Bull. Soc. Geol. Fr. Notes et mémoires 1919

302 4 0
  • Loading ...
1/302 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:08

COMPTE RENDU SOMMAIRE ET B U L L E T I N DE S O C I É T É LA G É O L O G I Q U E DE FRANCE QUATRIÈME T O M E SÉRIE D I X - N E U V I È M E Année 19 19 PARIS SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE FRANCE 28, Rue Serpente, V I 1919-1920 BULL SOC GÉOL D E Cliché Mollaret FRANCE S 4; t xix, Photocell C A T H É D R A L E D E STRASBOURG Inscription rappelant la visite de la Société en 1834 Frontispice Tortellier et O BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE NOTES ET DE FRANCE MÉMOIRES 1919 10 j a n v i e r 1920 Bull Soc géol Fr (4), XIX — SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE FRANCE L'ACTIVITÉ ÉRUPTIVE DE D'APRÈS LES DU VOLCAN 1802 A OBSERVATIONS DE LA RÉUNION 1817, D'UN PAR A L a c r o i x TÉMOIN OCULAIRE Le v o l c a n actif d e la R é u n i o n p r é s e n t e u n vif i n t é r ê t en r a i son de la fréquence de ses é r u p t i o n s et s u r t o u t de la g r a n d e fluidité de son m a g m a b a s a l t i q u e q u i d o n n e son m o d e de d y n a misme une grande ressemblance avec certaines des manifestations du K i l a u e a Il eût été de la p l u s g r a n d e i m p o r t a n c e d'avoir des o b s e r v a t i o n s r é g u l i è r e s s u r ses é r u p t i o n s d e p u i s l a d é c o u v e r t e de l'ỵle a u x v n siècle ; m a l h e u r e u s e m e n t , m ê m e p o u r la p é r i o d e a c t u e l l e , n o u s n ' a v o n s q u e des o b s e r v a t i o n s i n c o m p l è t e s et i n é g a l e s T o u t ce q u i p e u t c o m b l e r les n o m b r e u s e s l a c u n e s e x i s t a n t d a n s c e t t e h i s t o i r e p r é s e n t e d o n c de l ' i n t é r ê t A la fin d u x v m et a u d é b u t du x i x siècle, vivait s u r la côte N E d e l'ỵle, S a i n t - B e n o ỵ t , u n créole, J o s e p h H u b e r t ( - ) , qui, b i e n q u e n ' a y a n t r e ỗ u a u c u n e i n s t r u c t i o n , é t a i t a n i m é d ' u n e v é r i t a b l e p a s s i o n p o u r l ' h i s t o i r e n a t u r e l l e Il s ' i n s t r u i s i t l u i - m ê m e , r e n d i t d e g r a n d s services son p a y s n a t a l en y a c c l i m a t a n t u n e foule de v é g é t a u x , t e l s q u e le giroflier p a r e x e m p l e , qui s o n t a u j o u r d ' h u i pour la colonie u n e source de r i c h e s s e H u b e r t a s e r v i d e g u i d e B o r y de S a i n t - V i n c e n t et lui a fourni d e s n o t e s u t i l i s é e s d a n s le récit de son g r a n d v o y a g e L e d e r n i e r v o l u m e du livre de B o r y de S a i n t - V i n c e n t est t e r m i n é p a r u n e l e t t r e d ' H u b e r t c o n s a c r é e l ' é r u p t i o n de 1802 e e e E n 8 , M E m i l e T r o u e t t e a r é u n i des d o c u m e n t s i n é d i t s cons e r v é s p a r la famille d ' H u b e r t e t en a fait l'objet d ' u n e p u b l i c a t i o n Ils s o n t s u r t o u t c o n s a c r é s l'histoire locale et l ' a c c l i m a t a tion de p l a n t e s u t i l e s la R é u n i o n L e s o b s e r v a t i o n s s u r le volcan s o n t r é d u i t e s q u e l q u e s p a g e s ( é r u p t i o n s d e 1787 e t des a n n é e s N o t e p r é s e n t é e la s é a n c e du janvier 9 V o y a g e dans les quatre principales ỵ l e s des m e r s d'Afrique Paris, an x i n (1804), t III, p 335 " IỴMILE TROUETTE P a p i e r s de J o s e p h Hubert S a i n t - D e n i s , 8 , v o l i n - : p r é c é d e n t e s ) , m a i s on y t r o u v e a u s s i d e s l e t t r e s é c h a n g é e s e n t r e H u b e r t , B o r y de S a i n t - V i n c e n t , le b o t a n i s t e Bosc et enfin F a u j a s de S a i n t - F o n d H u b e r t e n v o y a i t d e s r o c h e s ce d e r n i e r e t t o u s ses a u t r e s c o r r e s p o n d a n t s d e s b a l l e s de café et de girofle, en é c h a n g e d e s q u e l l e s il leur d e m a n d a i t des i n s t r u m e n t s , d e s l i v r e s d'histoire n a t u r e l l e et en p a r t i c u l i e r d e s l i v r e s de géologie ; il cite v o l o n t i e r s d a n s ses l e t t r e s F a u j a s , H a u y , H a m i l t o n , e t c d o n t il s ' é t a i t ainsi p r o c u r é l e s o u v r a g e s E n c l a s s a n t des p a p i e r s a y a n t a p p a r t e n u L o u i s Gordier et q u ' a b i e n v o u l u me confier sa petite-fille, M L o u i s e R e a d , j ' a i t r o u v é u n e n o t e m a n u s c r i t e a d r e s s é e p a r H u b e r t F a u j a s de S a i n t - F o n d ; elle est consacrée a u x o b s e r v a t i o n s faites au v o l c a n , de 1807 , et c o n t i e n t en p a r t i c u l i e r d e s i n d i c a t i o n s s u r la g r a n d e é r u p t i o n d e I l m ' a p a r u utile de p u b l i e r in e x t e n s o la p a r t i e d o c u m e n t a i r e de c e t t e n o t e ; j ' a i toutefois s u p p r i m é des d i s s e r t a t i o n s t h é o riques, aujourd'hui sans intérêt L e s détails c o n c e r n a n t l ' é r u p t i o n de 1812 se t r o u v e n t en p a r t i e , t r è s d é l a y é s d ' a i l l e u r s , d a n s u n a r t i c l e p u b l i é e n 1820 p a r Bory d e S a i n t - V i n c e n t l'aide de d o c u m e n t s e n v o y é s p a r u n a u t r e h a b i t a n t de l'ỵle, M L G e n t i l , m a i s t o u t ce q u i r e g a r d e l e s p é r i o d e s a n t é r i e u r e et p o s t é r i e u r e ce g r a n d p a r o x y s m e est n o u v e a u E n effet, L M a i l l a r d d a n s son livre s u r la R é u n i o n n e fournit a u c u n e i n d i c a t i o n d ' é r u p t i o n s e n t r e 1802 et 1812, n i e n t r e 1812 et l l e NOTICE ENVOYÉE A M FAUJAS DE SAINT-FOND, LE PAR M HUBERT, RÉSIDANT A SAINT-BENT DANS ER AVRIL , L'ỴLE DE BOURBON L.[0UISJ C.[ORDIERj Extrait de mon Journal d'observations sur l'état du volcan de l'ỵle de Bourbon depuis jusqu'à ce jour, et plus particulièrement sur la grande éruption de fin d'août et premiers jours de septembre , que j ' a i visitée Je dois prévenir que la plupart des observations de mon Journal ont été faites de ma demeure [Saint-Bent sur la cơte NE de l'ỵle], qui est peu près cinq lieues ouest du volcan J'ai déjà donné des copies de ce même Journal entre autres au Gouverneur Farq'uahz de l'Ile de France, mais étant persuadé que ce tra1 Faujas de Saint^Forid c i t e plusieurs reprises H u b e r t c o m m e lui a y a n t fourni d e s produits des v o l c a n s décrits par lui (Essai de G é o l o g i e , t II, ° partie, , pp , 5 , 571) Sur une éruption du v o l c a n de l'Ile de Mascareigne qui eut lieu en A n n gén se phys Bruxelles, t III, , p N o t e s sur l'ỵle de la R é u n i o n (Bourbon) Paris, , p p - et N o t e écrite l'encre rouge de la main de L Cordier M * L o u i s e R e a d a b i e n voulu m'autoriser d é p o s e r en son n o m ce m a n u s c r i t la B i b l i o t h è q u e de l'Institut en m ê m e t e m p s que de n o m b r e u s e s lettres a y a n t fait partie de la c o r r e s p o n d a n c e de Cordier 11 vail ne méritait pas l'impression, il n'a pu parvenir M Faujas Persuadé encore qu'il ne mérite pas le p o r t la poste, j e le joins au catalogue qui sera mis dans la caisse d'échantillons de laves Nota — Je devais mettre au net ce brouillon et n'en trouve pas le moment Je me recommande l'indulgente amitié de M Faujas, qui, depuis longtemps, sait que n'ayant jamais quitté cette ỵle, ni même la campagne, je n'ai même pas eu occasion dans mâ jeunesse d'apprendre sa langue Le 23 mars 1807 au matin, une grande ộruption se montre au cratốre, rien ne l'annonỗait les jours précédents Le même jour, dans la soirée, la lave paraissait avoir fait un grand trajet dans la pente de la montagne vers la mer ; mais elle n'y parvint pas Le 22 mai suivant, jusqu'au 26, une lueur paraissait au cratère On ne voyait plus rien le 27 Le 10 juin 1807, sans partre agité d'une grande éruption, le cratère rejetait des pierres enflammées que nous voyions d'ici rouler au dehors du cratère ; la lave s'était formé une nouvelle bouche assez près du cratère nommé par nous : Mammelon central 11 s'y forme une butte qu'un Anglais, M Montagu, a visitée le mai dernier et laquelle il a donné son nom Le 13 du même mois de j u i n , on ne voyait plus ni feu, ni fumée ; mais le cratère Montagu conservait, la butte que les éjections avaient formées Depuis le 17 juillet jusqu'au août 1809, l'ancien cratère a été en travail, tout annonỗait une ộruption qui n'a pas eu lieu Le 20 novembre 1810, une grande éruption s'est montrée l'ancien cratère On ne voyait plus rien le 22 Reparue le 24 jusqu'au 28 du même m o i s ; il n'y a pas eu de lave vomie Presque tout mars 1812, le volcan s'est fait voir Rien en avril Grande éruption de fin d'août au cinquième jour de septembre 1812 Le 28 août, le cratère donna fumée et lumière, beaucoup plus les 29, 30 et La butte Montagu, qu'avaient formée les éruptions de juin 1907, disparut Le septembre, éruption par une nouvelle bouche qui se forma dans le flanc de la montagne au-dessus du piton de Crac [voyez le plan de l'atlas de Bory] L'ancien ne donne plus que peu de lumière ; la fumée ne s'en élève plus avec force Le et le 3, la fumée du nouveau cratère est poussée une hauteur qui paraissait de chez moi trois fois plus élevée que la montagne du volcan Le prolongement de la lumière de l'incendie vers la mer ne laisse aucun doute que la lave a été vomie et qu'elle coule Le 3, dans la nuit, et le 4, tout le jour, chute d'une grande quaner I L Gentil — c i t é par B o r y de S a i n t - V i n c e n t — indique que c e t t e b o u c h e se trouvait 600 m environ a u - d e s s o u s du cratère terminal l'cratère D o l o m i e u ) tité de verre capillaire [cheveux de P e l é e ] et de cendres (je me sers du mot cendres pour me conformer l'usage ; cette matière pulvérulente, ainsi que l'a observé M Hamilton [au Vésuve], a été de couleur brune les premiers jours de l'éruption et a pris, sur la fin, une teinte gris blanchâtre) Le 5, même observation La fumée, les 4, et 6, s'est élevée encore plus que le Le au soir, moins de fumée ; le encore moins Le soir nous nous apercevions que la lumière s'étendait très bas vers la mer Le cratère (le nouveau toujours) semblait fournir moins de lave Le 8, la colonne de fumée s'est élevée aussi haut que les et Dans la nuit du au 10, la clarté sur tous les objets était ici comme peu près celle de la lune son cinquième jour Le 10 et le 11, bruit sourd, non continuel ; chute de cendres mêlées de fragments de fils de verre Le 12, le soleil privé de rayons, le ciel couvert de nuages d'un rouge brun, la mer belle A heures du soir, le même jour, la brise du SE se lève, des! nuages pluvieux se mêlent la fumée du volcan, le ciel est affreux, une odeur d'ammoniac se fait sentir Le 13, au soleil levant, point de vent, beau temps ; le SE est enfumé, la colonne de fumée sortant du cratère bien moins élevée A midi, même observation Il ne tombe plus de cendres Le 16, le nouveau cratère part, lui, avoir cessé son éruption Le9 (septembre, toujours), les premières laves sont parvenues la mer Le 17, des voyageurs ont traversé la coulée peu près cent-toises de la mer, non sans courir quelques risques Le 13 octobre suivant, l'ancien cratère a donné de la lumière Plus rien le 15 Tout novembre, l'ancien cratère a fumé et éclairé, mais point d'éruption Je vais actuellement extraire de mon Journal les observations que j ' a i faites sur les lieux, que j'oserai accompagner de quelques réflexions La largeur mesurée de cette coulée est de quatre cents toises sur une épaisseur d'environ 15 20 pieds, beaucoup moins large et moins épaisse en s'éloignant de la mer La coulée a reculé la mer d'environ cent toises, ce qui diminue chaque jour par le choc des lames de la mer toujours furieuse dans cette partie de l'ỵle Les matières de l'éruption se sont divisées au sortir du cratère Une partie s'est portée dans la plaine des Osmondes [voyez Bory] Il est croire qu'il s'y est accumulé une grande masse de laves, mais n'y L e s c h e v e u x de P e l é e o n t é t é o b s e r v é s pour la p r e m i è r e fois lors de l ' é r u p tion du 14 mai 1776 ; ils ont été r a p p o r t é s par C o m m e r s o n , j e n'ai pu en trouver m e n t i o n ni dans les p u b l i c a t i o n s ni clans les m a n u s c r i t s de celui-ci c o n s e r v é s la b i b l i o t h è q u e du M u s é u m La p r e m i è r e i n d i c a t i o n que j'ai r e n c o n t r é e leur sujet e s t celle de Sage (Eléments de Minéralogie docimasique, é d i t , 1777, t I , p 324) : « Verre jaunâtre capillaire et flexible rejeté par le v o l c a n de l'ỵle B o u r b o n j'ai vu ce verre dans le c a b i n e t du Roi, o ù il a é t é e n v o y é par M C o m m e r s o n » e ayant pas été, j e ne veux pas me permettre des peu près sur son étendue J'estime une lieue de 2853 toises la distance du nouveau cratère la mer Indépendamment de l'incertitude des données sur la quantité de lave rejetée par cette éruption, on serait encore dans l'erreur si l'on considère comme produits de l'éruption ce qui n'a éprouvé qu'un simple déplacement et rejeté au dehors et entrné par la lave en fusion L'illustre Dolomieu a dit : Voyages aux ợles de Lipari ô Les naturalistes peuvent regarder les feux souterrains comme des mineurs qui arrachent des entrailles du Globe les matériaux qui s'y forment et qui les soumettent leurs regards » Haûy [Traité de minéralogie), en parlant de ces mêmes substances, a encore dit « qu'elles peuvent être citées dans l'histoire des volcans dont elles ont suivi les éruptions, mais qu'il n'a pas cru devoir former un ordre séparé »• Ici, cependant, les laves vomies, qui n'ont été qu'arrachées de la montagne par la lave en se formant une nouvelle bouche, sont évidemment volcaniques, déposées sans doute par d'anciennes éruptions, mais ayant éprouvé une forte chaleur soit dans le foyer de l'éruption, soit recouvrant la lave en fusion dans son trajet jusqu'à la mer Cette éjection, non refondue, est composée de masses depuis quelques pouces d'épaisseur jusqu'à plusieurs pieds, ayant tout des caractères des différents produits volcaniques, faisant mouvoir le barreau aimanté, coulant en verre noir en trois minutes un feu de forge Ces masses sont enveloppées d'une terre cuite pulvérulente, de lapillo affectant des formes arrondies, effet sans doute de leurs mouvements progressifs Voyez des échantillons de cette coulée dans mon envoi 11 s'y trouve aussi des scories de la nouvelle lave, le tout pêle-mêle, si j e puis m'exprimer ainsi On y voit encore des masses de plusieurs pieds de diamètre, de forme irrégulièrement arrondie, composées de substances différentes formant corps par une substance terreuse cuite, faisant l'effet d'un mauvais ciment, rappelant les poudingues ; mais ces masses se" désunissent la moindre percussion et les grandes pluies ont fait le même effet J e n'ai vu de lave proprement dite qu'au bord de la mer et aussi ỗ et l dans l'étendue de la coulée, mais de peu d'étendue Au bord de la mer, on voit bien distinctement ce qui est lave et que ce qui est au-dessus, qu'elle a charrié, n'en est pas ; c'est-à-dire ce qui n'a pas été en fusion dans cette éruption * Ce qui est lave et que la mer baigne, et que j e n'ai pu voir de près, m'a paru, en me servant d'une lunette d'approche, d'une pâte compacte Soit dans la lave qui a coulé, soit dans les anciens produits qu'elle a charriés, on trouve une grande quantité de péridot ou chrysolithe des volcans, et des cristaux que je prends pour des fefdspaths (Voyez les échantillons.) Il s'agit de laves des éruptions antérieures P h é n o c r i s t a u x de lahraJor Je dois faire observer que, ni de loin comme de près, nous n'avons pas ressenti la moindre secousse de tremblement de terre, phénomène que je n'ai jamais vu préluder les éruptions, ni les accompagner, et lorsque nous en éprouvons, et c'est rarement, ils sont faibles M Patu de Rosemont, mon ami particulier, qui a son frère Paris, se dispose passer en France Il n'a cessé d'observer cette éruption et la dernière Il a, de plus, fait des tableaux des différentes vues du cratère en travail Je vais l'inviter les communiquer M Faujas Je vais, avant de continuer mon Journal du volcan, après cette éruption, me permettre quelques digressions sur la quantité de lave vomie par notre volcan, comparée celle du Vésuve et de l'Etna, et encore sur les différentes manières que se font les éruptions En général, on croit (et j ' a i partagé cette erreur), que notre volcan peut être comparé l'Etna, ou au moins au Vésuve, soit dans la quantité de lave rejetée dans les éruptions, soit dans le travail au cratère Dans l'éruption dont je viens de parler, on est peu près d'accord que les pierres lancées s'élevaient ou 400 pieds au-dessus du cratère ; c'est bien peu en comparaison des mêmes phénomènes observés au volcan de l'Etna et celui du Vésuve Je ne parlerai pas de l'éruption très extraordinaire du Vésuve du mois d'août 1779, où la lave liquide, mêlée de'pierres e t de scories, s'est élevée deux mille pieds du cratère (Hamilton Lettre M Joseph Banks.) Le même illustre observateur écrivait de Catane, le 29 mai 1770, que les éruptions ordinaires de l'Etna jetaient des pierres deux mille pieds, ce qui donne 21 secondes descendre ; mais, ordinairement, au Vésuve, j ' y observé qu'elles passent plus de secondes descendre, ce qui donne 200 pieds de hauteur, ce qui est bien au-dessus de ce que l'on a observé la dernière éruption de notre volcan, une des plus considérables qu'on ait vues Le même milord Hamilton dit encore que les laves de l'Etna ont ordinairement 15 20 miles de longueur sur de largeur et 50 pieds et plus de profondeur Celle du Vésuve, quoique moins considérable, surpasse de beaucoup la quantité de matières que l'exagération même suppose la dernière éruption de notre volcan Quant aux cendres jetées par la dernière éruption, j e pense que c'est beaucoup que d'estimer qu'elles aient pu couvrir d'une ligne le sol dans une étendue de lieues la ronde, et le Vésuve, en juin 1774, en jeta de l'épaisseur de 14 pouces dans un espace de six lieues de circonférence, et il arrive quelquefois, au Vésuve comme TEtna, que la quantité de cendres est telle qu'elle dérobe la clarté du jour, pénètre dans les maisons, les armoh'es, etc Je vais me permettre de communiquer des observations sur les éruptions qui ont lieu quelquefois dans le flanc des montagnes volcaniques Le paragraphe suivant m'en donne l'occasion M Haùy dans sa Minéralogie, tome 4, page 471, dit : « Lorsque la matière fondue encore renfermée dans le cratère est trjap compacte et trop pesante pour être soulevée jusqu'au sommet, son effort occasionne une ou plusieurs ruptures dans le flanc de la montagne, d'où elle sort avec les phénomènes semblables ceux qui accompagnent l'éruption par l'ancien cratère » Ce paragraphe me fait croire que les laves, qui se font j o u r dans le flanc des volcans observés par le célèbre minéralogiste, percent verticalement la montagne comme nous venons de le voir ici dans la dernière éruption Ce qui me déterminé faire conntre que presque toutes les fois que les laves de notre volcan se sont fait jour par le flanc de notre volcan, c'est presque toujours latéralement, et non avec des phénomènes semblables ceux qui accompagnent les éruptions par l'ancien cratère Cette différence semble mériter d'être connue Les grandes éruptions de la Ravine de la Table, de Tremblet, de Citron Galet [voyez Bory], et celle dont ma relation termine l'ouvrage du même naturaliste [1802], et beaucoup d'autres antérieures que j e n'ai pas été portée d'observer, sont sorties des flancs des montagnes, quelques-unes éloignées de 2, et lieues du cratère agissant; toutes ont percé et écoulé leurs laves sans être précédées de bruits, point de fumée que celle produite par les arbres que la lave abattait et brûlait Point de pierres lancées, ne laissant ni ouvertures, ni buttes Ce qui est encore observer, c'est que les sortes d'éruptions qui ne sont que des écoulements sans effort ne donnent plus ni lave, ni fumée L'éruption qui a eu lieu entre la côte de l'est et Sainte-Rose est dans ce cas, et il y a près d'un siècle qu'elle a eu lieu Je vais" continuer l'extrait de mon Journal qui n'est guère intéressant Je préviens que c'est de l'ancien cratère [le cratère terminal], seul, dont je parlerai, l'autre [le cratère de 1802] ne donne plus ni lumière ni éruption Le 26 septembre 1813, l'ancien cratère rejette de la fumée Le 18 octobre, grande lumière, fumée élevée, annonce d'éruption Lumière et fumée jusqu'au 23 novembre Les 24 et 25 novembre, la colonne lumineuse s'élève deux fois, peu près la hauteur de la montagne, éclaire comme la lune son quartier Il y a presque interruption entière de lumière qui reprend ensuite avec plus de force La lave vomie s'est peu éloignée du cratère Le 10 septembre 1814, grand incendie au cratère Dans cette même nuit, tout paraissait calmé Deux jours après, il est tombé un peu de cendres et de verre capillaire Le 13 octobre, même année, encore grand incendie, un léger bruit que tout le monde n'a pas entendu Tout a disparu entre et heures de nuit \ Éruption du t y p e h a w a ï e n c h e m i n des S a b l o n s , p r è s d u c h a m p B e r g e r e t la lisière de la forêt Si l'on p a r t d ' u n p o i n t situé s u r la r o u t e d e M e n t h o n E c h a r v i n e s é g a l e d i s t a n c e des d e u x v i l l a g e s et q u e l'on se dirige v e r s le S u d , c ' e s t - - d i r e v e r s le p e t i t lac en t r a v e r s a n t le R o c d a n s t o u t e sa l o n g u e u r , on p a s s e p a r le g i s e m e n t et l'on r e n contre successivement, de haut en bas : 1° Grès nummulitique ciment calcaire, blanc et dur avec intercalations de (Fig : Gnc): Conglomérats (a) Poudingues cailloux blancs crétacés et ciment quarlzeux (p) Calcaires bleus et ocreux petites Nummulites et diverses espèces de Pecten Ces couches forment le plateau septentrional F I G — COUPE SENSIBLEMENTNS DU ROC DE CHÈRE Sén, Sénonien ; Us, Urgonien supérieur; Rh, Rhodanien ; Ui, Urgonien inférieur; Gnc, Grès calcarifère nummulitique avec intercalation de poudingue p, et.calcaires; Gnq, Grès nummulitique quartzeux; El, Éocène lacustre marneux, grains de quartz roulés avec conglomérat a, Marnes sans fossiles b, niveau Bulimus subcylindricus c, niveau noduleuxd 2° Couches lacustres de la dépression des Sablons (El) comprenant de haut en bas : Conglomérat ciment marneux blanchâtre contenant des grains de quartz roulé et des cailloux calcaires du Crétacé (a) (doit probablement être rattaché au n° pour former la base de la série) Couches marneuses blanchâtres, peu noduleuses nombreux grains de quartz roulés, sans fossiles (b) Couches identiques nombreux moules internes d'un grand Bulime sénestre, et traces ferrugineuses (e) Couches identiques, sans fossiles, contenant en abondance des petits nodules calcaires de teinte claire, rosée, empâtant les mêmes petits grains de quartz roulé et des cubes microscopiques de pyrite Ces nodules ne dépassent pas cm de diamètre et ont dû se former sur place Quelques nodules ferrugineux (d) 3° Calcaire compact, grisâtre, Globigérines et Rosalines (Sén.), en petits bancs bien l i t é s ( = Sénonien), fragments d'Inocérames La partie inférieure est en plus gros bancs, sillonnés de veines de calcite Faille occidentale qui fait buter le Sénonien contre ; ° Grès quartzeux verdâtre, plus ou moins piqué de grains de glau- conie, avec intercalation d'un poudingue cailloux blancs Ce grès est par place fortement attaqué par l'érosion et donne un sable siliceux qui s'accumule dans les dépressions (Gng)_ 5° Calcaire blanc, dur, de l'Urgonien supérieur ( = Aptien) '(Us) 6° Calcaire jaune fossilifère du Rhodanien de Renevier (Niveau Orbitolines = Barrémien) (Rh.) 7° Calcaire blanc compact, en gros bancs, de l'Urgonien inférieur ( = Barrémien formant la falaise méridionale qui domine lè lac) (Ui) Les n , , 5, et c o n s t i t u e n t le v e r s a n t d u l a c Le g r è s calcarifère n° forme lui seul le p l a t e a u s e p t e n t r i o nal du R o c d e C h è r e Sa surface est c r e v a s s é e en v é r i t a b l e s lapiaz analogues a u x lapiaz u r g o n i e n s On y t r o u v e de f r é q u e n t e s i n t e r calations de c o n g l o m é r a t s , de' p o u d i n g u e c a i l l o u x b l a n c s c r é tacés e t s u r t o u t d e b a n c s c a l c a i r e s b l e u s et b r u n s où M a i l l a r d a signalé d e p e t i t e s N u m m u l i t e s M P h G u i n i e r y a t r o u v é quelques Pecten indéterminables Nous avons nous-même retrouvé tous ces fossiles P l u s h a u t , v e r s le c h â t e a u d e M e n thon, ce m ê m e g r è s n u m m u l i t i q u e est r e c o u v e r t p a r l e s m a r n e s schisteuses a écailles d e P o i s s o n s du F l y s e h A l ' E s t d e la faille occidentale, p r è s d u c h e m i n d ' E e h a r v i n e s , il est r e c o u v e r t p a r le grès q u a r t z e u x L e g r è s n u m m u l i t i q u e e s t transgressif sur l'Urgonien d a n s c e t t e r é g i o n , et n o t a m m e n t p r è s d e s b a i n s s u l f u r e u x de M e n t h o n o s FIG — Jlulimus of subcylindricus MATH, d u R o c de Chère (Lac d'Annecy) D e s s i n é la c h a m b r e claire Le n i v e a u fossilifère d u n° est localisé v e r s le m i l i e u de l a formation d o n t l ' é p a i s s e u r a t t e i n t p e u p r è s m On p e u t y récolter en a b o n d a n c e le m o u l e i n t e r n e d ' u n g r a n d B u l i m e senestre, t o u j o u r s i n c o m p l e t , de cm., d e l o n g en m o y e n n e et de cm au plus de large au niveau de l'ouverture, mais sans r e n flement de l ' a v a n t - d e r n i e r t o u r de s p i r e Il a c m la b a s e 18 n o v e m b r e 1920 Bull S o c géol Fr., (4), X I X — 19 d u t o u r , c'est d o n c u n e espèce qui l ' é t a t c o m p l e t doit ê t r e r e l a t i v e m e n t effilée ( F i g \ 2) L e s p a r t i e s s u p é r i e u r e s des coquilles qne l'on p e u t a u s s i t r o u ver d a n s ce m ê m e g i s e m e n t m a i s e n m o i n s g r a n d e a b o n d a n c e s o n t c e p e n d a n t m o i n s p o i n t u e s q u ' o n a u r a i t p u le s u p p o s e r , elles s o n t p l u s coniques q u e les p a r t i e s inférieures lesquelles se r a p p r o c h e n t de la forme c y l i n d r i q u e E n c o m p o s a n t les d i v e r s f r a g m e n t s q u e n o u s a v o n s p u r é c o l ter, on a r r i v e u n e coquille d o n t la l o n g u e u r t o t a l e est de c m e n v i r o n a v e c u n n o m b r e de s p i r e s q u e l'on p e u t a p p r o x i m a t i v e m e n t é v a l u e r ou 10 La coquille, en j u g e r p a r les f r a g m e n t s de t e s t c o n s e r v é s s u r q u e l q u e s é c h a n t i l l o n s , -est lisse ou f i n e m e n t s t r i é e l o n g i t u d i n a lement E n s o m m e , t o u s ces c a r a c t è r e s r e n d e n t t r è s p r o b a b l e l ' a s s i m i l a t i o n de n o t r e B u l i m e Bulimus subcylindricus de M a t h e r o n Tel est l'avis de M M D e p é r e t et R o m a n a u x q u e l s n o u s a v o n s c o m m u n i q u é n o s pièces, et q u i o n t eu l'obligeance de les d é t e r miner N o u s n ' a v o n s pu, m a l h e u r e u s e m e n t , et m a l g r é u n e fouille p r a tiquée avec M Le R o u x , t r o u v e r d a n s ces couches d ' a u t r e s fossiles q u e ce t r è s a b o n d a n t B n l i m e I l n o u s faut c e p e n d a n t s i g n a l e r u n s e u l débris c o n s t i t u é p a r u n f r a g m e n t de L i m n é e ( d e r n i e r t o u r d e s p i r e , d e x t r e , de c m d e l o n g ) Ces c o u c h e s d e v i e n n e n t très n o d u l e u s e s la b a s e , elles r e p o s e n t s u r le calcaire g r i s en p e t i t s b a n c s du Sénonien (M G u i n i e r y a t r o u v é des f r a g m e n t s à'inocérames) qui j a l o n n e la faille o c c i d e n t a l e d u R o c p o u r b u t e r c o n t r e le g r è s q u a r t z e u x n u m m u l i t i q u e D Interprétation de cette coupe — Au point de vue tectonique, l a i s s a n t de côté l ' h y p o t h è s e p e u v r a i s e m b l a b l e de M a i l l a r d q u i r a t t a c h e le R o c d e C h è r e a u P a r m e l a n , n o u s a c c e p t o n s p r o v i s o i r e m e n t la t h é o r i e de M M L u g e o n et D o u x a m i q u i voient d a n s le R o c la c o n t i n u a t i o n des p l i s de B a u g e s E n g r o s , ce massif est d o n c u n pli s y n c l i n a l t r è s d i s l o q u é , Il s e rapproche par son e n r o u l e m e n t de Balimtis lœvolongux du Sannoisien du Mas S a i n t e s - P u e l l e s (Aude) ot de B (Amphidramus) Serresỵ M A T H , du g i s e m e n t d e C h o i s i t y près A r a m o n (Gard) Gomme B decollatus, il abandonnait p r o b a b l e m e n t , eu vieillissant, s e s derniers t o u r s d e s p i r e s , D'ailleurs, ce point e s t une très i n t é r e s s a n t e illustration en m i n i a t u r e de l'action d e s e a u x d e r u i s s e l l e m e n t travaillant des terrains d'inégale r é s i s t a n c e T o u t près du g i s e m e n t s e trouve une p e t i t e b u t t a - t é m o i n , i s o l é e , f o r m é e d'un socle de c o n g l o m é r a t c i m e n t m a r n e u x rouge, t e n d r e , surmonté d'une dalle plus r é s i s t a n t e de grès n u m m u l i t i q u e Les d é p r e s s i o n s parallèles de c e t t e partie septentrionale du R o c affectent ici u n e d i r e c t i o n peu près E W , c'est-à-dire s e calquant sur la direction générale des sfi-atos de s o l i d i t é variable travaillé p a r l'érosion, q u i se r a c c o r d e d ' u n e p a r t avec le "synclinal d ' E n t r e v e r n e s a u S u d , d ' a u t r e p a r t a v e c le s y n c l i n a l d u col des C o n t r e b a n d i e r s a u N o r d L Les plis s ' a b a i s s e n t au p a s s a g e du lac é t r a n g l é en cet e n d r o i t par le R o c q u i est s u r le p o i n t b a s d u s y n c l i n a l O r , au point de vue stratigraphique, le s y n c l i n a l d ' E n t r e v e r n e s contient, la b a s e , les c o u c h e s g r a n d e s N u m m u l i t e s ( A u v e r s i e n ) et au s o m m e t u n P r i a b o n i e n m a r n e u x et s c h i s t e u x ( i n t e r p r é t a t i o n J B o u s s a c , loc cit.) A u R o c de C h è r e , p a s d é c o u c h e s g r a n d e s N u m m u l i t e s , m a i s des g r è s , c o n g l o m é r a t s , p o u d i n g u e et calcaires p e t i t e s N u m mulites et Pecten, r e c o u v e r t s e u x - m ê m e s p r è s d u c h â t e a u d e M e n t h o n p a r les schistes écailles de P o i s s o n s du F l y s e h N o u s en faisons l ' é q u i v a l e n t d u P r i a b o n i e n ( M é s o n u m m u l i t i q u e = E o c è n e supérieur) j u s q u e s et y c o m p r i s le c o n g l o m é r a t de b a s e ( F i g 1, a) qui r e p o s e , p a r l ' i n t e r m é d i a i r e des c o u c h e s l a c u s t r e s , s u r le Sénonien Le s y n c l i n a l des C o n t r e b a n d i e r s p r é s e n t e de b a s e n h a u t et sur la Craie u n p o u d i n g u e de b a s e , u n g r è s siliceux épais petites N u m m u l i t e s , u n e c o u c h e g r é s e u s e de p a s s a g e Echinospatangus subsimilis ( = Oligocène de B i a r r i t z , d é t J B o u s s a c ) , enfin des b a n c s m a r n o - c a l c a i r e s Amussium Rumphius surmontés de s c h i s t e s m a r n e u x écailles d e P o i s s o n s L e s c o u c h e s d e base, p o u d i n g u e et g r è s p e t i t e s N u m m u l i t e s d o i v e n t d o n c ê t r e a t t r i b u é e s au P r i a b o n i e n q u i se p o u r s u i t n o r m a l e m e n t d a n s le même synclinal Entrevernes-Chère-Contrebandiers Toutefois, les f o r m a t i o n s g r é s e u s e s et les f o r m a t i o n s l i t t o r a l e s ( p o u d i n g u e s , c o n g l o m é r a t s ) s e m b l e n t a u g m e n t e r d ' i m p o r t a n c e en se r a p p r o c h a n t d n N o r d , et a u x B a r a t t e s (flanc occidental de la partie n o r d de la m o n t a g n e d u V e y r i e r ) n o u s a v o n s p u t r o u v e r un P r i a b o n i e n qui a n e t t e m e n t u n faciès l i t t o r a l la base de la coupe (grès s c h i s t o ï d e r o u x t r a c e s c h a r b o n n e u s e s Cerilhium Vivarii aff., Natica vapincana D'ORU., Cyrena Rouyana D'OUIL, d é t e r m Boussac) a n a l o g u e celui des D i a b l e r e t s Il r é s u l t e de t o u t ce q u e n o u s v e n o n s de dire q u e la t e c t o nique et la s t r a t i g r a p h i e s o n t d ' a c c o r d p o u r faire du R o c d e Chère la c o n t i n u a t i o n d i r e c t e du g r a n d sjmclinal d ' E n t r e v e r n e s , prolongé lui-même par celui.des Contrebandiers A ce propos, il y a lieu de rectifier la c o n f u s i o n c r é é e p a r ' D o u x a m i qui fait intervenir le col du R a m p o n , alors que c'est celui des C o n t r e b a n d i e r s Le col du Rampon est plus au Nord N o u s nous p r o p o s o n s dans une étude ultộrieure sur le lac d'Annecy de montrer d'une faỗon dộtaillộe les rapports de ces p l i s Il faudrait pouvoir a p p u y e r c e t t e a s s i m i l a t i o n par des d o c u m e n t s p a l é o n t o logiques, m a l h e u r e u s e m e n t très rares au R o c de Chère D ' a u t r e p a r t , les couches g r a n d e s B u l i m e s e t d o n t le faciès e s t n e t t e m e n t l a c u s t r e , s o n t s u b o r d o n n é e s a u P r i a b o n i e n , c'està-dire l ' E o c è n e s u p é r i e u r , en o u t r e , elles r e p o s e n t s u r le S é n o n i e n , m a i s n o u s n ' a v o n s p u n o u s r e n d r e c o m p t e c a u s e de la v é g é t a t i o n si elles y s o n t en c o n c o r d a n c e ou en d i s c o r d a n c e F a u t - i l v o i r d a n s ces c o u c h e s l ' é q u i v a l e n t l a c u s t r e de l ' E o c è n e m o y e n ? Il est difficile de r é p o n d r e c e t t e q u e s t i o n , et d ' a u t a n t p l u s q u e , d ' a p r è s M R o m a n , Bulimus subcylindricus a toujours é t é s i g n a l é t o r t c o m m e e x i s t a n t d a n s cet é t a g e * N o u s s o m m e s d o n c t e n t é d ' a d m e t t r e en ce p o i n t u n e l a c u n e d e l'Eocène moyen Il est i n f i n i m e n t p l u s p r o b a b l e q u e , dès les p r e m i e r s t e m p s de l ' E o c è n e , e x i s t a i t d a n s la r é g i o n u n e p e t i t e d é p r e s s i o n o c c u p é e p a r u n lac t r a n q u i l l e et q u ' u n e r i v i è r e y a l e n t e m e n t c h a r r i é c e t t e colonie d e M o l l u s q u e s t e r r e s t r e s , t a n d i s q u e , t o u t p r è s d e se m a n i f e s t a i t déjà le p h é n o m è n e s i d é r o l i t h i q u e s u r ces t e r r e s n o u vellement émergées F ROMAN Monographie de la faune lacustre de l'Eocène m o y e n Annales de VUniversité de Lyon, 1899, p 30 SUR LA FAUNE DE LAMELLIBRANCHES DES GISEMENTS NËOCOMIENS PYRITEUX PAR M l l e S Gillet Les A m m o n i t e s d e s g i s e m e n t s p y r i t e u x n é b c o m i e n s d u S u d Est de la F r a n c e e t d e s r é g i o n s v o i s i n e s o n t fait l'objet d e n o m breuses d e s c r i p t i o n s A côté d e celles-ci, o n t r o u v e d a n s u n certain n o m b r e de localités d e s m o u l e s de p e t i t s b i v a l v e s , e n p y r i t e ou en l i m o n i t e , le p l u s s o u v e n t ; les i n d i v i d u s s o n t n o m b r e u x , mais les espèces r a r e s , s u r t o u t a u c e n t r e d u g é o s y n c l i n a l a l p i n Ces moules o n t s o u v e n t p a s s é i n a p e r ỗ u s , c a u s e d e l ' e x i g u ï t é de leur taille,„ ou p a r c e qu'ils é t a i e n t c o n s i d é r é s c o m m e n é g l i geables ; de l e u r n o m b r e r e s t r e i n t d a n s les collections J'ai p u d é t e r m i n e r u n c e r t a i n n o m b r e d ' e x e m p l a i r e s , g r â c e l'obligeance de M S a y n q u i a bien v o u l u m e confier ses m a t é riaux du S u d - E s t de la F r a n c e , ainsi q u e M L a m b e r t , de V e y n e s La collection d u l a b o r a t o i r e de g é o l o g i e de G r e n o b l e et celle de la S o r b o n n e m ' o n t aussi fourni de n o m b r e u x é c h a n t i l l o n s GARGASIEN — C ' e s t d a n s ce s o u s - é t a g e q u e n o u s t r o u v o n s la faune la p l u s a b o n d a n t e L e t y p e « o c c i d e n t a l » et le t y p e « oriental » d i s t i n g u é s p a r M K i l i a n l a M o n t a g n e d e L u r e f o u r n i s s e n t , de m ê m e q u e p o u r l e s A m m o n i t e s , le p r e m i e r , u n e faune m i x t e , le second, u n e faune n e t t e m e n t b a t h y a l e , a b o n d a n t e en Leda, Astarte, Lu'cina, Aucellina Le t y p e de la p r e m i è r e faune e s t t r è s b i e n r e p r é s e n t é G a r g a s (Vaucluse), e n d e h o r s d u g é o s y n c l i n a l a l p i n O n y t r o u v e : Exogyra aquila, v a r n a i n e , e t Plicatula placunea avec sa m u t a t i o n P radiola, espèces l i t t o r a l e s , c o s m o p o l i t e s P u i s , d e s espèces d u bassin a n g l o - p a r i s i e n e t d u J u r a : Nucula simplex D E S H , Nuculaplanata D E S H e t var Cornueliana D'ORB., Grammatodon securis L E Y M , Arca Sanclee-Crucis P et CAMP., Barbalia Marullensis D'ORB., Cucullsea Rauliniana LEYM., Corbula apiiensis D'ORB On t r o u v e S e r r e C h a ï t i e u , p r è s d e L e s c h e ( H a u t e s - A l p e s ) Exogyra aquila, v a r n a i n e , q u o i q u e cette localité soit s i t u é e dans la fosse v o c o n t i e n n e A u m ê m e t y p e de g i s e m e n t a p p a r t i e n n e n t : celui de l'ỵle M a i r e N o t e présentée la s é a n c e d u 15 d é c e m b r e 1920 où M R e p e l i n a s i g n a l é : Astarte aff laticosta, Venus Roissii, Tellina sp ; ceux de la M o n t a g n e de L u r e où M Kilian a t r o u v é la m ê m e faune q u ' G a r g a s ; celui d e s Ida ou T a n a n d é c o u v e r t p a r M G e n t i l et où a b o n d e n t : PUcatula placunea et radiola et Astarte aff formosa WOODS On doit r a p p r o c h e r de ces g i s e m e n t s s u b n é r i t i q u e s les g i s e m e n t s p y r i t e u x de S o u g è r e s , G u r g y ( Y o n n e ) , ceux de S a i n t - D i z i e r ( H a u t e - M a r n e ) qui c o r r e s p o n d a i e n t a u x p a r t i e s les p l u s p r o f o n d e s d u b a s s i n parisien et où l'on r e n c o n t r e côté d e s espèces b a n a l e s n é r i t i q u e s q u e l q u e s espèces d e s g i s e m e n t s b a t h y a u x : Cucullœa nana LEYM., Nucula peciinata S o w et de n o m b r e u s e s Leda L e s g i s e m e n t s de t y p e « o r i e n t a l sont les suivants : L a Beaume, près Castellane, Hyèges, Vergons (Basses-Alpes) J'ai p u d é t e r m i n e r les espèces s u i v a n t e s , c o m m u n e s a v e c celles d e s localités d e t y p e m i x t e : Leda suhrecurva P H I I , Leda Seeleyi GARDN , et m u t a t i o n Vibrayeana D'ORB , LedaspeetonenseWooDS, Leda scapha D'ORB., Nucula ovata M A N T , Nucula pectinata S o w , Nucula bivirgata* S o w , Cucullaea nana LEYM., Astarte Astieriana D'ORB.', Astarte claxbiensis WOODS, Cardita tenui1 costa FUTT., L,ucina Vibrayeana D'ORB., I^Ucina D'OR3., Rouyana I^ucina sculpta P H I L , Aucellina gryphoides S o w , Aucellina aptiensisD'ORB., Pholodomya Rouyana D'ORB., Lucina aff Hauchecornei W O L L , Eopecten Euthymi P I C T , forme n a i n e , lie se renc o n t r e q u e d a n s u n e localité d e t y p e o r i e n t a l , V e r g o n s L e BARRÉMIEN p y r i t e u x d u djebel Djaffa a fourni M Blayac : Lucina sculpta P H I L , Nucula Mauritanica COQ ( t y p e b a t h y a l ) L'HACTERIVIEN m o y e n p y r i t e u x c o n t i e n t la B e a u m e C o r n i l l a n e d ' a p r è s M S a y n : PUcatula aff Macphersoni.N\CK = PUcatula placunea L K (type occidental) D a n s le VALANGINISN' p y r i t e u x b a t h y a l , j ' a i d é t e r m i n é l e s espèces suivantes : VALANGUNIEN SUPÉRIEUR:Lucina Vibrayeana D'ORB ( S a i n t - J u l i e n , PHIL S e r r e de L e s c h e , H a u t e s - A l p e s ) , I^eda suhrecurva maur, Hautes-Alpes) VALANGIJSIEN MOYEN : Cuspidaria Sabaudiana P et (Mont- CAMP = Pholadomya Rouyana D'ORB (Clelles, Isère) S a i n t - J u l i e n en B e a u c h è n e (coll d ' O r b i g n y ) VALANGINIEN INFÉRIEUR : Leda scapha D'ORB ( C r e s s e , L a B a t n e , Chichiliane, I s è r e ) , Leda suhrecurva P H I L (La B a t n e , I s è r e ) , Arca Sanctse-Crucis P et CAMP ( C h i c h i l i a n e ) , Barbatia marullensis D'ORB ( S a i n t - J u l i e n e n B e a u c h è n e , I s è r e ) , Astarte Astieriana Ces e s p è c e s p r o v i e n n e n t du Gargasien du Maroc Barrème, Saint-André en Mareilles ( B a s s e s - A l p e s ) D'ORB (id.) e t Lieous (coll d ' O r b ) , Carditaaff tenuicosta (Chichiliane), Lima aff Pratzi BOEHM ( L a F a u r i e , Isère) BERRIASIEN : Àstarle FIÏT W O O D S (La F a u r i e ) aff claxbiensis Plusieurs des espèces d u Néocomien b a t h y a l et subnéritique ont é t é d é c r i t e s d a n s l e s a r g i l e s d u Y o r h s h i r e e t d u L i n c o l n s h i r e et d a n s celle d u H i l s : Leda suhrecurva P H I L , Leda Seeleyi GARDN., Leda scapha D'ORB., Leda speetonense W O O D S (Leda Maasiet W O L L sont Vogti t r è s voisins d e L Seyleyi e t speetonense), Nuculaplanata DÉSH., Nucula ovata M A N Ï , Grammatodon securis LEYM., Astarte claxbiensis WOODS, Cardifa tenuicosta F I T T , Cucullsea nana LEYM., Lucina aff Hauchecornei W O L L , A ucellina gryphoides e t aptiensis se t r o u v e n t a u s s i d a n s l e G a r g a s i e n d e l ' A l l e m a g n e d u N o r d La faune d u Nord de l'Angleterre e t d e l'Allemagne présente en effet le m ê m e c a r a c t è r e « m i x t e » q u e celle d e s g i s e m e n t s d u bord d u g é o s y n c l i n a l a l p i n I l y a aussi p l u s g r a n d e a b o n d a n c e d e genres d ' e a u x p r o f o n d e s o u froides q u e d e g e n r e s l i t t o r a u x d e m e r s c h a u d e s A c e s é l é m e n t s se j o i g n e n t , c o m m e o n le sait, d e s espèces n é r i t i q u e s d e la p r o v i n c e b o r é a l e : Camptonectes cinctus S o w , Thracia Phillipsi RCEM., e t c La profondeur des dépôts au centre des bassins anglais et allem a n d , c o m m e la r e n c o n t r e d e c o u r a n t s froids e t c h a u d s , e x p l i q u e la p r é s e n c e de c e t t e faune « m i x t e » L ' u n i f o r m i t é d e la faune d e b i v a l v e s d a n s t o u t e s l e s m e r s p r o fondes e m p ê c h e d e d i s t i n g u e r d e s p r o v i n c e s zoologiques e n dehors des r é g i o n s n é r i t i q u e s U n e p a r t i e d e s espèces d e s g i s e m e n t s b a t h y a u x , d o n t p l u s i e u r s a p p a r a i s s e n t , c o m m e o n l'a v u , d è s l e V a l a n g i n i e n , s e r e t r o u v e dans l ' A l b i e n d u b a s s i n a n g l o - p a r i s i e n e t d e s P y r é n é e s : Leda suhrecurva P H I L , Leda Leda Neckeriana ovata M A N T , Cucullsea Lucina sculpta phoides S o w Seeleyi GARDN., Leda P e t R o u x , Nucula nana P H I L , Lucina L E Y M , -Cardita Vibrayeana scapha bivirgata* Sow., tenuicosta^ D'ORB., Aucellina D'ORB Nucula FITT., gry- Elles s o n t s u r t o u t n o m b r e u s e s d a n s les r é g i o n s , de p l u s g r a n d e profondeur ( F o l k e s t o n e , A u b e , H a u t e - M a r n e ) , o ù la t e m p é r a t u r e ne devait p a s être s e n s i b l e m e n t différente d e celle q u i r é g n a i t a u fond d e s g é o s y n c l i n a u x L a p r é s e n c e d ' u n c e r t a i n n o m b r e d ' e s pèces n é r i t i q u e s i n d i q u e c e p e n d a n t u n e p r o f o n d e u r m o i n d r e q u e d a n s la fosse v o c o n t i e n n e e t le g é o s y n c l i n a l m é d i t e r r a n é e n .1 déjà indiqué la présence de ces espèces albiennes dans le Gargasien du Maroc U n certain nombre d'espèces d u Néocomien pyriteux n e s e m b l e n t p a s a p p a r t e n i r d e s e s p è c e s d é c r i t e s o u figurées : VALANG-INIEN INFÉRIEUR : Lucina sp v o i s i n e d e L Rouyana D'ORB , m a i s d e u x fois p l u s épaisse, Thracia sp ( C h i c h i l i a n e , I s è r e ) , Astarte sp., côtes c o n c e n t r i q u e s espacées et l a r g e é c u s s o n ( S a i n t - J u l i e n en B e a u c h è n e , H a u t e s - A l p e s ; L i e o u s , B a s s e s - A l p e s ) VALANG-INIEN MOYEN : Isocardia sp D'ORB ( L u c en D i o i s ) , p e t i t e espèce c a r è n e l a t é r a l e e t c ô t e s c o n c e n t r i q u e s q u e j ' a i r e t r o u v é e d a n s la collection d ' O r b i g n y s a n s d é n o m i n a t i o n Astarte sp g r o s s e s côtes c o n c e n t r i q u e s s é p a r é e s p a r d e fines stries ( L a Buisse, Isère) GARGASIEN : Entoiium sp., voisin d e Pecten orbicularis var Lohmanni d e W o l l e m a n n , m a i s o ù l e s côtes c o n c e n t r i q u e s s o n t l a m e l l e u s e s ( V e r g o n s , B a s s e s - A l p e s ) , Isocardia sp D'ORB ( M o n t salier, B a s s e s - A l p e s ) , Cucullsea sp., Lucina o u Linearia sp (id'.~), Astarte c o m m e la B u i s s e ( V e r g o n s ) Il e s t i n t é r e s s a n t d e c o n s t a t e r q u e l e s espèces d e s g i s e m e n t s p y r i t e u x s o n t : soit d e s espèces q u i , d a n s t o u t e s les localités s o n t d e p e t i t e t a i l l e , soit d e s espèces q u i , d a n s d ' a u t r e s c o n d i t i o n s d'existence, atteignent une beaucoup plue grande taille ; exemple : Eopecten Enthymi PICT., Exogyra aquila BRONGN Il s e m b l e d o n c y avoir u n r a p p o r t e n t r e le n a n i s m e des i n d i v i d u s et l ' a b o n d a n c e d u g i s e m e n t e n o x y d e s d e fer, d'où r é s u l t e l a formation p o s t é r i e u r e de c o n c r é t i o n s d e p y r i t e , p u i s d e l i m o n i t e Il f a u d r a i t q u e d e s o b s e r v a t i o n s s u r l e s f a u n e s a c t u e l l e s n o u s m o n t r a s s e n t u n a r r ê t d e d é v e l o p p e m e n t d e s g r a n d e s espèces d a n s des c o n d i t i o n s a n a l o g u e s ; il faudrait a u s s i c o n n a ỵ t r e fond l e s g i s e m e n t s et voir si la p r é s e n c e d e la p y r i t e o u de la l i m o n i t e concorde t o u j o u r s avec le n a n i s m e des i n d i v i d u s LES VARIATIONS DE FACIÈS DU DÉVONIEN DANS LE MASSIF ARMORICAIN PAR F K e r ỵ o r n e Les régions dévoniennes du Massif armoricain peuvent, comme on le sait, se diviser en trois catégories : 1° celles de Normandie ; 2° celles du synclinal médian de la Bretagne (Brest-Laval) ; 3° celles des synclinaux du Sud : Saint-Julien-de-Vouvantes et Ancenis Le Dévonien du synclinal médian peut être considéré comme le tvpe classique du Dévonien de l'Ouest En Normandie, le Dévonien est incomplet et réduit sa division inférieure Le Coblencien est assez semblable comme faciès et comme faune ce que l'on trouve dans les régions classiques de Bretagne, malgré quelques différences locales, maisles couches situées au-dessous (Gédinnien, Taunusien) sont plus différentes On n'y trouve pas les schistes et quartzites de Plougastel et les grès Orlhis Monnieri Rou n'ont pas leur faciès habituel Dans les synclinaux du Sud, surtout dans celui d'Ancenis, le Dévonien est différent de ce que l'on connt ailleurs et si on retrouve Saint-Julien-de-Vouvantes des schistes du Dévonien moyen ayant le même faciès que ceux du Finistère, Vern des calcaires exactement comparables ceux de l'Ille-et-Vilaine et de la Mayenne, ce sont plutôt des exceptions ; dans son ensemble il ne rappelle guère le Dévonien du synclinal médian, ni par son faciès lithologique, ni par sa faune, qui est du reste la conséquence du faciès, ni même par ses relations stratigraphiques Je rappelle pour mémoire ces variations bien connues, mais le but de cette publication n'est pas de les étudier; il est de montrer qu'il en existe d'autres moins connues et d'une importance peut-être plus grande, surtout au point de vue de l'établissement de la Carte géologique et des connaissances générales que nous avons sur la répartition des dépôts dévoniens dans le Massif armoricain Elles se présentent dans le synclinal Brest-Laval D a n s ce s y n c l i n a l il y a d e u x r é g i o n s t y p i q u e s b i e n c o n n u e s : la région de la r a d e de B r e s t p a r les t r a v a u x de M C h Barrois et de M L Collin, la r é g i o n de l ' I U e - e t - V i l a i n e , d e l M a y e n n e et de la S a r t h e p a r les t r a v a u x d e Marie R o u a u l t et de M D P OEhlert, pour n e c i t e r q u e les p r i n c i p a u x Ces d e u x e x t r é m i t é s du g r a n d s y n c l i n a l s o n t e n s o m m e p e u différentes et n e p r é Note présentée la séance du 15 décembre 1019 s e n t e n t q u e des différences de s e c o n d o r d r e : p u i s s a n c e relative p l u s ou m o i n s g r a n d e des schistes et q u a r t z i t e s d e P l o u g a s t e l et d u calcaire c o b l e n c i e n , r a r e t é p l u s g r a n d e des g i s e m e n t s d u D é v o n i e n m o y e n l ' E s t , a b s e n c e d a n s la m ê m e r é g i o n du D é v o n i e n s u p é r i e u r , ou p e u t - ê t r e m é c o n n a i s s a n c e de ses g i s e m e n t s , d u e a u p e t i t n o m b r e e t a u m a u v a i s é t a t des affleurements P a r a i l l e u r s les faciès l i t h o l o g i q u e s s o n t s e n s i b l e m e n t les m ê m e s d a n s les différentes divisions et la richesse faunique é q u i v a l e n t e M a i s il y a t o u t e u n e g r a n d e région d u s y n c l i n a l où il n ' e n est p a s a i n s i ; c'est la région- c e n t r a l e d u Massif et le N o r d du Finistère J e p r e n d r a i p o u r t y p e de ce faciès p a r t i c u l i e r les e n v i r o n s de G o u a r e c ( C ô t e s - d u - N o r d ) où son é t u d e est facilitée p a r de n o m b r e u x affleurements d ' u n e g r a n d e frcheur et p a r des r e c h e r c h e s minières r é c e n t e s : t r a n c h é e s , p u i t s et t r a v e r s - b a n c s , e t j ' e n m o n trerai l'extension considérable A G o u a r e c le D é v o n i e n , c o m m e d a n s t o u t le s y n c l i n a l , repose en concordance absolue s u r le G o t h l a n d i e n et il y a u n p a s s a g e t e l l e m e n t i n s e n s i b l e e n t r e les d e u x f o r m a t i o n s q u ' i l est i m p o s sible de pi'éciser la l i m i t e ; il e n est ainsi en p a r t i c u l i e r d a n s les t r a n c h é e s d u c h e m i n de fer é c o n o m i q u e q u i s o n t de p a r t et d ' a u t r e d e la v a l l é e d u D a o u l a s , p r è s d e l ' a b b a y e d e B o n - R e p o s , e t a u c u n fossile n e p e r m e t de s u p p l é e r a u m a n q u e de v a r i a t i o n du faciès l i t h o l o g i q u e ; ce n ' e s t en effet q u e b e a u c o u p p l u s bas d a n s le G o t h l a n d i e n q u e le faciès a m p é l i t e u x se m o n t r e a v e c ses Monoaraptus h a b i t u e l s ( L i s c u i s , Daoulas) et d a n s les c o u c h e s s u p é r i e u r e s du G o t h l a n d i e n les fossiles s o n t e x t r ê m e m e n t rares a i n s i d u r e s t e q u e les n o d u l e s q u i l e s c o n t i e n n e n t ; j e n ' e n t r o u v é , et ce n e s o n t q u e de m a u v a i s d é b r i s , q u ' u n p e u a u N o r d d e la s t a t i o n d e S a i n t - G e l v e n D a n s les p r e m i e r s b a n c s d é v o n i e n s il n'a p a s été t r o u v é de fossiles j u s q u ' p r é s e n t L a s e u l e différence q u e l'on p u i s s e o b s e r v e r est u n e l é g è r e modification d a n s le faciès, p a r e x e m p l e p r è s de B o n - R e p o s A l ' E s t d e la v a l l é e d e D a o u l a s , a u - d e s s u s d e s A m p é l i t e s , o n a des s c h i s t e s a r g i l e u x bien feuilletés (faciès g o t h l a n d i e n ) ; ils d e v i e n n e n t de p l u s en p l u s d u r s et r é s i s t a n t s m e s u r e q u e l'on m o n t e d a n s la série ; p r è s de la vallée, l ' E s t de la s t a t i o n de B o n - R e p o s , la voie ferrée p é n è t r e en faisant u n e b o u c l e d a n s le D é v o n i e n ; o n voit a l o r s la fissilité des s c h i s t e s d i m i n u e r p r o g r e s s i v e m e n t e t b i e n t ô t ils p a s s e n t d e s dalles r é s i s t a n t e s (faciès d é v o n i e n ) La voie ferrée q u i t t e e n s u i t e le D é v o n i e n p o u r r e p a s ser d a n s le G o t h l a n d i e n et on o b s e r v e e n c o r e le m ê m e p a s s a g e insensible A u - d e s s u s d e c e t t e l i m i t e i m p o s s i b l e p r é c i s e r on o b s e r v e les formations s u i v a n t e s : 1° Schistes et dalles inférieurs Schistes noir-bleuâtre, quelquefois s é r i c i t e u x , d u r s , r é s i s t a n t s , se d i v i s a n t p l u s s o u v e n t e n dalles q u ' e n feuillets m i n c e s e t a y a n t une p u i s s a n c e d ' e n v i r o n 400 m è t r e s A G o u a r e c on n ' y t r o u v e p r e s q u e a u c u n e i n t e r c a l a tion de b a n c s de q u a r t z i t e ; l ' E s t v e r s G a u r e l il s'y i n t e r c a l e quelques b a n c s , e n c o r e assez m i n c e s ; p l u s l'Esf, v e r s Uzel, les bancs de q u a r t z i t e d e v i e n n e n t p l u s n o m b r e u x et le faciès se rapproche alors d e celui b i e n c o n n u des s c h i s t e s et q u a r t z i t e s de la base d u D é v o n i e n d a n s le F i n i s t è r e M a l g r é l e g r a n d n o m b r e d'affleurements et d ' e x p l o i t a t i o n s , j e n'ai trouvé d a n s c e t e n s e m b l e a u c u n e tracefossilifère ; n é a n m o i n s , étant d o n n é l e u r p o s i t i o n , on doit les a s s i m i l e r e n t i è r e m e n t a u x schistes et q u a r t z i t e s de P l o u g a s t e l n o m m é s et ' d é c r i t s p a r M Ch B a r r o i s et les ranger' d a n s le G é d i n n i e n Ils forment e n g é n é r a l u n relief t r è s a c c e n t u é et s o u v e n t t r è s p i t t o r e s q u e , en p a r t i c u l i e r d a n s l a v a l l é e d u B l a v e t , d a n s la v a l lée du D a o u l a s et d a n s celle de P o u l a n c r e , t o u t e s trois bien c o n nues des t o u r i s t e s 2° Grès et quartzites —• A u faciès a r g i l e u x succède u n faciès gréseux c o n s t a n t m a i s d ' i m p o r t a n c e t r è s v a r i a b l e T a n t ô t ce sont des g r è s b l a n c s , g r e n u s , p l u s ou m o i n s s a b l e u x , c ' e s t - - d i r e ayant le faciès des g r è s Orthis Monnieri q u e l'on c o n n a ỵ t L a n d é v e n n e c et G a h a r d , t a n t ô t ce s o n t des q u a r t z i t e s d u r s , compacts, v e r d â t r e s ou b l e u â t r e s et r e s s e m b l a n t e s'y m é p r e n d r e aux gros b a n c s de q u a r t z i t e de P l o u g a s t e l ; la confusion est d ' a u t a n t p l u s facile q u e s o u v e n t , c o m m e d a n s le G é d i n n i e n du F i n i s tère, ils c o n t i e n n e n t a l o r s q u e l q u e s i n t e r c a l a t i o n s s c h i s t e u s e s Tantôt enfin c e r t a i n s b a n c s s o n t g r é s e u x , c e r t a i n s a u t r e s s o n t quartziteux Q u a n d on lit le t r a v a i l de M C h B a r r o i s s u r le Menez-Bel-Air on v o i t q u ' i l a r e n c o n t r é ce faciès q u a r t z i t e u x spécial p r e s q u e p a r t o u t d a n s le c e n t r e de la B r e t a g n e Enfin la p u i s s a n c e d e cet é p i s o d e siliceux e s t e x t r ê m e m e n t variable E n c e r t a i n s e n d r o i t s il p e u t a t t e i n d r e 200 m d ' é p a i s seur, en d ' a u t r e s il a t t e i n t p e i n e SO m D a n s ce c a s , q u a n d il s'agit s u r t o u t de b a n c s de q u a r t z i t e p l u s ou m o i n s v e r d â t r e s il doit être confondu p r e s q u e f a t a l e m e n t avec les s c h i s t e s et quartzites de P l o u g a s t e l ; c o m m e c'est le m e i l l e u r r e p è r e p o u r r e c o n ntre les différents n i v e a u x d u D é v o n i e n , t o u t l ' e n s e m b l e d e cet étage p e u t être a l o r s r a n g é d a n s sa division inférieure : le Gédinnien D a n s la r é g i o n de G o u a r e c le faciès g r é s e u x franc d o m i n e le plus s o u v e n t m a i s il est sujet des v a r i a t i o n s d e p u i s s a n c e considérables ; il en r é s u l t e de telles v a r i a t i o n s d a n s le relief qu'il p e u t en c e r t a i n s p o i n t s p a s s e r i n a p e r ỗ u ; tel est le cas p a r e x e m p l e p r è s de l ' e n d r o i t où le r u i s s e a u du Liscuis v i e n t se j e t e r d a n s le B l a v e t ; on ne l'y v e r r a i t pas s a n s u n e m i n u s c u l e p e t i t e c a r r i è r e , moitié enfouie sous les éboulis des schistes et dalles i n f é r i e u r s A l o r s q u e sur les b o r d s de la r a d e de B r e s t , d a n s l'Ille-etVilaine et d a n s la M a y e n n e les fossiles s o n t t r è s a b o n d a n t s ce n i v e a u , d a n s le c e n t r e de la B r e t a g n e ils s o n t t r è s r a r e s Dans la région de G o u a r e c j ' a i p u en r a m a s s e r q u e l q u e s - u n s , en particulier p r è s d e S a i n t - G e l v e n : Orf.his Monnierï R o c , Rhynchonella sp., Grammysia sp., Orthoceras sp., ce qui est p a r c o n t r e assez f r é q u e n t c'est de t r o u v e r des b a n c s farcis d ' a n n e a u x d ' E n c r i n e s de taille r e l a t i v e ment grande Il y a d a n s ces g r è s d e s i n t e r c a l a t i o n s de m i n e r a i d e fer, encore mal c o n n u e s avec p r é c i s i o n 3° Schistes cohlenciens — S c h i s t e s a r g i l e u x b l e u â t r e s ou v e r d â t r e s , avec i n t e r c a l a t i o n s n o i r â t r e s et m ê m e a m p é l i t i q u e s , p e u r é s i s t a n t s , t r è s a l t é r é s en surface et s o u v e n t décolorés ; l e u r p o r o sité i n d i q u e qu'ils d o i v e n t être calcarifères en p r o f o n d e u r ; en surface il n e r e s t e p l u s t r a c e de c a r b o n a t e de c a l c i u m , m a i s ils n e s o n t p a s assez siliceux p o u r m é r i t e r le n o m de g r a u w a c q u e , roche d o n t ils n ' o n t pas d u r e s t e l ' a p p a r e n c e o r d i n a i r e I l s s o n t p e u épais et s o u v e n t m a s q u é s p a r des é b o u l i s ou p a r la v é g é t é t i o n ; il e n r é s u l t e u n e assez g r a n d e i m p r é c i s i o n d a n s l e u r s l i m i t e s ; j e l e u r a t t r i b u e u n e p u i s s a n c e d ' e n v i r o n 50 m Ils c o n t i e n n e n t des b a n c s de fer c a r b o n a t e de c o u l e u r b l e u - n o i r â t r e , quelquefois des n o d u l e s p l u s ou m o i n s v o l u m i n e u x M a l g r é des c i r c o n s t a n c e s favorables e x c e p t i o n n e l l e s : t r a n c h é e s , p u i t s et t r a v e r s - b a n c s de l'echerches m i n i è r e s , j e n ' a i p u y recueillir que d e u x m a u v a i s e x e m p l a i r e s d ' u n Spirifer q u i p a r a ỵ t ê t r e le Spirifer lœvicosta V A L et q u e l q u e s a n n e a u x d ' E n c r i n e s J ' i n s i s t e sur le fait q u ' cause de la faible p u i s s a n c e de ce n i v e a u , de s o n a l t é r a t i o n , d e son relief effacé, qui en est la c o n s é q u e n c e , dé la r a r e t é e x t r ê m e d e s fossiles, d e s éboulis e t d e la v é g é t a t i o n q u i le r e c o u v r e n t s o u v e n t , il faut des r e c h e r c h e s t r è s a t t e n t i v e s p o u r r e c o n n a ỵ t r e sa p r é s e n c e D a n s la r é g i o n d e G o u a r e c il est p l u s facile s u i v r e q u ' a i l l e u r s , pai'ce q u ' i l est le p l u s s o u v e n t j a l o n n é p a r d ' a n c i e n n e s 1 M Ch Barrois a trouvé le faciès grauwacqueux près du Bodéo exploitations d e m i n e r a i de fer, c o m m e d u r e s t e le n i v e a u s u i v a n t 4° Schistes du Dévonien moyen — I l s o n t l e s m ê m e s c a r a c t è r e s lithologïques q u e les p r é c é d e n t s et se c o n f o n d e n t avec eux s u r tout en surface Ils c o n t i e n n e n t é g a l e m e n t des b a n c s de fer carbonate et des n o d u l e s d u m ê m e m i n e r a i , m a i s on y t r o u v e a u s s i quelques b a n c s calcaires p e u épais, i r r é g u l i e r s , formés d ' u n calcaire s p a t h i q u e b l e u â t r e L e s fossiles s o n t e x t r ê m e m e n t r a r e s et sans les r e c h e r c h e s m i n i è r e s qui y o n t été faites j e n ' e n a u r a i s pas r e n c o n t r é J ' a i t r o u v é d a n s les calcaires q u e l q u e s é c h a n t i l l o n s en m a u v a i s é t a t m a i s b i e n r e c o n n a i s s a b l e s de Phacops Potieri BAYLE et d e u x é c h a n t i l l o n s d ' u n B r a c h i o p o d e p a r a i s s a n t ê t r e u n e Cainarophoria Leur position stratigraphique n'est donc pas douteuse L e u r p u i s s a n c e p a r a ỵ t ê t r e d ' u n e c i n q u a n t a i n e de m è t r e s Le D é v o n i e n m o y e n avec Phacops a été r e c o n n u b e a u c o u p plus l ' E s t p a r M C h B a r r o i s , en p a r t i c u l i e r p r è s d e l ' a b b a y e de B o s q u e n : C e ' n i v e a u p a r a ỵ t d o n c ê t r e c o n s t a n t d a n s la B r e t a g n e centrale m a i s il est t r è s difficile r e c o n n a ỵ t r e et s u i v r e 5° Schistes et dalles supérieurs — P u i s v i e n t u n e n s e m b l e de schistes n o i r - b l e u â t r e , d u r s e t r é s i s t a n t s , i m p o s s i b l e s différencier l i t h o l o g i q u e m e n t d e s s c h i s t e s et d a l l e s inférieurs : m ê m e couleur, m ê m e c o m p a c i t é , m ê m e a s p e c t g é n é r a l , m ê m e relief élevé ; c o m m e les p r e m i e r s ils o n t u n e p u i s s a n c e r e l a t i v e c o n s i dérable, p a r a i s s a n t a t t e i n d r e p r è s de 300 m M a l g r é d e s r e c h e r c h e s sérieuses j e n ' y p a s t r o u v é de fossiles Ils p e u v e n t r e p r é s e n t e r la partie s u p é r i e u r e d u D é v o n i e n m o y e n , p e u t - ê t r e m ê m e le D é v o nien s u p é r i e u r A u - d e s s u s v i e n t le Carboniférien d o n t la l i m i t e n ' e s t p a s bien visible d a n s c e t t e r é g i o n Deux faits essentiels s o n t r e t e n i r d a n s c e t t e é t u d e d e G o u a r e c : 1° -Le faciès l i t h o l o g i q u e d u D é v o n i e n est différent de celui d e s régions classiques ; le faciès a r g i l e u x h o m o g è n e d o m i n e t e l l e ment de la base a u s o m m e t q u e les t e r m e s u n p e u différenciés tels que les g r è s Orthis Monnieri R o u , les s c h i s t e s c o b l e n ciens et les s c h i s t e s Phacops Potieri BAYLE, n e p e u v e n t ê t r e reconnus q u e p a r des r e c h e r c h e s t r è s m i n u t i e u s e s ° Les fossiles y s o n t e x t r ê m e m e n t r a r e s Il en r é s u l t e q u e le D é v o n i e n t o u t e n t i e r p e u t f a c i l e m e n t être rangé tort sous la m ê m e d é n o m i n a t i o n : s c h i s t e s et q u a r t z i t e s de P l o u g a s t e l et m ê m e d a n s t o u t a u t r e t e r r a i n s c h i s t e u x s a n s fossiles : l ' A l g o n q u i e n (Briovérien) p a r e x e m p l e Or ce faciès n ' e s t p a s spécial la r é g i o n d e G o u a r e c ; v e r s l ' E s t on le retrouve j u s q u e s u r les flancs d u M e n e z - B e l - A i r ; aux e n v i - r o n s de Collinée, ce sont encore des schistes avec i n t e r c a l a t i o n s peu épaisses d e q u a r t z i t e s v e r d â t r e s , d a n s l e s q u e l s on t r o u v e des a n n e a u x d ' E n c r i n e s et des i n t e r c a l a t i o n s de b a n c s de m i n e r a i de fer c a r b o n a t e ; d a n s la forêt de L o r g e s , il en est de m ê m e ; mais le n i v e a u siliceux se r a p p r o c h e d a v a n t a g e d u t y p e o r d i n a i r e des g r è s Orthis Monnieri, s u r t o u t a u P a s et L a n f a i n s , où on t r o u v e q u e l q u e s fossiles Il en est e n c o r e d e m ê m e a u S u d de G u i n g a m p et du côté de B e l l e - I s l e - e n - T e r r e où l ' o n r e t r o u v e d a n s les s c h i s t e s les m ê m e s m i n e r a i s de fer q u ' G o u a r e c et Collinée, p a r e x e m p l e au M e n e z C h r i s t , C o a t - a u - N o z , la C h a p e l l e n e u v e , e t c On le r e t r o u v e d a n s les m o n t a g n e s d ' A r e z et il p a r a ỵ t s ' é t e n d r e m ê m e j u s q u ' la r a d e de B r e s t le l o n g de l ' E l o r n , car il faudra s a n s d o u t e y r a n g e r les schistes et les g r è s u n p e u p a r t i c u l i e r s qui s ' é t e n d e n t d e p u i s l ' e m b o u c h u r e de c e t t e rivière j u s q u ' M o r l a i x C'est encore lui q u e l'on r e t r o u v e M o r l a i x m ê m e (schistes r a n gés d a n s l ' A l g o n q u i e n ) où Du L a u r e n s de la B a r r e a r e n c o n t r é d a n s les p e t i t s b a n c s calcaires i n t e r c a l é s d u D o u r d u f t o u t e u n e p e t i t e faunule de B r a c h i o p o d e s et de P o l y p i e r s , q u ' i l m ' a v a i t comm u n i q u é e a v a n t la g u e r r e et q u i ne.peut ê t r e que d é v o n i e n n e Il y a lieu d'ajouter q u e d a n s de n o m b r e u s e s localités de la B r e t a g n e c e n t r a l e et s e p t e n t r i o n a l e le D é v o n i e n est p l u s o u m o i n s m é t a m o r p h i s é , t o u t ou p a r t i e , pur e x e m p l e Collinée, L o r g e s , Lanfains, Tréglamus, Belle-Isle-en-Terre, Morlaix, etc., ce q u i r e n d e n c o r e son a p p a r e n c e p l u s t r o m p e u s e et son é t u d e p l u s difficile Il y a d o n c d a n s le N o r d d u F i n i s t è r e et d a n s la B r e t a g n e cent r a l e u n faciès p a r t i c u l i e r du D é v o n i e n , t r è s différent d e celui des r é g i o n s classiques, è t d a n s l e q u e l les différents t e r m e s s o n t peu o u p a s différenciés ; seules d e s é t u d e s t r è s d é t a i l l é e s , l o n g u e s et m i n u t i e u s e s ou des c i r c o n s t a n c e s e x c e p t i o n n e l l e s p e r m e t t r o n t de faire le d é p a r t p r é c i s d a n s ces r é g i o n s , d e ce q u i p e u t a p p a r t e n i r t e l ou t e l n i v e a u d u D é v o n i e n ou a u x a u t r e s t e r r a i n s t Mort au champ d'honneur ... Mollaret FRANCE S 4; t xix, Photocell C A T H É D R A L E D E STRASBOURG Inscription rappelant la visite de la Société en 1834 Frontispice Tortellier et O BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE NOTES ET. .. mon Journal du volcan, après cette éruption, me permettre quelques digressions sur la quantité de lave vomie par notre volcan, comparée celle du Vésuve et de l'Etna, et encore sur les différentes... en plaquettes, avec empreintes de pistes très nombreuses, et quelquefois Ophiures "Vers la partie supérieure, quelques plaquettes grésocalcaires avec quelques petits Lamellibranches (petites Htres
- Xem thêm -

Xem thêm: Bull. Soc. Geol. Fr. Notes et mémoires 1919, Bull. Soc. Geol. Fr. Notes et mémoires 1919

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay