orbigny Mém du Mus d'hist nat., t VIII, pl , f 1, , d'Orb té Adversa Adversa Affinis Pl X I , f , a, S ponsiana, ayant les deux valves; , valve supérieure dans laquelle il n'y a jamais eu de birostre; c, valve inférieure du même individu; d, individu allongé; e, birostre de Sph ponsiana avec l'appareil accessoire; f, birostre vu en-dessus ; g, birostre différent du précédent et sans appareil accessoire Desmarest Nous conservons ces corps le nom qui leur a été donné par Desmarest MM Rang et Deshayes les rapprochent des caprines; et M Roulland, des hyppurites, auxquels il réunit son Potyconites operculata ; mais ces travaux n'ont point eu toute la précision nécessaire ni assez d'étendue pour descendre jusqu'aux caractères spécifiques dp ces corps, parmi lesquels une étude plus approfondie fera sans doute reconntre plusieurs espèces Quoi qu'il en soit, les ichthyosarcolites paraissent n'appartenir qu'à notre second étage de la craie, celui qui repose sur le grès vert Dès M v B D'Orb Lieu cité, pl , fig , D'Orb Inédito t é Idem Idem Cette espèce nous part distincte des précédentes par l'enroulement du sommet de chaque valve qui a lieu presque dans le même plan, comme une ammonite Peut-être les coquilles que nous rapportons plus bas l'Isocardia Dicerata, de M d'Orbigny, n'en sont-elles que des individus jeunes ; les unes et les autres sont fort abondantes dans le calcaire sphộrulites de Pons Nob Dicộras Arictina Lam Dufr Nous plaỗons ici ce genre cause de ses rapports avec les caprines qui se lient elles-mêmes aux Ichthyosarcotites En général les dicérates sont regardées comme voisines des chames dont elles présentent en effet plusieurs caractères La coquille que nous avons vue dans la collection de M Dufrenoy, provenant du calcaire hyppurites des pyles, n'est probablement point la même que la Diceras arictina de l'oolite supérieure du mont Salève, de Saint-Mihiel, et des environs de La Rochelle M d'Orbigny pense qu'il n'y a point de véritable dicérate dans la formation crétacée de la Saintonge Mais nous croyons que les caprines sont de véritables dicérates et doivent y être réunies OSTREA Vesicularis, Lam., Al Brong pl , f 5; Nils pl , f , ; Gold Vesicularis V — Cette variété, que l'on a souvent confondue avec l'O bi-auriculata Lam., se distingue de l'espèce type parlalargeur dej la surface d'adhérence du crochet égalant quelquefois celle de la coquille elle-même La grande valve est plus profonde Dans certaine circonstance, l'impression musculaire se trouve verticalement au-dessous de la fossette du ligament, la valve étant dans sa position naturelle Dans d'autres cas, assez rares, la surface d'adhérence est fort petite, et le crochet très avancé, pointu, termine le sommet, alors très étroit et subcariné de la valve inférieure La valve supérieure, operculiforme, est plus constante dans ses caractères, et diffère peu de celle de l'espèce type Celte variété constitue elle seule des bancs puissans dans les falaises de Royan Suivant M Deshayes, elle ressemble au té Idem Ile d'Aix, c Fouras, cc Angoulême Ile d'Aix, c Ile d'Aix Ile d'Aix Pons, c Périgueux R Périgueux,c Riherae-Mu cidan Dordogne Caractéristique dans le N de la France et de l'Europ Craie moyenne et craie blanche GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS du dans le S.-OUEST Gryphœa mutabilis de M Morton qui caractérise la craie inNob férieure de l'Amérique du Nord Di-auriculata Lam Nous croyons pouvoir rapporter cette espèce des fragmens provenant des environs de Rochefort Idem S.-OUEST ÉTAGES AUTEURS qui les ont LOCALITÉS citées LOCALITÉS du Nord DE LAFRANCE ÉTAGES et de L'EUROPE Royan, cc Amérique septentrionale St-Froult, B L Mans Craie tuffau Craie moy Grès vert Marrot, Nob Périgueux, C Saintes, c Normandie, Provence, Angleterre Defr., Al Brong pl 3, f 10 ; Gold pl 74 f Dufr Rochefort,c Périgueux, Jonzac, Cognac, Angoulême, c Allemagne, Picardie, Suède, Maestreicht Craie Grès vert Prionata Gold pl , f Nob Pennaria Lam C'est probablement un double emploi de l'espèce précédente Marrot Ces quatre espèces, fréquentes dans la craie du Nord et dans les deuxième et troisième étages de la Saintonge et du Périgord, quoique souvent décrites et figurées, laissent encore beaucoup désirer pour leur distinction spécifique Il est probable que, par la suite, elles seront réduites deux espèces seulement, l'une comprenant les individus qui présentent un sillon bien prononcé, et l'autre ceux dont les plis s'anastomosent de manière ne point laisser de goutière médiane Carinata Lam., Al Brong pl , f 11 ; Gold pl , f Serrata Cognac, c Cognac, c Allemagne Suède Craie Idem Saintes, E Normandie Grès vert Gold pl 75 , f Idem Saintes Tours Maestreich Craie tuffau Craie Lam., Gold, pl 64, f S M Goldfuss cite encore cette espèce comme appartenant au coral-rag Nous devons M d'Orbigny père un joli individu de celle espèce, laquelle il avait donné le nom d'O elongala, et qui parait aussi très voisine de l'O Rastellaris de Munst Idem Ile d'Aix Rochefort Allemagne Grès vert Dilaviana Lam., Nils pl , f 1, ; Gold pl , f Costata Sow t , f ; Gold pl , f M Goldfuss cite cette espèce dans l'oolite, cependant elle se trouve dans le grès vert de Normandie Harpa Colubrina Proboscidea Inédit Périgueux;c Nob Nob pl X I , f Inéquivalve, inéquilatérale, valve inférieure tics profonde et fori étroite vers le sommet qui se prolonge un peu obliquement en avant, au-dessus de la charnière crochet tantôt en forme de trompe ou de bec très pointu tantôt tronqué par la surface d'adhérence Extérieur de la coquille présentant des stries onduleuses d'accroissement plus ou moins lamelleuses Intérieur et valve supérieure inconnus C'est probablement celle coquille que l'on a citée, aux environs de Mirambeau, sous le nom de gryphœa obliquata de Sow pl 1 , f ; mais elle en diffère essentiellement, et de plus l'espèce de Sowerby appartient au lias et l'oolite inférieure Idem Saintes, c On trouve assez souvent dans les falaises de Biaritz des fragmens d'une très grande Htre, qui ont jusqu'à quinze lignes d'épais seur Les lames superposées qui forment ce têt ont elles-mêmes de lig 112 lig dans leur coupe On peut juger que celle espèce très plate devait avoir plus d'un pied de diamètre Idem Biaritz Exocyra Nous pourrions nous appuyer de l'autorité de M Goldfuss pour conserver le genre exogyre créé par Sowerby; mais, laissant de côté le peu de valeur des caractères génériques de cette coupe, nous ne l'adoptons ici qu'à cause de son utilité dans la pratique de la géologie, ayant dit ailleurs que la formation crétacée ne présentait que des gryphées crochet recourbé sur le côté ( e x o g y r e ) , lesquelles ne descendaient guère dans la formation oolilique que jusqu'à l'étage du coral-rag GENRES, ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS dans le ÉTAGES LOCALITÉS AUTEURS qui les ont citées LOCALITES du S.-OUEST S.-OUEST ExOGYRA Columba (Gryphœa columba des auteurs.) L a m , AI Brong pl , f Dufr Gold pl , f , a, b, c, d, e Columba v A Minor, N o b ; Gryphœa secunda, L a m ; G silicea, L a m ; Exogyra columba Jeune, Gold pl , f , a, b, e Les motifs indiqués dans une note précédente nous portent regarder toutes ces coquilles comme une même variété de l'exogyra columba, dont elle se distingue par sa taille plus petite et par le crochet de la grande valve plus épais et plus saillant, proportions gardées, que dans l'espèce type Ce crochet forme un tour de spire un peu détaché de la coquille ; des stries assez régulières, parlant du sommet, se perdent vers la partitmoyenne de la valve, circonstance que l'on observe encore dans certains individus l'état siliceux et avec lesquels M de Nob Lamarck avait fait sa G silicea Rochefort,c Cognac,c Angoulême, Mucidan du Nord DE LA FRANCE ÉTAGES et de L'EUROPE Normandie, Grès vert Maine, Tours, Craie Angleterre, , Pologne té Columba Aquila luricularis Fouras, cc Rochefort,c Le Mans Craie tuffau, té v B Minima, Nob Celle-ci n'atteint que 16 millim dans son plus grand diamètre; mais elle est remarquable par la hauteur du crochet de la valve inférieure qui est égale la moitié de l'ouverture totale de cette valve; il forme peu près un tour de spire sur le côté, et s'éloigne encore plus dn bord que dans la variété précédente Les stries du sommet s'y observent aussi La valve supérieure plate, operculiforme, offre des stries d'accroissement fines et régulières Cette coquille se trouve dans une couche de sable appartenant l'étage du grès vert supérieur que l'on exploite sur le bord de la roule de Rochefort La Rochelle, au-dessus du canal Elle a été signalée par M Dufrénoy comme variété de la gryphœa secunda Dufr En comparant ces trois variétés de l'exogyra columba, on voit que le crochet est d'autant plus grand, proportions gardées, et plus détaché du bord, que les individus sont plus petits, que les lignes colorées que on observe vers le sommet dans les individus bien conservés de l'espèce type, deviennent de véritables stries dans les variétés; et qu'enfin, sous le rapport du gisement, elles sont aussi parfaitement distinctes Les deux variétés se rencontrant dans deux couches différentes du grès vert, et l'espèce type dans l'étage au-dessus Al, Brong pl , f 11 ; Gold pl , f Idem Variété Al Brong pl , f Ce n'est point l'analogue de l'auricularia de M Goldfuss Idem, Flabellula Gold pl 87, f Conforta Nob.pl X I I , f , a, b Inéquivalve, valve inférieure ou gauche, semi-lunaire, grande, très épaisse; crochet saillant, élevé, égalant presque la moitié de la coquille, arqué, courbé en spirale sur le côté, et complétement détaché du bord dont il est séparé par un espace sillonné de stries d'accroissement ; fossette du ligament profonde, se prolongeant jusqu'à l'extrémité du crochet Cavité intérieure de la coquille petite, relativement la grandeur du têt, assez profonde vers les bords du manteau; impression musculaire submédiane striée; surface extérieure rugueuse, formée par des lames d'accroissement assez élevéeset ondulées Hauteur de la coq., mill.; largeur, 63 Valve supérieure inconnue Cet individu, très vieux, mais dont les caractères spécifiques le distinguent fort bien de l'exogyra plicata et flabellula Gold, pl , f 5, nous a été communiqué par M Dufrénoy Nob Idem Jonzac, Cognac, A n - goulême, Périgueux Montendre, Saintes, Royan, Jon- , zac.Cognac, l'erigueux Montendre Perte du Rhône, Pyrénées orient Grès vert Gr Chartreuse, V a u c l u s e , Touraine, Pologne idem St-Sever, BB Landes SPONDYLUS Truncatus Podopsis truncata; Lam Al Brong pl 5, f , Gold pl , f ; Nils., pl , f Dufr Montendre, B Touraine, Angleterre, Suède Craie tuffau Craie LOCALITES LOCALITÉS GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS citées dans le du S.-OUEST S.-OUEST SPONDYLUS Linsatus Spinosus Echinoïdcs PECTEN G o l d p l , f Nob Plagiostoma spinosa, S o w p l 78 ; pachites, D e f r , Mant pl , f ; A l B r o n g p l , f ; G o l d p l , f Dufr Nob Podopsis spondyloïdes, d'Orbigny ÉTAGES AUTEURS qui l e s o n t Gourdon Périgueux J o n z a c , R Nob Saintes Indéterminée Dufr Gourdon Nob Saintes M D u f r é n o y la c i t e C o g n a c e t a u x e n v i r o n s d e B a y o n n e ; m a i s n o u s n e s a v o n s p a s si c'est r é e l l e m e n t c e l l e - c i o u la s u i v a n t e Striatocostatus Idem Idem Idem L'EUROPE France, Belgique, Angleterre, Suède, Saxe, etc D'Orb S o w p l 56, f , 5, 6, , ; M a n t p l , f , e t p l , f ; A l B r o n g p l , f ; N i l s p l , ; p l , f ; G o l d p l , f l L a c o n f u s i o n q u i s e m b l e e n c o r e r é g n e r d a n s la d é t e r m i n a t i o n d e c e t t e e s p è c e n o u s o b l i g e e n t r e r ici d a n s q u e l q u e s détails L e s i n d i v i d u s q u e n o u s a v o n s r e c u e i l l i s d a n s l e grès vert d e N o r m a n d i e , l e calcaire b a c u l i t e s d u C o t e n l i n , la craie tuffau d e l a Touraine ; e t , d a n s l e t r o i s i è m e é t a g e d e la craie d e S a i n t o n g e , quelles q u e s o i e n t , d'ailleurs, l e u r f o r m e e t l e u r t a i l l e , n o u s o n t c o n s t a m m e n t p r é s e n t é six c ô t e s p r i n c i p a l e s plus o u inoins saillantes e t jamais c i n q A l ' e x e m p l e de M G o l d f u s s , n o u s a v o n s établi parmi c e s c o q u i l l e s d e u x e s p è c e s , s u r la c o n s i d é r a t i o n d e s côtes simples et des côtes striées dans leur l o n g u e u r L a p r e m i è r e e s p è c e , laquelle n o u s c o n s e r v o n s l e n o m d e P quinquecostatus, e s t c a r a c t é r i s é e ainsi : T ê t inéquivalve, subtrigone, valve droite renflée, crochet arqué et recourbé S i x cotes principales s i m p l e s , arrondies, plus o u m o i n s p r o n o n c é e s , q u e l q u e f o i s n e paraissant q u e vers l e c r o c h e t , mais jamais slriées dans leur longueur T r o i s côtes m o i n s é l e v é e s , s i m p l e s aussi e t a r r o n d i e s , placées e n t r e l e s g r a n d e s E n t r e l e s d e u x c ô t e s latérales e t l e s o r e i l l e t t e s , s i x o u sept petites c ô t e s v o n t e n s ' a l l é n u a n t vers l ' o r e i l l e t t e , et celle-ci offre e n c o r e d e s stries d.sposées d a n s l e m ê m e s e n s E n o u t r e t o u t e la c o q u i l l e est o r n é e d e stries t r a n s v e r s e s , fines e t r é g u l i è r e s , q u i s o n t plus p r o n o n c é e s dans l e s sillons q u i s é p a r e n t les c ô t e s ; v a l v e i n f é r i e u r e p l a n e L a r g e u r , m i l l i m ; h a u t e u r , 45 ; é p a i s s e u r , m i l l i m N o u s r a p p o r t o n s c e l t e e s p è c e l e s P œquicostalus et versicostatus d e L a m a r c k C e d e r n i e r e s t le quadricostatus G o l d ÉTAGES B i d a r t , R Indéterminée Quinquecostatus du Nord DB L A FRANCE et de Touraine, Normandie, PyrennéesOrientales , Angleterre , S u è d e , etc Craie Grès v e r t Craie G o l d p l , f T o u t e s l e s c ô t e s s t r i é e s l o n g i t u d i n a l e m e n t e t t r a n s v e r s a l e m e n t ; c e s d e r n i è r e s stries t r è s f i n e s e t t r è s r é g u lières S i x c ô t e s p r i n c i p a l e s a n g u l e u s e s , plus p r o n o n c é e s q u e dans l'espèce p r é c é d e n t e , e t formant s e p t sinus profonds au b o r d inférieur d e la v a l v e d r o i t e C e t t e e s p è c e se s u b d i v i s e e n plusieurs v a r i é t é s V a r i é t é A , gibba, forme g é n é r a l e et g r a n d e u r d u P q u i n q u e c o s t a l u s d o n t il s e d i s t i n g u e par les caractères é n o n c é s c i - d e s s u s Idem Royan Variété B , complannta I n é q u i v a l v e , d é p r i m é e , valve gauche c o n c a v e , stries l o n g i t u d i n a l e s fines; six autres un p e u plus p r o n o n c é e s ; v a l v e d r o i t e , g r a n d e , dilatée vers l e b o r d , q u i p r é s e n t e sept s i n u s o u é c h a n c r u r e s c o r r e s p o n d a n t aux e s p a c e s qui séparent les g r a n d e s c ô l e s ; c r o c h e t p o i n t u , p e u r e c o u r b é ; surface i n t é r i e u r e offrant s i x r ô l e s é l e v é e s , a n g u l e u s e s , s t r i é e s , e n l r e c h a c u n e d e s q u e l l e s s e v o i e n t c i n q c ô l e s m o i n s fortes s t r i é e s d e m ê m e ; stries t r a n s v e r s e s , fines e t r é g u l i è r e s L a r g e u r , m i l l i m ; h a u t e u r , ; épaisseur, Idem S a i n t e s , B Mucidan Variété C maxima E l l e n'est que l'exagération d e s caractères de la p r é c é d e n t e La fig de M Goldfuss en d o n n e u n e i d é e fort e x a c t e H a u t e u r , m i l l i m ; largeur, f i c u s d e v o n s M d'Orbigny un individu un peu plus p e t i t , d e l'ile d'Aix, et M D u f r é n o y l'a recueilli près d ' I l a u p o u l ( A u d e ) Idem Ile d'Aix F o u r a s , c 4 Cotentin Cale b a c u lites GENRES LOCALITÉS D B LA Obliquus Sow pl , f Dufr Montendre Sussex Crelosus Defr., Al Brong pl , f ; Gold pl , f Nob Royan, R Intcxtus Al Brong pl 5, f Idem Saintes, R Asper Variété minor Al Brong pl s , f ; Gold, pl , f Idem PasduLarry ESPÈCES DESCRIPTIONS E T OBSERVATIONS du dans le S.-OUEST PECTEN S.-OUEST Charr Infér Muricatus Variété Gold pl , f Boissyi Nob pl X I I I , f 15, a, b, c, d Trèsinéquivalve,obscurément deltoïde; valve droite assez profonde; surface extérieure, ornée de côtes fines régulières et aplaties, divisées vers les deux tiers de la coquille par un sillon peu prononcé qui se prolonge jusqu'au bord ; oreillettes presque égales, présentant cinq six plis obliques ; fossette du ligament triangulaire ; deux sillons la surface interne de chaque oreillette ; impression musculaire peu apparenle ; bord des valves plissé intérieurement La gauche, presque plane, est ornée de côtes rayonnantes, dent l'épaisseur est égale la largeur des intervalles qui les séparent Idem LIMA LOCALITÉS ÉTAGES AUTEURS qui les ont citées Variété simplex, pl X I I I , 6g 16 Côtes simples, relevées et un peu tranchantes, Idem Biaritz Idem Biaritz, c Idem Biaritz, B Dufr Sarlat Deux espèces indéterminées Marrot Périgueux Indéterminée Nob Nils pl , f ; Gold Operi Plagiosloma operi, Sow pl ; Mant pl , f , , 15 Gold pl , f Dufr Gourtlon Aspera Mant pl , f Saintonge Turgida Plagiostoma tnrgidum, Mantelli Plagiostoma Inédit Maxima Idem Très oblique Nob.pl X I I I , f Équivalve, subéquilatérale, transversalement ovalaire, déprimée ; crochets pointus, convergens; charnière presque droite, subauriculée Le moule de la valve droite présente très exactement une impression musculaire double, la postérieure très grande, suborbiculaire, a 50 mill, de diamètre, et offre encore les impressions des fibres du muscle; l'antérieure beaucoup plus petite, semi-lunaire, en est nettement séparée et placée obliquement par rapport l'axe de la coquille L'impression des bords du manteau ne parait pas en rapport avec la grandeur des valves, dont le têt, d'après les nombreux fragmeus que nous avons recueillis en place, était fort mince, lisse en dedans et ne présentant l'extérieur que des stries d'accroissement peu prononcées De la petite impression musculaire, part une autre impression qui se dirige obliquement en haut, vers celle du manteau, en traỗant un sinus semblable l'échancrure palléale des dymyaires, et part se prolonger jusqu'au bord cardinal Celte singulière impression, que nous n'avons pu vériGer sur d'autres individus a paru M Deshayes une circonstance toutà-fait anomale, et sa position la partie antérieure de la coquille L'EUROPE Grès vert Centre et nord de la France, Craie Pologne Normandie, Cotentin, A n Craie tuffau gers Normandie, Angleterre, Craie, Belgique, PoGrès vert logne Mirambeau Char Infér Al Brong pl , f ÉTAGES Royan, R mantelli, Idem Lamk FRANCE et de Deux espèce» iudéterminées- Semisulcata du Nor J Lam Saintes Marrot Périgueux Dufr Gourdon Touraine.Seanie, Maes- Craie treicht, Angleterre France, Belgique, Angle- Craie terre Sussex, Pyrénét s-Orient Craie Douvres, D a Craie nemarck AUTEURS LOCALITÉS ÉTAGES LOCALITÉS qui les o n t GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS citées du dans le S.-OUEST ne p e r m e t pas de la regarder c o m m e i n d i q u a n t u n e disposition a n a l o g u e c e l l e des s i p h o n s ;dans les c o n e b a é e s L a r g e u r , m i l l i m o u e n v i r o n p o u c e s G lig H a u t e u r , m i l l ; épaisseur, N o u s a v o n s recueilli c e t t e e s p è c e , la plus g r a n d e d u g e n r e , d a n s les falaises c r a y e u s e s d e R o y a n , o ù elle n o u s a p r é s e n t é p l u sieurs m o u l e s très b i e n c o n s e r v é s L ' e x t r ê m e m i n c e u r du têt n e p e r m e t que d'en o b t e n i r d e s f r a g m e n s ; aussi les c a r a c t è r e s q u e n o u s a v o n s d o n n é s , b i e n q u e p r é c i s , s o n t - ils assez Nob incomplets AVICULA Indéterminé VULSELLA Fatcala I Jem Dufr G o l d pl , f 10 ne présente point M Deshayes cette t é r i e u r s , e t d e plus a , Q u o i q u e la figure d e M G o l d f u s s de c h a r n i è r e , nous y rapportons, avec c o q u i l l e qui e n a tous les caractères e x la c h a r n i è r e des v u l s e l l e s Nob V a r i é t é A , N o b S e d i s t i n g u e de la p r é c é d e n t e p a r sa forme g é n é r a l e plus é t r o i t e , m o i n s c o n t o u r n é e ; les c r o c h e t s m o i n s a v a n c é s ; le têt plus épais e t plissé la s u r f a c e , l e s plis de la c h a r n i è r e plus p r o n o n c é s , é g a u x sur c h a q u e v a l v e La surface du l i g a m e n t assez g r a n d e , t r i a n g u l a i r e , o b l i q u e d a n s la var i é t é p r é c é d e n t e , est dans celle-ci r é d u i t e u n e s i m p l e l i g n e enfoncée L'une e t l'autre s o n t parfaitement distinctes d e c e l l e s i g n a l é e M D u j a r d i n d a n s la craie d e T o u r a i n e INOCERA- Citvieri Dufr Cripsii M a n t pl , Nob Undulattts Moule Mant f 1 ; G o l d p l 1 , f pl , f G; Gold Royan, R Dufrenoyi pl 1 , f Gourdon Bidart, c Basses - l'yrèn S a i n t e s , RR Idem Fouras, Gourdon, 2,5 Jonzac, Cognac Monten3 d r e , c S t - F r o u l t , R, N o b pl X I I , f a b C o q u i l l e l o n g i t u d i n a l e , é q u i v a l v e , t r a p é z o ï d e ; c h a r n i è r e d r o i t e , très o b l i q u e ; s o m m e t s s u b t e r m i n a u x , a r r o n d i s , d o n n a n t naissance d e u x c ô t e s é l e v é e s , s i n u e u s e s , qui se p r o l o n g e n t vers les angles antérieur et p o s térieur de la base qui est p r e s q u e d r o i t e , e t d i v i s e n t ainsi en trois parties la surface de c h a q u e v a l v e D e l ' e x t r é m i t é p o s t é r i e u r e de la c h a r n i è r e , e n t o u r é e par u n r e n f l e m e n t o u bourrelet a p l a t i , p a r t e n t des plis n o m b r e u x q u i , s e dirigeant o b l i q u e m e n t vers les deux côtes m é d i a n e s , se r e d r e s s e n t en passant p a r - d e s s u s , de m a n i è r e se t r o u v e r , dans l'intervalle de c e l l e s - c i , arqués et p r e s q u e parallèles e n t r e e u x , e t au bord inférieur A la partie antérieure d e s v a l v e s , ces plis s ' a t t é n u e n t et r e m o n t e n t ensuite vers les c r o c h e t s s o u s forme de stries fines e t serrées D u m i l i e u de la c h a r n i è r e p a r t e n t e n c o r e q u e l q u e s plis parallèles aux p r é c é d e n s , qui se d i r i g e n t de m ê m e vers les c ô t e s m é d i a n e s T ê t fort m i n c e L e s plis d e vaient ê t r e p r e s q u e aussi p r o n o n c é s l'intérieur qu'à l ' e x t é rieur H a u t e u r , 3 m i l l i m ; largeur, CO ; é p a i s s e u r , 52 N o u s d e v o n s la c o n n a i s s a n c e de c e l l e b e l l e e s p è c e M n o y , qui n o u s la d é d i o n s Indéterminée MYTILUS UNIO CHAMA Mou'e Indeterminée Mou'e Canaliculata Suborbiculata D ' O r b M é m du M u s é u m d'hist n a t u r , t V I I I L'EUROPE N o u s r a p p o r t o n s c e t t e e s p è c e , o u p e u t - ê t r e Lamarkii G o l d pl 1 , f , qui en est t r è s v o i s i n , u n m o u l e s i l i c e u x q u e M D u f r e n o y a recueilli aux e n v i r o n s de R o c h e f o r t MODIOLA Mytilus Desh ÉTAGES et de Bavière Grès vert qu'a S o w pl 4 , f ; M a n t p l , f ; Al B r o n g , p l , f ; N i l s , G o l d pl 111, f , abc MUS Catillua de Brong Deshayes Idem S.-OUEST du N o r d DE LA FRANCE Dufré- Dufr Marrot Montend r e , c Périgueux Dufr Gourdon 3 Idem Idem Idem Bayonne Ile d'Aix d'ORb T o u r s , Meudon, Anglet e r r e , Belgi que, Suède Craie Sussex Idem Idem Idem GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS citées E T OBSERVATIONS du dans le S.-OUEST Etheria Transversa L a m , d'Orb L i e u c i t é M D e s h a y e s n o u s a fait o b s e r v e r , a v e c | r a i s o n , q u e c e t t e c o q u i l l e est v i v a n t e , e t q u e l e g e n r e n'a p a s D'Orb e n c o r e é t é t r o u v é l'étal fossile Trigonia Scabra Lam., \Excentriea S o w p l , f 1, NUCULA PETUNCU- LUS Dufr A l B r o n g p l , f Moule Grès vert Craie tuffau Idem Bayonne Susses Gault Royan Suède Craie Idem Montignac Dordogue N o b A l l o n g é e e t très o b l i q u e , fort épaisse la h a u t e u r d e s c r o c h e t s , et s'atténuant v e r s l e b o r d i n f é r i e u r q u i e s t très mince Crochets écartés, subterminaux L a r g , 138 mill.; h a u t e u r , ; épaisseur d u m o u l e au-dessus d u c r o c h e t , Idem Saintonge N o b É p a i s s e , renflée ; forme g é n é r a l e d e l a C.crassatina, des s a b l e s t e r t i a i r e s inférieurs d e B r a c h e u x , près B e a u v a i s , m a i s b e a u c o u p plus g r a n d e E p a i s s e u r , m i l l i m ; haut 125 Idem Montagne Moule Tttmida Perte du R h ô n e Normandie Angleterre N i l s pl 5, f C e m o u l e d e p é t o n c l e pourrait aussi b i e n s e Nob rapporter a u P s u b l æ v i s , S o w p l , f Sagillata Moule ÉTAGES Lens I Moule S o w p l , f FRANCE et de L'EUROPE Gourdon M a n t p l , f CUCULLEA Carinata LA Idem Pcctinata S o w pl 192 du Nord DE Pointe du Rocher Pr Rochefort Sow 15; Ile d'Aix Fouras LOCALITES Idem Alaeformis pl S.-OUEST ÉTAGES AUTEURS qui les o n t LOCALITES Blackdown Grès vert Idem Blackdown, Rouen Grès v e r t C r a i e tuffau Devize Grès vert Char.-Infér CARDlTA HEMICAR- DIUM CARDIUM Tuberculata Moule Sow pl 145 Dufr Gourdon, Tuberculatum Moule Ilillanum Brong Nob Saintes Dufr Gourdon Proboscideum Moule Inédit Moule CYPRICAR- Orbiculata DIA ISOCARDIA A n n des M i n e s , 1821 Sow pl 14 S o w pl 56, f C r o c h e t s très g r a n d s , impressions musculaires p r o n o n c é e s L e b o r d d e s v a l v e s était p r o f o n d é m e n t d e n t é l'intérieur L e s m o u l e s d e c e t t e espèce se t r o u v e n t s o u v e n t dans l e s d e u x i è m e e t t r o i s i è m e é t a g e s d e la craie d e S a i n t o n g e Nob Coralliopltaga d'Orb D ' O r b pl 11, f 1, , Idem Ile d'Aix D ' O r b p l 11, f , S, Idem O, llioceras Dre vis M é m du M u s é u m , t V I I I , p l 1, f 1, , U n e e s p è c e , qui parait v o i s i n e d e l'I striata d e M d ' O r b i g n y , se t r o u v e d a n s l e s sables d u grès v e r t , e n t r e B o c h e f o r t et Nob La Rochelle R o c h e f o r t , c S o w pl Dufr F o u r a s , R Dufr Nob Gourdon Pons Moule ïuipat fa ỵ Venus Lineolata Moule Sow pl 20 Idem Dufr Moule imparfait ANTARTE Mr Mtmdibula Soc, Idem Idem Indéterminée D'Orb Rochefort Saintes Pons Ile d'Aix Ile d'Aix Pons D'Orb Slriatuta, orbiculata Idem Idem Dicerala M o u l e d e b i v a l v e aplati e t t r a n s v e r s e Nob S o w p l 43, Dufr GÉOL — T O M — Mém n° Pont-St-Esprit Blackdown Saintes Gourdon Lanquais Royaa Craie G r è s vert 2,5 Idem Idem Idem Idem Sussex Idem Gourdon Idem Saintes, c R o y a n , E Idem 25 LOCALITÉS GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS citées dans le du S.-OuEST S.-OuEST LOCALITÉS ÉTAGES AUTEURS qui les o n t du N o r d DE LA FRANCE ÉTAGES et de L'EUROPE MOLLUSQUES Indéterminée PATELLA PALUDINA Idem AMPULLA - Idem Mar Périgueux Dufr Angoulême Mar Mucidan Dufr Gourdon Moule RIACIRRUS Depressus M a n t p l , f , 22 Indéterminée Moule PLLUROTOMARIA Idem Idem moule PlIASlA- NELLA Gibbsi TROCHUS Deux epèces inéd Indéterminée moule TURBO Turrillitellatus Contre-empreinte TURRI- T r è s g r a n d ; voisin d e celui q u e l'on t r o u v e a u H a v r e Idem Périgueux Idem Gourdon Idem Angoulême Idem Périgueux Nob N o b pl X I I , f 11 C o q u i l l e é l e v é e , turriculée ; six sept tours d e s p i r e , canaliculés la b a s e , le d e r n i e r plus grand que tous les autres r é u n i s T o u r s a n g u l e u x v e r s leur partie m o y e n n e , et c o u r o n n é s d e tubercules r é g u l i e r s , p e u saillans et e s p a c é s ; p a r t i e supérieure des tours p i a n o - c o n v e x e , partie inférieure i n c l i n é e vers l'axe e t l é g è r e m e n t c o n c a v e ; d e r n i e r tour p r é s e n t a n t d e u x rangs d e tubercules ; c o l u m e l l e p r o l o n g é e et saill a n t e ; o u v e r t u r e e n t i è r e H a u t e u r d e la c o q u i l l e , s u p p o s é e e n t i è r e , 100 m i l l i m ; largeur du d e r n i e r t o u r , 65 N o u s a v o n s recueilli c e t t e c o n t r e - e m p r e i n t e , qui n o u s a paru assez, c o m p l è t e p o u r la d é c r i r e , dans l e b a n c d e s sphérulites , l'Est de la b a i e d e R o y a n Idem Indéterminée Mar TELLA CERITHIUM Excavatum NERINEA Bisulcala moule Indéterminée, moule M B r o n g p l , f 10 N o b p l X I I I , f , a A C o q u i l l e t u r r i c u l é e , très a l o n g é e ; t o u r s n o m b r e u x , croissant l e n t e m e n t e t présentant deux sillons, l'un placé ve.rs le m i l i e u é l e v é et a n g u l e u x de c h a q u e t o u r , l'autre la base e t paraissant c o m m u n i q u e r avec u n e c o l u m e l l e perforée dans t o u t e sa l o n g u e u r ; c e l l e - c i p r é s e n t e des renflemens et des sinus anguleux , réguliers e t s y m é t r i q u e s dans c h a q u e tour d e spire T ê t , o u v e r t u r e et l o n g u e u r i n c o n n u s Les caractères de ce m o u l e d e N é r i n é e , tant l'extérieur qu'à l ' i n t é r i e u r , t o u t i n c o m p l e t s qu'ils s o n t , n o u s o n t paru assez t r a n c h é s pour le d é c r i r e c o m m e e s p è c e D a n s la c o u p e f b , l e s hachures transverses i n d i q u e n t la p a r t i e o c c u p é e par la c o l u m e l l e , et les h a c h u r e s l o n g i t u d i n a l e s , la cavité r e m p l i e par l'animal C e l l e - c i a été la p r e m i è r e b o u c h é e par la matière p i e r r e u s e , la s e c o n d e n e l'a é t é c o m p l è t e m e n t qu'après la diss o l u t i o n d e la c o q u i l l e , et c'est c e t t e c i r c o n s t a n c e que l'on d o i t d e p o u v o i r e n c o r e r e c o n n a ỵ t r e 1st disposition p r e m i è r e de la c o l u m e l l e C e m o u l e se distingue très b i e n du p r é c é d e n t L a c o q u i l l e était très a l l o n g é e et s u b c y l i n d r i q u e Le mauvais état des é c h a n tillons et le p e u d e nêtteté que nous o n t offerts dans la c o u p e les sinuosités de la c o l u m e l l e , n e nous o n t p o i n t p e r m i s de c a ractériser c e t t e e s p è c e Fouras Idem Sussex Craie Saintes R o y a n , RR Périgueux Riberac, Beaumont, Mucidan, Perte du R h ô n e Belgique Idem Dufr Montignac Cordogne Dufr L Pas-duLarry Montendre Char.-Infér Grès vert Craie GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS du citées dans le S - OUEST NUMMULl TES Millecaput Lenticularis Crassa Planospira Papyracea Diarilzana A l v e o l i n a Cretacea D'Orb KAUTILUS Pseudoponpi lius M B o u b é e a i n d i q u é ces c i n q e s p è c e s dans d e s c o u c h e s calcaréomarneuses du d é p a r t e m e n t des L a n d e s , qui o n t é t é r a p p o r t é e s par M D u f r é n o y la formation c r é t a c é e , s u r la d i s c o r d a n c e d e leur stratification a v e e l e s d é p ô t s tertiaires e t la présence de q u e l q u e s fos:,-ies d e la craie L ' i d e n t i t é d e plusieurs d e c e s n u m m u l i t e s a v e c celles qui s o n t si a b o n d a n t e s sur l e v e r s a n t m é r i d i o n a l d u M o n t - P e r d u , p o u v a i t e n c o r e c o n d u i r e au m ê m e rapprochement Boub Dufr AUMONITES L'EUROPE Vallée de Bielsa et d e C i n c a Périgueux Mastreicht Angleterre Rouen A i x la C h a p e l l e Craie moyen, Rouen Craie tuffau Schlot., Brong D Montf., Dufr Brong Nob, Blainv R o y a n , R Le Marboré Hautes-Pyrénées Idem F o u r a s , c Idem Saintes Bayonne Pas du-Larry Char.-Inf Dufr Nob St-Froult Saintes Rouen, Angleterre, Cotent i n , etc C e l l e - c i e s t p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t figurée d a n s l'ouvrage d e M a n t e l , e t p r é s e n t e sur l e d o s quatre rangs d e t u b e r c u l e s D u f r Rochefort Angleterre Dufr F r a g m e n s d'une e s p è c e q u i , suivant M D e s h a y e s , s e r a p p o r t e r a i e n t celle d e R o u e n S o w p l , M a n t p l , f ; A l B r o n g p l , f, Idem Idem té v Craie Lieux c i t é s Triangularis Idem ÉTAGES et de N o b M é l o n i e , D u f r C e t t e p e t i t e c o q u i l l e , c o m m e l'a r e m a r q u é M D u f r é n o y , est l'un d e s fossiles l e s plus caractéristiques de c o u c h e s inférieures d e la formation crayeuse dans l e midi d e la F r a n c e O n la trouve dans l e s calcaires s u p e r p o s é s au grès v e r t , depuis R o c h e f o r t et A n g o u l ê m e , dans l ' O u e s t , jusqu'à S a i n t - P o n s , C a u n e t t e , N ỵ m e s et l e P o n t - S a i n t - E s p r i t , l'Est ; puis dans les B a s s e s - P y r é n é e s , s e u l e m e n t elle a t t e i n t et millim d e l o n g u e u r s u r l e versant m é r i d i o n a l d e la m o n t a g n e N o i r e t a n d i s qu'elle e n a p e i n e dans la S a i n t o n g e et l ' A n g o u m o i s C e t t e e s p è c e e s t p e u t - ê t r e l'A bulloïdes q u e M A l e d ' O r b i g n y cite a u x e n v i r o n s d e D a x , mais d o n t nous n e c o n n a i s s o n s ni description , n i figure L a n ô t r e , d o n t u n e variété e s t figurée dans l'ouvrage d e F o r t i s , n e diffère d e l'A oblonga, si r é p a n d u e d a n s l e s s a b l e s inférieurs e t l e calcaire grossier m o y e n du bassin tertiaire d e P a r i s , q u e par sa forme un p e u plus raccourcie Sow pl 2 Varians St-Sever,cc Bastene, cc Perrehorad e , c Nord Biaritz, cc Cloisons détachée s BACILTES S.-OUEST du D E LA FRANCE N o b L e n t i c u l a i r e , surfaces c o n v e x e s , lisses e t assez régulières D a n s les i n d i v i d u s bien c o n s e r v é s , les lignes d é l i é e s , o n d u l e u s e s , quelquefois b i f u r q u é e s , partant d u centre e t se t e r m i n a n t la c i r c o n f é r e n c e , i n d i q u e n t les cloisons transverses d u d e r n i e r t o u r d o n t le t ê t est fort m i n c e ; tours d e spire p e u n o m b r e u x et variables selon la g r a n d e u r d e s i n d i v i d u s ; l e s plus grands ont 12 millim de diamètre La p l u p a r t d e c e u x qui p a r leur a c c u m u l a t i o n c o n s t i t u e n t d e s lits s u b o r d o n n é s a u calcaire m a r n e u x d e s falaises d e B i a r i t z , n ' o n t q u e S m i l l i m l e u r épaisseur v a r i a n t d e 1/2 millim Nob Simplex Fragmens in terminés Inédite LOCALITES LOCALITES ÉTAGES AUTEURS qui les o n t O n cite e n o u t r e VA Loweisiensis, aux e n v i r o n s d e R o c h e f o r t et d e u x espèces aux e n v i r o n s d e P é r i g u e u x , q u i , d'après ce q u e n o u s e n a dit M M a r r o t , se rapporteraient celles q u e n o u s v e n o n s d e m e n t i o n n e r ; puis des fragmens i n d é t e r m i n a b l e s G o u r d o n e t dans quelques autres l o c a l i t é s e n c o r e ; m a i s , e n g é n é r a l , rares et m a l c o n s e r v é s J ' e n excepterai c e p e n d a n t l ' e s p è c e q u e M D u f r é n o y a d é c o u v e r t e d a n s d e s calcaires noirs d e s e n v i r o n s d e S a i n t - B é a t ( H a u t e - G a r o n n e ) , e t qui p a rt t r è s v o i s i n e d e l'A, navicularis, Sow.; ou A Catinus, Mantel Idem Idem Craie tuffau Grès vert LOCALITÉS GENRES ESPÈCES DESCRIPTIONS ET OBSERVATIONS citées dans le du S.-OUEST S.-OUEST LOCALITÉS ÉTAGES ATEURS qui l e s o n t du N o r d DE LA FRANCE ÉTAGES et de L'EUROPE CRUSTACÉS CANCER Quadrilobatus D e s m a r e s t , p l , f 1, Indéterminée C e t t e s e c o n d e e s p è c e parait très v o i s i n e d u C punctulatus, m ê m e auteur Desmarest St-Sever Laudes du Dufr St-Sever Mar Périgueux POISSONS D e n t s d e squales Plaques palatales d e poissons Idem Idem En résumé, ce Tableau nous présente 241 espèces o u variétés, réparties dans 79 g e n r e s , depuis les végétaux jusqu'aux débris de la classe des poissons Sur ce n o m b r e , espèces n'avaieut pas encore été signalées dans le S u d - O u e s t , et 27 nous o n t paru devoir être décrites comme nouvelles o u imparfaitement connues Par suite d u mauvais état des c o quilles o u des m o u l e s , sur ces 241 espèces, n'ont p u être qu'incomplétement déterminées Des 192 qui l'ont été avec quelque c e r t i t u d e , 125 se trouvent dans le Nord de la France et de l ' E u r o p e , et , o u environ un tiers, paraiss e n t , jusqu'à présent, s'être exclusivement rencontrées dans le S - O Ce Tableau laisse sans doute encore b e a u c o u p désirer, il doit être fort incomplet relativement ce que l'avenir nous fera conntre, il doit aussi renfermer des erreurs qui seront relevées par la s u i t e ; mais peut-être ne sera-t-il pas tout-à-fait inutile la science, par cela m ê m e qu'il pourra servir de base un travail plus étendu et plus complet sous tous les rapports N o t a Les dernières feuilles de ce Mémoire venaient d'être tirées, lorsque j'eus connaissance de l'intéressant travail de M Grateloup, sur les Echinides fossiles des environs de Dax (Actes de la société linnéenne de Bordeaux, tome VIII) Les conclusions générales auxquelles cet observateur a été amené par une étude détaillée du bassin de l'Adour, conclusions déduites de la comparaison des fossiles, non seulement vténnent confirmer les miennes, mais vont encore plus loin, puisque sur quarante-neuf espèces d'échinides qu'il décrit comme appartenant au système crétacé des Landes et des BassesPyrénées, quinze se retrouvent dans les faluns bleus tertiaires qui lui sont superposés, et par conséquent doivent être regardées comme étant communes aux deux formations Outre les espèces que j'ai déjà mentionnées, M Grateloup signale encore les suivantes, dont cinq nouvelles ; ce qui porte deux cent soixante-quatorze le nombre des espèces fossiles citées jusqu'à ce jour dans la craie du Sud-Ouest GLYPEASTER Marginatus SPATAHGUS Canaliferus Altus Buccardium, Cuviérii Punctatus Hemisphœricus, Retusus Gibbus GALERITES Conoïdeus Hoffmanni Semiglobus Acquitanicus, Ovatus Acuminatus Ovum, nova species Ovatus Hemisphæricus, Pyriformis, Depressus N Sp N Sp NUCLEOLITES Orbicularis, N Sp Testudinaria ANANCHITES Gibba Scutata, Elliptica Heptagonus, Conoïdea Coravium ECHINUS Milleri Corcullum Cordata Granulosus CIDARITES Crenularis N Sp Mémoires de la Société Géologique de France Mémoire N° P L A Tome P L XI Mémoires de la Société Géologique France Mémoire N ° P L B Tome.2, PL.XII Mémoires de la société Géologique de France Mémoire N°7 Tome 2.PL.XIII ... souvent confondue avec l'O bi-auriculata Lam., se distingue de l'espèce type parlalargeur dej la surface d'adhérence du crochet égalant quelquefois celle de la coquille elle-même La grande valve est... coquille se trouve dans une couche de sable appartenant l'étage du grès vert supérieur que l'on exploite sur le bord de la roule de Rochefort La Rochelle, au-dessus du canal Elle a été signalée par. .. Mais, de l'absence ou de la rareté des céphalopodes polythalames, il ne faudrait point se hâter de conclure q u e la formation crétacée du Sud-Ouest correspond seulement la seconde période de cette
- Xem thêm -

Xem thêm: VII - MEMOIRE SUR LA FORMATION CRETACEE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE, PAR M. LE VICOMTE D''ARCHIAC, VII - MEMOIRE SUR LA FORMATION CRETACEE DU SUD-OUEST DE LA FRANCE, PAR M. LE VICOMTE D''ARCHIAC

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay