ICONOGRAPHIE ET DESCRIPTION DE CHENILLES ET LEPIDOPTERES INEDITS V01, MILLIERE 1859

521 0 0
  • Loading ...
1/521 trang
Tải xuống

Thông tin tài liệu

Ngày đăng: 04/11/2018, 16:54

, ICO\OGK\PHIE ET DESCRIPTIO\ DE CHENILLES ET LÉPIDOPTÈRES INÉDITS, p iULLIERE KXTRAIT BEI AN>AI.E» DE LA SOCIÉTÉ LlNNÉfNNÏ DB i.TON >01YEI.LE SÉniK TOME , V LYON, IMPRIMERIE DE F »IJ110ULI[II rue Sl-Pierre 1859 , 20 , UBRAIRE ICONOGRAPHIE ET DESCRIPTION CHENILLES ET LÉPIDOPTÈRES INEDITS Par Présentées Eli 18.j(>, , P MILLIEIRB, Sociélé Liunèciine de I.jon la , loi) août 185S, lorsque je publiai dans* les Annales de notre Société Linnécnne Ihistoire de VAcidcdia Asbestana^ accom- pagnée de dessins série d , mon intention était de commencer une de petites descriptions iconographiques insectes, qui, pour diverses causes et liistoriqurs qu'il est inutile de rap- porter, fut interrompue dès le principe Aujourd'hui désirant' continuer ce travail, si la chaque année soimiettrai Société le juge convenable l'histoire , je lui cVun certain nombre de chenilles qui ne sont point encore connues , et que j'aurai observées avec le plus grand soin Cette étude pénible et minulieuse ne sera pas, j'ose l'espérer, sans quclqu'intérét pour notre chère science Bon nomljre de et naturalistes, mais plus spécialement Hubner Freyer, se sont occupés de l'étude et de l'iconographie des chenilles rendre Tous deux, surtout le premier, ont fort bien réussi ces insectes La plupart des planches dnu])ncr sont autant de charmantes conjpositions exécutées avec tant de naturel et de vérité , qu'aucun peintre, jusqu'à ce jour ^ , CHENILLES ET LÉPIDOPTÈRES IISÉDITS parvenu n'est Cependant malgré les égaler les longs et mi- nutieux travaux de ces deux naturalistes consciencieux beaucoup reste doptères faire sont encore inconnues il car de nombreuses larves de Lépi- ; appartenant toutes , , les familles de nocturnes j'entreprends ce travail, la science Si ce n'est pas pour essayer de combler ce vide dans la Lépi- doptcrologie européenne , mais seulement pour apporter mo- destement quelcpies matériaux de plus Fédifice entomologi- que, auquel grands et petits concourent d'une manière plus ou moins heureuse Je ne me dissimule pas la difficulté de la elle est grande pour mes lâche que je me suis imposée ; forces mais avec ; la patience nécessaire , je de voir mes obsei'vations obtenir un résultat Chaque figure lide, quand que premiers Il est avec une utile description de chenille sera accompagnée de sa rendue parfait ne désespère pas le moins mal possible, du dessin de j'aurai je pu crois la sa chrysa- peindre, et de celui de son insecte important de représenter côté de ses états bien fâcheux que si les chenilles remarcjuable perfection chacune de lem' insecte dans cette belle œuvre, parfait , dllubuer, peintes ne soient accompagnées Une c'est l'absence autre lacune regrettable de toute description Je terminerai cette sorte d'avant-propos en disant que les insectes nouveaux, et même les variétés remarquables de l'ordre des Lépidoptères, quelque famille inédites qu'ils appar- tiennent, trouveront place dans cette publication annuelle, lorsque l'occasion me sera fournie de les publier , Coccyx Juniperana, Cocc^'X «leinipcrasia, Millière (Planche Lyon Fig (Species nova.) 3.) par son admirable position géographique , des points de la France les plus riches sous Botanique et de TEntomologie le est , un rapport de la Cette ville privilégiée offre dans plusieurs parties de son territoire quelques coins de belle Provence au ciel si chaud et si pur Aussi me la suis-je souvent étonné que plusieurs de nos collègues aillent de grandes distances, au prix de nombreuses fatigues, chercher ce qu'ils rencontreraient sous leurs pas De Lvon dans un rayon toutes les localités qui entourent de dix quinze kilomètres', la plus remarquable pour les plantes et pour les insectes est sans contredit vallons ses et promeneurs , coteaux sauvages , La Pape* Ses peu fréquentés par sont généralement incultes , et les leurs pentes chaudement exposées, sont remarquables par une maigre végétation , particulière ces terrains , oii le botaniste et Tentomologistc trouvent une ample récolte de richesses naturelles Il qui , est surtout un de ces coteaux, escarpé et assez étendu, par son exposition méridionale, est littéralement brûlé pendant les fortes chaleurs de lété Ce lieu n'a pour toute végétation qu'un gazon très-court parsemé de quelques touffes cVErica indgaris et de rares bouquets de Juniperus communis Ce dernier arbrisseau , hérissé de feuilles dures , étroites aiguës et serrées, abrite en toute saison d'insectes de plusieurs ordres tères et Coléoptères Hyménoptères un grand nombre Ce sont surtout des Lépidop- de diverses familles, certains Hémiptères, et Diptères qui y trouvent un refuge, soit contre les chaleurs de lété, soit contre le froid des hivers Lépidoptères Plusieurs appartenant aux Géométrides, Platyo- mides, Coléophorides et Litliocollétides vivent fétat de larve sur ce Conifère, aux dépens de ses feuilles et de son fruit , CHENILLES ET LÉPIDOPTÈKES IxNÉDITS !i mémoire Je ne nroccnpcrai dans ce tribu des Platyomides que crois les mœurs d'un insecte de cjne nouveau pour Il est la science, et je la toutes particulières de sa chenille ne seront point lues sans intérêt A vue des baies du Genévrier la complètement mûres d'être tarde pas reconntre En souvent du Tœil exercé , flétries avant ne naturaliste présence d'insectes destructeurs la mois de février, on ouvre cpielques-uns effet, si vers le de ces petits si on trouvera des larves qu'on reconntra, fruits, non sans peine, pour appartenir la division des Microlépi- doptères Pour obtenir Finsecte parfait dont la chenille vit dans la baie du Junipcrus commimis^ voici le moyen que j'ai mis en usage pendant plusieurs années vers le 25 au 30 avril : j'ai recueilli une certaine quantité de baies de Genévrier en secouant avec force dans un parapluie renversé les Ijranches de cet arbrisseau A cette époque chenille la du petit Lépidoptère dont trace l'historique, est le plus souvent transformée car c'est ordinairement la fin de mars cpi'elle je en nymphe, prend cette forme Cette larve choisit toujours, pour se mélamorjihoser, du rintérieur fruit qui l'a abritée et nourrie depuis le com- cest sur ce fruit que Tannée mencement de sa croissance précédente, mère, avec cette admirable prévoyance la pirée par la nature , a : déposé un œuf liqueur visqueuse adhère bientôt très-verte alors et très-saine dante la En qui supporte, la effet, aussitôt Cet œuf enduit d'une du Genévrier qui baie fournira une nourriture aljon- , petite chenille qui après la ins- va ntre quelques semaines après son éclosion, elle perce le fruit commence en ronger la chair et ne tarde pas dispartre sous la pellicule qu'elle a soulevée A la fin de Tété n'est guère qu'à elle est la fin seur qu'elle doit avoir encore presque imperceptible, ce de novembre qu'elle a atteint A la gros- cette épocjue les froids arrivent, la Coco'x Juniperana demeure dans un repos complet pen- clienille s'engourdit et dant toute du , rongeur sort de sa ne mange plus ou presque plus il au centre du , fruit creuse nymphe bientôt en dent, et se métamorphose par sa qu'arrive le mois de Il mai , de L'état chrysalide dure ordinairement de cinq six semaines et s'échappe ne , filer rjuelques brins de soie blancliàtrcs et très- place sur le dos se premiers rayons les se fỵiisant sentir, le ver mais alors ; tarde pas fins durée de Thiver Cependant de mars soleil léthargie la : dès linsecte se dépouille de ses langes brillamment paré n'est pas inutile de faire observer que si la plupart des chenilles de ce petit Lépidoptère se contentent d'attaquer une seule baie, d'autres en rongent plusieurs d une manière plus ou moins profonde mœurs de perana un fait et cpi'on a déjà J'ai qui observé dans les pas nouveau n'est remarqué chez plusies la C, Juni- science insectes , les : déposent toujours leurs œufs sur certains bou- femelles quets de Genévriers vieux maladifs , chargés de fruits morts pour meut pour la même des tiges de la , presque desséchés et plupart, et cela, préférable- plante placées tout côté et couvertes de fruits intacts, charnus et pleins de vigueur L'insecte tères, a des allures même que de parfait, cpii lui la plupart des Lépidop- sont propres Ainsi cpie CJioreutis Dolosana, (Ann Soc Entom de France, séance du 27 sep- tembre 185G) C Juniperana semble parfois ne pas usage de ses ailes : lorsqu'il est inquiété, ne pas l'autre et part alors motion Cju'il a bien propres et fortes servir le soutenir, car elles Sa marche d'un lieu qu'il se nouvellement acquis Ses est très-lente occupe , ses il faire saute d'un point du moyen de locoailes pourtant sont sont relativement grandes ; mais lorsqu'il est chassé mouvements sont brusques et rapides Ce Micro est certainement un Coccyx^ bien que cependant CHENILLES ET LÉPIDOPTÈRES INEDITS la côte trois taches apical métalliques allongées appuyées et précède commence seulement en dessous de deux ou elle : la frange placées presque l'angle Le bord extérieur de la côte est , , accompagné d\m L'écusson semi-lunaire placé près du bord de la bordure métallique cupé par deux que , trois lintérieur de cet écusson est oc- ; ou quatre taches allongées, noires aux nervures Les parallèles ailes leur base est légèrement plus claire du fond par une rée large liseré noir l'aile est, ainsi plupart des Carpocapsa^ entouré presque entièrement pliez la par Taile qui ligne inférieures sont brunes , , ; et leur frange est sépa- claire et très -étroite Le des- sous des quatre ailes est d'un gris brun très-luisant La frange en dessus en dessous, de la couleur générale de linsecte Les antennes, simples chez les deux sexes, sont de moitié moins longues La sont , très-luisant les De d'un brun foncé mat, et Les pattes participentde En : aucun oii elles l'intensité en dessous, d'un couleur du corps; la plupart presque aussi longs ornés de taches métalliques varient autant pour de la H , afin que il je l'ai dit forme, le il nom- Duponchel je placerai mon du genre, immédiatement après J'enus- que ce nouvel insecte Carpocapsa dont la , couleur suivant la classification de € Juniperana la fin tana, Fabdomen fémurs ou pour ainsi , la les tibias sont renflés et tous les Pỵatyomides lien est l>re tête, le corselet et ont un caractère qui distingue cette espèce de des autres Coccyx que est cpie les ailes en dessus , brun elles et se , fasse le passage aux rapproche par plusieurs caractères plus haut , : Âbraxas Groasrdariala Varioles df l' ỵkljraxas CJpossnlỵtrlala, Molffkt, GotrART, GuKNKE = Zcpenc €
- Xem thêm -

Xem thêm: ICONOGRAPHIE ET DESCRIPTION DE CHENILLES ET LEPIDOPTERES INEDITS V01, MILLIERE 1859, ICONOGRAPHIE ET DESCRIPTION DE CHENILLES ET LEPIDOPTERES INEDITS V01, MILLIERE 1859

Gợi ý tài liệu liên quan cho bạn

Nhận lời giải ngay chưa đến 10 phút Đăng bài tập ngay