Bull. Soc. Geol. Fr. Séance du 3 Novembre 1890, présidence de M. M. BERTRAND

393 9 0
  • Loading ...
1/393 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:09

BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE TROISIÈME FRANCE SERIE - TOME DIX-NEUVIEME 1890-1891 PARIS A U S I È G E D E L A S O C I É T É 7, R u e d e s G r a n d s - A u g u s t i n s , 1891 COMPTES-RENDUS SOMMAIRES DES S É A N C E S COMPTE-RENDU SOMMAIRE UES SÉANCES DE LA DE SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE FRANGE S é a n c e du N o v e m b r e 1890 PRÉSIDENCE DE M M BERTRAND Le Président fait p a r t la Société du décès de MM G r a d , G i l l i é r o n , G i l l o t , A l p h o n s e F a v r e et T c h i h a t c h e f s u r v e n u p e n d a n t les vacances 11 annonce qu'il a reỗu avis de M Xavier Grad, P h a r m a c i e n Lodève, que son frère, M C h a r l e s G r a d , ancien Député au Reichstag allemand, a légué la Société u n e s o m m e de mille francs Le Président proclame m e m b r e de la Société M S a l l e s , Commissaire de la Marine, d e m e u r a n t Toulon, r u e des Poitiers, présenté par MM Bertrand et Zurcher Il annonce u n e présentation M B e r t r a n d présente le buste eu bronze de F r F o n t a n n e s Le Conseil de la Société, désireux de rendre h o m m a g e la mémoire de notre regretté confrère, avait décidé de faire graver un médaillon pour p e r p é t u e r le souvenir de ses t r a i t s La famille, ayant eu connaissance de ce projet, a désiré compléter la s o m m e nécessaire pour p e r m e t t r e de faire faire un buste au lieu d'un médaillon Le Président se fait l'interprète de la Société pour remercier la famille de Fr F o n t a n n e s de sa générosité M d e L a p p a r e n t fait h o m m a g e la Société, de la part de l'auteur, M le professeur J T h o u l e t , d'un ouvrage intitulé : Océanor/raplvu statique (1) Dans ce livre, l'auteur a réuni les articles qu'il avait (1) Paris, Baudouin et G% 1800 publiés dans la Revue maritime et coloniale, p o u r initier le p u b l i c franỗais a u x n o m b r e u x t r a v a u x d o n t la science de l'Océanographie est l'objet d a n s divers pays M Thoulet étudie successivement la Topographie de la mer ( i n s t r u m e n t s et appareils de sondages, bassins océaniques) ; la Minéralogie et la Géologie sous-marines (analyse des s é d i m e n t s , n a t u r e des dépôts s o u s - m a r i n s ) ; la Chimie de la mer (appareils de récolte, composition et analyse de l'eau de m e r , genèse c h i m i q u e des dépôts m a r i n s ) , la Physique de la mer (chaleur, évaporation, poids spécifique, propriétés o p t i q u e s , biologie marine), enfin le rôle des Glaces L'ouvrage de M Thoulet est e n r i c h i de p l u s de cent dessins, et l'aut e u r se propose d'y d o n n e r p o u r suite un a u t r e livre t r a i t a n t de l'Océanographie d y n a m i q u e M d e L a p p a r e n t présente la Société, de la p a r t de M le professeur F r a n z T o u l a , de Vienne, u n e étude sur la Géologie de la partie orientale des Balkans (1) Celte étude est le fruit d ' u n voyage p e n d a n t lequel M Toula a t r a v e r s é six fois la chne des Balkans, e n t r e R o u s t s c h o u k et V a r n a L ' a u t e u r a r e c o n n u d a n s cette région : 1° le Quaternaire ; 2° le Tertiaire supérieur, c o m p r e n a n t des graviers de l'âge de ceux du Belvédère, des couches s a r m a t i q u e s , des couches Spaniodon, et les assises m a r i n e s de Varna, petits brachiopodes, avec calcaires Chna afï austriaca ; 3° le Tertiaire inférieur, où sont r e p r é s e n t é e s les couches de Ronca et les formations n u m m u l i t i q u e s , ainsi q u e le flysch ; 4° la Craie, c o m p r e n a n t : un llysch crétacé avec fucoïdes, inocérames et a m m o n i t e s , le Sénonien s u p é r i e u r , le T u r o u i e n supér i e u r , le Cénomanien (où se trouvent des couches Parlceria), le t o u t reposant R a s g r a d s u r le Barrémien Desmoceras, Holcodiscus, Crioceras, tandis q u e le Néocomien moyen s'observe près de S u m l a ; 5° le Jurassique, r e p r é s e n t é s u r t o u t p a r q u e l q u e s l a m b e a u x de Lias ; 6° u n peu de Trias, sous forme de calcaires d o l o m i t i q u e s ; 7" enfin, des roches cristallines massives, p a r m i lesquelles on reconnt : granité, diorite q u a r t z et augite, p o r p h y r e , p o r p h y r i t e , t r a c h y t e , t r a c h y t e p h o n o l i t h i q u e , andésite augite, amygdaloïdes e t t é p h r i t e néphéline Il y a lieu de signaler, d a n s le travail de M Toula, deux excellentes r e p r o d u c t i o n s en h é l i o g r a v u r e , l ' u n e de Zoophi/cos (?) bulgarica du flysch, l'autre d'un o r g a n i s m e p r o b l é m a t i q u e décrit sous le n o m de Pàlœodictyon majus (1) Geologische Untersiiclmngen im oMichen Balhan, de l'Académie des Sciences de Vienne — V i e n n e , 1890 e x t r a i t dos Mémoires Notons encore un dessin r e p r é s e n t a n t la Forêt de pierres des environs de V a r n a ; enfin, p l u s i e u r s p l a n c h e s de fossiles, consacrées a u x espèces du B a r r é m i e n M P e r o n fait la présentation s u i v a n t e : J'ai l ' h o n n e u r d'offrir la Société le p r e m i e r fascicule de la Description des Mollusques crétacés fossiles recueillis par M Philippe Thomas dans ses missions de -1885 et 1886, dans le Sud de la Tunisie Ce fascicule, i m p r i m é l ' i m p r i m e r i e nationale et accompagné d'un atlas g r a n d in-4° de h u i t p l a n c h e s , n e contient q u e les Céphalopodes et les Gastropodes Tout le reste de la faune crétacée est achevé depuis l o n g t e m p s et les Pélécypodes n o t a m m e n t , qui en constituent la p a r t i e la p l u s i m p o r t a n t e , sont en bon tirer Des causes diverses, p a r m i lesquelles il faut i n d i q u e r tout d'abord la m o r t si r e g r e t t a b l e du docteur Cosson, le p r é s i d e n t de la Mission d'exploration de la Tunisie, ont occasionné, d a n s la publication des t r a v a u x de cette Mission, des r e t a r d s considérables Il en est résulté q u e m o n travail, sous presse depuis si l o n g t e m p s , n'est déjà p l u s , cette h e u r e , complètement au c o u r a n t de la science Ainsi, u n des p r e m i e r s et p l u s i m p o r t a n t s articles, celui q u i traite du genre Buchiceras, d e m a n d e r a i t déjà u n certain r e m a n i e ment Notre savant confrère, M Douvillé, a, en effet, d é m o n t r é d e p u i s peu que le type du genre Buchiceras Hyatt avait été mal i n t e r p r é t é et qu'on ne s a u r a i t r a t t a c h e r ce genre les A m m o n i t e s s é n o n i e n n e s cloisons cératitiformes En conséquence, il a proposé p o u r nos Cératites crétacées, le n o u v e a u genre Tissotia, dédié Tissot l'ancien i n g é n i e u r des m i n e s de Constantine J e suis, p o u r mon compte, très disposé m e rallier la m a n i è r e de voir deM Douvillé Déjà, dans la discussion du g e n r e , j ' a i fait r e m a r q u e r combien le Ceralites Syriacus, qui était considéré c o m m e le type d u g e n r e Buchiceras Hyatt, différait de nos Cératites algériens quille t r a n chante Ce C Syriacus m e paraissait être b e a u c o u p m i e u x sa place p a r m i les Placenticeras Donc, j ' a d o p t e r a i s volontiers le n o u v e a u n o m proposé p a r M Douvillé, si u n e difficulté ne surgissait qui m e semble devoir en empêcher Coquand, en effet, tout en décrivant c o m m e Cératites, u n assez g r a n d n o m b r e d'espèces d ' A m m o n i t e s sénoniennes d'Algérie, a créé pour l'une de ces espèces le genre Heterammonites, en se b a s a n t s u r ; ce que, dans cette espèce, cloisons cératitiformes, la selle ventrale ou externe est divisée p l u s ou moins et bilobée Or, après avoir e x a m i n é u n très g r a n d n o m b r e d'exemplaires de nos Cératites crétacés, d o n t j ' a i du d'ailleurs s u p p r i m e r et fusionner b e a u c o u p d'espèces, j'ai acquis la conviction que le caractère invoqué par Coquand était, un degré plus ou moins accentué, c o m m u n toutes les espèces J'avais donc p u r e m e n t et s i m p l e m e n t fait passer le n o m g é n é r i q u e Ilelerammoniles en s y n o n y m e du n o m Buchicerus Mais, a c t u e l l e m e n t , ce d e r n i e r devant d i s p a r a ỵ t r e , d'après les recherches de M Douvillé, il m e semble que le nom proposé par Coquand, ayant la priorité, devait être r e p r i s En dehors de ce point particulier, s u r lequel j ' a i cru devoirinr.néd i a t e m e n t appeler l'attention, je n'ai pas l'intention d'entrer p o u r le m o m e n t d a n s a u c u n e considération au sujet de la faune crétacée tunisienne qui fait l'objet de mon m é m o i r e Je réserve ces détails pour le m o m e n t , sans doute prochain, où je p o u r r a i p r é s e n t e r la Société la dernière partie du travail, et où la faune sera ainsi entièrement connue Je me bornerai p o u r le m o m e u t faire conntre que, p a r m i les Céphalopodes recueillis par M P T h o m a s , j ' a i r e c o n n u 27 espèces dont nouvelles et, p a r m i les Gastropodes, 71 espèces dont 34 nouvelles Un g r a n d n o m b r e d'espèces, en outre, ont été r e c o n n u e s qui n'avaient pas encore été signalées d a n s le Nord africain D'autres, en raison de l'insuffisance des m a t é r i a u x , n ' o n t pu être d é t e r m i n é e s que par a p p r o x i m a t i o n et r é c l a m e r o n t plus tard un nouvel examen P a r m i les Gastropodes, il m'a fallu déclasser g é n é r i q u e m e n t un assez g r a n d n o m b r e des espèces décrites p a r Coquand Ainsi, p o u r les T u r r i t e l l e s en p a r t i c u l i e r , la découverte d'exemplaires plus complets que ceux qu'avait décrits Coquand, m'a m o n t r é q u e la plus g r a n d e partie étaient des Cérithes ou m ê m e des Nérinées J'ai profité en o u t r e de la nouvelle description q u e j'ai dû d o n n e r des espèces critiques p o u r faire figurer u n certain n o m b r e d'espèces décrites très s o m m a i r e m e n t p a r Coquand d a n s ses Eludes supplémentaires de paléontologie algérienne et non encore ligurées Ces espèces p e u v e n t ainsi p r e n d r e place définitivement, et sous le nom q u e Coquand leur avait d o n n é , d a n s les catalogues algériens M G D o l l f u s offre la Société, de la p a r t de M J M a r c o u , sept notices extraites de l'« American Geologisl » M D o u v i l l é avait, d a n s u n e c o m m u n i c a t i o n p r é c é d e n t e (1), r a p p o r t é Y H giganteus, les échantillons d ' H i p p u r i t e s de Gosau ligures p a r Zittel (2), sous le n o m d'ff cornuvaccinum Ayant pu étudier u n e série d'échantillons de cette localité, il a r e c o n n u que, bien q u e se r a p p r o c h a u t d e l ' / f giganteus parla disposition générale de l'arête cardinale e t d e s piliers, ils s'en d i s t i n g u e n t n e t t e m e n t par la forme et la position de l'apophyse m y o p h o r e , de section elliptique allongée et dépassant de b e a u c o u p du côté i n t e r n e l'extrémité d u p r e m i e r pilier, t a n d i s q u e , d a u s cette dernière espèce, elle est tri angulaire et rejetée au fond du golfe formé par l'arête cardinale et le p r e m i e r p i l i e r ; il propose par suite de désigner cette forme sous le nom d'il, gosaviensis (= cornuvaccinum Zittel, loc cit., pl X X , f , , , 6, n o n Broun) En e x a m i n a n t ces échantillons de Gosau, M Douvillé a constaté que l'arête cardinale, au lieu d'être a r r o n d i e son e x t r é m i t é , c o m m e c'est le cas habituel, se t e r m i n a i t p a r u n biseau surface p l u s ou moins irrégulière sur lequel s'insérait u n l i g a m e n t peu développé : ce ligament, bien reconnaissable sa couleur b r u n e particulière, a presque toujours laissé des traces bien visibles et est n e t t e m e n t délimité s u r les échantillons les m i e u x conservés Cette présence d ' u n l i g a m e n t m o n t r e q u e l'H gosaviensis e s t i m e forme ancienne, p r o b a b l e m e n t m ê m e la plus ancienne d u g r o u p e Elle se retrouve d a n s les Pyrénées, ó elle p a r a ỵ t s'être modifiée avec le t e m p s e t a v o i r d o n n é naissance kl'H giganteus M Carez a en effet recueilli près de Camps u u échantillon m o n t r a n t le passage de l'une l'autre espèce : l ' e x t r é m i t é de l'arête cardinale s ' a r r o n d i t no laissant p l u s q u ' u n e petite cupule p o u r l'insertion du l i g a m e n t ; en même t e m p s l'apophyse m y o p h o r e se déplace vers l'extérieur et se rétrécit VU gosaviensis se retrouve aussi en Dalmatie : u n échantillon envoyé l'École des Mines, par M Lauza, sous le n o m d'il, arborea, présente les m ê m e s caractères q u e ceux de Gosau (3) M M u n i e r - C h a l m a s rappelle que l'étude del'Hippurit.es dilaiatus l'a conduit a d m e t t r e que, c o n t r a i r e m e n t l'opinion émise p a r M Bayle, les Hippurites avaient u n ligament venant s'insérer le (1) B S G F., t XVIIf, p 325, 14 avril 1890 (2) Die B i v a l v e n d e r Gosaugebilde, Denkichr 2'partie, p 13!> pl XX, 1, 3, £5, k Akad Wiss Wien, vol 23, (3) Le Mémoire de M Douvillé partra dans le 3» fascicule des Mémoires de Paléontologie de la Société long de la partie t e r m i n a l e deVarête cardinale Cette arête se t e r m i n e p a r une partie libre logée dans u n e cavité qui la suit s u r son parc o u r s (cavité ligamentaire) Le travail de M Douvillé a u n e réelle i m p o r t a n c e au point de vue de la morphologie des R u d l s t e s , car il établit, pour la p r e m i è r e fois, d ' u n e m a n i è r e évidente, q u e si certaines espèces possèdent un l i g a m e n t , il est d'autres formes très voisines, chez lesquelles cet organe peut faire c o m p l è t e m e n t défaut M d e L a p p a r e n t fait u u e c o m m u n i c a t i o n sur les rideaux du Nord de la F r a n c e (1) C o n t r a i r e m e n t M Lasne, q u i les a décrits c o m m e é t a n t le résultat d'effondrements partiels du massif c r a y e u x , dont la base serait attaquée p a r les e a u x d'infiltration, M L a p p a r e n t a t t r i b u e au l a b o u r a g e u n e part p r é p o n d é r a n t e d a n s la formation de ces accidents Il les définit : « Le p r o d u i t d e l régularisation, opérée p a r la c u l t u r e , des défauts qui i n t e r r o m p e n t la pente d'un v e r s a n t c o n t i n u et assez raide » Après avoir c i t é d e n o m b r e u x exemples de r i d e a u x d a n s des t e r r a i n s q u i n'ont rien de c o m m u n avec la craie, p a r e x e m p l e s u r des affleurements argileux du Gault, il m o n t r e que, si ces accidents sont p a r t i c u l i è r e m e n t développés en Picardie, c'est parce que la craie de cette région se p r ê t e b e a u c o u p m i e u x q u e t o u t e a u t r e formation géologique la p r o d u c tion p a r érosion de pentes c o n t i n u e s , m o i n s a b r u p t e s q u e celles des calcaires solides, maisassez raides pour obliger la c u l t u r e dessiner des bandes parallèles aux t h a l w e g s M S e u n e s (2) présente la partie de son travail s u r les Echinides crétacés des Pyrénées occidentales Les espèces figurées et décrites a p p a r t i e n n e n t a u x g e n r e s Stegaster, Ethinocorys et Micruster M Sennes propose de r e m p l a c e r le n o m de Gibbaster, qu'il avait a p p l i q u é un genre n o u v e a u (Gibbaster Munieri) (3) par celui de Tholaster, M Gauthier ayant déjà employé ce n o m p o u r le g r o u p e des Micrasler coniques (Micraster gibbus, etc.) e Le Secrétaire lit u n e note de M R a u l i n (4) sur quelques (aluns bleus inconnus du département des Landes, qu'il a découverts en 1861 en c o m m e n ỗ a n t ses explorations p o u r la Cartegéologique des Landes, et d o n t il réservait la description p o u r la Statistique géologique Celle-ci a y a n t été achevée son i n s u , il croit devoir, en a t t e n d a n t sa (1) (2) (3) (4) Voir a u x Notes et Mémoires, p Voir a u x Notes et Mémoires, p B S G F., 3' série, t XVII, p 819, Pl XXVII, fig a, b, c, d Voir aux Notes et Mémoires, p •publication des t e r r a i n s tertiaires de l ' a r r o n d i s s e m e n t de Dax, faire conntre la Société le r é s u l t a t des études qu'il vient de faire s u r leurs fossiles S u r 260 espèces rencontrées dans des m a r n i è r e s des c o m m u n e s de Peyrchorade, Orthevielle et S'-Étienne d'Orthe, a u c u n e ne se m o n t r e ni d a n s le terrain n u m m u l i t i q u e de Biarritz et de Bos d'Arros, ni d a n s les faluns tongriens de Gaas, ce qui exclut toute contemporanéité avec ces étages La moitié des espèces s e m b l e nouvelle, et l'autre moitié est formée en g r a n d e p a r t i e d'espèces se t r o u v a n t , parfois avec des tailles p l u s petites, soit dans les faluns bleus de S a u b r i g u e s et de S'-Jean-de-Marsacq, soit d a n s le terrain néogène du bassin de Vienne M R a u l i n n'hésite pas considérer ces faluns i n c o n n u s comme u n nouveau faciès des t e r r a i n s miocènes s u p é r i e u r s du bassin de l'Aquitaine ou S.-O de la F r a n c e Le Secrétaire d o n n e c o m m u n i c a t i o n des notes suivantes : Existe-il une série d'assises nouvelles entre les Schistes rouges et le Grès armoricain? p a r M P L e b e s c o n t e (1) Un travail récent de M OEhlert i n d i q u e aux environs de Sillé-leGuillaume, une série d'assises nouvelles entre les Schistes rouges et le Grès armoricain Ces assises intercalées de roches é r u p t i v e s p o u r r a i e n t , d'après l'auteur, renfermer la faune p r i m o r d i a l e M Lebesconte c o m p a r e ces couches celles de N o r m a n d i e et de Bretagne et les trouve semblables celles des Schistes de Rennes Les Schistes rouges n ' e x i s t e n t n u l l e p a r t a u x environs de Sillé et le Grès armoricain repose d i r e c t e m e n t s u r les Schistes de Bennes Les couches de Sillé r e n f e r m e n t les roches éruptives si variées q u e M Barrois a trouvées d a n s les couches i d e n t i q u e s du Trégorrois La comparaison de ces couches, avec celles de N o r m a n d i e seulement, a d é t e r m i n é u n e e r r e u r sLratigraphique, bien facile faire M Lebesconte a été étudier en m ô m e t e m p s les PhyllacUs de St-Lô et les Poudingues pourprés; il établit leur analogie complète avec les Schistes de Rennes et les Schistes rouges de Bretagne.Les Phyllades de St-Lô a p p a r t i e n n e n t la faune p r e m i è r e silurienne et les Poudingues pourprés la faune seconde Sur le Pliocène des environs de Montpellier et sur un gisement de plantes fossiles de cet horizon, p a r M V i g u i e r De nouvelles recherches m ' o n t p e r m i s de vérifier et de compléter (I) Voir aux Noies et Mémoires, p lii l'étude de la série Pliocène telle que je l'avais donnée dans m a noie publiée dans le Bulletin de l'année d e r n i è r e J'ai pu relever, d a n s des coupes q u e je p u b l i e r a i u l t é r i e u r e m e n t , la superposition directe des zones suivantes : DÉPÔTS D'EAU DOUCE SAUMATRES MARINS G r a v i e r s et p o u d i n g u e s c a l c a i r e s c a i l l o u x i m p r e s s i o n n é s M a r n e s j a u n e s a v e c m o u l e s de: Hélix, Triptychia sinistrqrsa, etc., ne r e p r é s e n t a n t g u è r e qu'un f a c i è s de surface des marnes inférieures M a r n e s b l e u e s kllelix Gaspardiana, Triptychia sinulrorsa, etc., a v e c le t e s t c o n s e r v é M a r n e s s a b l e u s e s Potamides Basteroti et A u r i c u l e s S a b l e s m a r n e u x s u p é r i e u r s kPot Basteroti, Cerithium gatum, Ostrea cuoidlata S a b l e s m o y e n s cucullataet ossements Sables inférieurs peu près stériles vul- Les m a r n e s bleues Hélix m ' o n t fourni e n t r e a u t r e s formes intéressantes u n e belle espèce à'Hyalina, distincte de H Collongeoni Une a u t r e observation, intéressante p o u r la géologie de l'Hérault, est celle faite p a r M Castets, é t u d i a n t la Faculté des sciences de Marseille, du développement local de la zone P o t a m i d e s avec intercalation de m a r n e s sableuses, où il a découvert u n gisem e n t de plantes fossiles q u i n o u s a fourni p l u s i e u r s espèces q u e M l'abbé Bonlay a bien voulu se charger d'étudier Le Secrétaire dépose s u r le b u r e a u u n e note m a n u s c r i t e de MM G R a m o n d et G D o l l f u s , intitulée : « Noie sur le chemin de fer de Manies A rgenieuil » (1) (1) Voir a u x Notes et Mémoires, p 20 fait la flexion en arrière des varices, le bord, en faisant une légère courbe convexe l'extérieur, est porté en arrière, très brusquement, presqu'en ligne droite ; puis en formant une courbe concave exactement semblable mais inverse la courbe convexe ci-dessus indiquée, il s'infléchit de nouveau en avant parallèlement l'inflexion qui partait de l'ombilic, et arrive former sur la partie externe une grande expansion l'instar d'un toit, dont le bout extérieur, malheureusement, est cassé : o n n e sait donc pas si elle se terminait en pointe o u plus probablement en languette L'expansion externe et l'expansion latérale délimitent une vaste échancrure presque triangulaire Il est observer que l'oreillette latérale est tout fait lisse; seulement, dès l'ombilic jusqu'à la concavité supérieure, o n y voit une légère et étroite dépression parfaitement parallèle au péristome L'expansion tectiforme, a u contraire, est ornée de bourrelets presque parallèles qui partent juste en avant d u dernier sillon transversal de la coquille L a forme du péristome est la m ê m e sur les deux flancs Les différences entre le péristome de notre espèce et celui d u Phyll mediterraneum consistent dans le bord inférieur de l'oreillette latérale qui s'infléchit tout de suite partir de l'ombilic, au lieu d'être d'abord parallèle aux varices internes ; dans la position de l'oreillette, qui est plutôt inférieure que supérieure au milieu des flancs; dans le bord inférieur de l'expansion tectiforme, qui s'infléchit tout de suite au-dessus de l'oreillette ; dans l'écbancrure'supérieure qui est triangulaire et non arrondie, et dans l'expansion supérieure ou ventrale, qui a plutôt la forme d'un capuchon que d'une languette A tout prendre, les différences ne sont pas trop considérables et l'on n e peut pas encore se prononcer sur la possibilité qu'elles suffisent elles seules distinguer les Rhacophyllites des vrais Phylloceras NOUVELLES OBSERVATIONS S U RL E TERRAIN HOUILLER D U M O N T E P I S A N O (1) par M C D E STEFANI L'annộe derniốre j'annonỗais la dộcouverte d u terrain houiller dans le verrucano d u Monte-Pisano Je n'avais pas indiqué la localité précise parce que je m e proposais de faire de nouvelles recherches et de compléter m e s collections Je n'avais pas tort, car ayant c o m m u n i q u é verbalement le n o m de la localité (la Traina près d u Borgo, dans la vallée de Santa-Maria del Giudice) m e s amis, elle a été déjà tant de fois visitée et fouillée, que la récolte des fossiles y sera dorénavant très difficile Je l'ai visitée pour la seconde fois le mois d'août dernier: des défrichements très récents avaient m i s a n u une couche de 15 mètres de puissance environ, supérieure celle que j'avais vue autrefois, et remplie d'empreintes de fougères dans u n parfait état de conservation Les neuf dixièmes des échantillons récoltés appartiennent la Scolecopteris polymorpha Brong., et a u n e Haicea sp bien souvent pourvue de ses fructifications et représentée par toutes les variétés possibles Les autres espèces que je m e propose de faire figurer sont : Scolecopteris deux espèces, Alethopteris Lamuriana H., Diplazites unitus Brong., Diplothmema PluckenetiBrong., TiKniopteris sp., Calamités sp., Asterophyllites longifolius Brong., Sphenophyllum emarginatum Brong., Trizygia sp assez c o m m u n e , Cordaites borassifolius Schlt La découverte d u genre Trizygia, qui a été observé par M de Bosniacki, est très intéressante O n ne le connaissait jusqu'à présent, avec ce n o m , que dans les couches de D a m u d a constituant l'étage m o y e n d u système de G o n d w a n a , dans les Indes, et attribuées au Trias inférieur Pourtant M Meneghini l'avait dès longtemps indiqué et figuré dans le Carbonifère supérieur de la Sardaigne avec le n o m de Sphenophyllum sp (2) L'empreinte figurée, quoique incomplète, est identique l'espèce d u M o n t e Pisano Il est très probable d'ailleurs qu'il s'agit d'une vraie Sphenophyllidea et que l'espace a été indiquée m ê m e ailleurs dans de véritables terrains carbonifères : par exemple certains Sphenophtjllum emargi(1) Manuscrit présenté dans la séance du 19 Janvier 1891 (2) J Meneghini, Paléontologie de l'Ile de Sardaigne, Turin, 1857, p 180, Pl D.flg.V, 7, 76, la natum d u Pas-de-Calais, figurés par M Zeiller, y correspondent beaucoup Toutes les espèces ci-dessus indiquées sont c o m m u n e s dans les couches supérieures d u Houiller supérieur; quelques-unes arrivent, il est vrai, au Permien ; mais si nous réfléchissons qu'il n'y a pas le moindre mélange de genres caractéristiques d u Permien, nous n'hésiterons pas reconntre que les dépôts d u Monte Pisano appartiennent la partie la plus supérieure d u Houiller supérieur D'ailleurs la flore est exactement comparable celle de Jano et de la Sardaigne, que M Meneghini avait déjà attribuée l'âge sus-indiqué Il est très probable que les couches Nevropteris et Sphenopteris de Girolata et Osani, dans l'ỵle de Corse, doivent être rapportées au m ê m e niveau A u contraire, les couches Lepidodendron et Sphenopteris de Pietratagiiata, dans les Alpes-Maritimes, de la Thuile et de la vallée d u Mélezet, dans le versant italien des Alpes occidentales, appartiennent certainement u n horizon u n peu plus ancien, voire la partie inférieure d u Houiller supérieur Les dépôts d u Frioul, illustrés dernièrement par M Bozzi, ainsi que ceux de l'Auernig et de la Kronalpe, près de Pontafel, se rapprochent surtout de ceux de la Toscane et de la Sardaigne Il est observer qu'aussi bien dans les Alpes-Maritimes que dans le Monte-Pisano, les sédiments houillers recouvrent des grès, des quartziteset des poudingues Ces derniers étaient le type de l'ancien verrucano dont l'âge a été tant discuté Désormais l'âge d u typique verrucano du Monte-Pisano est définitivement déterminé A D J O N C T I O N S A L A G É O L O G I E D E L'INDE F R A N Ç A I S E , P R I N C I P A U X F O S S I L E S D U T E R R A I N C R É T A C É (1) par M H L É Y E I L L É J'ai dit dans m a Gộologie de l'Inde Franỗaise que les terrains crétacés dans le S u d de l'Inde se rapportaient quatre types désignés par les n o m s des villes o u des villages près desquels se rencontrent ces terrains Le premier type, qui porte le n o m de type o u groupe d'Utatur, correspond au Cénomanien; le second, celui de Trichinopoly, au Turonien ; celui d'Arialur au Sénonien et celui de Ninnyur au Danien (2) O n rencontre près de Pondicliéry les trois types de Utatur, Arialur et Ninnyur, c'est-à-dire le Cénomanien, le Sénonien et le Danien La faune d u groupe d'Utatur est très riche Outre u n e espèce indienne d u genre Ichthyosaurus, on y rencontre u n grand n o m b r e d'invertébrés Les céphalopodes sont surtout abondants O n en compte plus d'une centaine d'espèces Les gastéropodes sont moins n o m b r e u x que dans les autres groupes et sont en majorité des formes littorales Signalons les espèces suivantes : Belemnites fibula Forbes Naulilus pseudo-elegnns d'Orbigny Ammonites rotomagensis Delrance — Manlelli Sowerby Baculiles vagina Forbes La faune invertébrée d u Sénonien d'Arialur surpasse en richesse celle d'Utatur Rappelons que c'est dans l'étage sénonien d'Arialur que l'on a rencontré u n Megalosaurus Les terrains d'Arialur sont remarquables par le grand n o m b r e de gastéropodes qu'on y rencontre Les céphalopodes, au contraire, y sont peu n o m b r e u x Citons dans ce groupe : Ammonites Sugala Forbes — Gardent Baily — Arrialoorensis Stoliezka Le Danien présente c o m m e fossile caractéristique le Nautilus Schlotheim — L e Nautilus danicus est le seul céphalopode que l'on ait, je crois, rencontré ici jusqu'à présent dans le Danien danicus (1) Manuscrit présenté dans la séance du 19 Janvier 1891 2) Cl B S G F., tome XVIII, 1889, p 146 Voici maintenant les espèces plus spéciales Pondichéry et caractéristiques des terrains de Valdaour et de Sedrapet, les deux localités voisines de notre établissement o ù affleurent les terrains crétacés Les fossiles m a r q u é s d'un astérique se trouvent dans des couches de grès dépendant des formations secondaires Ammonites Siva Forbes — Rembda Forbes — Varuna Forbes — Indra Forbes — Surya Forbes — Rouyanus d'Orbigny — diphylloides Forbes — Yama Forbes — Cunliffei Forbes — Menu Forbes — Egertonianui Forbes — Ganesa Forbes BelemnitesfibulaForbes Nautilus valudayurensis Blanford Nautilus pondicheriensis Blanford — Bouchardianus d'Orbigny — danicus Schlotheim — serpentinus Blanford Bacuiiles vagina Forbes Otodus minulus Egerton* Odontapsis constrictus Egerton Sphairodus rugulosus Egerton Hemiaster expansus Forbes* — rana Forbes* — sexangulatus d'Orbigny Cyclolites conoidea Stoliczka* — filamentosa Forbes* A P E R Ç U S U R L'HISTOIRE G É O L O G I Q U E D U S A H A R A , D E P U I S L E S T E M P S P R I M A I R E S J U S Q U ' A L ' É P O Q U E A C T U E L L E (1) par M Georges R O L L A N D J'ai présenté l'Académie des Sciences, dans sa séance d u 22 décembre 1890, une carte géologique générale d u Sahara (2), allant depuis l'Océan Atlantique jusqu'à la m e r Rouge, depuis l'Atlas et la Méditerranée jusqu'au Soudan O n trouvera ci-joint (fig 1) cette carte, forcément sommaire et petite échelle, qui embrasse l'ensemble de la zone saharienne tout entière et résume l'état actuel de nos connaissances sur la constitution de cette partie d u globe Pour la dresser, j'ai utilisé la carte géologique de l'Afrique occidentale, par M Lenz (3), m a propre carte géologique de l'Atlas au Ahaggar et d u Maroc la Tripolitaine (4), la carte géologique des déserts libyque et arabique, par M K Ztttel (5), puis, dans u n e certaine mesure, la petite carte géologique d u Sahara (entre le Maroc et la m e r Rouge) par M E Suess (6), et enfin divers renseignements tirés des relations de voyages au Sahara Avec cette carte sous les yeux, je vais essayer de tracer grands traits l'histoire géologique d u Sahara L'Afrique, considérée dans son ensemble, n'a cessé de former u n vaste continent depuis des temps fort reculés dans la série géologique C'est, dit AL P o m e l (7), « peut-être le plus ancien des continents ; » c'est, de plus, « le m i e u x conservé de tous » L'intérieur m ê m e d u continent africain présente des terrains cristallins anciens, des terrains paléozoïques et triasiques (ainsi que des formations continentales récentes) Mais les sédiments marins d'âges postérieurs — jurassiques, crétacés, tertiaires — y font défaut : ils ne s'observent que sur le pourtour, le long des rivages actuels, o u (1) Manuscrit présenté clans la séance du 19 janvier 1891 (2) L'insertion de cette carte a été autorisée par le Conseil dans sa séance du 19 Janvier 1891 (.1) Mittheilungen, 1882 (4) Première édition, 1881 (B S G F., 3« série, t IX, p S08) Deuxième ộdition (Association franỗaise pour l'avancement des sciences, 1888) (5) Acadộmie des Sciences de Munich, 1880 (6) E Suess — Das Autlitz der Erde, 188S (7) A Pomel — L'Algérie et le Nord de l'Afrique aux temps gộologiques (Association franỗaise pour l'avancement des Sciences, 8 ) ESSAI D'UNE CARTE GEOLOGIQUE DP L'ATLANTIQUE Dresse par A LA M E R M Or Rolland DU ROUGE SAHARA proximité; ils n'y occupent, d'ailleurs, que des zones généralem e n t étroites D'autre part, l'ensemble de l'Afrique figure u n i m m e n s e plateau, une é n o r m e gibbosité, aux contours arrondis et peine frangés Les terrains sédimentaires qu'on y rencontre, tant l'intérieur que sur le pourtour, se présentent, règle générale, en couches presque horizontales ou, d u moins, dans des positions voisines de celles où leurs couches se sont déposées ; malgré de grandes lacunes, les formations successives sont en stratification concordante Autrement dit, l'Afrique, telle que nous la voyons, est presque entièrement émergée depuis la fin d u Triasique, et, depuis lors, ce continent n'a presque pas bougé Ses rivages maritimes ont très peu varié, pour la plupart, au cours des périodes secondaires (à partir d u Jurassique) et tertiaires S o n domaine s'est accru relativement fort peu, pendant ces périodes successives, sous l'influence des déformations et des bossellements de l'écorce terrestre Toutefois l'Afrique septentrionale — ou, plus exactement, le nord de l'Airique septentrionale — fait exception Et d'abord, au nord-ouest, se dresse le massif m o n t a g n e u x de l'Atlas, qui représente une zone fortement plissée, tranchant c o m plètement, par son allure stratigraphique, avec le plateau d u continent africain et correspondant bien plutôt, c o m m e histoire géologique, l'Europe méridionale Ensuite ce sont les terrains jurassiques et surtout les terrains crétacés et tertiaires qui constituent essentiellement l'Atlas algérien et tunisien, c'est-à-dire toute la partie de l'Atlas située l'est du grand Atlas marocain Ce sont également les terrains crétacés et tertiaires qui régnent au travers d u Sahara algérien, tripolitain, libyque et arabique (jusqu'à la chne montagneuse d u bord occidental de la m e r R o u g e ) : le Sahara septentrional offre ainsi, entre sa partie occidentale et la m e r R o u g e , u n e large zone qui fait partie intime d u bassin géologique de la Méditerranée et dont l'émersion est beaucoup moins ancienne que pour le reste d u Sahara et de l'intérieur africain M a i s , — sauf cette zone crétacée et tertiaire d u Sahara septentrional et la zone adjacente de l'Atlas tunisien et algérien, — l'Afrique septentrionale elle-même n'a pas cessé d'être reliée au continent africain depuis le début des temps secondaires ou mésozoïques O n voit immédiatement, en effet, l'inspection de m a carte géologique d'ensemble d u Sahara (fig 1), que ce qui prédomine de beaucoup sa surface, ce sont les terrains primaires ou paléozọques, au milieu desquels apparaissent des ỵlots plus ou moins im- portants de terrain primitif et de formations cristallines anciennes D e m ê m e , le terrain primitif et les terrains paléozoïques constituent, concurremment avec les terrains triasiques, la masse principale d u grand Atlas marocain, autour duquel les terrains secondaires forment seulement ceinture l'ouest, au nord et l'est Le m o m e n t ne semble pas venu où l'on puisse retracer avec précision l'histoire géologique d u Sahara pendant les temps paléozoïques Il est certain, d u moins, que, pendant le Dévonien, la m e r recouvrait en majeure partie l'emplacement d u Sahara occidental et central U n m o u v e m e n t d'émersion se produisit ensuite dans le Sahara central, o ù le terrain carbonifère est peine représenté ; mais la m e r carbonifère occupait encore le Sahara occidental et l'Atlas marocain (1) L'émersion complète et définitive d u Sahara occidental eut lieu la fin de la période carbonifère, et il semble qu'elle ait coïncidé avec le soulèvement qui donna lieu aux plissements primordiaux des massifs montagneux d u grand Atlas marocain, a u nord-ouest de l'Afrique, et de la Cordillère bétique, au sud-ouest de l'Espagne (massifs qui ne formaient sans doute alors qu'un seul et m ê m e système de chnes) (2) L'émersion définitive d u grand Atlas marocain ne fut, d'ailleurs, que postérieure; car on y'trouve u n système développé de couches permo-triasiques, en discordance avec les terrains paléozoïques précédents Mais, partir d u Jurassique, cette partie occidentale de l'Atlas n'a cessé de former, l'angle nord-ouest d u continent africain, u n promontoire saillant (séparé dès lors du continent espagnol par u n canal méditerranéen) A u contraire, les régions de l'Atlas algérien et tunisien devaient rester dans le domaine maritime de la Méditerranée pendant le Jurassique, le Crétacé, l'Eocène et le Miocène Le Sahara occidental demeura terre ferme depuis son émersion, c'est-à-dire depuis le Carboûifère Il en est de m ê m e pour le Sahara central, sauf pour le nord, où u n m o u v e m e n t inverse d'affaissement et d'immersion se produisit pendant le Crétacé Les couches de la Craie m o y e n n e régnent avec continuité dans tout le Sahara algérien et tripolitain (3) C'est le Cénomanien qui (1) Il est probable qu'il y a de la houille dans l'Atlas marocain Mais, dans l'Atlas algérien et tunisien, la véritable série houillère lait absolument défaut A u Sahara, il serait également illusoire, jusqu'à plus ample informé, d'espérer trouver de la houille On n'a m ê m e pas la chance de rencontrer au sud du Sahara algérien (sur le tracé du chemin de fer transsaharien) les lignites, d'ailleurs inutilisables, qui ont été signalés dans la Craie inférieure de l'Atlas algérien, au Djebel A m o u r et près de Bou-Saada (2) M Bertrand et W Kilian — Mission d'Andalousie, 1885 (3) G Rolland — Les terrains crétacés du Sahara septentrional (B S G F., 3°" série, tome IX, 1881) repose directement sur le Dévonien (sans doute sur le Dévonien m o y e n ) tant l'ouest, aux confins d u Sahara occidental, qu'au sud, sur le versant d u Sahara central proprement dit U n e grande lacune appart ainsi dans la série des formations géologiques, lacune correspondant au Carbonifère, au Permien, au Triasique, au Jurassique, la Craie inférieure et la partie inférieure de la Craie m o y e n n e (Albien) N é a n m o i n s la Craie inférieure et les grès albiens, si développés dans le S u d de l'Atlas algérien et tunisien, doivent se poursuivre u n e certaine distance en profondeur sous les couches cénomaniennes d u Sahara (1) Le retour de la m e r crétacée vers le Sahara central eut lieu progressivement, sans qu'il soit possible de préciser la durée de ce m o u v e m e n t graduel d'affaissement Pour ce qui est, d'autre part, d u Sahara oriental, son histoire jusqu'au Cénomanien est des plus controversées D e ce côté, les régions méridionales d u Sahara sont occupées par la grande formation sans fossile des grès de Nubie, laquelle repose directement, au sud et l'est, sur les terrains cristallins anciens et sur laquelle repose, au nord, le Cénomanien Or, il existe deux écoles tout fait divergentes au sujet de l'âge de cette formation Si les grès de Nubie sont permo-carbonifères (2), o n est conduit pour le Sahara oriental des conclusions analogues a u x précédentes : émersion vers la fin des temps paléozoïques et retour graduel de la m e r crétacée dans le nord jusqu'au Cénomanien Si, au contraire, les grès de Nubie sont albiens (3), la m e r avait envahi tout le Sahara oriental dès le début de la Craie m o y e n n e , puis s'est retirée dans le nord vers la fin de l'Albien Quoi qu'il en soit cet égard, les oscillations d u Sahara oriental (4) s'arrêtèrent vers l'est a u massif primitif d u bord occidental de la m e r Rouge Celui-ci, d'ailleurs, n e faisait qu'un, jusqu'à une époque géologique récente, avec les massifs identiques (1) Quant aux terrains jurassiques, ils apparaissent assez fréquemment, par suite ỵle failles, clans l'Atlas algérien et tunisien, où ils forment, d'après M Pomel, le substratum principal et fondamental de la chne actuelle Mais il est impossible de présumer jusqu'où i's régnent en profondeur vers le sud (2) B S G F., série, tome XVI, 1838 — R ïate, On the Age ol the Nubian Santlstone {Quart Journ geol Soc.1871) — E Suess, Das Antliz der Erde, 1885 (3) L Lartet, Essai sur la géologie de la Palestine et des contrées avoisinantes, 1809 — K Ziltel, Ueber den geoiogisclïen Bau der libyschen Wùsle {Académie des Sciences de Munich, 1880) — A Péron, Essai d'une description géologique de l'Algérie, 1883 (4) Aussi bien les suivantes que celles dont il vient d'être question XIX 10 du bord oriental de la m e r R o u g e et de la presqu'ỵle d u Sinạ : le terrain primitif n'a cessé de former ainsi u n e protubérance s'iiiterposant, d'une manière immuable, entre les bassins latéraux de l'Afrique et de l'Asie (1) E n résumé, la situation pendant l'époque cénomanienne était la suivante dans l'Afrique d u Nord L a Méditerranée recouvrait l'Atlas algérien et tunisien, le Sahara algérien et tripolitain, le Nord d u Sahara oriental A l'ouest, elle baignait le flanc oriental d u massif saillant du grand Atlas marocain, au nord duquel u n canal la faisait déjà c o m m u n i q u e r avec l'Atlantique A u sud-ouest, elle s'arrêtait quelque part a u x confins d u Sahara occidental, qui s'interposait alors entre deux régions maritimes A u sud, ses rivages traỗaient, de l'ouest l'est, une ligne largement sinueuse sur le versant d u Sahara central proprement dit et au travers d u Sahara oriental A l'est, elle baignait le pied d u grand massif cristallin des régions limitrophes de la m e r R o u g e actuelle, et elle contournait ce massif au nord par l'isthme de Suez Puis, au-delà de notre zone saharienne, vers le nord-est, la m ô m e Méditerranée s'étendait en Arabie Pétrée et en Palestine Le tableau ne varia guère pendant le reste de la Craie m o y e n n e et pendant la Craie supérieure Cette m e r crétacée d u Sahara devait présenter de grandes conditions de calme et d'uniformité, tant a u point de vue biologique des êtres qui l'habitaient qu'au point de vue des p h é n o m è n e s de sédimentation qui s'y produisirent Les m ê m e s faunes, auxquelles on a p u donner le n o m de faunes faciès méditerranéen, vécurent le long de ses rivages africains Les m ê m e s sédiments, où dominaient les calcaires et les marnes, se déposèrent sur de grandes étendues de son bassin L'Afrique du Nord participa ensuite aux oscillations de l'écorce terrestre qui amenèrent de si grands changements en Europe vers lafinde la période crétacée Alors c o m m e n ỗ a u n m o u v e m e n t lent et progressif d'exhaussement et d'exondation d u Sahara septentrional, m o u v e m e n t d'ailleurs inégal suivant ses diverses régions Dès lafind u Crétacé, le Sahara tripolitain était entièrement émergé et définitivement annexé a u continent africain Quant au Sahara algérien et tunisien, son émersion graduelle (bien qu'encore incomplète a u début de l'Eocène) était achevée avant lafinde l'Eocène inférieur Dès lors, une plaine i m m e n s e s'élevait en pente douce vers le massif en relief d u Sahara central M ) C'est un grand Iwrst, suivant la théorie et l'expression de M Suess Mais au nord, l'émersion de la zone adjacente, actuellement occupée par l'Atlas algérien et tunisien, fut bien postérieure D e plus, tandis que dans le Sahara il y avait eu soulèvement d'ensemble, ayant peu altéré l'horizontalité des couches, — de sorte que le fond de l'ancienne m e r crétacée appart peu près tel qu'il s'est déposé,— l'Atlas fut, au contraire, le siège d'actions mécaniques qui plissèrent fortement ses strates et donnèrent lieu au massif m o n t a g n e u x que nous y voyons aujourd'hui A u x m o u v e m e n t s de la fin d u Crétacé correspondent les discordances de stratification, parfois très marquées,'que l'on observe fréquemment dans l'Atlas entre le Nummulitique et les formations sous-jacentes Puis, entre le N u m m u l i t i q u e et le Miocène, — et c o m m e contre-coup d u soulèvement des Pyrénées, — se place u n e phase d'accentuation des reliefs de l'Atlas : c'est de que date réellement la première esquisse de la partie occidentale d u bassin méditerranéen actuel U n m o u v e m e n t inverse de retour de la Méditerranée eut lieu, par suite de nouvelles oscillations de l'écorce terrestre dans l'Afrique d u Nord, entre le Miocène inférieur et le Miocène m o y e n , et la m e r helvétienne occupa encore une grande partie de l'Atlas algérieu et tunisien ; peut-ờtre m m e s'avanỗait-elle, sous forme d'un petit golfe, dans le nord d u Sahara de Constantine Enfin, après le Miocène m o y e n (après le dépôt et la consolidation des couches helvétiennes Ostrea crassissima) se produisit le soulèvement principal de l'Atlas, — c o m m e contre-coup d u soulèvement principal des A l p e s — : c'est de que date l'émersion définitive d u massif m o n t a g n e u x de l'Algérie et de la Tunisie, ainsi q u e la formation d u système de ses ridements caractéristiques D è s lors, la Méditerranée se trouva rejetée a u pied nord de l'Atlas L a démarcation entre le domaine continental et le domaine maritime fut tracée par u n e zone de dislocation qui longe, ou peu près, le littoral actuel : au nord de cette zone, il y eut effondrement sous les eaux de la Méditerranée, tandis qu'au sud, il y eut soulèvement ou plutôt refoulement contre le continent africain (1) (1) Ces phénomènes mécaniques et les dispositions qui en résultent ont été mis en évidence par M E Suess (Bas Aniliz der Erde, 1885) L'éminent géologue distingue, du nord au sud : une première zone de dislocation, le long de laquelle eurent lieu des éruptions volcaniques; une seconde zone, immédiatement adjacente et assez étroite, qui est jalonnée par des lambeaux de terrains cristallins anciens et de terrains paléozoïques, ramenés au jour le long du littoral méditerranéen de l'Atlas; enfin, une troisième et large zone, qui est représentée par le massif m ê m e de l'Atlas algérien et tunisien, et qui comprend des terrains jurassiques, crétacés et tertiaires, fortement plissés et refoulés vers le plateau africain Dispositions identiques celles qu'on observe, sur les bords opposés du m ê m e bassin de la Méditerranée, dans les Apennins, en Italie et dans la Cordillière bétique, en Espagne Bien que préexistant, le grand Atlas marocain (avec ses dépendances) fut certainement affecté par les m ê m e s systèmes de dislocations et de plissements q u e l'Atlas algérien L e canal actuel de Gibraltar date de la m ê m e époque que le soulèvement principal de l'Atlas et semble d û u n effondrement, entre les cotes marocaines et espagnoles, suivant l'axe de dislocation du littoral algérien A u sud, la limite des régions plissées de l'Atlas et d u plateau saharien est nettement tracée depuis l'Atlantique jusqu'au golfe de Gabès (1) 11 nous reste dire quelques mots, d'autre part, des m o u v e m e n t s post-crétacés du Sahara oriental Le m o u v e m e n t général d'exhaussement et d'exondation du Sahara septentrional, qui s'accomplit vers la fin d u Crétacé dans le Sahara tripolitain et s'acheva peu après dans le Sahara algérien, ne se fit sentir que plus tardivement dans l'est de la zone saharienne L a Mộditerranộe nummulitique s'avanỗait encore, sous forme d'un large golfe, dans la partie orientale d u désert libyque et dans le désert arabique ; ce golfe persista jusque vers la fin de l'Eocène m o y e n : alors seulement la m e r se retira et le Sahara oriental émergea tout entier Depuis lors, il n'a cessé d'être relié la terre ferme, sauf u n retour de la m e r du Miocène m o y e n dans le nord des déserts libyque et arabique Ce retour fut, d'ailleurs, de courte durée, et u n e nouvelle oscillation annexa définitivement au continent africain tout le nord d u Sahara oriental; il y eut m ê m e alors, suivant M Zittel (2), u n exhaussement assez important pour donner lieu, de ce côté, u n isthme provisoire de communication entre le nord de l'Afrique et le sud de l'Europe Quant la m e r R o u g e , qui, aujourd'hui, limite l'est notre zone saharienne, elle est due, d'après M Suess, u n grand effondrement de voussoir, de date fort récente, effondrement qui coupe en son milieu le massif pỵimitif interposé entre l'Afrique et l'Asie (3) E n résumé, et d'une manière générale, on peut dire que toute l'Afrique d u Nord, tout l'Atlas et tout le Sahara, de l'Atlantique (1) A l'est, la limite du principal efỵort de soulèvement de l'Atlas est marqe par la grande faille du Zaghouan, ainsi que je m'en suis rendu compte dans m o n exploration géologique en Tunisie (1883) (B S G F., Il' sér., t XVTII, 1889) (2) K Zittel, Die Sahara, 1883 A vrai dire, l'histoire géologique de cette partie nord-est de l'Afrique pendant la fin du Miocène et le Pliocène est encore imparfaitement connue (3) E Suess, Das Antlitz d e r E r d e — D e u x grandes zones de dislocation, dirigées l'une suivant la mer Rouge et le golfe de Suez, l'autre suivant la mer Morte et le Jourdain, auraient alors découpé le massif primitif de ces régions, en trois la m e r Rouge, font partie — o u très p e u près — d u continent africain depuis la fin d u Miocène m o y e n L'Atlas a subi encore, après son soulèvement principal, une série d'exhaussements c o m plémentaires, correspondant u n e série d'affaissements dans les régions adjacentes d u Sahara; néanmoins les contours d u littoral africain de la partie occidentale de la Méditerranée n'ont pas sensiblement varié pendant le Pliocène et le Quaternaire Pour ce qui est de la partie orientale de la Méditerranée, les contours définitifs de son littoral africain sont plus récents; mais, de ce côté, c'est plutôt le domaine continental qui a rétrogradé devant le domaine maritime L'hypothèse d'une m e r quaternaire au Sahara doit être, en principe, écartée (1) Tout au plus admettons-nous, jusqu'à nouvel ordre, l'existence possible d'un golfe quaternaire de la Méditerranée l'ouest d u delta d u Nil Quant la question d'un golfe méditerranéen l'ouest de Gabès, dans les chotts d u S u d tunisien et algérien, elle est résolue négativement Pendant le Pliocène et le Quaternaire, l'histoire géologique d u Sahara est caractérisée surtout par l'histoire de son climat U n climat très h u m i d e épancha sur sa surface des masses énorm e s d'eaux diluviennes, qui déblayèrent ici et remblayèrent sur une échelle colossale (atterrissements sahariens) (2) Puis les eaux se retirèrent graduellement et les ancêtres de parties distinctes (littoral égyptien et littoral arabique de la mer Rouge, presqu'ỵle du Sinạ) La mer Rouge se serait formée c o m m e la vallée du Rhin De m ê m e que les massifs de la Forêt-Noire et des Vosges représentent un horst, l'est et l'ouest duquel se sont affaissés les bassins de l'Allemagne du Sud et de Paris, et qui est coupé en deux par l'effondrement de la vallée du Rhin, de m ê m e , entre l'Afrique et l'Asie, le terrain primitif émerge c o m m e un horst des grès de Nubie et des plateaux crétacés et tertiaires, et, de m ê m e , ce horst primitif est coupé en son milieu par le grand effondrement de la mer Rouge Mentionnons également, au sud de la mer Rouge, la grande lalaise nord-sud qui limite l'est le plateau de l'Abyssinie (en contre-haut du pays des Somalis) Elle est due, d'après M Douvillé, une grande faille, qui représente le prolongement de l'accident de la mer Rouge (Voir les conclusions de l'étude sur lesfossilesrapportés du Choa par M Aubry, B S G F., sér., t XIV, 1886) : (I) G Rolland, La mer saharienne [Revue scientifique, 1884) (i) G Rolland, Les atterrissements anciens du Sahara, leur âge pliocène et leur synchronisme avec les formations pliocènes d'eau douce de l'Atlas (Comptesrendus de l'Académie des Sciences, 26 mars 1888) l'homme durent voir u n Sahara constellé de lacs et de volcans en éruption Enfin, de très h u m i d e , le climat d u Sahara en arriva peu peu devenir, a u contraire, extrêmement sec : c'est lui qui a fait le désert actuel et ses grandes dunes de sable (1) (1) G Rolland, Les grandes dunes de sable du Sahara (B S G F., 3' sér, t X •1881; Comptes-rendus de l'Académie des Sciences, 24 mars 1890, et,c.) ...COMPTES-RENDUS SOMMAIRES DES S É A N C E S COMPTE-RENDU SOMMAIRE UES SÉANCES DE LA DE SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE FRANGE S é a n c e du N o v e m b r e 1890 PRÉSIDENCE DE M M BERTRAND Le Président fait... p 39 r e (2) Voir aux Notes et Mémoires, p 93 (3) Voir a u x Notes et Mémoires, p 99 e N 3 COMPTE-RENDU SOMMAIRE DES SÉAXCES DE LA SOCIÉTÉ DE Séance du GÉOLOGIQUE FRANCE e r Décembre 1S90 PRÉSIDENCE... LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE F R A N C E S é a n c e du N o v e m b r e PRÉSIDENCE DE M M BERTRAND M J Bergeron, Secrétaire, d o n n e lecture du procès-verbal de la dernière séance, dont la rédaction
- Xem thêm -

Xem thêm: Bull. Soc. Geol. Fr. Séance du 3 Novembre 1890, présidence de M. M. BERTRAND, Bull. Soc. Geol. Fr. Séance du 3 Novembre 1890, présidence de M. M. BERTRAND

Mục lục

Xem thêm

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay