Annales and Bulletins Société Linnéenne de Lyon 3941

18 0 0
  • Loading ...
1/18 trang

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 04/11/2018, 23:42

12 e Année N° Novembre i943 BULLETIN MENSUE L DE L A SOCIÉTÉ LINNÉENNE DE LYO N FONDÉE EN 182 RECONNUE D'UTILITÉ PUBLIQUE PAR DÉCRET DU AOUT 1937 DE S SOCIÉTÉS BOTANIQUE DE LYON, D'ANTHROPOLOGIE ET DE BIOLOGIE DE LYO N RÉUNIE S et de leur GROUPE de ROANNE Secrétaire adjoint : M LocQUrs, 76, bd des-Belges, e Trésorier : M GErvEa., 1, rue Bellecour, 2' SIÈGE SOCIAL A LYON : 33, rue Bossuet (Immeuble Municipal) ABONNEMENT ANNUEL France et Colonies Franỗaises Et-ranger MULTA P.4 UCIS 25 francs 50 Chèques postaux c/c Lyon, 10t-9 PARTIE ADMINISTRATIV E ORDRES DU JOUR CONSEIL D 'ADMINISTRATIO N Séance du Samedi Novembre 18 heures 1° Vote sur l'admission de : MM Paul Gavri, 52 ; cours de la Liberté, Lyon ; M Maurice VALET, Charbonnières (Rhône) ; Parrains : Schnurr et M Grive] — M Géral d NOnEl , 132, Boulevard Pereire, Paris (XV I I'), Lépidoptères ; Parrains : MM Korsal.oll' et D , l3onnamour 2° Questions importantes concernant le bulletin, la correspondance, etc 3" 'Délimitation des fonctions du trésorier et du secrétaire général ,° Renouvellement des activités de la section d'anthropologie 5' Questions diverses SECTION ENTOMOLOGIQUE : Séance du Samedi 13 Nov 16 h 1' M KeltsAI(oFF — Sur un Phasme nouveau d'Algérie (Orthoptères)) 2° M M Eonc,Nos — Captures en plaine de Melasoma laponnica L (Col Chrysomelides) 3" M 'l' esrouT — Présentation d 'insectes exotiques 4° M A Tnauv — Shenoplera ardua Cast et Gor appartient-il la faune franỗaise ' Propositions pour le bureau de 1914 6° Questions diverses SECTION D'ANTHROPOLOGIE, DE BIOLOGIE ET D'HISTOIR E NATURELLE GÉNÉRALE : Séance du Samedi 13 Nov 17 h 1° M LOCQUIN — Causerie sur quelques modes de reproduction clans les doux régnés 2° J Rodait et P CALAS — Quelques mots sur les Ancylidae 3° Propositions pour le bureau de 1934 -t e Questions diverses SECTION MYCOLOGIQUE : Séance du Lundi 15 Nov 20 heures 1° M LocQucs — Le séchage des champignons par I'infra-rouge 2' Présentation de champignons — 130 — 3° Propositions pour le bureau de 1944 4° Questions diverses SECTION BOTANIQUE : Séance du Samedi 20 Nov 16 h 1° G N TIEN — Étude sur la biologie de quelques plantes alpines 9° Présentation de plantes 30 Propositions pour le bureau de 194-4 l° Questions diverses Compte rendu de l'herborisation publique du 12 septembre 1943 L'herborisation, dirigée par M QurNEY, a réuni une vingtaine de participants, malgr é le temps lourd et un fort vent du midi On a d'abord remonté le chemin de halage qu i longe la rive gauche de la Saône, puis fait le tour de la lône reliée la Saône et servan t de réserve de pèche qui se trouve 500 mètres environ en amont de Neuville-sur Saône Dans la première partie de la promenade on a d'abord noté la présence de la plupar t des espèces triviales de saison : Linaria vulgaris, Leonlodon Autumnalis, Lepidium gr•aminifolium, Amaranlus relrofle xus, l'erbaseum Thapsus, Arlemisia vulgaris et A carnpestais, Cynodon daclylon, Selar•ia ciridis, Xanthiurn Slrunun•ium, etc etc et sur le s bords mène de la Saône : Phragmites comm.unis, Oenothera biennis, Lythrum salicaria , Leersia orjzoïdes Bidens triparlila, Cern iopinj hum demeresum, Scabiosa succisa, etc A noter, une haie assez longue bordant le chemin de halage constituée principalemen t par Bhaninu s Ca(harlira On a relevé la présence : — clans l'étang et clans le chenal 'qui le relie la Saône de : Elodea canadensis , l'allisneria Spiralis, Limnanlhemum nynrphoides, Alisma planta go, Scirpus lacuslris , Sagiltaria sagillaefolia, Polamogelon nalans P fluilan s — dans une petite mare voisine: Lenuta polyrhiza — Sur les berges et clans les prés avoisinants : Senecio paludosus, S erucoefolius , Lysimachia vulgaris, L Nummularia Polenlilla anserina, Silaüs pralensis, , Achillea plar•mica, Teucrium Scordium, Polygonum hydropiper, P mile, P persicaria, P dumelorurn, P amphibium, Innia rlisenlerica, I britannica, Menlha aquatica, M rotondifolia, M pulegium, Celamintha clinopodium, "Ahhea ofJicinalis, Erigeron acris, Matachiant aquulicum, Bubus cceesius, Erysimum cheiranthoïdes, Angelira sylueslris, Sali x elba, S (riandra, l'erhascum blallar•ia, Colchicuni, Aulumnale, Sium latifolium A noter le fait suivant : l'année dernière la môme époque, on avait observé au môm e lieu, l'entrée de l'étang, des colonies abondantes de Trapa nalans, il n'y en a plus trac e cette année, cette espèce ferait-elle des apparitions périodiques, suivies de disparition s G Ray GROUPE DE ROANN E Séance du 11 octobre -M LAItU'E parle de la constitution et des conditions de formation du « mâchefe r sorte de conglomérat que l'on rencontre dans presque tout le Roannais M CALAS présente une collection de 59 Mollusques fluviatiles et terrestres de l a région Roannaise M Cnnssinson communique une note sur un cas de fasciation chez Psalliola campiestris M Lrr•r:uvma présentre un certain nombre d'espèces de champignons parmi lesquelle s nous citerons : Tricholoma squarrulosum Bres, Tricoloma persicinum Fr , Cortinariu s cresioryaneus Britz , Lepiota felina Pers , Clavaria abielina Pers — 131 — PARTIE SCIENTIFIQU E SECTION BOTANIQU E NOTES BOTANIQUES SUR LE HAUT-BUGEY La Flore de Bréno d Par Ernest BoNNu (Groupe de Roanne ) Au cours de nombreuses excursions effectuées en Elaut-Bugey pendant l e printemps et l'été de 1942, nous avons acquis la certitude que cette régio n offre au botaniste herborisant un, champ de recherches extrêmement varié Toutes les stations s ' y trouvent, depuis l ' humide et bourbeux marécage d u fond du val jusqu ' la croupe calcaire brûlée de soleil que le sapin renonc e conquérir Avec son climat salubre si particulier (qu ' exploite aujourd ' hu i l ' industrie des sanatorial et sa variété de relief, ce plateau accidenté possèd e évidemment une flore spộciale, et les meilleurs ouvrages franỗais tels qu e les Flores de G BoNNIEC, Cosi'a, P Focnxisn — mentionnent maintes fois l e Bugey dans leur répartition géographique Les notes qui suivent se rapportent plus spécialement aux environs d e Brénod, et ceci pour deux raisons Tout d ' abord c'est cette région que nou s avons le plus particulièrement fouillée Ensuite, il semble que ce coin d u Bugey n ' ait pas fait l ' objet de recherches sérieuses de la part des botanistes Ceux-ci préfèrent-ils, de Charabotte Planachat, le relief plus tourment é d ' Ilauteville? ou bien l ' altitude moins modeste des alpages de Retord? Quo i qu'il en soit, le Catalogue des Plantes de l'Ain, de H I-luTEaa et F So isiie n (1894), ne mentionne Brénod que trois ou quatre fois ; on y rencontre cepen dant quelques bonnes espèces qui méritaient d ' y être signalées Brénod, 850 m d ' altitude, est le carrefour de trois voies naturelles : l e défilé de Meyriat, le val de l'Albarine, la passe du Col de la Cheminée Le calcaire friable, sculpté par les eaux, se montre nu en de nombreux endroits , partout où il n ' est pas recouvert, soit d'humus, soit d ' alluvion's, soit d e dépûls glaciaires L'Albarine, qui n ' est encore q u ' un ruisseau, coule au fon d du val où un marécage marque les vestiges d'un ancien étang De chaqu e gỵté s'allongent des chainons que la forét (sapins et épicéas, hêtres) couvr e en partie : le point culminant en est la Roche Samuel (1 200 m ) au Sud Est du village Bien que l ' atmosphère reste souvent sèche pendant de longue s périodes, la forêt entretient le sol dans un constant état d'humidité La multiplicité des conditions cle vie végétale (lumière, chaleur, humidité , évaporation) ; l'altitude moyenne de la région (où croissent encore les plante s de la plaine et où apparaissent déjà les espèces montagnardes) ; les particulariLés climatiques (vivacité et salubrité de l ' air), expliquent la richess e et la variété de la végétation (le Brénod, de ses environs, et même de tou t le bassin supérieur de l'Albarine : végétation xérophytique sur les collines arides,, le Montoux, le versan t occidental abrupt de la Roche Samuel, les talus ensoleillés près des Fermes , le remblai de la voie ferrée du Tramway de l ' Ain ; végétation rnésophytig'zze recherchant l ' ombre des buissons, des haie s et de la forêt des conditions moyennes d'humidité ; végétation hydrophylique peuplant les rives de l'Albarine et les maré- — 13? cages qu ' elle draine, ou quelques rares mares disséminées dans la localité Au point de vue édaphique, cette végétation est évidemment calciphile , mais il ne faut pas pour 'cela exclure les espèces silicicoles Elles se main tiennent très bien ou une épaisse couche d'humus ou de dépôts glaciaire s les isole du calcaire ; elles peuvent méme y trouver, apporté par le s 13innauu et ses environs anciennes glaciations ou les eaux d ' infiltration, le substratum siliceux néces saire leur croissance dans de bonnes conditions Pleris aquilina (abondant dans toute la partie Ouest du Bois des Quatre Sots) et Calluna vulparis (qui couvre plusieurs ares entre le Joraz et la Ferme de Florence) e n sont une preuve Pour donner un aperỗu plus prộcis de la flore du Val de Brénod, voic i les plantes les plus intéressantes recueillies au cours de nos herborisations Certaines d'entre elles, intéressantes divers litres, feront, pour terminer , l'objet de brèves notes 10 De juin septembre, les sentiers herbeux et frais du Bois des Quatr e Sots, les rochers humides et moussus, les fourrés de Camérisiers et de Framboisiers recèlent : Cyslopleris fraqilis Lhrh Polypodiunz Roberlianuzn IIolỵm Scolopendrium officinale Sm Asplenium viride Huds Polyslichunz spinulosunz Lmk Aspidiunz lohalnm Sw Milium eff'usum L Melica autans L M uni flora Retz Fesluca silvalica Vill Elynius europ eus L Garex renzola L C digitala L C ornilhopoda \Vill d C silvalica Iluds C pallescens L Scirpus silvalicus L Luzula pilosa \Villd Paris quadrifolia L Polygonalum vulgare Desf P mulliflorum Ail P verlicillalunz Ail Ilypericuni hirsulunz L Chrysospleniunz allerni folium L Rihes alpinum L Alchinzilla alpestris Schm Spir.ra arunczrs L Neollia Nidus-avis Rich Listera o p ina L Asperula odorala L Lonicera Xylosleunz L L nigra L Saznbucus racemosa L 1'aleriana dioica L V monlana L Iinau(ia silvalica Duby Phyleunza spicalunz L Lacluca muralis Fres Prenanlhes puzpurea L Salix grandifolia Ser -Mercurialis perennis L Euphorhia dulcis L Daphné 11ezereum L D Laureola L Ilcehringia muscosa L Activa spicala L Denlaria pinnala Lmk Cardamine impatiens L Rosa alpina L Ru hus 1c/tells L Geum rivale L Orobus vernus L Circœa luteliana L Epilobiunz montanuni L Geranium silva(icum L Sanicula europtea'L Pirola secunda L P rolundifolia L l 'actinium Myrlillus L Lysimachia nemorum L Pulmonaria luberosa Schk l'eronica montana L V serpyllifolia L Galium silva(icum L (Lugduziens e GG ) 2° Sur chaque versant s'étendent entre 1'Albarine et la forêt des pente s sèches et rocailleuses, des mamelons arides dont le plus curieux est le Mon toux Là s'accrochent des espèces généralement de petite taille et plus o u moins glanduleuses Seules les crevasses humides des rochers abriten t quelques plantes ombrophiles, particulièrement des Fougères (Asplenium , Aspidiunz, Cystopleris, Polypodium) Sur ces maigres pâturages Genévriers, ou sur les rochers croissent : Melica glauca Schz Fesluca glauca Lmk F gigantea Vill B achypôdiunz pinnalum P B var corniculalum Breb Carex preecox Jacq — 134 — C glauca Murr Veratrum aihum Lilium Martagon L Epipaclis lalifolia All E lalifolia Ail var viridi/lora Rchb Platanthera hifolia Rich Gymnadenia conopsea R Br Rumex sculalus L Scleranthus annuus L Corydallis souda Sm Sedum mile Gilib Polenlilla alpeslris Hall P Anserina L Sorhus Aria Crtz S aucuparia L Genisla sagillalis L Cylisus Laburnum L J1aiva moschala L Althæa olfcinalis L Linum calharlicum L Polygala calcarea Schultz Acer pseudoplalanus L Rhamnus alpina L Pastinaca pr•atensis Jorcl Laserpiluium Siler L L lali ol(urn L Calluna vulgaris Hull Cuscula L'pithymu•m L Physalis Alkekengi L Verhascum nigrum L Linaria Cymbalaria Mill Erinus alpines L Ilelampyrum silvalicum L Euphrasia Salishurgensis Funck (cuprce Jord ) E Roslkolviana Hayne E campeslris Jord Orobanche Galii Duby Teucriunn Chama drys L Mentha viridis L var Piperella Opiz Glohularia Willkommii Nym Asperula cynanchica L Adoxa Moseh alellina L Uburnum Laalana L Arlemisia Ahsinthium L Carlina acaulis L Carduus de/lorallis L C nulans L Cirsium criophorum Scop Lappa lomenlosa Lmk L minor 1)C var araneosum Lin k Mais, sur ces pentes arides, le coin le plus riche au point de vue noms tique part être l ' ancienne Ferme de la Batonnière, la lisière N -W du , Bois des Quatre Sots, avec les broussailles, les pâturages, les lieux vague s et les ruines qui l ' entourent On y rencontre notamment : Gagea lulea L Alliuni carina(um L OrniUwgalurn pyrenarcum L Leucoium vernum L Crocus vernus Wulf Cephalanlhera pallens Rich Orchis mililaris L O glohosa L mascula L O maculala L Ophrys muscifera Huds Thesium pralense Ehrh Viscum album L var Ahielis Béck Chenopodium polyspermum L Saponaria Vaccaria L Aconitum Vulparia Rchb Hesperis candida Kit Parnassia paluslris L Coloneasler lomenlosa Lincll Prunus Mahaleh L Trilolium monlanum L T medium L T ruhens L T aureum Poli Vicia dumetorum L Epilohiurn spicalum L Geranium silvalicum L Polygala comosa Schkur Haie près du village Certainement échappé des jardins V M, QuENEY Bull Soc Linn Année 1929, n° 17, p 126 Année 1930, n°9, p 135 — P amarella Crt z Tordis Anlhriscus Gmel Bupleurum falcalunz L Pintpinella maqua L P Saxifraga Eluds /Egopodium Podagraria L Seseli Libanolis Koch Peucedanum carvifolium Vill i1onolropa hypophegea Wallr Lilhospermum officinale L Verbascum Lychnitis L Veronica Tenerium L V spicala L Digilalis anlbigua Murr Orobanche cruenla L 'eucriunz nzonlanunz L Brunella grandi flor•a Jacq Stachys alpina L Gentiana verra L G Cruciala L G canzpeslris L G_ ciliata L G Gernlanica Willd G lulea L Liqustrum vulgare L Viburnonz Opulus L Scahiosa Vogesiaca Jord , Photeuma orbiculare L hurla salicina L C,arlina caulescens Lmk Cirsiuln acaule Web Centaurea Scahiosa L C amara L form fulvescens Ry 3° Les rives de l ' Albarine, depuis le flanc est da Montoux jusqu ' Corcelles , offrent une tout, autre végétation de plantes des lieux inondés l'hiver et de s alluvions ; on les rencontre également au bord de quelques mares boueuse s et peu profondes, ou dans les fossés d ' écoulement de quelques rares sources : Equiselunz limosum Willd E limosum Willd var polyslachyunz Lej Alopecurus qeniculalus L illolinia ccerulea Mouch Carex Davalliana Sm C gracilis Curt C /lava L C hirla L C ampullacea Good C vesicaria L Scirpus acicularis L Triglochin palustre L Polanzogelon densus L P mitans L Ancus silvalicus Vill Colchicuni au(urnnale L Frilillaria 17eleagr•is L Aliiuni Schcxnoprasunz L Orchis latifolia L Salix incana Schrank S repens L Polygonum Bislorla L P anlphihium L P mite Schrank Trollius europwus L Aconitum Napellus L A neurone r•anunculoides L Ba nurlculus aconilifolius L Cardamine amaril L Sanquisar•ba o/cinalis L Epilobiunl hirsulum L Con lum rnaculatunl L Jierula angustifolia Koch Eriophorunl angusti foliunz Roth Pedicularis paluslris L lfenl/la silvestris var nzolllcorn a Opiz Ga hum palustre L G elongalnm Presl Eupatoriunl cannabinum L Inula Brilannica L Bidens cernua L var ligutala Bon net Cirsiunl oleraceum Scop Une belle colonie sur la rive droite, 500 nl en aval du Pontet Fontaine d'Enfer au pied du Montoux — 136 — 4° Enfin, la flore adventice est principalement représentée par deux espèe s qui furent introduites sans nul doute avec les marchandises transportée s par le Tramway de l'Ain Elles se répandent, soit aux abords de la Gare , soit au long de la ligne ferrée, en colonies plus ou moins abondantes C e sont : Erucaslrunz Pollichii Spenu Jlalricaria discoidea D C Pour compléter et terminer cette statistique de la végétation de Brénod , il nous a paru intéressant de donner quelques précisions biologiques ou sys tématiques sur certaines des espèces citées ci-dessus 1° Asplenium riride Huds_ croit en belles touffes nombreuses sur un ébou lis calcaire humide au pied occidental de la Roche Samuel (alt 950 nm ) ou s'accroche aux parois des fissures du roc près de la Gare (alt 850 nm ) Dans les deux stations, cette petite Fougère résiste très bien aux froids , ainsi que le prouvent les frondes âgées qui portent au mois d ' avril les sores confluents de l'année précédente Ceci est dû sans doute- l'altitude : ce t Asplenium crt ordinairement au-dessus de 200 nm où les gels son t plus vifs Au sommet de la Roche Samuel (1 300 m !, le roc nu et soumi s l ' influence des vents portait au mois d ' août quelques jeunes sujets, san s aucune trace d ' anciennes frondes Nous avons toujours trouvé J riride croissant en compagnie de Cyslopleris fraqilis Ehrh et lspidium lohalum Sm- Ces trois fougères paraissen t former, clans tout le chnon qui sépare le val de FAlbarine du Valromey , une association constante que nous retrouvons de Mevriat Planachat E n est-il de même ailleurs O Carex ornilh opoda Vinci Les individus du Bois des Quatre Sots , remarquables par leur luxuriance, peuvent se rattacher la var major Bien Plus au Sud, vers Hauteville, la- crête du Biais de la Rochette (alt 230 nm ', nous acons rencontré la var caslanea Murb dont les feuille s scabres seulement la base, les écailles femelles foncées et les utricule s subglabrescents indiquent une forme de passage entre le type et l ' espèc e voisine C ornithopodioides Haussm desAlpes de Provence et du Dauphiné Fritillaria Jleleagris L ỗouvre au mois de niai les prairies alluviale s des rives de l'Albarine (alt 860 m ) Cette station est la plus élevée d u département et l ' une des plus élevées de France La limite altitudinale supé rieure de la Fritillaire pintade est estimée 800 m clans P FOURNIER (Le s quatre Flores de la France' 4° l ỵscum album var Ahielis Beelc A partir de 000 m , alors cjue se s supports de prédilection (Pommier, Poirier, Peuplier) se font rares, le Gu i s'implante de préférence sur les Sapins et Epicéas : var Ahielis Becic, o u les Pins sylvestres : var Pitti Auct A Brénod, le Gui est particulièremen t abondant sur les Sapins pectinés aux abords de la Ferme de la Batonnière ; il est nul ailleurs et sur les autres arbres 5° Fuphrasia Rostkowiana Hayne ; Wettst et E campestris Jord Ch FLAHAUT ộcrit, dans l'o Introduction ằ la Flore franỗaise de l'abb é CosTI : « Sans cloute encore, beaucoup de genres examinés de près fourniront, comme les Alchemilla, l'-lhinanthus, Isuphrasia, un certain nombre d e petites espèces dignes d'être distinguées s G BoN11ER (Flore illustrée) ne — 137 — mentionne pas l'E campeslris Jord ; COSTE (III, 42) donne :,E officinalis L = E Roslkowiana Hayne — E campeslris Jord Rouv indique l'F campeslris titre de variété Mais il semble bien acquis, l ' heure actuelle, qu e E Roslkowiana Hayne ; Wettst et E campeslris Jord , longtemps fondus ou mal connus, sont deux sous-espèces bien caractérisées et stable s de l ' espèce linnéenne E officinalis Le Frère 1-IGRIBAUD, dans sa Flore d ' Au vergne où il ne donne que les grandes espèces et quelques sous-espèces , accorde une description E campestris Jord Plus récemment, le_D r P FOURNIER dans ses ouvrages : Flore complộtive de la Plaine franỗais e (1928) et Les Quatre Flores de la France (1940), établit nettement les caractéristiques de la distinction La netteté et la stabilité de ces caractères, et l a coexistence d ' individus nombreux de chaque espèce clans une même localité excluent l ' hypothèse de formes stationnelles dues au climat au sol ou l ' altitude, et permettent de rattacher les formes franỗaises de l'E officinalis L _3 sous-espốces : (V Quatre Fl de Fr , p 785 ) a) E Roslkoiviana l-layne ; Wettst Plante rameuse de 10-30 cm Rameau x épais, rigides, ascendants, naissant presque au même point dans la parti e inférieure de la tige Feuilles aiguës très rapprochées, presque imbriquées Floraison tardive b) E campeslris Jord Plante rameuse de 15-35 cm Rameaux grêles , étalés, naissant dans toute la moitié supérieure de la tige Feuilles aiguës , rapprochées Glandes très nombreuses, plus petites Floraison tardive c) E monlana Jord Tige simple, ou presque simple Feuilles obtuse s espacées, plus courtes que l ' entrenceud Glandes moins nombreuses Floraison précoce A Brénod, nous avons rencontré E Rosikoiciana au pied occidental d u Montoux, tout au long des talus de la route de Nantua ; et E campestris dans tous les pâturages maigres bonne exposition solaire 6° Rosa pendulina L var Lévi (Seringe) Rob Keller P Fouaxiaa (Flore complộtive de la Plaine franỗaise, p 118) Le Ros a pendulina (R alpina L ) du Bois des Quatre Sots, présentait quelquesdifférences avec le type Soumis au D r P FOuaxmu, le savant Directeur d u « Monde des Plantes » nous répondit notamment : « Le Rosa pendulina L de Brénod rentre dans la variété levis (Seringe ) Rob Keller, raie, qui se trouve ỗ et l dans les Vosges, le Jura et le s Alpes » (P FOURNIER, in tilt ; Station : en belles colonies le long du sentie r frais qui s ' enfonce dans le Bois des Quatre Sots en face la Grange de l a Batonnière ; avec Geum rivale, Geranium silvalicum, Veronica monlana , Carex digitala, C remola (5 juin 1942) SECTION ENTOMOLOGIQUE Aberrations nouvelles de Monolepta signata 01 (Coléoptères chrysomélides) du Yunnan Par Louis-E PITON En octobre 1939, je recevais, envoyés de Siao-Pou-Tsi (Yunnan) par mo n excellent ami le R P Charles Belmont tout un lot d'insectes de cette — 138 — région, parmi lesquels de nombreux chrysomélides et en particulier plu sieurs centaines d'exemplaires de Monolepla signala 01 L'examen de ceux ci me montra qu ' côté de la forme typique existaient diverses aberration s inédites dont je donne la description ci-après Les schémas ci-dessous dis pensent d'ailleurs de longues descriptions q z ( 1° La forme typique (fig 2) présente un pronotum rougeâtre et quatre taches testacées claires ou jaunâtres disposées comme sur le schéma 2° Aber r ation LUTEA nov ab : Comme le type mais pronotum jaune pâl e (Il ne s ' agit pas d ' exemplaires immatures) 3° Aberr ation COALITA nov ab (fig a, b, c) : Les taches postérieure s plus ou moins réunies sur la suture 40 Aberration BIPUNCTATAnov ah (fig 4) : Les taches antérieures absente s ou réduites un point minuscule Il y a souvent en méme temps une réduction plus ou moins grande des taches postérieures 50 Aberration Pics nov ab (fig a, b) : Les taches antérieures et postérieures plus ou moins largement réunies (Les taches postérieures peuven t également confluer, a ) Dédiée M Maurice Pic, fervent entomologist e variétiste 6" Aberration YUNNANENSIS nov ab (fig 1) : Les taches antérieures et pos térieures confondues en une large bande longitudinale 7° Aberration sax-3IACCLATA nov ab (fig 3) : Taches postérieures divisée s en deux 8° Aberration BELMONTI nov ab (fig 7) : Toutes les taches réunies d e manière former une sorte de croix noire centrale entourée de jaune Dédié e mon excellent ami le Père Ch Bel mont en remerciement et en souvenir Les aberrations Pici et coalita semblent communes, plus de 15 °j d u total des exemplaires reỗus Les autres ne sont reprộsentộes que par un trois exemplaires Aberrations nouvelles de Coléoptères de France PAR Louis-E PITON 1° Ludius (Corymbites) cupreus RAB ab domensis nov ab Entière ment noire sans reflets métalliques ni tache jaune Rare En montagne ave c la variété aeruginosus Fab Lac de Servières (P -de-D ), juillet 1933 Col d e la Croix Morand (P -de-D ), juin 1938 2° Steatoderus ferrugineus LIN ab fuma tus nov ah Pronotum rouge — 139 — ferrugineux luisant Élytres brun-noirâtre pubescence soyeuse brune Jouet-sur-l'Aubois (Cher), juillet 1942 3° Hister quadrimaculatus LIN ah arvernus nov ab Comme la variét é hurneralis Fischer crochet oblitéré, mais tache postérieure divisée en deux \'olric (P -de-D ), mai 1933 Une race sylvicole de Carabus aura tus Par Louis-E PITON L Il s'agit de carabes recueillis dans les environs de Jouet-sur-l'Aubois (Cher) , en plein bois sous les feuilles dans les allées forestières Ces carabes étaien t évidemment nés sur place, certains avaient encore des téguments mous Les plus proches terrains de culture étaient plus de 500 m en lign e droite du lieu de la récolte, ce qui exclut toute possibilité de migration nocturne de ces insectes Les allées forestières sont larges de quelques mètres , très humides, il y a de l'eau én permanence, il y pousse des joncs, carex e t autres plantes semi-aquatiques et elles sont l'habitai de Bombinator pachypus et Rana agilis Ceci donne le climat de l'habitat La présence d'une ' larve de Carabus auralus sous les mottes humides acheva de me convaincre qu'il s ' agissait bien d ' un habitat normal pour ces carabes Ils présentaien t un aspect très particulier Taille faible 19 22 mm Coloration vert bronz é foncé bordure bronzée Cotes plates très effacées Pattes et antennes bru n rougeâtre Pronotun cordiforme angles postérieurs aigus Il s ' agit l d ' une petite race sylvicole pour laquelle une dénomination particulièr e serait superflue et qui s'apparente la variété Sudresi Lapouge SECTION D'ANTHROPOLOGIE, DE BIOLOGI E ET D'HISTOIRE NATURELLE GÉNÉRAL E Notes faunistiques I Par Paul Rs>IP J'indique dans ces notes quelques stations nouvelles de formes peu communes ou présentant quelque intérèt biologique VEns Dendrocoeluin(Eudendrocoeluin) Remyi de Bauchamp Ce Triclade obscu ricole, apigmenté et aveugle a été trouvé par P DE BEALCIIAMP dans le li t de l'Aujon Châteauvillain (Haute-Marne) en terrain calcaire, et par moi même Saint-Nicolas-du-Port (Meurthe-et-Moselle), sur calcaire également , l ' orifice d ' un drain et dans des conduites d ' eau d'alimentation, ainsi qu' Servance (I-faute-Saône) clans un petit bassin sec en été, creusé dans un e roche porphyroïde au pied du flanc nord de la colline du Menisot (uE BEAli CHAMP, 1932) J ' en rencontré d ' autres stations depuis 10 Commune de Servance, griffon de rhéocrènes froides, sur alluvion s glaciaires : a) fontaine Alain au hameau de Bourgagotte, mars 1934, novembre 1933 et plusieurs fois par 'la suite ; en visitant avec moi cette statio n fin août 1932, mon ami J R DExIs y a vu une Planaire blanche et aveugl e qui doit appartenir cette espèce ; b) source du Beuletin aux Rondes-Planches, — 140 — entre la route nationale et la rivière ] ' Ognon, et petite source voisine de l a précédente, 16 et 22 avril 1938 ; 2° Ermitage de Saint-Valbert, près d e Luxeuil (I-Iaute-Saône), dans un suintement temporaire au fond de la petit e grotte creusée dans le grès vosgien où j ' en trouvé un spécimen ces année s dernières Celte station m'avait été indiquée par M L CUÉNOT, qui y avai t récolté une Planaire apigmentée et aveugle, sans cloute la présente espèce , pendant la guerre de 1914-1918 Ces récoltes ont été déterminées par M DE BrA[;cIA)IP Le Turbellarié est donc très largement répandu en France nord-orientale , clans les eaux souterraines voisines de la surface, aussi bien en terrain s éruptifs que sédimentaires _Ve,nalolaenia dispar Goeze Plusieurs adultes de ce Cestode Cvclophyllidé ont été trouvés le 1~ r juin 1935 dans une Grenouille (nana leniporaria L ) provenant de \Veversheim 13as-Rhin) par un étudiant qui disséquait c e lr3alracien au Laboratoire de Biologie générale de Strasbourg M II BAn TnéLLMY, chef de Travaux, a eu' l'obligeance de me remettre ce matériel e t m'a dit qu ' il voyait ce Ver pour la première fois, bien que, depuis 1919, i l ait fait disséquer plus de 000 Grenouilles provenant de la région D ' aprè s JOYEUX et B aen (1936), l ' adulte parasite le Gecko 7«.irenlola maurilanica L et des Batraciens (Salaman.dra alra Laur et divers Anoures) ; en France , disent ces auteurs, le Ver existe surtout clans la région méridionale, où i l est fréquent dans le Gecko précité ; il s ' observe, mais assez rarement , jusqu ' aux environs cle Paris Phreorycles gordioides G L Hartmann Largement répandu dans la régio n holarctique, cet Oligochète des fissures clu sol humide a été rencontr é maintes l 'ois en Lorraine et dans les Vosges (13émnv, 1932 ; M lle T n ri v, 1939) J ' en trouvé un cadavre au Magnv-Flaubert, clans une auge alimentée e n eau par une conduite souterraine longue de 80 ni , issue d ' un bassin qu i reỗoit lui-mờme les filets d ' eau imbibant des alluvions où j ' récolté autre fois l ' espèce en abondance ( Ri`.mnv , 1932) Dans l ' Est et le Nord-Est, l ' Uli gochète a été observé aussi en Alsace : Strasbourg et environs (Dơnsar r•.tx , 1898) et en Bourgogne : Brémur-et-Vaurois (P,utis, 1936) et Saint-Jean-de Losne (collections de la Station aquicole Grimaldi ; J ' ajoute que j'en trouvé un spécimen en Corse : Albertacce (Niolo) , sous une pierre enfoncée dans la terre très humide, le août 1942 ; l ' espèc e n'était pas encore connue de celte ile Cyslobranchus respirans Troschel J'ai signalé la présence de cette Bhynchobdelle Ichthvobdellide dans le Vair, commune de Moncel-et-I-lapponcourt près de Domrémy-la-Pucelle (Vosges) où 150 spécimens ont été trouvé s sur quelques Truites (Salmo huila L ) par M Boger Sn ox le 14 avril 193 11IMv, 1933) Dans cette station, qui est la seule que l'on connaisse e n France, j ' en récolté exemplaires sous des pierres ou parmi des herbe s aquatiques le niai 1933 Toujours au même endroit, les et 16 avril x939 , M Simoxi n ' enacapturé 10 individus :4 portés par Truites (sur pêchées) , par :3 Chiffes (Chondroslonza nasus L ), sur 70 pêchées ; ces Poisson s ont été pris l'épervier, en des points où le courant était violent, ou dan s des remous ; avec eux ont été récoltés Perches (Perca fluvialilis L ) , 15 Rousses (Scardinius erylhrophlhalmus L ) et 20 Chevaines (Leuciscu s cepizalus L ) qui tous étaient dépourvus , de Sangsues Des Truites pêchées en cette station au début de juillet 1936 ne portaient aucun Cystohranche Tiieromyzon lessulalum O F Müller Celte Rhynchobdelle Glossiphonicle qui s ' attaque surtout aux Oiseaux n ' est pas commune en Lorraine L a première station connue de cette région est la Seille sous le pont de Bri n (Meurthe-et-Moselle) où j ' trouvé la Sangsue en mai 1932 et juin 193 (Ray, 1933) Mlle TéTLY 1939) a rencontré l'animal en mai 1934 et ,935 a u même endroit, en octobre 1936 dans l ' étang de Brin (dont le trop plei n s ' écoule la Seille par un ruisselet) et la même époque dans l ' étang d e Mittersheim (Moselle) M l ' abbé ilcscn AR» m' en a remis un spécimen q u ' il a pêché dans le Rupt de-Mach Jaulnv 'Meurthe-et-Moselle), le juin 1939 L ' espèce était alor s représentée en cette station par de très nombreux exemplaires de taille s variées J ' en récolté un individu dans un bras du Rhin près de Strasbour g (forêt de Neuhof ), au printemps de 1935 L ' animal est d'ailleurs connu depui s longtemps déjà de la région : il a été signalé par WELTNER (ISS7) d ' un e ferme de la Wanzenau, où il causait des ravages parmi les Canards et le s Oies et Düncnr Eix (1898) dit qu ' il n ' est pas rare en Alsace-Lorraine Hirudo medicinalis L Largement répandue autrefois en Lorraine et e n :Alsace (Ri iv 1931 et 1937), la Sangsue médicinale semble actuellement rare dans ces deux provinces Di)nER1.I:IN (1898) dit qu ' elle existe ; mais pe u abondante, dans quelques étangs de Lorraine, et c ' est dans l ' un deux, celu i de Diane-Capelle (Moselle) qu'une étudiante de Strasbourg en a capturé u n exemplaire en mai 1936 (Bai , 1937) Trois spécimens décolor és en alcool , étiquetés « Strasbourg » sans précision ni date, sont conservés au Musé e zoologique de cette ville Dans un carnet inédit que j ' consulté dans c e Musée, Oirr»LcsN mentionne l'espèce de, la Bruche en amont d'Avolshei m (13as-Rhin) (coll S r.c'En) sans date, vraisemblablement en été 1893 au dir e de M NiLnxER, préparateur En juillet 1931, divers Strasbourgeois m ' ont affirmés que l'espèce existait dans 1'111 Strasbourg, notamment entre l e pont du Corbeau et les Ponts-Couverts ; je l ' cherchée longuement en ce t endroit, mais en vain ; par contre une forme voisine, Haemopsis sauguisurla L y était abondante lorsque j ' montré des échantillons de celle-c i aux personnes qui m ' avaient indiqué la station, elles m ' ont affirmé que leu r Sangsue médicinale étaient différente de l'llaemopis, et elles m ' en on t décrit correctement la coloration tégumentaire Il semblerait donc qu e Ilirudo medicinalis existe encore clans cette partie de l'I11 MOLLUSQUES Larlelia Rayi Bourguignat et L diaphana Michaud J ' récolté de nombreux spécimens du premier de ces Bythinellides et quelques-uns du second , tous déterminés par M L GrnmaIN, dans une cuvette d'eau de l ' abỵme d e Bévy (Côte-d :Or) au début de septembre 1929, avec leSphéromien troglobi e Caecosphaeroma (Vireia) hurgundum Dollfus L Rayi était déjà connu de cette région : fontaine froide près de Beaune Ou l'a aussi rencontré en Champagne (alluvions de la Seine Verrière s (Aube) et dans le Dauphiné, alluvions de la \ 'loure près de Combovi n (Drôme) NlvEu-Le.mAmE (191e) rappelle cette observation, niais dit qu'elle a été faite pa r Wanzenau — 142 — L diaphana a été trouvộ clans le dộpartement du Jura (alluvions d e Besanỗon Saint-Amour, sources de l'Ain), clans celui de l'Ain (sources prè s d'Hauteville) et aux environs de Lyon dans le Rhône Lilhogllyphus nalicoides de Férussac Ce Bythinellide d'origine pontiqu e s'étend progressivement vers le Nord et le Nord-Ouest de l'Europe en uti lisant les voies navigables ; il a atteint les régions de Paris, de Nancy et d e Saint-Jean-de-Losne (Réuv, 1924, CARDOT, 1926, PARIS, 1931) Je l'ai signalé en 1924 dans des canaux des environs de Nancy et il y étai t alors très abondant ; depuis une dizaine d'années, je n'en rencontre plus qu e des coquilles dans ces stations Le Gastropode a été trouvé aussi en Alsace : dans le Rhin Lauterbourg et dans les canaux de la région d ' Huninl;ue ;E11nMANN, 1934) Le 28 mai 1934 , dans l'Hl Strasbourg, au pont de la porte de Robertsau, j'en récolté d e nombreuses coquilles vides depuis longtemps sala plupart étaient très cor rodées, voire percées, le péristome ébréché) ; je n'ai rencontré aucu n vidu vivant en cette station ni d'ailleurs en Alsace Dans l'Est de la France, l'espèce ne semble donc pas s'être maintenue par tout où elle s ' était installée Valvala minuta Draparnaud Dans la source de la Grozonne Crozon , canton de Poligny (Jura), j ' en recueilli de très nombreux spécimens (dét L GERmaix), le 11 avril 1930 Cette Valvée, qui est commune, vit surtout dans le Midi (Rhône, Hérault , Var, Alpes-Maritimes) I3IBLIOGilAPHI l BnercHAM r, (P DE) Turbellariés, Hirudinées, Branchiohdellidés Deuxièm e série Arch Zool exp , 72, p 113-380 1926 Cantor (Il ) Petites contributions la faune malacologique du nord de l a France Bull Soc Linn Lyon, 5, p 135-136 1898 — DüI,enr.slN (L ) Die Thierwclt von Elsass-Lothringcn Das Reichsland Lis Lolhr , I, p 61-81 1934 — Emtmxxs (P ) — Weichticre Efollusca Tient Jfilleleuropas, 2, Lief 264 p 1936 — Joyeux (Ch ) et Basa (J G ) Cestodes Faunes de Fr , 30, 613 p 1938 — Moszir ssr (A ) Oligochètes de biotopes hypugés de la vallée du Rhin, d ' Alsac e et des régions limitrophes (1' communication ; Arch Zool exp , 80 N et 11 p 1-10 1912 — NevEU-Lsuame (M ) Parasitologie des animau4domestique.s,etc Paris, Lamarre éd , 257 p 1931 — Pams (P ) Le Lithoglyphus nalicoides de Ferussac dans le bassin de la Saône , 1932 — Bull Scient Bourgogne, I, p 31 1936 — Sans titre] Ibid , ( 1933 ; paru en 1936), p 185 19 i — I1émr (P ) Géonémic du genre Lithoylyphus (Gastrop Prosobr ), etc Ardt Zool exp , 62 N et R , p 4-20 1932 — Trois espèces intéressantes de la faune vosgienne Bull Soc hist rial ;]Moselle, 33, p 47-54 1933 — Prộsentation d'une Sangsue nouvelle pour la faune franỗaise, Cyslobranchus respirans Trocshel Cahiers torr., 12, p 111 1931 — Sur quelques Hirudinées des Balcans Ann Soc Linn Lyon, 77 , p, 17-2 i — Sangsues de Yougoslavie Bull Soc Zool de Fr., 62, p 140-148 1937 1939 — TéTer (A ) Contribution l'étude de la faune de l'Est de la France (Lorraine) Méat Soc Sc Nancy, et Th Sc nat Nancy, 453 p 1887 — WEI TNER (W ) Clepsine lesselala O F Müll aus dem Tegelsee bei Berlin SB Ces Nat Fr Berlin, p 85 SECTION MYCOLOGIQU E Caractères et affinités du Naucoria flava Bres — Flammula dactylidicola Lange, espèce nouvelle pour la France Par R KEANER Nous avons récolté cette espèce le 16 septembre 1942, dans l'herbe, e n lisière d'un pré, en bordure du village de Saint-Bon (Savoie) Bien que l a récolte ait été fort maigre (2 individus), nous croyons faire oeuvre utile e n transcrivant les caractères relevés, parce qu ' ils concordent (le facon trè s satisfaisante avec ceux qu'indique LANGE, dont l'aquarelle peut être considérée comme une représentation très fidèle de notre champignon (Nor a Agaricina Danica, pl 123 G et vol IV, p 12) Chapeau (3,5 cm ) convexe, obtus ou subobtus, avec la marge un pe u excédente, parfois brièvement crénelée, très opaque, d ' un ocre doré foncé (K 161), taché de fauve (K 152) au froissement, mat et glabre l'oeil nu , mais montrant, sous la loupe, au moins par places, un fin tomentum fibrilleux apprimé, moyennement charnu ° Lames moyennement serrées (44 grandes lames ; lamellules), d ' u n Chcilucystides et Spores de Fulvidula /lava (Brest bel ocre fauve foncé (K 152 + 157), avec l ' arête plus claire, assez larges , aiguës en avant, adnées, mais nettement sinuées-émarginées en arrière Stipe de cm de long, égal (5 mm d ' épaisseur dans la partie supérieure , mais base fortement épaissie (9 mm ) en un bulbe claviforme, progressif , ocré fauvâtre (lavé de K 152 très dilué), surface fibrilleuse-aérifère sou s la loupe, mais non soyeuse, plein Chair du pied miel-ocre (K 157 avec un peu de 156, dilués) ; celle d u chapeau pâlissant en séchant au paille doré clair, odeur désagréable, saveur peu agréable, mais douce Spores (dans l'ammoniaque) d'un fauve foncé mais vif, 5-7,5 X 3,5-4,5 u , pruniformes ou légèrement en amande, évidemment ponctuées-verruqueuses, verrues plutôt grossières, bien qu'assez basses, pas très nombreuses Basides 26-28 X 5,5-6 p., très progressivement claviformes, ou parti e supérieure presque subcylindrique, stérigmates Cheilocyslides innombrables, 30 X 3,5-6 µ, un peu ventrues-fusiforme s vers le bas, atténuées au sommet en un bec grêle (1-2 p ), portant une petite — 144 — tète ronde, de 2,5-4 c de large, plus ou moins nette, germant parfois en u n (ou cieux) nouveau bec, qui se termine son tour par une petite tète Trame des lames régulière, hyphes assez courtes, de 8-12 i de large, évi demment bouclées, avec sous-hyménium très mince, non gélatineux Chair piléique hyphes de 6-16 1.1 de large Revêtement du chapeau hyphes assez grosses (4-9 a), cylindracées, entrelacées en un revêtemen t aérifère, non gélifié, plusieurs ayant la paroi rugueuse par un pigment d e membrane LANGE considère comme incertaine la position systématique de cette espèc e qui s ' éloignerait des autres Flammula par ses lames émarginées SINGER Revue de Mycologie, t II ; N S , p 238 ; 1937) la range dans l e genre Fuleidula créé par ROMAGNEsI pour les Flammula de la section Sapineae, mais il ne donne aucun argument en faveur de cette manière de voi r et ne fournit aucune précision sur l'espèce, tel point qu'il est permis d e se demander s ' il en a eu des exemplaires entre les mains RoMAGNESI, qu i range aussi X /tara clans ses Fulvolula, n ' est pas plus explicite (Bull Soc Mye de France, t LVIII, p 89, 1942) Personnellement, nous n ' hésitons pas un'instant ranger N /lava dans l e genre Fulridula ; ce champignon ne s'écarte guère en effet des espèce s typiques de ce genre que par l'habitat, dans les touffes de graminées (Dactylis d ' après LANGE) ; tous ses autres caractères, en particulier ceux de s spores et des cystides, sont ceux des Sapineae Ajoutons que si les coupes de lames apparaissent parfaitement limpide s dans l'ammoniaque, elles montrent, lorsqu ' on les monte clans l ' eau, de s masses d ' un jaune olive sombre, qui traversent l'hyménium dans toute so n épaisseur ; ces masses, que l'on pourrait prendre, un faible grossissemen t pour des cystides immergées, sont biréfringentes ; elles s ' illuminent vive ment entre les nicols croisés et disparaissent instantanément lorsqu ' o n introduit de l 'ammoniaque clans la préparation Or, jusqu'ici nous n'avons rencontré de nasses semblables que chez l e Flammula sapinea, le FI hellula (Pecl.), qui en est indiscutablement trè s voisin, et vient aussi sur bois de conifères, et les Pholiola spectahilis e t suheris R MAIRE, qui ne diffèrent desFulvidula typiques que par leur voil e annuliforme (Cf Le Botaniste, S XXVI, p 359 ; 1934, et Bull Soc Mycol de France, L LII, p 13, 1936) ÉCHANGES, OFFRES ET DEMANDE S Offre Microscope SOFRINDO, dernier modèle pliant de voyage, état neuf , avec optique Pour renseignements complémentaires écrire M TESTOUT , 107, rue Moncey, Lyon J'achèterais ou ộchangerais Buprestes franỗais ou exotiques Faire offr e avec liste : M L FROQUET, 43 bis, rue du Dauphiné, Lyon IMP PROTAT FRÈRES, MACON — MCMXLIII — C O L :31 1918 Le Gérant : G CIIAMBERT :■■iiiiiiiiiiiiii•tttttt•titi■iiitti•tttt••t•••t•i•tt•t ■ n ■ ■ • ■ MAISON DUMAS — VIVIAN T 72, Avenue de Saxe, LYON Tél M 55-61 5, rue Marcellin-Allard, S t -ÉTIENNE Tél 43-1 MEUBLES - MACHINE S FOURNITURES de BUREAU X SPÉCIALITÉ de FICHES de CLASSEMEN T ■ n USINE : 109 ; rue Ney, LYO N ■•tt•t■■■•tttttt•ti••ttttttttttt•••tttt•tttt•ttttttitt~ n ■■ COMPAGNIE ÉLECTRO-COMPTABLE : Machines Electro-Comptables cartes perforée s Société Anonyme au Capital de 31 500 000 de frs n n Magasin de vente et salle d 'exposition : 360, rue Saint-Honoré, PARIS lei LYON : 4, rue Grêlée — MARSEILLE : 58, rue Paradis ▪ n ti•itti•ti■it•t11tt■tttttt■amma n n• PERRAUD & FILS 22, Place des Terreaux ttttttiiititttntat■■■t n FLEURS NATURELLES Maison de Premier Ordre Livraisons rapides directe s LYON ou par ses correspondants T :B 06-39 Adr Tél PERRAUFILS-LYON en France et dans tous pays ▪ ■ ■ at ■■tttttt•■■t•i•tttttttti■■itt■•et•ttttitittt••ttta•ttn : ▪ Catalogues — Bulletins périodiques — Comptes rendus d'Assemblée s Tètes de lettres, factures et tous imprimés de bureau IMPRIMERIE PROTAT FRÈRES ■ • n n n — MACO N Publicité en toutes langues européennes et orientale s Équations et formules de mathématiques, algèbre, chimi e o Travaux artistiques en noir et en couleur s Similigravure Trichromie Héliotypogravure Conditions spéciales aux Membres de la Sociét é ■n■■■••■i■■■■t■■i■■i•••■■t■••i■•ttt•t■■■■•t■titt•t•t••■■■ ••••••■•••••••■••■••••••■■■■■■■■•■■■■■■■■■■■■■•■■■■•••• ■ ▪ ▪ n n n OPTIQUE 11, JULES PETE R APPAREILS DE LABORATOIRE INSTRUMENTS SCIENTIFIQUES • ° rue de la RÉPUBLIQUE, LYON — Tél Burdeau 28-69 • ▪ •■••••••••••••••■••••••■■■•••••••■•■■••••••••••••••••■ ■ n COMPTOIR CENTRAL D'HISTOIRE NATURELLE - • ■ 3, place Saint-André-des-Arts, et 11, place Saint-Michel — Paris (6 e ) • ZOOLOGIE, BOTANIQUE, GÉOLOGIE, MINÉRALOGIE • Atlas d'entomologie avec planches en couleurs Atlas des fossiles avec planches en noir Atlas des' oiseaux avec planches en couleurs • • ■ • ■ ■ ■ N B®UBEE & Ci e En cours de parution Atlas des amphibiens et reptiles ■ Catalogue franco - sur demande - Atlas des mammifères — Atlas des poissons ■ ▪ ■ ■ ■ Pas de Bons Repas sans un verre de SAMOS ■■■ du SAMOS des PÈRES DES MISSIONS AFRICAINES ■ 2■■■■■■■■■•■■■■■■■■■■■■■■■•■•••••■■•••e■••••••■••••••• i IMPRIMERIE TRACO L ▪ • ■ a ■ ■ ■ ▪ ■ ■ SAINT-ÉTIENN E COMMERCE ET ADMINISTRATIO N SPÉCIAL1Tls S IMPRE S EN CONTINU Recto - Verso - Avec ou sans carbonage DE CHÈQUES POSTAUX n° s 1418 et l-4l9, M avec impression en noir de la firme, du numéro de compte et , le cas échéant, de sommes ; de tous textes au verso du talon Commande minimum : 500 AVIS DE VIREMENT — BORDEREAUX 101 ■ ■ ■ ■ ■ ouramaitauannaulnalmannananaaaluimnanammanannaaaaanna lg n L I Il A I R I E DES F CU L TÉS JOANNÈS DESVIGNE 8c C' E LIBRAIRES-ÉDITEUR S i Maison fondée en 1872 U 36 42, passage de l'Hôtel-Dieu, LYON Tél FRANKLIN o ;-Sj R C : Lyon' B 3027 ■ OUVRAGES SCIENTIFIQUES EN S FRANầAIS ANGLAIS, ALLEMAN D VENTE DE COLLECTIONS A TEMPÉRAMENT ■ ■ ■ ■■■•■■■■■•■■■■•••••■•••■••■•••••■•••••■•••••••••••••••■ ... Hirudinées des Balcans Ann Soc Linn Lyon, 77 , p, 17-2 i — Sangsues de Yougoslavie Bull Soc Zool de Fr., 62, p 140-148 1937 1939 — TéTer (A ) Contribution l'étude de la faune de l'Est de. .. Atlas des' oiseaux avec planches en couleurs N BđUBEE & Ci e En cours de parution Atlas des amphibiens et reptiles ■ Catalogue franco - sur demande - Atlas des mammifères — Atlas des... représentée par deux espèe s qui furent introduites sans nul doute avec les marchandises transportée s par le Tramway de l'Ain Elles se répandent, soit aux abords de la Gare , soit au long de la ligne
- Xem thêm -

Xem thêm: Annales and Bulletins Société Linnéenne de Lyon 3941, Annales and Bulletins Société Linnéenne de Lyon 3941

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay