Cavernes de la Grande Chartreuse et du Vercors, Martel, 1900

111 0 0
  • Loading ...
1/111 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 04/11/2018, 17:24

LES CAIIISI il ilIliffllSI 1T DUYERGORS PAR MARTEL E.-A- GRENOBLE IỴỴPR1MERI3Ï : : ALLIER-'; 2G, Cours ' Saint-André, -; '1900 '-''' FRÈRES:' 26 : LES iỵ TORS PAR E.-À MARTEL GRENOBLE IMPRIMERIE 26,, Cours ALLIER Sainl-André, '1900: FRÈRES 26 Extrait àe YAnnuaire de la Société des Touristes Année 1899 du Dauphiné, LES CAVERNES DE LA GRANDE-CHARTREUSE ET DU VERCORS le récit détaillé Il y a trois ans, j'ai donné, ici-même, dans les souterraines de mes premières recherches du Dauphiné, sciatels du Vercors ei cavités naturelles Andu Dévoluy çhouruns {Les abỵmes du Dauphiné, 1896, pp 133-192) A la fin de ce le voeu que le sous-soldes j'exprimais de France fût scruté avec le même soin nuaire S T D pour compte rendu, calcaires Alpes Karst autrichien et des Gausses cévenols : que celui.du on.sait comment M Décmbaz, d e Pont-en-Royans, a heureusement cetappel ; son article dans répondu l'avanl-dernier et ses deux logie mémoires (n"s 13, mai 1898, et 22, décembre mes]iré\isions,combien voir,conformément et importantes il écouvrir parmi entre nillon, principale maintenant S T I) (1898, pp 102-153) publiés par la Société de Spéléo- Annuaire choses restaient les cavités autres, découverte dont el L899) ont fait de belles restent encore celle de Bourdauphinoises; la révélation inattendue est la de M Décombaz, doil figurer de France, parmi 1rs plus remarquables côté des innovations de Bramabiau, Padirac, Dargilan cent coudées au-dessus des souel l'Aven Armand, terrains classiques, mais trop surfaits, d'Osselle(Doubs), Charenl e de , de Rancogne (Yonne d'Arcy-sur-Cure ! Dordogne M iremonl etc le plaisir de reprendre de 1896, el de pouvoir investigations semaines a l'étude des cavernes du En 1899, courtes j'ai eu mes trop consacrer massif de quatre l'achèvement la Grande-Chartreuse, de l'exploraà l'examen tion du Brudoux de (forôl de Lente), ù de vaines Lentatives scialets du Vercors, plusieurs >lu Cholel el d'Ardans 1rs sources pénétration ri enfin l'investigation de quelques uns des chianne, Cette dernière partie grands puits neige du Dévoluy des de la Société d'études sera relatée dans In bulletin le Hautes-Alpes; présent travail les I.— du massif Cavernes C'esl ami sur les instances autres vont l'aire l'objet du de la Grande-Chartreuse réitérées de mon distingué effectué enfin que j'ai l'inspection «les cavernes des deux Guiers ; la différée II Perrand longtemps quatre de son lecture livre beau et Grande-Chartreuse» lustrations m'avaient fournir une description cations dont « les la vue de convaincu de la montagnes ses suggestives ilde la nécessité de précise et un plan topographide ces trous peu visités: bien que, encore inexistants, de galeries nouvelles, que je n'y aie guère découvert ni rencontré les immenses ramifications el communi- grotte,j'ai on l'existence de l'une l'autre espérait été vivement intéressé par leurs impositions rôle liydrologique, et par la par leur intérieures, lumière qu'elles si nouvellemenl sources débit contribuent expliqué variable En l'aimable M société jeter sur le phénomène, mes explorations,des d'après et trop-pleins el avec l'efficace temporaires de concours II donl la connaissance de Ferrand, approfondie toute celle région elles relations ont sinpersonnelles facilité et agrémenté la besogne, j'ai insguliéremeiii 10 au U) juillet 1899, les grottes des Échelles, pecté,du de la source du Guiers-Mort, du Trou du Glas el de la sour lu Guiers-Vif Voici le procès-verbal raisonné i le uns excursions I" Au Nord Chambéry, GROTTES DES ÉCHELLES de Saint-Laurent-du-Pont, elles sonl trop connues puis que le Club d'aménagements sur la route de el trop visitées, dle passerelles et Alpin lésa pourvues très confortables et l'orl bien compris, les décrire Les détails donpour que je m'attarde nés par MM Martin-Franklin et L Vaccarone (Notice sur les grottes des Echelles^ in-8° Chambéry, historique 1887) et reproduits par Joanne (Guide des Alpes Dau- — et nouveau phinoises — Dictionnaire de la géographique exacts et circonstanciés sont suffisamment France) et le fonctionnement Seuls l'origine m'arrêteront pour quelques pages sommairement la très Rappelons de ces cavernes originale disposi- tion de la localité Au Nord-Est alluviale plusieurs du bourg des Echelles et de la plaine où confluent les torrents des deux Guiers, ravinements des pentes méridionales du mont I — Premier.- — Vue prise de l'intérieur grotte des Échelles 'le la falaise fissuration de Spéléologie par la Société Communiqué vers la sortie — 75 — a dû jadis absorber les eaux dé quelque fut un partiel''émislac local, dont le gouffre grand déversement tandis saire souterrain, que le principal s'effectuait sec, mais par le thalweg, aujourd'hui L'entonnoir rempli qui descend de pots d'absorption-, SCIALET HE LA CEPE de Yassieux OU LASEPPE (ou Croix de Sep) Vaissieux.(BROME) dans La Chapelle (comme le cas est encore fréquent le Jura et ailleurs) est très commode ; la cheminée descendre admirable avec une échelle un de cordes, et constitue marmite de géants rayures de exemple hélicoïdales d'érosion dans (v le plan) ; elle débouche une grande diaclase, haute de 15 25 mètres, qu'en7 — 76 — combre cVabord le très rapide et croulant talus (à 45°) et carcasses, tombés ou jetés de pierres, branchages el qu'occupe ensuite un bassin d'eau que par l'orifice, de ne pouvoir Au point j'ai eu le regret parcourir où on y arrive, la diaclase n'a que 30 40 centimètres' de largeur, un bateau ne pourrait y passer ; et l'eau y est trop profonde (plus de mètres) et trop encombrée de blocs et ossements branlants de (prolongement j3ied A pour que l'on puisse s'y risquer l'éboulis) une petite distance la crevasse semble s'élargir ; il en est de même ou mètres au-dessus de nos têtes ; s'écartent bien d'un mètre ; mais nous ne aux petites corniches, d'ailleurs bien pouvonsalfeindre précaires, qui font saillie trop haut ! Pour dire qu'on là, ses parois sur ce bassin, les visiteurs cle 1896 pourrait naviguer haut ou jslus bas, en un ont-ils trouvé son niveau-plus point moins étroit que celui qui m'a arrêté? Cela pourde l'afrail être, sans que rien cependant permette firmer Tout ce que je ]3uis dire, c'est qu'en criant dans la galerie, il se produisait une résonnance prolongée, comme dans les hauts de aqueducs kilométriques Padirac et de Bramabiau, indice j30ssible mais non Certain d'une étendue notable Au magnésium j'ai cru entrevoir au moins 20 ou 30 mètres de longueur ; au-delà? Mystère Avec des crampons qu'ya-t-il au roc ou des barres de.bois mises en travers scellés il sera de se faufilerau-dessus possible,' non sans précautions, du bassin et d'y découvrir peut-être quelque'important réservoir est-il que ce réservoir, selon la loi généToujours se rale des terrains fissurés, de jour en jour confirmée, de la hauteur et de présente sous les deux dimensions la longueur,'à l'exclusion de la largeur ' ;' ":'.;.:;':.:(;' des par l'infiltration par celles dé marécages du et Sud-Est, gouffre non seulement 11 est alimenté pluies locales, sans déversoir mais encore situés au des suintements qu'entretiennent :- :—-te— '; de roches de l'eau 5° G de l'air 6°C, Température neuve et grave, tant qu'on ne Autre note, toujours l'aura ]3as fait taire : celte curieuse crevasse est certainement d'un le sommet réservoir de source, plus ou et le bassin sont encombrés L'abỵme éloignée de carcasses d'animaux qu'on y jette depuis un temps moi de ne plus se prêter immémorial Objurguépar de l'orile paysan propriétaire cette funeste pratique, : « Eh ! ce ne sont pas les fice me répond ingénument moins et j'ai toujours l'eau du trou; gens d'ici qui boivent sous trois francs gagner bien quarante pour y laisser je 1er une bête crevée ! » Après cela, demandez telle ou telle épid'où peut provenir aux médecins ou quatre cents francs sans doute du scialel (3 scellerait la gueule une forte grille et ne laisserait plus passer que mètres de diamètre) il est présu-mablé les pluies ! 'Pour le-moment que le Pour démie bouillon source trois de carcassess de la Cèpe s'en va, tout droit la côté de la de la Ver nais on, située de l'autre montagne de kilomètres Nève, du Sud-Est la direction dans gouffre, ment celle de Ja diaclase), 100 mètres plus bas que gouffre ! Donc, le scialel seulement (qui est justede 50 et probablement le niveau du bassin de la Cèpe exige du du trois choses : eaux de la.source bactériologique des ;•.'";: ; 2° La coloration du bassin souterrain,: en temps: de 1°:L'analyse: : de la Veniaison "" ".'.V — 18 — '.-v quelques kilos de fiuorescéine pour sera teintée en vert ; 3° En tous cas la clôture du gouffre, qui doit pluies, avec la Vernaison voir si cesser un charnier d'être ceci, je le confesse, n'est plus de l'alpinisme mais c'est l'application utilitaire de ses.voies sporlique, el moyens l'hygiène et, j'ose dire, la morale ]3ublique ! Tout A cause de leur et de la difficulté éloignement d'y transporter (faute de roules) le matériel d'exploration, j'ai dû délaisser les scialets Royer (au pol de la Casserole, entre Yassieux et la maison de Lente) et de Comblezine (ou d'Ambel), de l'autre côté de la vallée de la entre Bouvante et Léoncel Lyonne, (à l'Ouest, plus m'a signalés accessible comme par Valence), qu'on vastes et ]3rol'onds Combien montagne IV encore ignorés, enfoncent d'autres, calcaire leurs drains colossaux ? — Les résurgences du dans la Vercors, un terme ce long et trojs technique mémoire Aussi ne donnerai-je que pende détails sur les fontaines ou résurgences (ne disons ]3as sources), que j'ai Il faut examinées l'été dernier au ]3ied et au ]30urtour du Vercors 1° Le fameux CHOLBT d'abord, mieux défendu que m'a fait j3ỵteusement battre en retraite le Brudoux, Le trou de trop-plein, que j'avais estimé 15 mètres de hauteur au-dessus du bassin (y Annuaire S T 1D., en réalité: à, 25 ; les 18 inètres 1896, p, 174) se trouve -;: v' ; .-: -:_-, '%.;4-~ '.79:;.— ).: i-^:^y^:;f^H^}K;-;^ de fortes échelles, fabriquées par les sqins^ de M, Et et du garde communal Mellier Ombrej et descendues au fond; si malaisé atteindre de Combeà grand'peine" se trouvèrent Laval, trop courtes et même cassèrent: net sous leur propre heures de poids : vingt-quatre vains elforts par une équipe de douze hommes (gardes forestiers el bûcherons), le dévoué concours de MM Décombaz et Flusin, sous le vent qui avait une nuit passée la belle étoile la tente, n'aboutirent abattu plus piteux échec Le Cholet au-dessus du déversoir Cependant,, qu'au gardé son secret situé aveuglé) une centaine de mètres l'Ouest du bassin, Rémy Perrin avec l'aide de Décombaz el Flusin, a pu, en brisant, et déblayant des pierres, et visiter diffidécouvrir cilement une sorte de cheminée de 20 mètres de hauà un tuyau cylindrique teur, qui l'amené impraticable, ]3eu jsrès au niveau du plus bas dérempli d'eau., versoir C'est la cheminée d'ascension d'un pérenne autre trop-plein, ment l'espoir rieuse muraille, et son examen de trouver jamais, diminue derrière singulièrela mysté- el accessible galerie quelque longue D'autant plus que le premier qui nous a si trop-plein, brutalement nous a paru, vu de haut en repousses, bas et petite distance, s'enfoncer tôt que'se prolonger horizontalement verticalement plu- Si ce n'est qu'un grclfésurun aquechances de pénéenau surplus, réduites tuyau 'de.décharge supplémentaire, duc à: conduite forcée, adieu foutes tration: Celles-ci se trouvent, core par la structure géologique de la localité : car et le néocomien, au fond de Combe-Laval, fortement vers le Sud 11 est probable plongent que, en le Cholet doit remonter, pour émerg-er au dehors, l'urg'onien ' ':— 80 V: vase —.-;;:(: incline de marlong-d'un/plan d'ascension dans une cheminée communicant,le nes néocomiennes, comme Vaucluse En l'état, il'faudra,'pour mier sceller trop-jilein, l'orifice parvenir des crampons dans du prela lisse muraille de 25 mètres, qui surplombe presque Je bassin de sortie du Cholet Au delà dû seuil jusqu'à présent si narquois, une douzaine de mètres d'échelles de arriver cordes,.'pour diront si l'entreprise déception au niveau doit du déversoir aboutir pérénné, l'impossibilité' et ou si quelque définitives, providentiel d'antres peut conduire des kilomètres gissement tes aux cascades J'ai modifier tonnantes élarvas- ? de 1896 On quelque j3eu les altitudes cjue le plus' lias point du col de la Ma- a vu plus liant chine est: 1015 mètres (au lieu de 1000): la maison sur Ja nouvelle route Brey (actuellement Faravallon) est 1005 mètres ; le.très mauvais sentier qui descend au Cholet se détache, de cette route 994 mètres Le bassin • du Cholet est'à 787 mètres (au lieu de 770, ce 228 mètres de "hauteur ver- qui laisse bien la falaise ticale, au lieu de 230 trouvés en 1896 et 300 donnés par est 799 ou 800 mètres Joanne.).'; le déversoir pérenne (la cascade donc 12 hielres de haut déversoir'supérieur'pu ron ; le point principal aveuglée 2'mètres trop-plein,, el non pas 8); le 812 mètres envi- dé,:tjl|issement delà' source de pierres'couvertes de mousse), plus hautque le déversoir pérenne (sommet de ,1a cascade), est à.801 ou 802 mètres et de pin s.'de 10 m"è: tr es,:par conséquent,/eh: du trô.p-plei n, concontrelias, (éboulis d'abord (Annuaire 1896, cố:q:ue j;'avajs.dit mốde'la ỗheminộụ -dộbouchộe.:815 ; p l^ụ^ốtlorifiỗe 'trairemènLa N — f.ac (l'hui souterrain de l'auteur;— de Gournier (Isère) ait magnésium.) —:81— V/.-;.;-très environ de la figure Ainsi -:, :V-' ;''';: ^":V;:; par la seule inspection le jeu des crues du ci-contre, s'exjilique, schématique COUPE SCHÉMATIQUE DE LA FONTAINE ATROP PLEIN DU CHOLET Cholet : le déversoir puis la source haut travers commence pérenne par gonfler, de jilus en plus aveuglée se met jaillir les éboulis qui ont masqué, aveuglé, sa inaccessible dé; enfin le -trop-plein gorge son tour, en dernier lieu, le tout conformément, aux relations d'altitude des différents points de sortie primitive sortie et disposé en un vrai delta vertical à, trois degrés Le 20 juillet la température du bassin était de 7°5 G due sans (au lieu de 6*5 en juillet 1896), élévation doute rexcei3lionnelle des.neig'es et glaces disparition dans les crevasses supérieures, que nous avons constatée bassin du et Pré-Courier; la profondeur l'aide du bateau Osgood, est, au point" de mètres seulement ',- :.:.-': Fondurle sondé, le plus creux, — 2° SOURCUS M resque de Choranclie cirque des absorptions du les Décombaz, Soc Spéléol.,n° dans lé -cirque-les plus Là-dessus je ne tufs positivement bleau que émerveillé: le les entrailles 8? (le 28 basse pour l'altitude, nance élevée serait crevasses plus 3° haut placés BOURNILLON ajouter la (v complète tous et deux confirme bien degrés en s'élevant qu'à placer, dans des trop sa prove- Décombaz, difficile découvrir sa tempé- bien M il les étroites jirolongemcnts X) — description c'est n°13), Tout de vue, ce de qu'il la ]3lus vaste, les points et calcaire, plus de comme (18 juillet.) Soc Spéléol., (Mém et exploré ici la ]3lus portante, vue ta- de longueur, de Ghoranche, toutefois pas impossible, du de fond, en indescrijitible le ce qui échelle, méritant et guide de la roche juillet), pense, de dépôts des poétique de 565 mètres environ, de la route Je un ]3ar est l'altitude égale accumulé au de_ 50 mètres éclairé rature ne ont que la grotte-source lac vert émeraude m'a c'est dans bien (Mém et puissants ravissant bassin mystérieusement d'une Prestes cascatelles ce grand Il demi-jours 285 au-dessus que de plateau sa conduite, sous visité, ainsi sont si du jiittoles résur- sources jsuis que renvoyer de mon aimable collègue dont l'aide ne étranges de Gournier, retenu l'a Comme diverses Leurs 22) et original travail cette région Je n'ai — nis CHOMANCHH montré gences — 82 que je puis M Décombaz a bien découvert belle el la plus dos grottes im- du Dau- rivière in- phinc Son étendue (1455 mètres), sa puissante — 83 — les dimensions de ses trop) pleins lëricure, multiples, l'imel surtout leurs belles concrétions ses galeries, haut peut-être de porche de sortie, une des plus remar-.-.'.' 100 mètres, font de Bournillon Son aménagement, cavernes de France quables mensité de son l'usage des curieux qu'accrtre nais La sortie le el des savants, s'impose et ne peut en Royanmouvement des touristes surtout m'a vivement intéressé, parce le: produit est bien, probablement d'une souleri qn'élle raine explosion lé pan/dëlnuraitle d'eau, abattant qii avait, endigué les crues inférieures ; eon;jusqu'alors — 84 formôment - ce qui s'est réalisé el ce qui surviendra p 181) cluse ""La coupe la Balme quelque (v jour suprà, Vau- en renversée de la voûte, les gradins dans la ravine énormes éboulis accumulés extérieure, la profondeur de la vallée de la Bourne conliguë, la de la grandeur rain) et la lit principale galerie (ancien ci-contre figure expliquent souter- nettement comment: a dû se produire cette colossale destruction de barrage naturel Elle a eu pour effet l'enfouissement dn torrent souterrain, dans des canaux plus bas placés, cement et le remplajusqu'à présent inaccessibles, d'un tube ascendant de vase communicant par une des plus imposantes tent au monde L'altitude du seuil entrées de de grotte Bournillon est qui exisde 405 410 mètres les températures J'ai trouvé Lac de sortie, eau Cascade intérieure, Bassin Air, : 9° C eau de suintement, grande suivantes 8°C grande galerie, eau 14°C 15°G galerie chaud montant dé la: vallée de la Bourne Ainsi,:l'air la température élevait considérablement des parties de la caverne el de leurs eaux stagnantes;, supérieures coulait tandis que, dans les étages bas, le torrent , avecla faible ]3rise: ses ]3oinls élevés température sans doute les absolutions d'alimentation, l'Est de Saint-Julien• forêt duYereorS,, ,:4° Alla fameuse GOULE-NOIHE, j'ai: de la-haute : j3u convaincre — 85 — mon ami tive idée Décombaz d'une qu'il devait, sa primien la Bourne, renoncer de simjile réapparition en elï'et,le thermomètre, ce point une fois de Là, de tirer les plus précieuses déplus,,, nous a permis ductions ; en amont dé la grotte sur une (pénétrable faible étendue seulement jusqu'aux voûtes mouillantes), la Bourne était (28 juillet) 11° C ; en aval, après le 8° 5, j3arce que l'eau de Goule-Noire confluent, 7° même marquait seulement Les eaux deux ne sauraient donc avoir la ellemême et l'origine de Goule-Noire doit être reprovenance, cherchée (ce que se propose de faire M Décombaz) dans les points d'absorption du plateau d'Aulrans Le seuil de Goule-Noire est 675 mètres environ d'altitude 5° A l'autre gle Sud-Est, bout du Vercors, vers son extrême anau pied, de la montagne de Glandasse cle Ghâtillon-en-Diois, (2025 mètres), sur le territoire et réputée d'A.Rj'ai voulu voir la fontaine capricieuse GH'IANNE ó « de curieuses grottes renferment un petit lac » La splendeur rocheux du vaste amphithéâtre d'Archianne encaissé de plus de 1000 mètres aux pieds calcaire dénommé Jardin; du Roi du puissant, loastion 1805 mètres), le resserré -ensemble charmante défilé deux des plus-beaux cordialité du maire Gas, fout voisin, sites du Dauphiné, et.la dés de Châtillon, M Pas- , cal, qui m'en a lait les/honneurs, m'ont jarocure une délicieuse -'journée,en compagnie de M E MëJlier d'Ârcbianne même, les (19; août):- Mais: aux grottes ; la on/ne saurait.trop recommander lo.urislès^auxqûels double el superbe excursion ci-dessus,, n ont absolu^ "." menl rien voir — Pour du moins moi, j'y tions du niveau de la fontaine, de trop-pleins Ici il y a quatre double 86 cl envoie orifices de l'eau — trouvé la raison toujours par des variale système Le plus bas csl superposés par deux points d'émergence assez rapprochés, (pérennes), Le deuxième tarit rarement, la route Ces trois trous sont 747 mètres d'altitude 755 mètres, juste impénétrables, leur eau 6°7 sous aveuglés par des éboulis, et j'ai trouvé Le troisième étage est la grotte d'Archianne, que la ci-contre me dispense de décrire ; on y pénètre figure DELA SOURCEDARCHIANNE CnirPE SCHÉMATIQUE 765 mètres des suffisent et moires d'échelles de cord'altitude, l'étroit bassin d'eau pour descendre insondable (soi-disant tréci ou mètres et inaccessible), tellement réde distance, que ni bateau ni homme ne peuvent aller plus loin Une fois de plus c'est, la cheminée 6°2) (lempéralure ascensionnelle de du Guiers-Vif et du Cholet ; grâce au penVaucluse, l'eau s'y élève entre les dage des couches de terrain, l'inférieur de la montagne joints disloqués, quand, elle s'est accumulée, un niveau supérieur, dans les — 87 — de Ces eaux viennent l'urgonien bien des hauts plateaux crevasses neigeuses, puisque devrait être supérieure leur normale température tissures-réservoirs en plein midi (air 9°5, d'autant plus qu'elles sourdent 21°) C'est tout, pour la grotte, longue d'une extérieur de mètres vingtaine déversoir est a une centaine de mètres Le quatrième de distance et mètres plus haut jilacô (770 mètres) delà montagne un surrempbV 11 faut dans l'intérieur sagé au: moins jaillir Un bel auvent sion d'une trême égal ces mètres tible: en menus se mette de rochers entrée fissuration pour qu'il Je recouvre, donnant de grotte; malheureusement delà roche la rend fragments, ment, aisément l'illul'exréduc- qui rebouchent complètele canal d'ascension cle l'éau après chaque flux, le déblaiement Ici, comme partout, si l'on veut succès assuré d'ailleurs, s'impose/sans tenter une plus lointaine pénétration Que si l'on me reproche la longueur et la monotonie du présent travail, j'àllég-uérai pour excuses les exemples voulue d'une part, bien multiplier — de plus en plus démontrées, ; hydrologiques comme il y a trois ans, pour cher d'exemple, : tueuse que j'ai de lois et prêla frue-; encore si pleine dé promesses, des extension, recherches dans nos chèrjès^^itjignjes du souterraines - /-.\-.' ' -, Dauphine ... beau et Grande- Chartreuse lustrations m'avaient fournir une description cations dont « les la vue de convaincu de la montagnes ses suggestives ilde la nécessité de précise et un plan topographide... et d'argile, dơmes petits des vỏtes, dé- de retenue, petits bassins de rétrécissements el d'élargissements dont 500 mètres forme la grande salle d'altitude) (à haute de 20 moires ; ce point de. .. Guiers-Mort, Fontaine-Noire et la g-rotte du Guiers-Vif, échelonnés du Sud au Nord du massif sur le flanc Ouest de la crête de la Grande- Chartreuse (chne les eaux orientale clu Petit- Sorn au Granier),
- Xem thêm -

Xem thêm: Cavernes de la Grande Chartreuse et du Vercors, Martel, 1900, Cavernes de la Grande Chartreuse et du Vercors, Martel, 1900

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay