Bull. Soc. Geol. Fr. 4ème série, T6 1906

364 12 0
  • Loading ...
1/364 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 23/11/2018, 23:07

BULLETIN DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE F R A N C E QUATRIÈME TOME SÉRIE SIXIÈME 1906 090 011352 PARIS AU SIÈGE D E LA SOCIETE 28, R u e G É O L O G I Q U E Serpente, V I 1906 D E F R A N C E SOCIETE DE GEOLOGIQUE FRANGE LISTE D E S A N C I E N S P R É S I D E N T S DE LA SOCIÉTÉ G É O L O G I Q U E DE F R A N C E (f indique les Présidents déeédés) MM MM ; f A M I BOUE i83o | [ f DE ROISSY I85 i858 I83I i83a i833 i834 i85g 1860 1861 i835 i836 i83 i838 i83 1840 1841 1842 1843 1844 1845 1846 1-8471848 1849 i85o i85i i85i2 i853 1854 i855 i856 f CORDIER f BRONGNIART (Alex.) f DE B O N N A R D f CONSTANT PRÉVOST f AMI BOUE f ELIE DE B E A U M O N T •J- D A M O U R •j- VlQUESNEL J HÉBERT f LEVALLOIS f SAINTE - CLAIRE D E VILLE (Ch.) •J- DELESSE G A U D R Y (Albert) j- D U F R É N O Y f CORDIER 1862 i863 1864 i865 f CONSTANT PRÉVOST f BRONGNIART (Alex.) -j- PASSY 1866 1867 1868 f f f f CORDIER D'ORBIGNY (Alcide) D'ARCHIAC ELIE DE B E A U M O N T f f f f DE VERNEUIL DUFRENOY MICHELIN D'ARCHIAC 1869 f DE BILLY 2870 j f GERVAIS (P.) 1871 ; 1872 f HÉBERT 1873 f DE R O Y S (le marquis) 1874 f COTTEAU 1875 f JANNETTAZ (Ed.) PELLAT (Ed.) 1876 -jToURNOUËR 1877 G A U D R Y (Albert) 1878 f ÉLIE D E B E A U M O N T f CONSTANT PRÉVOST f D'OMALIUS D'HALLOY f DE VERNEUIL f D'ARCHIAC f ÉLIE D E B E A U M O N T f DESHAYES Février 1906 — T VI f DAUBRÉE f G R U N E R (L.) f LARTET (Edouard) f D E VERNEUIL •\ BELGRAND 1879 1880 f DAUBRÉE D E LAPPARENT(Albert) 1881 1882 y FISCHER DOUVILLÉ (Henri) i883 f L O R Y (Ch.) Bull Soc Gcol Fr — A MM 1884 i885 1886 1887 1888 .889 1890 1891 1892 1893 1894 MM f PARRAN f MALLARD f GOTTEAU G A U D R Y (Albert) LINDER D O L L E U S (Gustave), BARROIS (Charles) 1898 1899 1900 1901 1902 Tgo3 1904 1905 B E R G E R O N (Jules) DE M A R G E R I E ( E m m ) DE LAPPARENT (Albert) f SciILUMBERGER f HÉBERT BERTRAND (Marcel) f MUNIER-CHALMAS MlCHEL-LÉVY (A.) ZEILLER GOSSELET LAURÉATS i8 1896 1897 D U PRIX VIQUESNEL MM 1876 1877 1878 1879 1880 1881 1882 i883 1884 MM f MUNIER-CHALMAS BARROIS (Ch.) F A B R E (G.) t FONTANNES (F.) f HERMITE ŒHLERT VASSEUR (G.) 1887 1890 l8 1896 1898 1900 1902 1904 D O L L F U S (G.) LEENHARDT LAURÉATS D U PRIX i8 1897 MICHEL-LÉVY BERGERON (J.) H A U G (Emile) COSSMANN (M.) G L A N G E A U D (Ph.) CHOFFAT (Paul) ROUSSEL (Joseph) PERVINQUIÈRE (Léon) FONTANNES MM 1889 1891 i8 GAREZ (Léon) H A U G (Emile) B O U L E (Marcellin) TERMIER (Pierre) PERON (A.) MM BERTRAND (Marcel) BARROIS (Ch.) KILIAN ( W ) D E L A F O N D (Fr.) B O U L E (Marcellin) LAURÉAT i o3 DU 1899 1901 igo3 igo5 PRIX FICHEUR (E.) PAQUIER (V.-L.) GENTIL (L.) C A Y E U X (L.) PRESTWICH M TERMIER (Pierre) ADMINISTRATION DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE FRANGE I906 POUR L'ANNÉE BUREAU Président : M A BOISTEL Vice-Présidents M M L CAYEUX M M F PRIEM J RÉVIL F SACGO Secrétaires Pour la France : Pour l'Etranger : M Robert DouVILLE M Roland de M E C Q U E N E M Vice-Secrétaires ; M J BOUSSAC I M J GOTTREAU Trésorier Archiviste : M G RAMOND M L PERVINQUIÈRE G ONSEIL (Le Bureau fait essentiellement partie du Conseil [art M M Marcellin B O U L E Albert G A U D R Y Stanislas MEUNIER M COSSMANN P TERMIER Albert de LAPPARENT IV des statuts] ) M M A THEVENIN Henri DOUVILLÉ E m m de MARGERIE Louis GENTIL A PERON Paul LEMOINE COMMISSIONS Commission de publication du Bulletin M M Marcellin B O U L E , É m H A U G , P TERMIER, G.-F DOLLFUS, Albert de LAPPARENT E n outre, M M A BOISTEL, Robert DOUVILLÉ, R de M E C Q U E N E M , G R A M O N D , L PERVINQUIÈRE, m e m b r e s du Bureau, font partie de cette Commission Commission de publication des Mémoires de Géologie M M E m m de MARGERIE, P TERMIER, Albert de LAPPARENT E n outre, M M A BOISTEL, Robert DOUVILLÉ R de M E C Q U E N E M , G R A M O N D , L PERVINQUIÈRE, m e m b r e s d u Bureau, font partie de cette Commission Commission de publication des Mémoires de Paléontologie M M Marcellin BOULE, G.-F DOLLFUS, R ZEILLER, É m H A U G , A THEVENIN, L C A Y E U X E n outre, M M A BOISTEL, Robert DOUVILLÉ, R de M E C Q U E N E M , G R A M O N D , L PERVINQUIÈRE, m e m b r e s d u Bureau, font partie de cette Commission Commission de Comptabilité M M Henri DOUVILLÉ, P TERMIER, L JANET Commission des Archives et de la Bibliothèque M M E m m D E MARGERIE, A THEVENIN, J BLAYAC Les envois d'argent doivent être adressés : M LE TRÉSORIER D E LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE D E FRANCE 28, rue Serpente, Paris, VI et les communications, d e m a n d e s de renseignements, réclamations, etc., etc., : M LE SECRÉTAIRE D E LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE D E FRANCE 28, rue Serpente, Paris, VI L e Secrétariat et la Bibliothèque sont ouverts tous les jours de heure heures M E M B R E S A PERPÉTUITÉ ' •j- BARỌTK (J.) f BAZILLE (Louis) f COTTE AU (Gustave) f D A U B R É E (A.) f DOLLFUS-AUSSET (Daniel) f FoNTANNES (Louis) f JACKSON (James) f G R A D (Ch.) f LAGRÀNGE (le Docteur) f L A M O T H E (de), Colonel d'artillerie -j- LEVALLOIS (J.) •j- PARANDIER f PRESTWICH (Joseph) f R O B E R T O N (le Docteur) f TOURNOUËR f VERNEUIL (Edouard de) f VlQUESNEL •\ VIRLET D'AOUST (Pierre-Théodore) BIBLIOTHÈQUE DE L'UNIVERSITÉ D E B A L E (Suisse) COMPAGNIE DES CHEMINS DE FER DE PARIS A L Y O N ET A LA MÉDITERRANÉE, 88, rue Saint-Lazare, Paris C O M P A G N I E DES F O R G E S DE CHATILLON-COMMENTRY, 19, rue la Rochefoucauld, Paris COMPAGNIE DES MINERAIS DE F E R MAGNÉTIQUE D E M O K T A - E L HADID, 26, avenue de l'Opéra, Paris COMPAGNIE DES MINES DE LA GRAND'COMUE, 17, rue Ladite, Paris COMPAGNIE PARISIENNE D'ÉCLAIRAGE ET D E C H A U F F A G E PAR LE GAZ, 6, rue Condorcet, Paris SOCIÉTÉ ANONYME DES HOUILLÈRES D E BESSÈGES ET ROBIAC, 17, rue Jeanne-d'Arc, N ỵ m e s (Gard) MEMBRE DONATEUR f M a d a m e C FONTANNES Sont membres perpétuité les personnes qui ont donné ou légué la Société un capital dont la rente représente au moins la cotisation annuelle (Décision du Conseil du novembre 1840) f Indique les m e m b r e s perpétuité décédés LISTE G É N É R A L E DES MEMBRES DE LA SOCIÉTÉ GÉOLOGIQUE DE FRANCE AU I ER JANVIER I906 (Le signe fP] indique les m e m b r e s perpétuité et l'astérisque * les m e m b r e s vie) MM 1904 A G N U S (Alexandre), Licencié (Pérou) ès sciences, Lima 1905 AGUILAR Y SANTILLÀX (Raphaël), Secrétaire-bibliothécaire de l'Institut géologique national, , del Ciprès, n° 2728, Mexico (Mexique) AGUILERA (José-Guadalupe), Directeur de l'Institut géologique national, , del Ciprès, n° 2728, Mexico (Mexique) AGUILLON, Inspecteur général des Mines, 71, rue d u Faubourg-Saint-Honoré, Paris, VIII a 1889 a 1867 1898 igo5 1878 1902 1899 i8g5 1875 1857 1904 1896 A L L A R D (Joseph-Alexandre), Ingénieur des Arts et Manufactures, Voreppe (Isère) A L L O R G E (Maurice), Licencié ès-sciences, licencié en droit, lecturer of Geology oftheUniversity of Oxford, 26, rue Etienne-Marcel, Paris, II A L M E R A (le Chanoine Jaime), 1, calle Sagristans, 3°, Barcelone (Espagne) A M B A Y R A C (J Hippolyte), Professeur des Sciences physiques et naturelles au Lycée, 6, place Garibaldi, Nice (Alpes-Maritimes) A M I O T (Henri), Ingénieur en chef au Corps des Mines, adjoint la Direction de la C o m p a g n i e d u chemin de fer de Paris L y o n et la Méditerranée, 4> rue W e b e r , Paris, X V I 10 A R C T O W S K I (Henryk), M e m b r e de l'Expédition Antarctique belge, io3, rue Royale, Bruxelles (Belgique) A R N A U D (F.), Notaire, Barcelonnette (Basses-Alpes) A R N A U D (H.), Avocat, 23, rue Froide, A n g o u l ê m e (Charente) A R R A U L T (René), Ingénieur civil, Entrepreneur d e sondages, 69, rue de Rochechouart, Paris, IX A R T H A B E R ( D Gustav A Edler von), Privatdocent de Paléontologie l'Université, 1, Bartensteing, 8, Vienne (Autriche) r 1888* 1877 1889 1901 1900* 1903 20 1899 i8j5* 1901 1880* i6o5 1873* 1899 1864* igo3 1885 1886 igo3 1881 1901 1903 1878* 1894 3o A U B E R T (Francis) Ingénieur en chef au Corps des Mines, 38, rue Lamartine, Clermont-Ferrand (Puyde-Dôme) AULT-DUMESNIL (d'), 228, rue d u Faubourg-SaintHonoré, Paris, VIII A Z É M A (Joseph), Licencié ès sciences, 14, rue de la Mairie, Pamiers (Ariège) A Z É M A (Léon), C o m m a n d a n t au 102° Régiment d'Infanterie, 37, avenue de Saxe, Paris, VII BABINET (Jacques-André), Ingénieur en chef des Pontset-Chaussées, 5, rue Washington, Paris, VIII B A L L (John), Ph D., Inspecteur en chef au Geological Survey, L e Caire (Egypte) BALSAN (Charles), Manufacturier, Député de l'Indre, 8, rue de La B a u m e , Paris, VIII B A R D O N (Paul), 32, rue Erlanger, Paris, X V I B A R R É (le C o m m a n d a n t O.), 10, A v e n u e Henri-Martin, Paris, X V I B A R R E T d'abbé), D o y e n cle Formeries (Oise) BARRILLON (Léon), ancien Ingénieur en chef de la Compagnie des Mines d'Aniche, 12, rue Brémontier, Paris, X V I BARROIS (Charles) M e m b r e de l'Institut, 41, rue Pascal, Lille (Nord) B A R T H ẫ L ẫ M Y (Franỗois), , place Sully , Maisons • Laffitte (Seinc-et-Oise) B A R Y (Emile de), Guebwiller (Haute-Alsace) BASSET-BONNEFONS (Raoul), Service de la Vérification des Douanes, Saigon (Çochinchine) B A Y L E (Paul), Directeur des mines et usines de la Société lyonnaise des Schistes bitumineux, A u t u n (Saône-et-Loire) BEAUGEY, Ingénieur en chef des Mines, Professeur l'Ecole des Mines, 38, rue Boileau,Paris-Auteuil,XVI B É D É (Paul), rég de Spahis, P.E.M., Sfax (Tunisie) BEIGBEDER (David), Ingénieur, 125, avenue de Villiers, Paris, XVII B E L (Jean-Marc), Ingénieur civil des Mines, 73, boulevard Saint-Michel, Paris, V BELLIVIER (René), Etudiant en sciences naturelles, 16, rue de l'Hôtel-Dieu, Poitiers (Vienne) B E R G E R O N (Jules), Docteur ès sciences, Professeur l'École centrale des Arts et Manufactures, 157, boulevard H a u s s m a n n , Paris, VIII BERNARD (Auguslin), Charge de cours l'Université (Faculté des lettres), 61, rue Schellèr, Paris, X V I e 1902 1894 i9o3' 1890 1878 1891 1891 1889 1890 B E R N A R D (Charlès-Em.), Ingénieur civil, 12, rue RosaBonheur, Paris, X V B É R O U D (l'abbé J M ) , M i o n n a y (Ain) 4° B E R T H O N (Paul), Capitaine d'Infanterie, de la Mission militaire du Pérou, L i m a (Pérou) BERTRAND (Léon), Chargé de cours de Géologie l'Université (Ecole normale supérieure), Collaborateur principal au Service de la Carte géologique de la France, 38, rue d u L u x e m b o u r g , Paris, V I BERTRAND (Marcel), M e m b r e de l'Institut, Ingénieur en chef au Corps des Mines, Professeur l'Ecole des Mines 75, rue de Vaugirarcl, Paris, V I BIBLIOTHÈQUE D E LA VILLE D'ANNECY (Haute-Savoie) BIBLIOTHÈQUE D E L'UNIVERSITÉ CATHOLIQUE de Louvain, 22, rue Neuve, Louvain (Belgique) [PJ 1890 1884 1883 1884 5o i865 1887 1904 i865* 1879* 1896 i8g3 1897 1896 1892 60 BIBLIOTHÈQUE D E L'UNIVERSITÉ de Bâle (Suisse) BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE de Glermont - Ferrand (Puy-de-Dôme) BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE de Grenoble (Isère) BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE de Montpellier (Hérault) BIBLIOTHÈQUE DE L'UNIVERSITÉ de Strasbourg (AlsaceLorraine) BIBLIOTHÈQUE UNIVERSITAIRE de Médecine et Sciences, Allées Saint-Michel, Toulouse (Haute-Garonne) BIDOU, Directeur-Gérant d u Comptoir des Tôles et Larges-Plats, 80, rue Taitbout, Paris, IX BIGOT (A.), Professeur de Géologie et de Paléontologie l'Université (Faculté des Sciences), 28, rue de Geôle, Caen (Calvados) BILLIOT (Jules-Vincent), Ingénieur-Hydraulicien, chef de la maison de sondages Billiot et G a d e n , 25, rue Borda, Bordeaux (Gironde) BIOCHE (Alphonse), 53, rue de Rennes, Paris, V I BISCHOEFSHEIM (Raphaël-Louis), M e m b r e de l'Institut, Banquier, 3, rue Taitbout, Paris, IX BIZARD (René), Avocat, Chargé de cours la Faculté libre des Sciences, 72, rue Desjardins, Angers (Maine-et-Loire) BLAYAC (J.), Préparateur l'Université (Faculté des Sciences), Répétiteur l'Institut Agronomique, 85, boulevard de Port-Royal, Paris, XIII BOCA, Licencié ès sciences, 3, rue d u Regard, Paris, VI BOFILL Y P O C H (Arthuro), Secrétaire perpétuel de l'Académie des Sciences de Barcelone, calle de las Gortès, Barcelone (Espagne) B O G D A N O W I T C H (Ch.) Ingénieur des Mines , L o u g a (Gouvernement de Saint-Pétersbourg, Russie) 1881 I8Q3 1882* i855 1901 1902 1890 1867 1878 1878 1900 70 1884* 1884 r 1881 1887 1889 1903 1861 igo5 1904 1902 1892 1898 1877 1898 BOISSIÈRE (Albert), Ingénieur de la C o m p a g n i e parisienne d u gaz, ia4, boulevard de Magenta, Paris, X BOISTEL (A.), Professeur l'Université (Faculté de Droit), 12, rue de Seine, Paris, VI B O N A P A R T E (le Prince Roland), 10, avenue dléna, Paris, X V I BoiSNARnọ(Léon),Varennes-le-Grand(Sne-et-Loire) B O N N E S (F.), Professeur de Géologie et de Minéralogie l'Ecole des Mineurs, Alais (Gard) B O N N E T (Amédée), Préparateur l'Université (Faculté des Sciences), 21, place Bellecour, L y o n (Rhône) BOONE (l'abbé René), Curé dePouffonds, par Melle-surBéronne (Deux-Sèvres) BOIŒAU-LAJANADIE (Charles), 3o, P a v é des Chartrons, Bordeaux (Gironde) B O K N E M A N N (L.-G.), Eisenaeh (Saxe-Weimar) BOTTI (U.), Reggio di Calabria (Italie) B O U B É E (Ernest), Naturaliste, 3, place Saint-André-desArts, Paris, V I B O U L E (Marcellin), Professeur de Paléontologie au M u s é u m d'Histoire naturelle, 3, place Valhubert, Paris, V BOTJRDOT (Jules), Ingénieur civil, 44> de ChâteauL a n d o n , Paris, X B O U R G E A T (le chanoine), Professeur aux Facultés catholiques,i5, rue Charles-de-Muyssart,Lille(Nord) B O U R G E R Y , ancien Notaire, Nogent-le-Rotrou (Eureet-Loir) BOURSAULT (Henri), 59, rue des Martyrs, Paris, IX BOUSSAC (Jean), 226, avenue d u Maine, Paris, X I V BOUTILLIER (Louis), Roncherolles-le-Vivier, par Darnetal (Seine-Inférieure) BOUVIER (René), Industi'iel, 174, cours Saint-André, Grenoble (Isère) BOUZANQUET, Ingénieur des Arts et Manufactures, 37, rue d'Amsterdam, Paris, VIII B O Y E R (Joseph), Docteur en médecine, i3, place d u Pont, L y o n (Rhône) B R A L Y (Adrien), Ingénieur des Mines, 21, rue Poussin, Paris, X V I B R A N N E R (John Casper), Professeur de Géologie, Stanford University (California, Etats-Unis) B R É O N (René), Collaborateur au Service de la Carte géologique de la France, S e m u r (Côte-d'Or) BRESSON, Docteur ès sciences, Préparateur de Géologie l'Université (Facultộ des Sciences), Besanỗon (Doubs) 80 u e l'auteur L e flambeau que M Marcel Bertrand a allumé en 1884, qui est resté neuf ans sous le boisseau, que M Schardt a ravivé en 1893, et p r o m e n é u n instant dans l'arène, ce flambeau, disonsnous, est maintenant saisi par M L u g e o n qui, victorieusement, et d'un élan irrésistible, l'emporte, et le dresse, toujours plus haut et toujours plus éclatant Personne ne le lui disputerajusqu'en 1903, et, pendant huit années, l'histoire de la géologie des Alpes suisses ne sera guère que celle des succès scientifiques personnels de M Maurice Lugeon Les caractères de son œ u v r e sont une alliance heureuse de l'imagination et d u d o n de très bien et très exactement observer ; l'amour de la précision, et en m ê m e temps le goût des spéculations hardies ; u n e ardeur qui va jusqu'à l'enthousiasme et jusqu'à la faria francese, et qui cependant n'exclut point la prudence; la passion pour la montagne, pour le terrain, au contact duquel le géologue a toute sa force, et qui d e m a n d e être v u de près, être suivi pas pas et, pour ainsi dire, au marteau; et avec cela, dans la discussion, une forme en avant, c o m m e disent les gens de lettres, incroyablement conquérante et convaincante, qui passionne les élèves et désarme les adversaires Ces qualités sont peu c o m m u n e s , m ê m e isolées : réunies dans le m ê m e h o m m e , et ce degré, elles constituent u n p h é n o m è n e vraiment rare M L u g e o n est encore très jeune ; il marche déjà dans la vie entouré d'un cortège d'admirateurs Et l'on ne sait ce qui est le plus étonnant : qu'il ait eu le talent de susciter ces admirations ; ou qu'il garde, au milieu d'elles, tout son sens critique, et toute son indépendance intellectuelle Chacun de nous se souvient de la conférence que M L u g e o n a faite, devant la Société géologique de France, dans l'une de nos dernières séances de l'année i9oi,et de la clarté, et de la chaleur, et presque de l'éloquence, avec lesquelles il a résumé son œ u v r e et esquissé la première synthèse de la structure des Alpes, suisses L e développement de cette conférence forme, dans notre Bulletin, u n M é m o i r e de cent pages, désormais classique, sur les grandes nappes de recouvrement des Alpes du Chablais et de la Suisse C'est le triomphe définitif de la théorie des grandes nappes L'absence de racine des Préalpes médianes est désormais certaine Il est certain aussi que les Alpes calcaires faciès helvétique sont formées de nappes, tout c o m m e les Préalpes L e problème du double pli glaronnais est complètement résolu L a multiplicité des nappes est évidente O n peut m ê m e essayer de les compter, et c'est ainsi que, dans les Alpes bernoises, on trouve jusqu'à six nappes superposées Vers l'Est, sur les confins d u Tyrol, c'est une nappe encore qui forme le Rhœtikon : et cette nappe ne peut avoir de racine qu'à plus de 70 kilomètres au S u d ; et il se pourrait bien que toutes les Alpes orientales, d u Rhœtikon Vienne, fussent formées elles aussi, de nappes empilées L e mécanisme de la formation des nappes alpines est analysé, enfin, dans quelques pages de théorie ; et là, sans doute, il y a beaucoup d'hypothèse, mais avec les hypothèses, que d'arguments de fait, brièvement mis en lumière, et que d'idées neuves, et quelle vision grandiose sur les caractères généraux d u pays alpin ! E n igo3, M Maurice Lugeon se propose une tâche difficile : celle d'expliquer la structure des Carpathes sans avoir jamais v u ces montagnes, et par la seule analyse des mémoires originaux et des cartes géologiques Il montre combien la théorie des nappes, appliquée la région d u Tatra, serait plus satisfaisante pour l'esprit que l'interprétation proposée par M Uhlig, et combien il est vraisemblable, en particulier, que les Klippes soient des ruines du front émergeant et disloqué d'une nappe de charriage L'excursion aux Carpathes, préliminaire d u Congrès géologique de Vienne, fournit M L u g e o n l'occasion de faire voir que bien des faits, jusque obscurs ou m a l expliqués, viennent l'appui de son hypothèse Et nous savons aujourd'hui, par les travaux récents de M Limanowski, que les Carpathes sont bien, c o m m e l'avait prédit le professeur de Lausanne, u n pays de nappes Les nappes y sont seulement u n peu plus nombreuses, et d'origine u n peu plus lointaine, qu'il n'avait osé le prévoir Tout dernièrement, dans le courant de 1905, M Lugeon, assisté d'un de ses élèves, M Argand, a repris l'étude des Alpes Pennines et des Alpes d u Tessin V o u s savez quelles conclusions vraiment effrayantes les deux auteurs aboutissent : huit nappes superposées, dont la plus haute forme le massif de la Dent-Blanche; le massif d u Grand-Paradis ramené n'être plus qu'une carapace, c o m m e le massif d u Mont-Rose ; les racines des nappes supérieures sans cesse reculées, et reculées maintenant jusqu'au bord de la région des plaines ; le caractère autochtone de l'éventail franco-italien mis de nouveau en discussion E n s o m m e , et quelque puisse être le sort de ces dernières spéculations, M Maurice L u g e o n appart aujourd'hui c o m m e l'un des mtres incontestés de la géologie des pays de montagnes D'autres ont p u être, beaucoup plus que lui, des créateurs ou des novateurs ; personne ne l'a surpassé, ni probablement ne le surpassera jamais, c o m m e généralisateur Il s'est qualifié quelque part de révolutionnaire L e m o t est juste, s'il veut dire la hardiesse de l'esprit, l'indépendance de la pensée, la claire vision des extrêmes conséquences où peut nous entrner u n e nouvelle théorie, et le regard jeté sur cette i m m e n s e étendue, naguốre encore insoupỗonnộe Il s'appliquerait M L u g e o n moins qu'à personne, si l'on voulait entendre par le goût morbide des nouveautés, l'esprit de contradiction, le sacrifice des faits aux théories Il y a de bons révolutionnaires ; il en est de détestables : dans les sciences, M L u g e o n est, sans conteste possible, l'un des meilleurs qui se puissent voir Il nous a semblé que le m o m e n t était venu, pour la Société géologique de France, de récompenser u n aussi beau talent, une oeuvre aussi originale et aussi féconde N o u s savons tous que le développement de la théorie des grandes nappes change, cette heure, la face de la Géologie Bien des choses sont remises en question, que l'on considérait c o m m e élucidées tout jamais Personne de nous n'a plus, dans la stabilité d u sous-sol qu'il étudie, la confiance qu'il avait hier; et l'on se d e m a n d e aveoune sorte d'effroi où vont nous m e n e r encore les recouvrements et les charriages Ce bouleversement de nos anciennes idées ne se serait pas produit si vite, et ces lumières nouvelles sur la constitution des continents et sur la formation des chnes ne brilleraient pas encore, ou seraient encore très e m b r u m é e s et très obscures, si M L u g e o n ne s'était pas rencontré, tout juste point Il est c o m m e le timonier, plus hardi et plus vigoureux que les autres, qui s'empare de la barre au m o m e n t critique où le vaisseau va virer de bord ; et, sans lui, la m a n œ u v r e n'eût été, ni si prompte, ni si exempte de danger N o u s ajouterons qu'il est l'honneur et presque la gloire, tout la fois, de l'école suisse et de l'ộcole franỗaise C'est Zurich et Lausanne qu'il a c o m m e n c é son éducation scientifique ; c'est ici, dans nos cours et dans nos laboratoires, qu'il l'a achevée Avoir été, successivement, l'élève de M Albert H e i m et de M Marcel Bertrand, quelle prédestination-à u n rôle décisif dans le développement de la géologie des Alpes ! E n accordant M Lugeon la haute distinction dont la Société dispose, on couronnera, tout ensemble, dans sa personne, la longue patience et l'admirable sagacité des géologues suisses, les Favre, les Studer, les Escher de la Linth, les H e i m , les Rènevier, les Baltzer, les Schardt, et la perspicacité divinatrice, et la calme hardiesse, et l'implacable précision de nos mtres nous RAPPORT PRÉSENTÉ A LA COMMISSION PAR DU PRIX PRESTWICH Ch Barrois L'article v u d u Règlement d u Prix Prestwich autorisant scinder ce prix, de faỗon qu'une mộdaille d'or soit attribuộe notre lauréat et qu'un reliquat en espèces soit appliqué quelque objet de recherche spéciale, la commission a usé de cette disposition d u testateur, en affectant la s o m m e disponible au comité qui s'est fondé en vue de conserver la collection géologique de notre regretté confrère Lebesconte Lebesconte était m e m b r e de la Société depuis 1872 et bien avant cette époque, déjà lointaine, il consacrait la recherche des fossiles primaires et tertiaires de la Bretagne, tous les loisirs que lui laissait sa profession de pharmacien Tous les dimanches, il quittaitRennes, avantl'aube, vers trois heures d u matin, parle premier train, en emportant son repas, pour aller visiter les carrières ou les tranchées nouvelles Tantôt il se rendait chez les carriers et ouvriers de la région, formés pas ses soins la recherche des fossiles, et dont il avait acquis la fidélité, en leur laissant régulièrement une b o n n e part du bénéfice de sa semaine, Il ne rentrait chez lui que la nuit tombante, fatigué, harassé, mais satisfait et chargé de précieux échantillons Entre temps, il servait ses clients, en classant ses récoltes d u dimanche ; o n le voyait alors causer fossiles en manipulant des bocaux, ou faire ses pesées u n burin la main Sa collection, résultat d'un demi-siècle de patientes recherches sur le terrain, et d'un véritable monopole, concédé directement par les carriers eux-mêmes, comprend des milliers d'échantillons de débris fossiles de la Bretagne, de l'Anjou et de la N o r m a n d i e ; elle renferme les plus belles séries connues (mais encore inédites) des Trilobites ordoviciens et des Lamellibranches paléozoïques de France, ainsi que divers types spécifiques décrits par Marie Rouault, Tournouër, de Tromelin, Lebesconte et m o i - m ê m e Elle est la plus importante qui ait jamais été faite dans notre province de l'Ouest, où les affleurements sont rares, les exploitations superficielles, et où la plupart des gisements explorés dans les ravins ou les landes défrichées, sont actuellement perdus ou épuisés L a collection Lebesconte était devenue en ioo5 la plus riche de l'Ouest, en valeurs paléozoïques, quand hélas une maladie cruelle vint arrêter notre confrère Sentant la mort approcher et la sachant fatale, Lebesconte chercha dans l'intérêt des siens céder sa maison et la collection qui en constituait le trésor Désireux toutefois d'en assurer la possession sa petite patrie bretonne, il la confia u n comité d'amis, avec mission de la vendre, n o n au plus haut prix, mais au mieux des intérêts de la science C e fut la raison d'être d u Comité d'initiative qui depuis des mois s'est efforcé de réunir les fonds nécessaires l'acquisition de la collection Lebesconte, pour l'offrir au M u s é u m d'Histoire naturelle de Nantes, et la conserver dans sa province la disposition de toits ceux qui étudient la géologie et la paléontologie de la Bretagne N o m b r e de m e m b r e s de notre Société ont envoyé leur souscription personnelle ce comité L a commission d u Prix Prestwich a pensé que la Société géologique ferait cette année le meilleur usage d u fonds Prestwich, en l'attribuant la souscription Lebesconte, puisqu'elle aurait ainsi l'avantage de faire la fois une œ u v r e de bonne science, en sauvant de la dispersion des documents régionaux précieux, u n acte de bonne politique, en encourageant les efforts des collectionneurs de province, et enfin une bonne action, en faveur d'un confrère méritant et regretté Les fonds disponibles de la fondation Prestwich s'élevant 600 fr portent le montant total de la souscription Lebesconte n i francs : ils assurent ainsi le succès d'une initiative privée qui aura été heureuse pour la géologie de l'Ouest de la France NOTICE NÉCROLOGIQUE SUR ALFRED POTIER PAR Albert de Lapparent C'est chose bien rare de nos jours, de rencontrer u n h o m m e de science dont la supériorité soit si manifeste, que nul ne songe la discuter, ni m ê m e la trouver en défaut sur quelque point Encore, si, la rigueur, ce privilège peut échoir u n petit n o m b r e de spécialistes, au temps où nous s o m m e s , quand les études scientifiques ont si grand besoin, pour être fructueuses, de se cantonner sur u n terrain assez étroitement limité, il est presque merveilleux qu'il puisse se trouver des savants capables d'exceller en n'importe quelle matière, et de se montrer, dans tous les domaines ó leur activité pénètre, des mtres incontestés Ce privilège, nul ne l'a possédé de nos jours u n degré plus éminent qu'Alfred Potier ; et de plus, par une rencontre bien peu c o m m u n e , sa mtrise a eu ce caractère, de s'exercer avec d'autant inoins de bruit qu'elle était plus u n a n i m e m e n t acceptée Dédaigneux de se faire valoir, fuyant systématiquement toute manifestation extérieure, indifférent tout ce qui n'était pas le travail pur, il a, par la seule vertu de son mérite, provoqué partout u n tel courant d'estime et d'admiration, que la justice de ses contemporains n'a jamais failli ce qu'elle lui devait ; et c'est qui, parmi eux, s'empressera de revendiquer son n o m l'honneur de chacune des spécialités où son étonnante activité scientifique a laissé des traces Voilà pourquoi ce physicien hors pair, ce mathématicien de haute lignée, cet observateur profond et sagace, chez qui le sens pratique égalait le génie scientifique, a le droit d'être réclamé par nous, m e m b r e s de la Société géologique de France, c o m m e un des h o m m e s qui ont le mieux mérité notre gratitude Bien que l'excès de ses occupations, auxquelles sont venues trop tôt se joindre les exigences d'une santé gravement compromise, l'ait tenu trop souvent l'écart de nos réunions, il est de ceux dont la trace doit rester lumineuse dans nos archives, et le témoignage que nous lui rendons a le devoir d'être d'autant plus explicite, que lui-même a pris moins de soins pour s'en assurer le bénéfice N é le ii mai 1840, Potier fit ses études au Collège Chaptal, dont son grand'père, M G o u b a u x , était alors directeur P a r m i les écoliers de sa génération (j'en puis apporter ici le témoignage personnel), il fut de suite célèbre c o m m e élève-prodige L a limite inférieure d'âge, imposée aux candidats, l'empêcha seule de concourir quinze ans pour l'Ecole polytechnique, où d'ailleurs il ne devait pas trouver grand'chose de nouveau apprendre ; car, pour occuper l'attente que les règlements lui infligeaient, ce digne neveu de l'illustre L a m é conquit, c o m m e en se jouant, le diplôme de licencié ès sciences mathématiques Q u a n d enfin, en ISOJ, l'Ecole put lui ouvrir ses portes, sa primauté s'affirma dès les premiers jours, d'autant moins discutée qu'une maturité extraordinairement précoce, aussi bien au physique qu'au moral, ne laissait en rien soupỗonner son exceptionnelle jeunesse S'il ne sortit définitivement qu'avec le second rang, c'est que son dédain habituel de la forme, joint quelque indifférence l'égard d u dessin, avait fini par laisser prendre u n peu d'avantage u n concurrent infiniment laborieux, mais que nul ne songea un instant mettre en parallèle avec lui Durant son séjour l'Ecole des Mines, Potier n'eut garde de négliger la géologie Je ne saurais oublier que, venant l'y rejoindre u n an après son entrée, c'est par lui que j'eus connaissance des Eléments de Cari Vogt, qui venaient de partre et qu'il avait su distinguer L e prêt qu'il m e fit de ce petit livre allemand, agréable de fond et de forme, ne fut pas sans influence pour déterminer une vocation que rien jusqu'alors n'avait fait pressentir et que le seul cours de l'Ecole eût été peut-être insuffisant exciter Je m e plais donc en rattacher le principe l'influence d'un ancien, qui avait amicalement protégé m e s débuts de polytechnicien, et qui je n'ai cessé de recourir depuis lors c o m m e au plus sûr des conseils en matière scientifique D e v e n u ingénieur, Potier fut chargé, au moins titre provisoire, d'un service qui, sans l'éloigner de Paris, lui imposait la tâche de terminer la carte géologique d'Eure-et-Loir Aussi, avec l'impression qu'il avait laissée ses mtres, était-il tout désigné pour faire partie d u personnel qu'Elie de B e a u m o n t fut a m e n é recruter en i865, en vue de l'Exposition universelle de 1867 L'illustre savant avait conỗu la pensộe d'exposer au C h a m p de M a r s u n grand panneau, comprenant tout le quart nord-est de la France, colorié géolog-iquement l'échelle d u 80 ooo" Pour cela, il fallait procéder rapidement, l'aide de vérifications sur le terrain, au raccordement des cartes départementales existantes, qui différaient sensiblement les unes des autres sous le rapport de l'échelle c o m m e sous celui des divisions adoptées M de Chancourtois fut chargé de la direction active de ce service, auquel étaient attachés, avec Potier, son ancien, E d m o n d Fuchs, et son conscrit, le signataire de ces lignes D è s le début, il nous fut donné d'apprécier le coup d'œil de notre collègue L a première tâche qui nous eût été assignée, dans l'automne de i865, consistait délimiter la craie marneuse de C h a m p a g n e Durant toute une journée, consacrée aux tranchées des environs de Rethel, o n vit Potier, penché suc les talus, en examiner minutieusement les particularités Après quoi, nous tendant u n fossile presque imperceptible : « Voilà, nous dit-il, une petite bête qui, je crois, pourra nous aider marquer la limite » Le soir m ê m e , son service le rappelait Paris ; mais le lendemain, forts de cette indication, qui sur le m o m e n t nous avait u n peu surpris, nous retrouvions partout dans la contrée, au m ê m e niveau, la « petite bête » en question, qu'on nous apprit bientôt désigner sous le n o m de Terebralulina gracilis Pour apprécier la valeur de cette constatation, il faut se souvenir qu'en i865 la notoriété de ce fossile n'était pas ce qu'elle est devenue depuis, et que, d'autre part, l'enseignement traditionnel de l'Ecole des mines n'avait préparé aucun de nous cette minutieuse analyse des horizons paléontologiques Mais c o m m e partout, la rare pénétration de Potier le dirigeait immédiatement vers la solution C o m b i e n de fois, au cours des c o m m u n e s excursions qui ont occupé les années i865 et 1866, avons-nous p u apprécier cette sûreté de coup d'œil, cette aptitude discerner d'emblée le point essentiel de chaque problème, cette maturité de jugement, cette faỗon tranquille de dissộquer toutes choses, toujours prêt réfréner les ardeurs irréfléchies par quelque réflexion topique et pleine de b o n sens, que relevait une pointe de cette ironie douce dont il avait le secret ! A la fin de 1867, Potier était définitivement maintenu la résidence de Paris, et, le i5 octobre 1868, il se voyait, définitivement aussi, n o m m é au service de la Carte géologique détaillée, dont Elie de B e a u m o n t venait enfin de réussir faire consacrer l'organisation E n m ê m e temps, il ộtait chargộ des leỗons de physique aux cours préparatoires de l'Ecole des mines Le siège de Paris lui fournit l'occasion de faire profiter la défense de sa profonde connaissance d u sous-sol de la capitale C'est lui qui, en qualité de capitaine auxiliaire d u génie, dirigea la marche en avant qui précéda le combat de Bagneux Familier avec les carrières de la localité, il réussit sans peine tourner et faire occuper Arcueil-Cachan M ê m e il poussa une nuit la témérité jusqu'à s'aventurer travers les lignes ennemies, pour visiter une carrière souterraine et reconntre s'il ne serait pas possible de la miner, pour faire sauter une des batteries par lesquelles les forts de la rive gauche étaient menacés "La croix de chevalier de la Lộgion d'honneur, qu'il reỗut en juillet 1871, fut la juste récompense de sa belle conduite E n 1874, il terminait successivement, presque lui seul, les Feuilles géologiques de M e a u x , de Chartres, de Provins, de Châteaudun et de Sens Puis, il'prenait la session extraordinaire de la Société géologique, aux environs de M o n s , une part que les géologues belges n'ont jamais oubliée L'année suivante, il donnait la Feuille d'Arras, où pour la première fois il avait réussi tracer, grâce une patiente étude de tous les sondages et travaux de mines connus, les courbes de niveau de l'affleurement d u terrain houiller sous les formations crétacées ; travail qu'il étendait en 1876 aux Feuilles de Lille et de St-Omer et en 1877, la Feuille de Douai Inutile de dire que les relations qui s'étaient établies, cette occasion, entre lui et les exploitants de mines de la région, avaient suffi pour inspirer ces derniers la plus haute estime envers le sagace ingénieur, qu'un arrêté de 1877 adjoignit opportunément la direction d u Service des topographies souterraines des bassins houillers Cette mission, qu'il devait remplir jusqu'en i883, lui fournit l'occasion de remarques d'une grande importance, sur le déplacement progressif vers le Sud, qu'avaient d û subir avec le temps les dépôts de houille d u Pas-de-Calais Entre-temps, dès 1875, Potier fut appelé prendre part aux travaux préparatoires en vue de l'exécution d'un tunnel sousmarin entre la France et l'Angleterre L e p r o g r a m m e de l'exploration géologique d u fond d u détroit avait été proposé par l'auteur de cette notice, alors qu'il était secrétaire de la Commission, chargée par le Ministre des travaux publics de l'examen d u projet ; commission où il s'était trouvé seul représenter l'élément géologique C e p r o g r a m m e , dont l'intérêt ne pouvait être pleinement apprécié qu'à la condition de le juger la fois en géologue et en géomètre, consistait essayer de déterminer l'affleurement de la craie glauconieuse sur le fond d u Pas-de-Calais L e rapprochement de son allure effective avec celle de la surface topographique d u lit sous- marin devait suffire pour permettre de reconntre les inflexions ou les interruptions dont la couche favorable de craie grise, i m m é diatement superposée la craie glauconieuse, pouvait être affectée entre les deux rives U n e suite de sondages, éeorchant le fond de la m e r suivant une série de lignes rapprochées, parallèles l'axe d u détroit, conduiraient au résultat cherché ; la seule condition toutefois que le lit d u Pas-de-Calais ne fût pas trop souvent encombré de sable Accepté avec empressement par les demandeurs en concession c o m m e par le ministère, parce qu'il les tirait d'une véritable impasse, en permettant de formuler, titre de condition pour l'octroi définitif de la concession, le seul plan de recherches propre élucider la question, grave entre toutes, de la continuité des assises de craie, ce p r o g r a m m e n'en rencontrait pas moins, en dehors des spécialistes, une invincible incrédulité C'était, disaiton, une pure conception de théoricien Mais l'espoir de sa réalisation n'était-il pas chimérique ? Aussi, tout en proposant, celui qui l'avait conỗu, d'en entreprendre la poursuite avec les collaborateurs qu'il lui conviendrait de choisir, l'éminent ingénieur des concessionnaires, Alexandre Lavalley, l'un des héros d u percement de Suez, ne pouvait-il s'empêcher de lui dire : « E n vérité, tenez-vous bien cette idée ? » tant la dépense prévoir lui semblait excessive, en vue d'un résultat que, dans son incompétence, il estimait très problématique D a n s ces conjonctures, j'allai trouver celui dont tant de fois la sûreté de jugement m'était si clairement apparue, et je lui fis part des objections que je rencontrais « T o n p r o g r a m m e , m e répondit Potier sans hésitation, est le seul qui puisse faire quelque lumière » Fort d'une telle appréciation, je demandai immédiatement que celui qui l'avait formulée fit partie d u personnel de la recherche ; et bientôt commencèrent, en vue d u passage l'exécution, des conférences où, c o m m e toujours, ilfitpreuve d'autant de sagacité que de sens pratique, combinant lui-même, avec le savant hydrographe Larousse, tous les détails du m o d e opératoire des sondages L a mise en train, au large d u C a p Blanc Nez, eut lieu avec sa participation : après quoi, cette expérience ayant montré que son tempérament s'accommodait très m a l de la m e r , il dut nous laisser le soin de poursuivre les recherches conformément au plan convenu Mais quand la mauvaise saison y vint mettre u n terme, et qu'il fallut procéder Paris la détermination des n o m b r e u x échantillons recueillis, c'est Potier qui presque seul, présida la besogne, son collaborateur se trouvant absorbé, cette époque, par la préparation hâtive d'un enseignement dont il venait de se charger D'ailleurs la supộrioritộ avec laquelle s'exerỗait u n diagnostic, qui jamais ne provoqua entre nous la moindre divergence d'appréciation, rendait vraiment superflue toute autre intervention lien fut ainsi encore la suite de la deuxième campagne, celle de 1876, poursuivie dans les m ê m e s conditions et avec le m ê m e succès, puisqu'elle porta le n o m b r e des échantillons reconnaissablés 3267, sur u n total de 7600 coups de sonde C'est Potier qui traỗa dộfinitivement la ligne sộparative de la Craie glauconieuse et d u Gault C'est lui qui sut diagnostiquer et définir le petit accident dont elle était affectée au large de Folkestone, et indiqua le tracé courbe qu'il conviendrait d'assigner au tunnel pour le maintenir constamment dans la couche favorable Il prit également une part prépondérante la rédaction d u rapport, et, dater de ce m o m e n t , devint le seul conseil géologique de la compagnie concessionnaire, qui avait trop bien apprécié sa valeur pour ne pas aimer recourir en toute occasion ses lumières Ainsi le n o m de Potier doit l'ester attaché en première ligne l'histoire d'un ộpisode, qui fut particuliốrement flatteur pour la gộologie franỗaise ; car, sans provoquer de m é c o m p t e s d'aucune sorte, sans faillir u n instant au p r o g r a m m e tracé, o n avait eu la bonne fortune de fournir une démonstration devant laquelle les plus sceptiques durent s'incliner ; et ce n'est pas la faute de la science franỗaise, seule engagộe dans l'affaire, si l'opinion publique anglaise, systộmatiquement hostile pour des raisons de sentiment ou de politique, a fait ajourner jusqu'ici une entreprise, que nos recherches lui interdisaient désormais de déclarer inexécutable A peine ce résultat était-il acquis que l'activité géologique de Potier passait brusquement d u N o r d au Midi de la France, quittant les plaines monotones de l'Ai'tois et de la Flandre pour s'attaquer aux dislocations des Alpes-Maritimes, ainsi qu'aux problèmes des porphyres et des grès rouges de l'Esterel A v e c quel succès, o n put le voir, quand au mois d'octobre 1877, il dirigea, aux environs de Fréjus et de Nice, l'excursion extraordinaire de la Société géologique de France, apportant des solutions décisives, aussi bien en matière de terrains anciens ou de roches éruptives que quand il s'agissait des dépôts tertiaires ou de la tectonique des couches disloquées Tous les comptes rendus quotidiens de cette session sont dus sa p l u m e : fait qui ne devait pas souvent se renouveler ; car personne ne fut plus avare de notes imprimées, auxquelles il ne se résignait que pour rendre service aux autres Mais les Feuilles de Saorge, de Pont-St-Louis et d'Antibes, publiées en 1881, témoignent assez haut pour lui, sans compter celle de Nice, dont il avait presque entièrement préparé les minutes Tout cela ne l'empêchait pas de se charger encore d'autres besognes E n 1876, sur la d e m a n d e de l'ingénieur des mines de Caen, M Vieillard, qui sentait sa fin prochaine, j'avais pris l'engagement de terminer la carte géologique départementale de la M a n c h e , où seule la région méridionale présentait quelques lacunes J'étais trop habitué la collaboration de Potier pour ne pas la rechercher encore en cette occasion U n e reconnaissance c o m m u n e , entreprise entre Gaen, Mortain et Avranches, au lendemain de l'inauguration de la statue de notre mtre Elie de Beaum o n t (dont Potier avait magistralement retracé la carrière dans les Annales des Mines), nous mit d'accord sur les divisions distinguer, dans ce pays de schistes, de granité et de diabase Ainsi la carte départementale put être publiée en 1880, fournissant les matériaux voulus pour l'exécution, terminée u n peu plus tard, des Feuilles d'Avranches et de Coutances au 80 ooo D a n s l'intervalle, Potier avait trouvé le temps de prendre part la réunion de la Société géologique aux environs de Semur L'expérience acquise par lui, dans le bassin parisien, en matière de dissémination des blocs de grès éocènes, le mit m ê m e de combattre avec succès les explications quelque peu fantaisistes des géologues locaux, qui ne craignaient pas de faire appel des glaciers pour justifier la présence de grès erratiques sur le Gros M o n t et le R o u m o n t B C'est encore Potier qu'on doit d'avoir démontré que les grès ladères d'Eure-et-Loir sont intercalés Morancez entre le calcaire d'eau douce et l'argile silex Il s'était aussi beaucoup occupé des sables grossiers, de nature granitique, qui remplissent les fentes de l'Eocène sur les plateaux de l'Eure, et auxquels il ne lui déplaisait pas d'attribuer une origine filonienne D e 1884 1890, Potier a publié les Feuilles d'Auxerre, de Clamecy et de Tonnerre Q u e de questions résolues ces trois n o m s suffisent évoquer! C o m b i e n de difficultés relatives, soit aux divisions des terrains jurassiques et crétacés, soit aux dislocations causées par la proximité d u M o r v a n ! Diflicultés que les travaux antérieurs, malgré leur incontestable valeur, avaient plus ou moins laissées en suspens D'autres y eussent trouvé la matière d'un n o m b r e considérable de notes originales Il suffisait pleinement Potier d'avoir donné sur les cartes des solutions, laconiquement résumées dans le texte impersonnel des marges 22 Décembre 1906 — T VI Bull Soc Géol Fr — 21 D a n s notre séance d u i5 mai igo5, en annonỗant, c o m m e président, le deuil qui Amenait de nous frapper, M Peron a rappelé en termes é m u s l'admiration que lui avait inspirée, lui connaisseur en la matiốre, la faỗon dont ce travail fut conduit ; n o t a m m e n t ce mélange d'érudition inouïe et de coup d'œil, dont l'auteur faisait preuve sous ses yeux ; tout cela joint une endurance physique d'autant plus méritoire, que la volonté y avait certainement plus de part que la nature M Peron n'a pas m a n q u é de parler d u m ô m e coup d u désintéressement, traditionnel chez notre confrère, avec lequel Potier, étant en 1884 premier vice-président de notre Société, déclina tout suffrage pour s'effacer devant Mallard, c o m m e lui destiné laisser dans la science une trace lumineuse, de m ê m e que, c o m m e lui aussi, il devait nous être enlevé prématurément A partir de 1887, de lourdes charges professionnelles pesèrent sur Potier A u cours de physique de l'Ecole polytechnique, dont il était chargé depuis 1881, il dutjoindre des conférences d'Electricité industrielle l'Ecole des mines, et son enseignement, dans cette matière où il était passé mtre, eut de tels résultats qu'une chaire spéciale fut créée pour lui en 1893 Si l'on songe qu'alors on s'adressait de tous côtés sa compétence, en vue d u développem e n t de cette grande industrie, dont il avait tant contribué fixer les principes, et qu'en 1891 la section de Physique de l'Académie des sciences l'avait admis, on pourrait presque dire l'avait forcé, entrer dans ses rangs, o n aura peine comprendre que la géologie pût encore trouver place dans ses préoccupations Mais l'intérêt d u problème alpin le passionnait depuis longtemps Il avait prit part en 1875 l'excursion de la Société géologique en Savoie, puis suivi les travaux de Lory, conféré avec les géologues d u Service d'Italie, et ainsi il travaillait la Feuille de Saint-Jean de Maurienne en compagnie de notre éminent confrère M Marcel Bertrand E n 1892, il se signala de ce côté par u n vrai coup de mtre Il reconnut qu'au m o n t Jovet les schistes lustrés, dont les géologues italiens voulaient alors faire une dépendance d u Paléozoïque, étaient en réalité posés sur le s o m m e t de l'éventail brianỗonnais Encore ce succốs capital, destinộ ộclairer d'un jour décisif la constitution de la chne des Alpes, ẻt-il été ignoré de nous si M Bertrand, dont les inspirations géniales ont tant contribué élucider la vraie nature des dislocations alpines, n'avait tenu honneur de garder qui de droit le mérite d'une constatation conservée par son auteur l'état de « notes inédites » Quelque temps auparavant, c o m m e pour montrer quel point les sujets les plus divers lui étaient familiers, Potier déterminait, en c o m m u n avec M Vasseur, l'âge des sables d u Périgord Mais bientôt la plus cruelle de toutes les maladies qui puissent affliger u n géologue vint mettre u n terme la partie active d'une carrière si remarquablement remplie D u moins, s'il n'était plus possible l'habile observateur d'autrefois d'aller demander l'étude directe d u terrain l'occasion de nouvelles trouvailles, gardait-il, avec tant de savoir acquis, la plénitude de ce ferme jugement qui rendait sa collaboration si précieuse C'est ainsi qu'il demeura, dans la Commission de la Carte géologique de France (qui tint le conserver dans son sein après sa retraite officielle d'inspecteur général) le conseil le mieux écouté Chaque jour, plus complètement immobilisé par des souffrances, qui jamais ne lui arrachèrent une plainte, pas plus qu'il n'en fit entendre pour le deuil si cruel qui déchirait son cœur en faisant le vide au foyer de sa chère fille, il n'en cessa pas moins, jusqu'au dernier m o m e n t , de mettre son intelligence si lumineuse et si sereine au service d u progrès de la science ; et quand, le m a i igo5, on apprit que son long martyre physique était terminé, tous eurent le sentiment qu'une grande et bienfaisante lumière venait de s'éteindre Ce sentiment, il ne fut loisible personne de l'exprimer sur sa tombe Pas plus dans la mort que dans la vie, ce travailleur silencieux et ennemi de la réclame ne permettait qu'on s'occupât de lui autrement que pour s'inspirer de son exemple Mais ici, dans cette Société qu'il a honorée, où il ne comptait que des amis et des admirateurs, alors que la trace laissée par lui dans nos publications correspond si faiblement une mtrise aussi unanimement reconnue, c'est u n devoir de dire bien haut tout ce qu'il valait Déjà, au mois de décembre 1905, dans la séance annuelle de l'Académie des sciences, le président, M Troost, lui a rendu u n h o m m a g e mérité A nous maintenant, qui avons eu le meilleur de sa vie (car la géologie garda toujours ses prédilections), nous de proclamer, dans notre domaine propre, une supériorité si négligente se faire valoir elle-même A nous de rappeler en m ê m e temps ces qualités d ' h o m m e dont nous avons tant joui : c'est-àdire son admirable droiture, sa bonté simple et sans apprêts, sa parfaite tolérance, son désintéressement sans pareil M e sera-t-il permis d'ajouter que nul, parmi nous, n'en peut porter u n témoignage plus vivant que le signataire de ces lignes ? Car il lui suffit d'évoquer les souvenirs d'une amitié d'un demisiècle, au cours duquel, travers l'excellent camarade, en fait plus jeune de quelques mois que son conscrit, ce dernier n'a jamais failli discerner clairement et respecter c o m m e il convenait le conseil, le guide, mieux que cela, le vrai mtre ... PRÉVOST f D'OMALIUS D'HALLOY f DE VERNEUIL f D'ARCHIAC f ÉLIE D E B E A U M O N T f DESHAYES Février 1906 — T VI f DAUBRÉE f G R U N E R (L.) f LARTET (Edouard) f D E VERNEUIL • BELGRAND 1879 1880... TERMIER (Pierre) PERON (A.) MM BERTRAND (Marcel) BARROIS (Ch.) KILIAN ( W ) D E L A F O N D (Fr.) B O U L E (Marcellin) LAURÉAT i o3 DU 1899 1901 igo3 igo5 PRIX FICHEUR (E.) PAQUIER (V.-L.)... rue d'Antin, Lille (Nord) GOURBINE (Charles-Alfred), ni, rue de l'Université, Paris, VII Février 1906 — T VI Bull Soc Géol Fr — B 1879 G O U R D O N (Maurice-Marie), Vice-Président de la Société
- Xem thêm -

Xem thêm: Bull. Soc. Geol. Fr. 4ème série, T6 1906, Bull. Soc. Geol. Fr. 4ème série, T6 1906

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay